Ilham Rezki, directrice générale du Créca, dans une des nouvelles salles de classe de l’organisme. Mis à la porte par le CSSDM, le Créca a décidé de partir six mois avant la fin de son bail. (Photo: Camille Vanderschelden, JDV)

Après 25 ans passés au 10770, rue Chambord, le Créca déménage ses pénates du local appartenant à la commission scolaire. Le Centre de services scolaire de Montréal (CSSDM) récupère en effet nombre de ses locaux, dont certains sont loués par des organismes communautaires. Bonne nouvelle: le Créca reste dans l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville.

Le Créca, organisme communautaire anciennement situé au 10770, rue Chambord, a officiellement déménagé la semaine dernière (le 4 décembre). Pas de panique pour nos lecteurs qui fréquenteraient ce centre communautaire! L’organisme spécialisé en éducation populaire demeure au sein de notre arrondissement.

Le Créca se situe désormais au 140, boulevard Henri-Bourassa Est. Les services donnés par l’organisme restent les mêmes, ainsi que les horaires des divers cours dispensés.

Ce déménagement annonce une nouvelle période pour l’organisme communautaire qui souhaitait rester dans le quartier. Ilham Rezki, directrice générale du Créca, s’attendait à ces changements et parle d’une longue recherche pour trouver ces nouveaux locaux. «Les dernières années ont été très difficiles avec le CSSDM», commente-t-elle au Journal des voisins (JDV).

Une éviction massive

À l’instar du Créca, de nombreux autres organismes communautaires se sont fait montrer la porte par le CSSDM. Ce dernier se garde en effet le droit de récupérer ses «bâtiments excédentaires» pour accueillir des salles de classe. Des augmentations de loyer précèdent bien souvent la décision finale de ces organismes de partir.

En 2018, c’était par exemple une bataille entre Solidarité Ahuntsic et le CSSDM qui débutait, comme vous en informait le JDV. Un nouveau bail avait alors été présenté à l’organisme, qui logeait au Centre communautaire d’Ahuntsic, situé dans une ancienne école du CSSDM sur la rue Laverdure.

Le document stipulait une augmentation de loyer de 222 % à assumer sur l’espace de trois ans. Solidarité Ahuntsic avait pris la décision de ne pas signer mais de rester. Trois ans plus tard, une dette de 320 728 $ de loyers impayés avait été réclamée à Solidarité Ahuntsic par le CSSDM.

Depuis, la table de concertation de quartier a joint les efforts avec trois autres organismes pour devenir propriétaire. Rue, action, prévention (RAP) jeunesse, mais aussi le Carrefour d’aide aux nouveaux arrivants (CANA) et Relax action Montréal seront en effet situés au 880, boulevard Henri-Bourassa Est, d’ici la fin 2023.

Un cours d’alphabétisation est donné dans une salle de classe du Créca. L’organisme vient en aide à de nombreux nouveaux arrivants et donne des cours d’alphabétisation et de francisation, toujours en lien avec l’expérience personnelle de la personne. (Photo: Camille Vanderschelden, JDV)

Le Créca reste à Ahuntsic

Pour le Créca, qui occupait les locaux du CSSDM depuis près de 25 ans au 10770, rue Chambord, le départ était donc attendu. Malgré son ancienneté à titre de locataire, aucune vision à long terme n’était possible pour l’organisme dans ses anciens locaux.

«Ils [le CSSDM] nous renouvelaient notre bail année après année, avec la possibilité qu’ils récupèrent les locaux. Ils restaient très vagues sur la suite des choses», explique Ilham Rezki, directrice générale du Créca.

Un dégât des eaux survenu au 10770, rue Chambord, est par ailleurs venu achever la bonne volonté de l’organisme. Sa résolution, très compliquée, aura nécessité l’intervention de plusieurs paliers du gouvernement. Pour Ilham Rezki, la situation ne pouvait plus durer. «Les baux commerciaux ne nous protègent pas et le loyer a aussi augmenté plusieurs années», précise-t-elle.

Le Créca avait par exemple fait face à une première augmentation de loyer de 25 % pour les années 2019-2020, suivie d’une augmentation de 20 % pour l’année suivante. «De l’autre côté, on s’inquiétait de se faire mettre à la porte, c’était très difficile. Ici, nous pouvons nous projeter sur le long terme», conclut Ilham Rezki.

Fondé en 1996, le Centre de ressources éducatives et communautaires pour adultes (Créca) est un organisme qui vient en aide aux personnes les plus vulnérables de notre société. Il offre des cours d’alphabétisation et de francisation, mais donne aussi gratuitement des cours d’informatique aux aînés de notre arrondissement.



Restez informé

en vous abonnant à notre infolettre


Vous appréciez cette publication du Journal des voisins? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journal des voisins donne droit à un reçu fiscal.

Nous recueillons des données pour alimenter nos bases de données. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à notre politique de confidentialité.

Tout commentaire sera le bienvenu et publié sous réserve de modération basée sur la Nétiquette du JDV.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Nouvelle journée de grève des enseignants au Collège Regina Assumpta

Les enseignants du Collège Regina Assumpta se sont mobilisés lors d’une seconde…

Dossier technologie – Se former à la robotique à Ahuntsic-Cartierville

Vous avez toujours rêvé de créer des robots? Alors qu’elle relevait de la…

Peuples autochtones: un enseignant du Collège André-Grasset remporte un prix

Un enseignant du Collège André-Grasset a remporté un prix pour le projet…

Rencontres autochtones: une rencontre avec soi en présence de l’Autre

Le Collège Ahuntsic organise chaque année un voyage immersif dans le Nitaskinan,…