(Courtoisie : CIMA+)
(Courtoisie : CIMA+)

Après plusieurs reports, la construction du mur antibruit le long de l’autoroute 15 près de Place L’Acadie devrait commencer officiellement au printemps 2017. L’entente de collaboration entre la Ville de Montréal et le ministère des Transports a finalement été approuvée lors de la dernière réunion du conseil municipal du 20 février.

Dans notre article précédent, journaldesvoisins.com signalait que la moitié des coûts de construction du mur serait défrayé par la Ville, tandis que l’autre moitié serait payée par le Gouvernement du Québec, soit le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports du Québec (MTMDET ).

Avant d’officialiser le projet estimé à plus de quatre millions de dollars, taxes incluses, une entente de collaboration entre la Ville-centre et le Ministère devait être signée, dans un premier temps. C’est maintenant chose faite, à quoi s’ajoute le permis d’occuper le site.

Permis d’occupation décerné

Il y a quelques jours, le Ministère a décerné à la Ville la permission d’occupation du domaine public, ce qui signifie que les travaux peuvent officiellement commencer dès le printemps de cette année.

« L’autorisation d’occupation du domaine public a été octroyée et toutes les démarches nécessaires ont été complétées. Ça me permet de vous dire qu’on peut maintenant officiellement commencer », affirme Pierre Desrochers, conseiller de Ville, district de Saint-Sulpice, et président du comité exécutif de Montréal.

Compte tenu des nombreux retards dans la réalisation du mur, l’arrondissement et la Ville ont décidé de resserrer les délais pour la construction du mur.

Changement de programme

À l’origine, le projet devait comprendre deux phases. Il se fera tout du long, en une seule étape, afin que les travaux soient terminées au cours de l’été. Ce qui implique que le travail de nuit sera nécessaire.

« Le projet devait au départ se faire en deux phases, mais maintenant ça va se faire en une seule phase, donc on peut penser qu’au courant de l’été le chantier va être achevé », affirme M. Desrochers.

Aucune interruption n’étant désormais prévue pour la durée des travaux, un plan de médiation prévoit néanmoins quelques mesures d’atténuation visant à faciliter la circulation, notamment lors des heures de pointe.

En outre, des fermetures de voies et des travaux de nuit sont nécessaires pour la réalisation des travaux. Ces fermetures et ces travaux de nuit seront effectués conformément aux exigences de l’arrondissement et du MTMDET, peut-on lire dans les documents accompagnant l’ordre du jour de la dernière réunion du conseil municipal.

Un mur à la hauteur des attentes

Les services de deux firmes-conseils ont été sollicités pour réaliser ce projet. Tandis que l’entreprise CIMA+ s’occupe du devis et des plans, l’entreprise Beaupré et associés sera pour sa part responsable de l’aménagement paysager.

Après être entré en contact avec la firme CIMA+, journaldesvoisins.com a pu parler à Hugo Allard, ingénieur ayant participé à l’élaboration des plans du mur antibruit.

M. Allard a fourni des informations sur la hauteur du mur ainsi que sur sa composition.

« Pour les panneaux qui vont constituer le mur, la hauteur est de vingt pieds. On parle donc d’environ six mètres de haut. Il s’agit de panneaux acoustiques en saule composés d’une laine isolante. Il y a cinq pouces d’isolant qui sont intégrés dans le mur et le tout est ensuite recouvert par les panneaux », explique-t-il.

Contrer le bruit

Comme le bruit de la circulation est particulièrement dérangeant pour les résidants des deux premiers étages des immeubles faisant face à l’autoroute, ce sont ces étages qui ont été ciblés en priorité.

« On va avoir un impact important sur les deux premiers étages. Une firme en acoustique a fait des modélisations et nous avons reçu les documents officiels. En étant près de l’autoroute, le mur va avoir un effet sur un nombre plus important d’étages, mais en même temps, certains immeubles ont plus de six étages. On ne pouvait pas faire un mur de vingt mètres, car ce n’est pas faisable au niveau structurel. Aussi, on ne voulait pas empiéter sur l’autoroute 15, car c’est l’une des autoroutes les plus utilisées à Montréal », explique M. Allard.

Philippe Sabourin, relationniste à la Ville, précise pour sa part que des composantes isolantes ont été intégrées à même les murs des immeubles nouvellement construits le long de l’autoroute afin de mieux protéger contre le bruit des véhicules.

« La construction des nouveaux immeubles a permis d’intégrer des mesures de mitigation à même l’enveloppe des bâtiments, assurant ainsi une barrière sonore efficace. De plus, le projet a incorporé des fenêtres de qualité pour répondre aux exigences de réduction sonore recommandées par les experts en acoustique ainsi que l’Office de consultation publique de Montréal », explique-t-il.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Installations sportives : lent retour à la normale

Après presque deux ans de perturbations pandémiques, les installations sportives sont pratiquement…

Le JDV : réponses au jeu-questionnaire sur 10 ans d’infos!

Pour souligner le 10e anniversaire de Journaldesvoisins.com, nous vous avons proposé un…

Opération patrimoine – L’Hôpital Notre-Dame-de-la-Merci

Opération Patrimoine – Journaldesvoisins.com s’est rendu dans les quatre coins de l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville…

Gai printemps, quand reviendras-tu, me laisser le mag tant attendu ?!

D’un mag papier à l’autre, d’une saison à l’autre, l’équipe du JDV…