Ce n’est pas nouveau, les initiations universitaires font souvent les manchettes, et pas pour les bonnes raisons! Quand ce n’est pas le tapage, ce sont les activités à caractères sexuels qui occupent le devant de la scène. On encourage les gens à enlever leur dessus, et parfois leurs dessous, en entonnant des chants à caractères douteux. Il ne s’agit pas seulement de se divertir, mais aussi de se dévêtir pour être reconnu et accepté par le groupe. Très loin de l’intellect, c’est par le dévoilement du corps que débute pour certaines personnes l’aventure universitaire.

Le gouvernement se dit très préoccupé par ces activités jugées dégradantes et humiliantes, surtout pour les jeunes filles rabaissées au rang d’objet de convoitise. Le 12 octobre dernier, la ministre David annonçait que des mesures «extrêmement rigoureuses » allaient être mises en place pour condamner sévèrement de tels dérapages. Les participants s’adonnant à des activités dégradantes envers les étudiantes s’exposeront ainsi à de lourdes sanctions, voire à des poursuites au criminel.

Dans les dernières mois, plusieurs scandales ont défrayé les manchettes, et pour cause. À l’université d’Ottawa, on apprenait récemment qu’une tournée des bars organisée par des étudiants en science récompensait les participants pour avoir eu des rapports sexuels. Des dérapages sont aussi survenus lors de la dernière initiation du département de droit de l’université de Montréal. Tel que rapporté par le Journal des étudiants de droit, Le pigeon dissident, seuls les groupes avec des filles légèrement vêtues pouvaient espérer rafler la mise et gagner un maximum de point lors des concours. Il y a de quoi sérieusement s’interroger…et s’inquiéter.

Les cégeps
Si les gens s’indignent face à de tels débordements, on constate néanmoins que de telles histoires continuent de se répéter. À notre grand étonnement, peu d’excès semblables ont été observés du côté collégial. Sur le territoire d’Ahuntsic Cartierville, nos collèges restent néanmoins sur le qui-vive, prévoyant des mesures d’encadrement très strictes afin d’empêcher d’éventuels dérapages. C’est ce que nous dit Jean-François Gagnon, directeur des services de l’association du cégep d’Ahuntsic : « Notre cégep est très stricte en ce qui concerne les initiations. Il y a des comités étudiants qui font des fêtes à l’occasion, mais c’est jamais comparable à ce qui s’observe du côté des universités. Bien des gens ici sont mineurs, donc c’est beaucoup plus stricte ».

Un encadrement serré
Toute demande d’activités, des simples rendez-vous ludiques aux soirées festives, passe par la direction des affaires étudiantes qui est seule à autoriser la tenue d’un événement. « Il s’agit de maintenir les activités dans un cadre ludique et d’éviter des comportements jugés dégradants », nous dit Louis Brosseau, conseiller au service des communications du cégep d’Ahuntsic.

Au cégep de Bois-de-Boulogne, on fait profil bas. « Il n’y en a pas d’initiation à proprement parlé au collège » nous dit sans détours Guillaume d’Amours, directeur adjoint à la vie étudiante. Même son de cloche du côté d’André Grasset. Alain Desclos, responsable au service des communications, nous assure qu’il y a des activités d’accueil, mais qu’il s’agit bien d’événements de socialisation encadrés. « Des initiations, on en a pas. Cette année, il y a eu une journée d’accueil et les étudiants se transformait en personnage dans le cadre d’une atmosphère de fête. On a donc eu une activité d’accueil mais pas d’initiations », nous dit-il. Une réglementation très stricte stipule que seules les activités à vocation scolaire et favorisant l’intégration des nouveaux étudiants sont autorisées. Espérons que les choses demeuront ainsi.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

COVID-19 : la situation se dégrade à Ahuntsic-Cartierville

Taux de positivité en hausse, nombre de cas en croissance, multiplication des…

Le CSSDM réclame plus de 300 000 $ à Solidarité Ahuntsic

L’organisme communautaire Solidarité Ahuntsic a reçu une bien mauvaise surprise le 16…

COVID-19 : la transmission toujours à la baisse dans Ahuntsic-Cartierville

Malgré une légère remontée du nombre de nouveaux cas de COVID-19, la…
Entrée principale de l'école Sophie-Barat (Photo : Archives jdv)

L’école à trois vitesses

Depuis quelques semaines, la thématique de l’école est encore plus sous la…