Et s’il était possible de faire un choix vert, même si on oublie sa tasse réutilisable à notre café-resto préféré? Vous aurez le loisir de le faire dans Ahuntsic-Cartierville en choisissant entre une tasse réutilisable et jetable dans trois cafés du territoire. Et d’autres s’y ajouteront sûrement. C’est l’annonce qui a été faite par Émilie Thuillier, mairesse d’Ahuntsic-Cartierville, au café le Brûloir, mardi dernier. L’arrondissement pousse à la roue, tout comme une multitude de villes du Québec qui ont décidé de changer les habitudes, une tasse à la fois.

L’initiative, portée par l’organisme sans but lucratif «La Vague», est très simple. À l’occasion d’une visite dans un de ces cafés, le client doit  laisser un dépôt de 5$ s’il souhaite repartir avec une tasse réutilisable.

Celle-ci peut être retournée, propre ou sale, dans n’importe lequel des commerces participants. La tasse est lavée et remise en circulation. Le client peut aussi simplement garder son verre ou repartir avec une autre tasse.

Une fois retournée, il peut récupérer son dépôt. Et si vous oubliez votre tasse une nouvelle fois? Rien n’interdit d’en reprendre une deuxième et de les rapporter plus tard.

L’option des verres jetables restera disponible pour ceux qui le souhaitent.

Bientôt quinze participants?

La première phase de La Tasse a été lancée dans Villeray en 2017. L’expansion se poursuit maintenant dans Ahuntsic-Cartierville, une suite logique selon Aurore Courtieux-Boinot, chargée du projet La Tasse.

Plus de 204 commerçants participent déjà au programme à travers tout le Québec, de Montréal jusqu’en Gaspésie.

En septembre, les clients de 150 commerces supplémentaires boiront…la tasse. C’est ce qui fait la réussite du projet, soulignait Mme Courtieux-Boinot. Si les initiatives locales pouvaient exister, leur subsistance n’était jamais assurée; en rejoignant autant de lieux, ils s’assurent de la réussite de l’initiative.

Pour le moment, seuls trois cafés de l’arrondissement se sont joints à l’initiative, soit La Bête à pain, Mamie Clafoutis et le Brûloir. Mais l’arrondissement espère voir quinze commerces de l’arrondissement offrir à leurs clients la possibilité de prendre leur café dans une tasse réutilisable plutôt que jetable.

Émilie Thuillier a notamment soutenu qu’Ahuntsic-Cartierville aidera les 15 premiers commerces à se joindre au projet. La mairesse y voit un moyen de faire un pas concret vers des comportements plus écologiques.

L’arrondissement contribue d’un montant de 5000 $ au projet afin de financer l’achat de 50 tasses dans les 15 cafés participants. Le sommaire décisionnel du dernier conseil d’arrondissement précise:

«L’arrondissement versera une subvention de 5 000$ à l’organisme CRPE La Vague pour soutenir le développement du projet « La tasse » dans Ahuntsic-Cartierville. Le montant qui est versé à l’organisme servira spécifiquement à :  offrir gratuitement 50 tasses (valeur de 5$ chacune) aux 15 premiers cafés ou restaurants d’Ahuntsic-Cartierville qui se joindront au réseau « La tasse » dès 2019 (pour un montant global de 3750$); · faire la promotion du projet « La tasse » dans l’arrondissement et accompagner les établissements de l’arrondissement qui se joindront au réseau (montant forfaitaire de 1250 $).»

Une présentation du projet sera d’ailleurs faite aux commerçants le 10 juillet prochain afin de les intéresser à cette initiative.

Un choix qui fait la différence

Selon Aurore Courtieux-Boinot, les études démontrent que ces tasses, conçues en propylène #5, ont une durée de vie plus importante; leur conception et leur recyclage ont aussi une empreinte écologique moins importante.

Selon La vague, près de 2 milliards de gobelets jetables sont utilisés chaque année au Canada, et ce, pour une moyenne de seulement 13 minutes. L’évaluation est encore hâtive, mais chacune des tasses pourrait éviter annuellement le gaspillage de près de 120 contenants jetables. Les 5000 tasses en circulation permettront donc annuellement d’éviter le gaspillage de près de 600 000 verres jetables par année.

Pour leur part, les tasses d’Ahuntsic-Cartierville devraient éliminer entre  3750 et  6000 verres jetables en une année.

 

Total
153
Shares

Vous aimez ce que nous faisons? Pensez à devenir membre du journaldesvoisins.com ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Une foule de dossiers dans Ahuntsic-Cartierville (deuxième de deux articles)

Émilie Thuillier, mairesse de l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville, a accordé au journaldesvoisins.com une longue…

Une nouvelle directrice pour l’arrondissement

À la réunion du conseil d’arrondissement du 11 novembre 2019, les élus…

Encore des consultations, mais pour des projets bonifiés et structurants

Il y a deux ans, Ahuntsic-Cartierville, à l’instar d’autres arrondissements et de…
La caserne Bois-de-Boulogne. Ce nom, qui peut sembler banal, fait pourtant référence à un bâtiment d’une grande importance historique, située sur l’avenue de Bois-de-Boulogne, dans Bordeaux-Cartierville.

Nostalgie de la caserne Bois-de-Boulogne

La caserne Bois-de-Boulogne. Ce nom, qui peut sembler banal, fait pourtant référence…