Alors que le conseil municipal a rejeté la proposition de Projet Montréal visant à créer un observatoire sur le bruit dans la métropole, Réal Ménard, membre du comité exécutif de l’administration Coderre, affirme que « la Ville est rendue beaucoup plus loin » dans ses démarches.
« On connaît déjà les générateurs de bruits et les endroits plus sensibles », a expliqué Réal Ménard, précisant qu’une carte d’estimations des niveaux de bruit sur l’île de Montréal a été réalisée par un comité administratif, dont il est le président. (NDLR: voir carte plus haut)

Ce comité administratif sur le bruit se réunit depuis environ deux ans. Il est composé de représentants de la Direction de la santé publique (DSP), de fonctionnaires des services de transport, d’urbanisme et de l’environnement ainsi que d’élus. La création d’une carte illustrant les niveaux de bruit a été le premier mandat du comité.
Des démarches critiquées

La conseillère du district d’Ahuntsic et leader de l’opposition officielle, Émilie Thuillier, qui avait présenté la proposition de Projet Montréal au conseil municipal du 20 juin, n’est pas d’accord avec les propos de M. Ménard. « Dire que la Ville est rendue plus loin qu’un observatoire, ce n’est tellement pas fort comme argument, qu’on peut juste en rire, on ne peut même pas en débattre », a-t-elle souligné.

Elle regrette de ne pas avoir été informée de l’existence du comité administratif sur le bruit, et ce, même si elle s’intéresse particulièrement aux enjeux des nuisances sonores à Montréal. Émilie Thuillier a noté que, sur la carte remise par Réal Ménard aux conseillers lors de la même séance du conseil, il est inscrit « estimations » des niveaux de bruit. « Ce n’est pas une carte des niveaux de bruits, ce sont des estimations, a-t-elle déploré. Il y a peu de points d’analyses et les données n’ont pas toutes été prises la même année. » La conseillère de ville craint qu’une extrapolation importante des données ait été nécessaire pour réaliser la carte.

Réal Ménard a toutefois assuré que les données présentées sur la carte ne sont pas des estimations. « C’est le résultat de la captation d’un bruit ambiant en temps réel pendant une période de temps X », a-t-il expliqué, précisant que c’est la Direction régionale de la santé publique de Montréal qui a effectué la collecte de données.

Échantillonnage dans Ahuntsic Ouest ?
La carte, réalisée par le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l’île-de-Montréal, a été produite à partir de mesures effectuées en 2010 et en 2014 à plus de 200 endroits répartis sur l’île de Montréal. À chacun de ces emplacements, un sonomètre a été installé, afin de mesurer les niveaux de bruit en décibels toutes les deux minutes pendant au moins deux semaines.

​Notons que, selon la deuxième carte du CIUSSS Centre-Sud, aucune mesure du bruit ne semble avoir été prise dans Ahuntsic Ouest. On peut observer sur la carte des sites d’échantillonnage plus à l’est, soit dans Ahuntsic Est, et plus au sud, soit le boulevard métropolitain. Pourtant, selon les données captées par Les Pollués de Montréal-Trudeau et mentionnées sur leur site Web, des nuisances sonores aériennes importantes ont cours dans Ahuntsic Ouest.

En outre, une carte (NDLR : voir troisième carte) émise par Aéroports de Montréal (ADM) et expédiée à la rédactrice en chef de ce média (qui avait porté plainte pour des vols intempestifs au soir du 28 mai), montre clairement que les avions ont survolé sa résidence et la zone d’Ahuntsic Ouest, là où il n’y a pas de station d’échantillonnage selon la carte du CIUSS Centre-Sud.

Poursuivre la réflexion
« On procède par étapes et la première étape est franchie, a ajouté Réal Ménard. La question est donc de savoir ce que l’on fait maintenant. Qu’est-ce que l’on fait en termes de gouvernance, d’organisation, d’inspectorat? Est-ce que l’on possède les bons outils réglementaires? » Le comité abordera ces questions prochainement. De son côté, Émilie Thuillier assure que Projet Montréal va continuer à travailler sur le dossier des nuisances sonores, ne jugeant pas suffisantes les actions entreprises par la Ville. Dans les dernières semaines, la conseillère de ville a reçu de nombreux courriels de citoyens et d’experts approuvant la proposition de créer un observatoire sur le bruit. « Le besoin est définitivement présent », a-t-elle indiqué. (Par Isabelle Neveu) (2016-06-30)

Pour lire l’article publié par journaldesvoisins.com le 17 juin, cliquez ici.

Carte des emplacement des échantillons de bruit de 2010 à 2014 (Source : CIUSSS)

Exemples de survol des avions au-dessus d’Ahuntsic Ouest le 28 mai 2016
(Source : ADM)

Vous aimez ce que nous faisons? Pensez à devenir membre du journaldesvoisins.com ICI

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Lettres ouvertes – Semaine du 19 juin 2020

Qui surveille pour la vitesse dans les rues ? Bonjour, J’ai quitté…

Des incitatifs pour aller en «zones chaudes»; Clinique mobile de dépistage dans Cartierville

Alors que Montréal manque de bras dans le réseau de la santé,…

Appel de détresse sur la rivière des Prairies

L’escouade nautique de la caserne 35 du Service de sécurité incendie (SIM)…

Un organisme local –Communautique– met la main à la pâte pour fabriquer des visières médicales

Comme dit l’adage, les situations exceptionnelles nécessitent des mesures exceptionnelles. Depuis le…