Élèves de l’école St-André en raquette lors de leur cours d’éducation physique (Photo : JDV Philippe Rachiele)

Alors que les nouveaux cas sont à la baisse dans l’arrondissement depuis un mois, pratiquement toutes les écoles d’Ahuntsic-Cartierville ont été touchées par la COVID-19 et plusieurs nouveaux cas s’y déclarent chaque semaine depuis la rentrée.

Toujours dans le flou

Un mois après la rentrée scolaire, il demeure difficile d’avoir un portrait précis de la situation dans chaque école.

« Nous ne fournissons pas de chiffres par école », indique tout simplement le directeur des communications de l’English Montreal School Board (ESMB), Michael Cohen.

Un seul des quatre établissements scolaires relevant de l’ESMB dans Ahuntsic-Cartierville n’a pas été touché par la COVID en 2021, selon les données de la Collecte nationale quotidienne publiée par le ministère de l’Éducation du Québec (MEQ) que le JDV a compilé.

La liste du MEQ, qui demeure la principale source officielle d’information sur la situation dans les écoles, recense les écoles où il y a des « cas actifs » avec des codes de couleurs pour indiquer les établissements où des nouveaux cas se sont déclarés ainsi que les écoles qui s’ajoutent ou reviennent sur la liste. La collecte nationale ne précise toutefois pas combien de cas sont rapportés par école.

« C’est impossible de saisir des données comme ça! », soupire la démographe Simona Bignami, qui a étudié le rôle des écoles dans la transmission de la COVID-19 à Montréal l’automne dernier.

La démographe se fait critique de la stratégie de retour en classe déployée par le gouvernement, mais aussi de la gestion des données sur la situation épidémiologique.

« Il y a très peu de choses que le gouvernement du Québec a fait de façon systématique [dans la gestion de l’information], et une de ces choses est le contrôle sur l’information », lance la chercheuse qui s’est appuyée sur les données de COVID Écoles Québec et de la Direction régionale de la santé publique dans son étude, à défaut de pouvoir se pencher directement sur les données du MEQ.

Transmission communautaire, transmission scolaire

La semaine dernière, la directrice de la santé publique, docteure Mylène Drouin, avait dit constater « une légère hausse des taux incidents chez les jeunes de 0-17 ans » à la suite de la réouverture des écoles en janvier. Selon la docteure Drouin, cette hausse se refléte maintenant sur les 35-44 ans « qui sont probablement les parents associés à ce que l’on voit dans les écoles et les garderies ».

« Il y a une partie de notre transmission communautaire qui part, en partie, des jeunes et des écoles et qui s’en va dans les domiciles », avait concédé la docteure Drouin.

C’est précisément cette tendance qu’a documenté Simona Bignami dans son étude de cas. La différence dit-elle, c’est que la transmission communautaire était très faible à la fin de l’été quand les écoles ont rouvert.

« J’étais très inquiète quand les écoles ont rouvert en janvier parce qu’on ouvrait avec un niveau de transmission communautaire très élevé », souligne la docteure Bignami.

Comme de fait, le nombre de cas dans les écoles a atteint des sommets dès les premières semaines après la rentrée.

Selon les données fournies au JDV par le Centre de services scolaire de Montréal (CSSDM), le nombre de cas reste stable chez le personnel depuis deux semaines, mais il continue d’augmenter chez les élèves des écoles publiques francophones depuis la rentrée.

En date du 9 février, le CSSDM rapportait que 51 élèves fréquentant les écoles du quartier étaient atteints et 11 membres du personnel. Un tel niveau n’avait été atteint qu’à la veille du congé des fêtes, le 16 décembre dernier, soit quatre mois après la réouverture des écoles.

Le nombre de classes fermées a quant à lui bondi de près de 75 % en une semaine pour atteindre un total de 26 classes en isolement, soit deux fois plus qu’en date du 16 décembre.

École Saint-Issac-Jogues (Photo : jdv – Philippe Rachiele)

Neuf classes étaient fermées à la seule école Saint-Isaac-Jogues, où neuf cas se ont été rapportés depuis le 28 janvier, selon les données recensées par COVID Écoles Québec.

« L’impact de la réouverture des écoles, on le voit très bien pour les infections chez les jeunes et les éclosions dans les milieux scolaires », observe Simona Bignami.

Incertitudes à l’approche de la relâche

Elle dit espérer que la relâche scolaire viendra freiner ou ralentir « le cercle vicieux entre les écoles et la transmission communautaire [qui] a augmenté la courbe de façon exponentielle » l’automne dernier

« On verra un effet décalé de la forte transmission qu’on a créé dans les écoles », prévient-elle.

Elle souligne que la propagation de variants plus contagieux et plus virulents dans des éclosions en milieu scolaire pourrait encore empirer les choses.

« Il y a plusieurs variables qui sont difficiles à évaluer, surtout dans certains quartiers qui sont plus affectés » comme Ahuntsic-Cartierville, note la démographe.

Aux dernières nouvelles, le CSSDM assure que la DRSP ne rapporte jusqu’à présent aucune éclosion dans ses installations d’Ahuntsic-Cartierville.

Le dernier rapport sur les éclosions actives publié par la DRSP indique qu’une trentaine d’éclosions en milieu scolaire ont cours sur le territoire du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Nord-de-l’île-de-Montréal, mais ne précise pas combien de ces milieux sont situés dans l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville.

La DRSP se refuse à commenter des cas spécifiques à moins d’une situation extraordinaire dans un milieu précis, par exemple une fermeture d’école, comme celle survenue la semaine dernière au collège Stanislas, où la présence d’un cas suspect d’un variant du coronavirus a été confirmée dans un contexte d’éclosion majeure.

Il n’est donc pas possible de savoir combien de milieux scolaires font face à des éclosions dans Ahuntsic-Cartierville.

« Au Québec en général, les éclosions dans les écoles surpassent les éclosions dans tous les autres milieux », souligne cependant Simona Bignami.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Avis publics – Semaine du 5 février 2021

Cette chronique est offerte à titre gracieux à ses lecteurs et lectrices…

Le coin des commerçants – Semaine du 12 juin 2020

SDC District Central Deux dans une! Le conseil d’administration de la SDC…

L’autobiographie de Christine St-Pierre se lit comme un roman

Avec Ici Christine St-Pierre, la députée de la circonscription de l’Acadie, ex-ministre…

Les citoyens seront consultés au sujet de l’aménagement de la rive du barrage Simon-Sicard

Le mur de soutènement en amont du barrage Simon-Sicard, construit entre 1928…