Bien que le nombre de cas nouveaux demeure relativement stable à Montréal, le nombre d’hospitalisations en lien avec la COVID-19 a augmenté dans les hôpitaux du Nord de l’Île, en particulier aux soins intensifs où les patients sont plus jeunes.

Ahuntsic-Cartierville est le deuxième arrondissement le plus touché par la hausse des cas rapportées dans les deux premières semaines d’avril, indique la Direction régionale de la santé publique (DRSP), dans son état de situation du 13 avril.

Une tendance à l’accélération

En point de presse la semaine dernière, la directrice régionale de santé publique, docteure Mylène Drouin, évoquait « une légère hausse qui n’est pas exponentielle » à Montréal.

Avec 191 cas rapportés entre le 6 et le 12 avril, l’arrondissement affiche un taux d’incidence hebdomadaire de 142,28 cas par 100 000 habitants, soit un taux légèrement plus faible que la semaine dernière. Plus de la moitié des nouveaux cas rapportés dans Ahuntsic-Cartierville sont concentrés dans trois secteurs qui figurent au palmarès des 30 voisinages affichant les taux d’incidence les plus élevés, soit Bordeaux-Cartierville (81 nouveaux cas, 205,32 cas/100 000 habitants), Saint-Sulpice (28 cas, 226,26 cas/100 000) et Saint-Sulpice Ouest (17 cas, 175,44 cas/100 000).

Bien que la hausse des cas dans la dernière semaine soit légèrement inférieure à celle de la semaine précédente, les données quotidiennes de la DRSP compilées par le JDV montrent une certaine tendance à l’accélération dans l’arrondissement. Alors que le nombre de nouveaux cas dans les deux semaines précédant le 30 mars était de 300, plus de nouveaux cas 400 cas ont été rapportés dans les deux semaines précédant le 13 avril, soit une augmentation de l’ordre de 33%.

Cette tendance à la hausse se reflète également dans les écoles du quartier. Le Centre de services scolaire de Montréal (CSSDM) rapporte en effet 54 cas chez les élèves (soit 12 de plus que la semaine dernière) et trois chez le personnel scolaire. Treize classes sont fermées dans huit écoles, dont quatre à l’École Évangéline, où l’on rapporte toujours trois cas de variant, et une à Sophie Barat, où un cas de variant a été également rapporté, indique le CSSDM.

Les cas de variant représentent toujours un peu moins de 50 % des cas à Montréal, a indiqué la docteure Drouin en entrevue à LCN mardi. Si elle n’envisage pas pour l’instant devoir fermer les écoles montréalaises, elle reconnait qu’environ le tiers des cas peuvent être reliés à de la contagion en milieu scolaire ou en milieu de garde.

Hospitalisations en hausse aux soins intensifs

La hausse des nouveaux cas commence d’ailleurs à se répercuter sur les hospitalisations qui sont reparties à la hausse après avoir atteint un plancher vers la mi-mars.

La représentante du centre de commandement du réseau de la santé montréalais, Sonia Bélanger, avait évoqué la semaine dernière « un petit répit » que les hôpitaux devaient mettre à profit pour se préparer à la troisième vague.

Ce répit aura été de courte durée. Selon le bilan quotidien des usagers actifs par centre hospitalier publié par le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), le nombre de patients atteints du coronavirus admis dans les hôpitaux du Nord de l’île est remonté nettement depuis la fin mars, et une proportion croissante des cas hospitalisés se retrouvent aux soins intensifs.

Alors qu’au plus fort de la deuxième vague, les cas nécessitant des soins aïgus dans les trois centres hospitaliers du Nord de l’Île représentaient environ 20% des hospitalisations, cette proportion oscillait ces derniers jours entre 36 % et 40 %, selon une analyse des statistiques du MSSS compilées par le JDV.

« Chez nous à Sacré-Coeur, ça ressemble plus à 40-45% de la clientèle hospitalisée qui aboutit aux soins intensifs », soulignait mardi le chef des soins critiques à l’hôpital du Sacré-Cœur de Montréal, docteur Patrick Bellemare, en entrevue à Radio-Canada.

Selon les statistiques du MSSS, le nombre personnes atteintes de la COVID hospitalisées aux soins intensifs dans le Nord de l’Île a doublé passant de 8 à 16 patients entre le 4 et le 10 avril. Au total, en date du 13 avril, il y avait 42 personnes hospitalisées en lien avec le coronavirus, dont 14 aux soins intensifs.

Une clientèle plus jeune

En réponse à une demande d’information du JDV, le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Nord-de-l’Île-de-Montréal a indiqué la semaine dernière que l’âge moyen des patients hospitalisés en lien avec la COVID se situait à 70,4 ans en février et mars.

Le CIUSSS n’a cependant pas été en mesure de fournir le profil d’âge des personnes hospitalisées depuis le début du mois d’avril, et se contente de reprendre les chiffres avancés par le docteur Bellemare mardi.

« Notre bracket d’âge aux soins critiques, actuellement, est de 43 à 76 [ans], puis l’essentiel de la clientèle plus malade aux soins critiques est entre 50 et 65 ans », avait indiqué le chef des soins critiques de l’hôpital Sacré-Coeur à l’émission le 15-18.

Le pneumologue et spécialiste des soins intensifs dit constater un rajeunissement de la clientèle hospitalisée en lien avec la progression des cas de variants.

« Le virus a changé, c’est l’évidence même », soulignait le docteur Bellemare au micro d’Annie Dersorchers, en insistant sur le fait que le virus s’attaque désormais à des personnes plus jeunes qui nécessitent des soins plus longtemps.

Une source digne de confiance indique au JDV que l’âge moyen des personnes hospitalisées a considérablement baissé. Selon notre source, la moyenne d’âge des personnes hospitalisées en lien avec la COVID-19 à Sacré-Cœur se situe actuellement autour de 60 ans et l’âge médian des patients est de 65 ans.

Selon les informations fournies par notre source, environ la moitié des patients hospitalisés auraient moins de 64 ans et le plus jeune serait âgé de 30 ans.

Avec les informations de Christiane Dupont

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Dans les coulisses de la vaccination contre la COVID

Lors d’une récente visite au centre de vaccination du Palais des congrès,…

Déconfinement : « la prudence est encore de mise », prévient la Santé publique

Alors que certains assouplissements aux règles sanitaires entrent en vigueur aujourd’hui, les…

COVID-19 : « Encore un bassin de personnes susceptibles ou vulnérables »

Entre 40 000 et 50 000 personnes sont encore non vaccinées ou…

Une fin de secondaire em..bal…lante ?

L’année scolaire achève pour les jeunes du secondaire. Et pour les élèves…