Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

À l’angle de Papineau et d'Henri-Bourassa

Démarche citoyenne pour autoriser le virage à gauche

Publié le 17/01/2018
par Gabriel Bernier

Le virage à gauche sur Henri-Bourassa, en provenance de Laval, n’est pas permis à l’arrivée de la 19 à Montréal. (Photo: archives jdv)

Il est encore interdit aux automobilistes quittant le pont Papineau de tourner à gauche sur le boulevard Henri-Bourassa, direction est. Décriant la situation, des membres du groupe Action citoyenne Île-de-la-Visitation (ACIV) poursuivent leur démarche amorcée en novembre dernier pour modifier la signalisation à l’angle des deux artères.

La requête faite au 311, le numéro unique de renseignements à la Ville de Montréal, vise à modifier l’organisation des feux de circulation à l’intersection de l’autoroute 19 et du boulevard Henri-Bourassa, surtout à l’heure de pointe du matin, explique Martin Desmarais, fondateur du groupe ACIV.

État actuel du flot de circulation de transit sortant du pont Papineau, angle Papineau et Henri-Bourassa, et voulant se diriger vers l’est. La voie de droite a un virage à droite obligatoire sur Henri-Bourassa. Pour aller vers l’est, les automobilistes empruntent majoritairement la rue des Jésuites, puis le boulevard Gouin. (Source: Google Maps)

L’instigateur de la demande s’inquiète du fait que le boulevard Gouin soit devenu une « bretelle » de l’autoroute 19. Ne pouvant se diriger directement vers l’est à la sortie du pont Papineau, les nombreux automobilistes empruntent plutôt le boulevard Gouin, puis des rues résidentielles avant de regagner le boulevard Henri-Bourassa.

« Le premier réflexe, en voyant l’intersection, c’est de passer par Gouin, puis monter De Lorimier et reprendre Henri-Bourassa vers l’est. C’est le circuit le plus utilisé par les banlieusards », explique Martin Desmarais, qui ajoute que les automobilistes excèdent fréquemment les limites de vitesse de ces rues résidentielles, roulant parfois même à 70 km/h.

Selon un rapport du Ministère des Transports du Québec (MTQ) remontant à 2013, ce sont pas moins de 56 000 véhicules qui empruntent chaque jour le pont Papineau dans les deux directions. Bien que l’intersection soit considérée à risque par plusieurs citoyens, dont M. Desmarais, elle ne serait pas la plus accidentogène de Montréal, peut-on aussi lire dans le rapport.

« Les gens [venant de Laval] arrivent [dans les rues] avec l’idée qu’ils sont encore sur l’autoroute. […] C’est une autoroute qui arrive sur une fin de non-recevoir en pleine ville », persiste néanmoins M. Desmarais.

Selon lui, l’autorisation d’un virage à gauche à l’angle du pont Papineau et du boulevard Henri-Bourassa réduirait significativement la circulation de transit dans le Sault-au-Récollet. L’heure de pointe du matin en est une particulièrement critique étant donné le grand flot de véhicules, souligne Martin Desmarais. L’autorisation du virage à gauche pourrait donc être priorisée à ce moment de la journée, poursuit-il.

Dialogue de sourds?

Selon M. Desmarais, le MTQ a entièrement confié la question du virage à gauche à la sortie du pont Papineau à la Ville de Montréal. Selon les échanges téléphoniques que le citoyen aurait eus avec le MTQ, ce dernier n’interviendrait que si la Ville accueille favorablement la proposition. Le MTQ se chargerait alors de poser les panneaux de signalisation nécessaires. Selon M. Desmarais, le MTQ n’aurait pas voulu ouvrir de dossier à ce sujet et s’en remettait totalement à la décision de la Ville et de l’arrondissement.

Le citoyen du Sault-au-Récollet, qui a lancé sa demande le 2 novembre dernier, ignore si d’autres individus l’ont appuyée. Il n’a pas été possible de confirmer auprès de la Ville de Montréal si d’autres citoyens ont appuyé la demande.

Mais, dans un courriel reçu la semaine dernière,  l’arrondissement signale avoir fermé le dossier le…2 novembre dernier, soit le jour même du dépôt de la demande faite par M. Desmarais au 311. Il n’avait d’ailleurs pas été avisé de la fermeture de son dossier 17-353541.

«En date du 2 novembre 2017, la requête du citoyen a été fermée par l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville car aucune réponse n’avait été reçue de la part du Ministère du Transport du Québec au sujet de la demande», signale Marlène Ouellet, porte-parole de l’arrondissement.

Visiblement, cette réponse fait référence à des échanges antérieurs entre l’arrondissement, la Ville de Montréal et le MTQ. En effet, Mme Ouellet résume ce qui suit:

«Une étude tripartite entre le Ministère des Transports du Québec, la Ville de Montréal et l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville a été entreprise pour évaluer la circulation dans le secteur Henri-Bourassa/Papineau. De cette étude a été abordé un plan de circulation du secteur Henri-Bourassa/Papineau par les trois parties. Lors de cette même année, l’arrondissement avait envoyé au MTQ une lettre officielle appuyée d’une résolution du conseil d’arrondissement pour une évaluation d’un virage à gauche à cette intersection. Une relance a été faite en 2009. Depuis, l’arrondissement n’a toujours pas reçu de réponse formelle à ce sujet.»

Interrogé à ce sujet, le porte-parole du ministère des Transports du Québec devait vérifier où en est le dossier et rappeler journaldesvoisins.com. À suivre.

L’exemple du pont Pie-IX

En 2016, la Ville de Montréal a autorisé le virage à gauche à la sortie du pont Pie-IX vers le boulevard Henri-Bourassa Est. Cette mesure, d’après la Ville, permet de réduire considérablement la circulation de transit dans les rues résidentielles à proximité du pont.

L’administration municipale pourrait s’inspirer de cet exemple dans le cas de la sortie du pont Papineau, estime M. Desmarais.

« Ça a marché à l’intersection du pont Pie-IX et du boulevard Henri-Bourassa. Cette intersection n’est pas très différente de celle à la sortie du pont Papineau et d’Henri-Bourassa », fait valoir le citoyen.

Martin Desmarais compte laisser le temps à la nouvelle mairesse Valérie Plante et à son administration de prendre connaissance du dossier.

Mais informé par journaldesvoisins.com du fait que son dossier avait été fermé le jour même où il a fait sa première requête à ce sujet, selon l’arrondissement, le citoyen du Sault-au-Récollet a déposé une autre requête au 311 jeudi 18 janvier, requête qui comporte le même numéro semble-t-il. Il invite d’ailleurs d’autres citoyens à téléphoner au 311 et à le rejoindre dans sa cause, ce que d’aucuns ont déjà commencé à faire.