Des policiers du poste de quartier (PDQ) 10 sont intervenus à deux reprises en réponse à des coups de feu tirés dans Bordeaux-Cartierville le 28 décembre et le 1er janvier. Le Service de police de la ville de Montréal (SPVM) est toujours à la recherche des auteurs de ces fusillades.

Les enquêtes sur les deux incidents suivent leur cours et « plusieurs éléments d’enquête » ont été recueillis sur les scènes de crime, explique le commandant du poste de quartier (PDQ) 10, Jean-Michel Brunet.

Dans le premier cas, le 28 décembre, des coups de feu ont été tirés vers 22h sur le boulevard Laurentien sur un groupe de personnes ciblées, dont l’une a été blessée et transportée à l’hôpital sans que son état ne fasse craindre pour sa vie. Dans le second cas, le 1er janvier, des coups de feu ont été tirés vers 17h à partir d’un véhicule en mouvement vers des résidences privées de la rue Albert-Prévost.

« Jusqu’à preuve du contraire, il n’y a rien qui nous indique que ces deux évènements sont reliés », précise le commandant Brunet.

Le SPVM a tout de même décidé de rehausser la présence policière dans le secteur et a mis en œuvre « un plan d’intervention en renseignement et en enquête » afin de trouver les suspects.

Deux opérations de porte-à-porte ont notamment été réalisées pour recueillir des informations d’enquête supplémentaires, mais aussi pour rassurer la population et les commerçants locaux sur les mesures mises en place par le SPVM.

« Toute personne ayant de l’information concernant [ces événements] peut communiquer avec le PDQ 10 au 514 280-0110. Également, [il est possible de communiquer des informations] de façon confidentielle et anonyme, en contactant Info-Crime au 514 393-1133 ou en ligne au www.infocrimemontreal.ca », insiste le commandant Brunet.

Un quartier paisible

« Je n’ai aucune statistique à vous donner par rapport à la violence par arme à feu pour Bordeaux-Cartierville pour la simple et bonne raison qu’il y en a tellement peu », lance sans ambages le commandant Brunet.

Arrivé en poste en novembre dernier, le nouveau commandant du PDQ 10 tient à souligner que Bordeaux-Cartierville figure dans le dernier quartile à Montréal en ce qui a trait aux crimes violents et aux crimes contre la propriété.

« Bordeaux-Cartierville, c’est un endroit paisible où, il fait bon vivre », insiste le commandant.

Il se dit conscient du fait que les deux événements survenus récemment puissent avoir affecté le sentiment de sécurité de la population, mais dit n’avoir aucune indication que la situation sécuritaire soit en voie de se détériorer dans le secteur.

« La réaction de certains citoyens de Bordeaux-Cartieville qui ont des questionnements ou des inquiétudes est très compréhensible », note le commandant Brunet.

Il dit prendre très au sérieux les incidents violents survenus récemment.

« Chaque coup de feu, c’est un coup de feu de trop. Chaque crime de violence est traité avec la plus haute importance », insiste le commandant.

Le policier réitère néanmoins que les événements survenus au tournant de l’année sont plutôt extraordinaires.

Il insiste par ailleurs sur l’importance de miser sur le travail avec les partenaires institutionnels et communautaires pour prévenir la violence… et lutter contre les préjugés à l’égard des jeunes. (Voir un texte à lire demain : Incidents de violence armée : « Il faut faire attention pour ne pas stigmatiser les jeunes »)

Questionné en entrevue le 7 janvier à savoir si l’abolition éventuelle des postes de quartier, un scénario évoqué publiquement la veille par le chef du SPVM, pourrait nuire à ces approches de partenariat avec la communauté, le commandant du PDQ 10 s’est montré étonné.

« Je [n’ai] pas été mis au courant comme quoi qu’il y a ces intentions-là qui s’en viennent de l’avant. Moi, ce que je peux vous dire, c’est que, au niveau du poste de quartier, ce qui est important, c’est de rester proches de nos citoyens. Et c’est ce qu’on va continuer de faire. »

S'abonner
me prévenir de
guest
1 Commentaire
Les plus vieux d'abord
Nouveau d'Abord Avec le plus de votes
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Laurent Fleury
Laurent Fleury
4 Mois

La situation sécuritaire ne se détériore pas… mais les coups de feu se multiplient et se rapprochent de façon inquiétante !
D’accord pour ne pas stigmatiser les jeunes, les mineurs sont la responsabilité des parents ensuite ils sont responsables de leurs actes tout simplement, comme tout le monde dans la société.
L’augmentation des patrouilles et surveillance policière est une bonne chose, ce quartier a trop longtemps été oublié sous couvert de paisibilité apparente.

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Lettres ouvertes – Semaine du 21 janvier 2022

Sauver nos postes de quartier Pour de nombreux Montréalaises et Montréalais, les…

Questionnaire électoral : Luc Joli-Coeur répond à nos questions

Le candidat vert, Luc Joli-Coeur, est le dernier à avoir répondu à…

Le Mag de février, concocté avec cœur, bientôt chez vous!

Depuis vendredi, le mag papier de février du JDV, version Ouest, est…

Un succès pour la première campagne de financement annuel du Collectif Bienvenue 

Le Collectif Bienvenue, qui dispose d’un entrepôt dans le secteur Chabanel, offre…