“Monsieur le photographe, je suis ici!” (Photo: J. Poitras)

Même si on nous annonce encore quelques bordées de neige, le printemps est à nos portes, et avec lui les migrations qui ramènent nos amis à plumes. Les sentiers deviendront beaucoup plus achalandés et il est pertinent de rappeler certaines règles essentielles qui devraient régir notre comportement en nature.

À cet effet, le Regroupement Québec-Oiseaux affiche sur son site un code de conduite dont voici copie. On doit éviter de déranger les oiseaux.

Suivre des règles

Il est donc essentiel de :

Monsieur et Madame Grand-Héron au loft (Photo: J. Poitras)

• ne pas effrayer ou pourchasser les oiseaux, ni les exposer au danger;

• ne pas importuner les oiseaux pendant qu’ils se reposent, en particulier les oiseaux nocturnes durant le jour;

• ne pas s’approcher des nids ni perturber les oisillons ou leurs parents;

• ne pas utiliser d’enregistrements sonores ni imiter la voix des oiseaux lorsqu’ils sont en période de reproduction ou lorsque les conditions risquent de leur être néfastes;

• ne pas amener chiens ou chats aux endroits fréquentés pas les oiseaux. On doit préserver les habitats des oiseaux.

Le civisme est de mise

Il est donc essentiel de :

• demeurer dans les sentiers;

• ne pas endommager la végétation

;• ne pas déranger ni altérer les abords et le camouflage des nids;

• ne pas laisser de déchets, même bio-dégradables, ailleurs qu’aux endroits prévus à cette fin. On doit respecter les propriétés privées et publiques. Il est donc essentiel de :

• respecter les directives affichées;

• obtenir la permission avant d’entrer sur une propriété privée;

• laisser les entrées et les passages dégagés

• refermer les barrières et ne pas altérer les clôtures;

• ne pas déranger les animaux de ferme ni piétiner les cultures;

• communiquer vos observations aux personnes qui vous ont permis d’accéder à leur propriété.On doit respecter les autres.

La courtoisie, aussi

Petit Duc à la sieste (Photo: J. Poitras)

Il est donc essentiel de :

• réduire les bruits incommodants, comme ceux des portières d’auto;

• parler à voix basse et restreindre les conversations au minimum;

• permettre à chacun d’observer les oiseaux et aider les personnes moins expérimentées;

• traiter les autres avec courtoisie;

• faire connaître ou rappeler les recommandations de ce code de conduite, au besoin.On doit faire preuve de discernement avant de diffuser la présence d’un oiseau.

Il est donc essentiel de :

• bien évaluer si l’oiseau peut tolérer le dérangement causé par une affluence,en particulier en période de reproduction;

• bien évaluer si le site peut supporter une affluence de façon convenable et sécuritaire;

• ne pas divulguer la présence d’un oiseau qui se trouve sur un terrain privé sans avoir informé le propriétaire de l’affluence que cela risque d’entraîner et sans avoir obtenu son autorisation;

• ne pas hésiter à demander conseil à des personnes plus expérimentées avant de prendre la décision de diffuser la présence de l’oiseau.

Pour un loisir ornithologue pérenne

Paruline jaune couvant. (Photo: J. Poitras)

Comme vous pouvez le constater, ces règles sont là pour protéger les oiseaux et pour promouvoir le civisme des observateurs et ainsi s’assurer de la pérennité de notre loisir.

Les jumelles et le téléobjectif rapprochent l’oiseau de l’observateur et évitent de perturber la gent ailée par une intrusion intempestive dans son environnement.Les oiseaux n’ont pas tous la même tolérance à la présence humaine.

Si un oiseau vous fixe, c’est généralement que vous êtes trop près de lui; reculez pour lui laisser une zone de confort sans faire de gestes brusques qui lui causeraient du stress, ou laissez-le s’éloigner de lui-même sans tenter de le suivre.

Il arrive parfois qu’un oiseau vienne se placer tout près, soit par curiosité, soit parce qu’il est occupé à faire quelque chose de beaucoup plus important que de se soucier du bipède qui se trouve là; profitez de ce moment privilégié pour l’observer de près sans l’effaroucher et peut-être prendra-t-il goût à faire la pose à d’autres occasions pour la grande joie de vos collègues ornithologues.

Cette capsule ornithologue est un rappel! Elle a d’abord été publiée dans le mag papier du printemps 2018.

 

 

 

Vous aimez ce que nous faisons? Pensez à devenir membre du journaldesvoisins.com ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Pour finir l’année en beauté…rions un peu! (3)

Un coup de pouce pour l’agriculture urbaine

Dans le cadre de son Plan d’action métropolitain de mise en valeur…

ADM sonde à sa manière les oreilles des Montréalais au cœur des mobilisations citoyennes contre le bruit des avions

 Alors que l’organisme Aéroports de Montréal (ADM) a lancé tout récemment un…

Les mangeoires pour oiseaux: tenterez-vous l’expérience?

L’hiver venu, plusieurs amateurs installent des mangeoires pour nos amis à plumes.…