Le début de la troisième vague se fait sentir dans l’arrondissement, notamment dans les écoles où le nombre de cas était en nette progression cette semaine et dans les centres hospitaliers, où le nombre de patients admis aux soins intensifs en lien avec la COVID est remonté ces derniers jours.

Selon la liste de la collecte nationale compilée par le ministère de l’Éducation du Québec, de nouveaux cas ont été rapportés dans une douzaine d’écoles publiques et privées de l’arrondissement en date du 6 avril. Pratiquement toutes les écoles d’Ahuntsic-Cartierville comptaient des cas actifs selon les données de la collecte nationale.

Le Centre de services scolaire de Montréal (CSSDM) rapporte qu’une douzaine de classes sont fermées et dénombre quelque 42 cas chez des élèves et dix chez des membres du personnel. Ce nombre de cas est le plus élevé rapporté depuis la fin janvier, et il est presque deux fois supérieur à celui rapporté la semaine dernière. Le CSSDM confirme par ailleurs quatre cas de variants cette semaine, dont trois à l’École Évangéline.

COVID Écoles Québec rapportait pour sa part au moins un autre cas de variant dans une école d’Ahuntsic-Cartierville, soit au Collège Pasteur. Le JDV a tenté de confirmer cette information auprès du Collège, mais n’avait pas eu de réponse au moment de publier.

Une accélération à prévoir

« On va avoir une accélération prochainement du nombre de cas de variant à Montréal », prévient la directrice de santé publique de Montréal, docteur Mylène Drouin.

Lors d’un point de presse mercredi, Mme Drouin a néanmoins réitéré que maintenir les écoles et les garderies ouvertes demeure un objectif central pour les autorités. Elle dit par ailleurs accueillir favorablement le resserrement des mesures sanitaires annoncé cette semaine par le gouvernement du Québec, qui est notamment revenu sur sa décision de ramener les élèves de secondaire 3, 4 et 5 à temps plein en présence à l’école.

Malgré le retour à l’alternance des jeunes du deuxième cycle secondaire, la fermeture des salles d’entraînement et la réduction du nombre de personne admises dans les lieux de culte, la directrice de la santé publique dit s’attendre à une accélération de la contamination « dans les prochains jours, la prochaine semaine » à Montréal.

Une analyse des données quotidiennes publiées par la Direction régionale de la santé publique (DRSP) montre qu’une nette tendance à la hausse se dessine déjà dans Ahuntsic-Cartierville avec un nombre moyen de nouveaux cas avoisinant désormais les 30 cas par jour. La tendance sur 14 jours est également à l’accélération : l’arrondissement est passé de 300 cas dans les deux semaines précédant le 29 mars à 411 cas dans les 14 jours précédant le 8 avril.

Des signes préoccupants aux soins intensifs

Si cette hausse des nouveaux cas ne s’est pas encore traduite par une augmentation marquée des hospitalisations, trois personnes supplémentaires ont été admises aux soins intensifs de l’hôpital du Sacré-Cœur de Montréal par rapport à la semaine dernière. En date du 7 avril, 11 lits de soins intensifs sont occupés par des personnes atteintes de la COVID-19, soit plus du quart des quelque 39 personnes infectées par le coronavirus qui sont actuellement hospitalisées dans les hôpitaux du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Nord-de-l’Île-de-Montréal.

Lors de la conférence de presse de mercredi, la représentante du centre de commandement de la santé, Sonia Bélanger, s’était d’ailleurs inquiétée du nombre « préoccupant » de patients hospitalisés en soins intensifs dans les hôpitaux montréalais.

« Les patients qui sont hospitalisés en soins intensifs sont plus jeunes, ils sont très malades et leur durée de séjour est beaucoup plus longue », souligne la porte-parole du réseau de la santé de Montréal.

Elle évoque notamment qu’on lui rapporte des cas de jeunes dans la vingtaine qui sont hospitalisés en lien avec la COVID-19 dans certains hôpitaux.

Risques plus élevés, mesures renforcées

La docteure Drouin indique pour sa part que les analyses réalisées par la DRSP indiquent un risque relatif 70 % plus élevé d’hospitalisation dans le groupe d’âge des 45-55 ans avec le variant B117 qui est en voie de devenir dominant à Montréal.

« Ce sont des gens, pour le moment, qui ne sont pas vaccinés », souligne la directrice de santé publique.

Elle se réjouit donc de l’ajout de groupe prioritaires à la vaccination, dont les travailleurs essentiels de tous âges qui pourront avoir accès au vaccin dès la semaine prochaine, mais appelle à la prudence.

« On est en train aussi de gagner du temps et de protéger de personnes qui pourraient vivre des conséquences graves de la maladie », insiste la docteure Drouin.

Étant donné la couverture vaccinale limitée chez les moins de 55 ans, elle insiste sur l’importance de continuer à adhérer aux mesures de santé publique, incluant celles récemment renforcées.

En effet, de nouvelles mesures ont été annoncées récemment, dont le port du masque ou du couvre-visage qui est désormais obligatoire lors des activités extérieures entre personnes qui ne résident pas à la même adresse, notamment des activités sportives en groupe à moins de deux mètres.

Pour la troisième fois en une semaine, le premier ministre François Legault prévoit d’ailleurs faire le point jeudi soir sur la situation épidémiologique qui se dégrade rapidement dans la province.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Dans les coulisses de la vaccination contre la COVID

Lors d’une récente visite au centre de vaccination du Palais des congrès,…
Pavillon des bâtisseurs PR (2)

COVID-19 : une éclosion importante maîtrisée au Pavillon des bâtisseurs

Ancien Centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD), reconverti en…
parc fleury ouest vide covid

Comment se vit le couvre-feu dans Ahuntsic-Cartierville ?

Depuis le 9 janvier dernier, les rues d’Ahuntsic-Cartierville déjà tranquilles les soirs…

COVID-19 : léger ralentissement de la progression des cas dans Ahuntsic-Cartierville

Pour une deuxième semaine consécutive, la progression des cas a légèrement ralenti…