Les peintres de la montée Saint-Michel est un ouvrage de Richard Foisy qui consigne le travail des impressionnistes ayant choisi le Domaine Saint-Sulpice comme lieu d’étude. (Photo: Camille Vanderschelden, JDV)

Au début du siècle dernier, un groupe de huit peintres choisit Ahuntsic-Cartierville comme lieu d’étude pour leurs peintures. Dénommés peintres de la montée Saint-Michel, ces impressionnistes demeurent méconnus bien qu’ils constituent un héritage précieux pour le quartier. Un nouvel ouvrage vient leur rendre hommage.

1911. Un groupe de huit peintres s’assemble et se baptise «peintres de la montée Saint-Michel». Parmi eux : Ernest Aubin, Joseph Jutras, Jean-Onésime Legault, Onésime-Aimé Léger, Élisée Martel, Jean-Paul Pépin, Narcisse Poirier et Joseph-Octave Proulx.
À l’époque, Ahuntsic-Cartierville n’existe pas encore. En effet, l’arrondissement est constitué de vastes étendues rurales, parsemées de fermes. Le boulevard Saint-Michel, alors appelé chemin Saint-Michel, est donc un sentier montant au village du Sault-au-Récollet et traversant le Domaine Saint-Sulpice.
Ernest Aubin est le premier d’une longue liste de peintres à investir ce lieu d’étude, découvert lors d’une balade à vélo. Il le fréquente dès lors régulièrement avec ses confrères du Conseil des arts et des manufactures (CAM).
«Ils camperont même régulièrement sur place dans les années 1920, pour pouvoir peindre le soir, la nuit et le lever du jour», témoigne Diane Archambault, de la Société d’histoire du Domaine-de-Saint-Sulpice (SHDSS).

Lancement du livre de Richard Foisy sur les peintres de la Montée Saint-Michel. (Photo: courtoisie page Facebook)

Les peintres de la montée Saint-Michel, nommés en hommage à leur lieu de prédilection, voient ainsi le jour. Plus d’un siècle plus tard, l’écrivain Richard Foisy leur consacre un ouvrage intitulé Les peintres de la montée Saint-Michel, un groupe montréalais (1911-1946).

Jean-Onésime Legault, Montée Saint-Michel, 1943, huile sur toile marouflée. (Photo: Camille Vanderschelden, JDV)

Les impressionnistes d’Ahuntsic-Cartierville
Les peintres de la montée Saint-Michel réalisent de nombreuses toiles durant leur existence à titre de groupe d’artistes. Leur objet d’étude restera le même au fil du temps : les scènes champêtres. Particulièrement celles du Domaine Saint-Sulpice, une large bande rurale appartenant alors aux Sulpiciens.

Peintres figuratifs, ils ont chacun leur «patte» bien à eux. S’ils sont tous affiliés à l’impressionnisme et ses codes, l’œuvre de Jean-Paul Pépin évoquera par exemple des couleurs riches rappelant le fauvisme. Narcisse Poirier offrira quant à lui un impressionnisme largement teinté de pointillisme (le mouvement artistique suivant le premier, aussi appelé néo-impressionnisme), aux aspects plus brossés rappelant un effet de flou.
Ces peintres n’abandonneront jamais leur art, même à l’arrivée du Refus global en 1948, un manifeste artistique, signé Paul-Émile Borduas, qui bouscule les codes de la peinture au Québec. Ils font donc partie de ces peintres qui restent dans les courants traditionnels, n’adhérant ni au surréalisme ni au cubisme, largement explorés en Europe à l’époque par des artistes tels que Georges Braque et Pablo Picasso.

Un nouvel ouvrage
Aujourd’hui, les peintres de la montée Saint-Michel ont même investi les musées du Québec. Si vous souhaitez voir leurs toiles, certaines d’entre elles sont exposées aux musées des beaux-arts de Québec, de Montréal, d’Ottawa ou encore de Sherbrooke.
L’écrivain et historien Richard Foisy revient, quant à lui, avec un nouvel ouvrage consacré à ce groupe de peintres. Début 2024, il a publié en effet Les peintres de la montée Saint-Michel : un groupe montréalais (1911-1946), livre édité par Les Presses de l’Université de Montréal (PUM). L’ouvrage est consultable sur place à la Bibliothèque Ahuntsic.

Ernest Aubin, Chemin Crémazie, nuit d’hiver, 1924. Huile sur toile. (Photo: Camille Vanderschelden, JDV)

L’auteur a réalisé ce nouvel opus grâce à un travail documentaire d’envergure, mené sur une vingtaine d’années avec les descendants directs des peintres et des historiens. Cette nouvelle publication vise à consigner le travail de ces huit artistes de manière plus poussée.

Le 17 mars dernier, un lancement du livre investissait par ailleurs la Cinémathèque québécoise au centre-ville. L’arrondissement y était bien représenté avec Emilie Thuillier et des membres de la Société d’histoire du Domaine-de-Saint-Sulpice. En outre, cette dernière organise des ateliers de peinture en plein air (à la façon de ces peintres) depuis 2023.
Questionné par le Journal des voisins (JDV), Richard Foisy confie n’en avoir pas fini avec ces huit peintres. «Peut-être même que certains d’entre eux mériteraient une monographie particulière, plus complète. Une nouvelle exposition serait aussi dans la suite logique des choses, entre autres projets. Il me faudrait vivre très vieux pour réaliser tout ça», souffle-t-il à notre micro.

Cet article est tiré du numéro d’été du Journal des voisins (version imprimée) dont le dossier principal est consacré au logement.

 



Restez informé

en vous abonnant à notre infolettre


Vous appréciez cette publication du Journal des voisins? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journal des voisins donne droit à un reçu fiscal.

Nous recueillons des données pour alimenter nos bases de données. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à notre politique de confidentialité.

Tout commentaire sera le bienvenu et publié sous réserve de modération basée sur la Nétiquette du JDV.

S'abonner
me prévenir de
guest
1 Commentaire
Les plus vieux d'abord
Nouveau d'Abord Avec le plus de votes
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Louise Pelletier
Louise Pelletier
2 Jours

Bonjour,
Je vous remercie pour cette fabuleuse découverte des Peintres de la montée Saint-Michel.
Je vais aller consulter le livre car le sujet m’intéresse beaucoup.
Quel beau travail de longue haleine et un immense merci à Monsieur Richard Foisy, ses collaborateurs et à la Société d’Histoire du Domaine-de-Saint-Sulpice.
Je réside dans le quartier de Saint-Sulpice.
Louise Pelletier

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Grève au collège Regina Assumpta : des négociations au point mort

Pour la première fois en 70 ans d’existence, le Collège Regina Assumpta…
Oktoecho

Ensemble Oktoécho: l’esprit des sons s’écoute avec le cœur

Oktoécho est l’ensemble musical en résidence à la Maison de la culture…

Les brèves de la semaine dans Ahuntsic-Cartierville – 3 juin

Chaque lundi, le Journal des voisins fait le tour des nouvelles à…

Planches cloutées sans surveillance dans un parc-école

Stigmates du démontage des patinoires dans le parc-école Saint-André-Apôtre, des planches contenant…