Conduire à Montréal n’est pas de tout repos. Aux nombreux nids de poule s’ajoutent les chantiers de construction omniprésents qui nuisent à la circulation. Les horaires serrés et les contraintes de temps ne rendent pas la tâche toujours facile aux chauffeurs d’autobus. Pour les citoyens à qui l’on refuse un accès aux autobus faute de places disponibles à l’occasion des heures de grande affluence, le transport collectif connaît des ratés.

La mairie annonçait récemment son intention d’améliorer le système de transport en commun par l’ajout d’autobus et l’installation de nouveaux abribus. Malgré ces nouvelles certes encourageantes, les résultats sur le terrain se font malheureusement toujours attendre.

À Ahuntsic-Cartierville, la situation n’est guère plus reluisante qu’ailleurs sur l’île. « Partout on a des autobus, mais ils sont pleins. À Ahuntsic-Cartierville, on a des problèmes avec l’autobus 121. Il y a une surcharge. Il y a peut-être assez de services, mais le problème c’est que les gens ne peuvent pas embarquer puisque les autobus sont pleins », déplore Renato Carlone, président du syndicat des chauffeurs d’autobus de la STM.

Des lignes d’autobus surchargées

Deux lignes d’autobus, à savoir la 69 Gouin et la 41 sur Fleury, sont elles aussi surchargées.

« Aujourd’hui en 2017, les usagers du transport en commun ont moins de services qu’en 2012. On n’arrivera pas à renverser la tendance tant que la STM n’aura pas plus d’argent », affirme Émilie Thuillier, conseillère du district d’Ahuntsic.

Du côté de la STM, on nous assure que la planification du service se fait toujours à l’avance et qu’elle est ajustée en fonction du niveau d’achalandage. C’est ce que nous indique la STM dans un courriel transmis à journaldesvoisins.com : « Selon le comportement de la clientèle, des lignes de bus peuvent voir leur nombre de passages baisser et d’autres, augmenter. Nos lignes sont complémentaires », peut-on y lire.

On annonce aussi 100 000 heures supplémentaires de bus, ce qui n’empêche pas les retards de s’accumuler au grand désarroi des usagers. En effet, on constate à plusieurs endroits particulièrement achalandés une augmentation des retards en termes de départs d’autobus.

« La STM a annoncé une bonification des services. À Projet Montréal, on a comparé les départs entre l’automne 2016 et janvier 2017. Et là il y avait une baisse significative. Et pendant qu’on augmente les services à certains endroits, on les diminue ailleurs. Par exemple, l’autobus sur Delorimier a moins de départs même si c’est une ligne très convoitée», note madame Thuillier.

Encore des retards

Il semble que des endroits très achalandés n’ont guère plus d’autobus qu’avant pour les desservir. C’est ce qu’on constate notamment plus au nord à Saint-Michel où les usagers doivent parfois attendre de longues minutes à l’extérieur : « Il n’y a pas eu d’ajout d’autobus à cet endroit-là. Donc, souvent à l’heure de pointe, les gens ne peuvent pas rentrer dans l’autobus et doivent attendre au froid », affirme le président du syndicat des chauffeurs.

En dépit de l’annonce faite en novembre 2016, les retards n’ont donc guère diminué. M.Carlone est catégorique.

« Ce qui est sûr, c’est qu’aujourd’hui il n’y a pas un chauffeur qui est plus à l’heure qu’il l’était au mois de décembre », affirme-t-il.

 

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles
Coups de feu Gouin-rue de Lille

Coups de feu à l’angle du boulevard Gouin et de la rue de Lille

Hier, la police a été appelée un peu avant 18 h à…

Un retour triomphal à Génies en herbe pour l’école Sophie-Barat

Après plus de 15 ans d’absence, l’activité Génies en herbe a fait…

Parc Zotique-Racicot : vers un réaménagement au naturel…un bardeau de toit à la fois

Jusqu’au 24 juin, l’arrondissement procède à un inventaire de la faune dans…

COMMUNIQUÉ – Plan propreté : l’équipe Thuillier poursuivra les progrès et implantera de nouvelles mesures 

Plan propreté : l’équipe Thuillier poursuivra les progrès et implantera de nouvelles…