Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Cour de voirie projetée sur Louvain Ouest

Émilie Thuillier tente de rassurer les gens d’affaires de Chabanel

Publié le 13/05/2019
par Alain Martineau

Vue aérienne de la SDC District Central avec terrain de la Ville entouré en rouge par le jdv. (Source de la photo: SDC District Central, mémoire. )

La mairesse d’Ahuntsic-Cartierville, Émilie Thuillier, s’est voulue rassurante alors que la communauté d’affaires du District Central (le grand secteur Chabanel)  s’inquiète de l’arrivée d’une cour de voirie municipale sur l’immense terrain vacant appelé «50-150 Louvain Ouest», près du boulevard Saint-Laurent.

Dans un mémoire percutant déposé à la séance du conseil d’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville d’avril dernier, la Société de développement commercial (SDC) District Central se montre pour le moins «préoccupée» par le projet de cour de voirie multiservices de la Ville de Montréal (cour couverte ou pas).

C’est que les membres de la SDC craignent la pollution sonore– et surtout la pollution visuelle– avec le va-et-vient de nombreux véhicules de la voirie de la municipalité dans Chabanel avec comme point de chute le vaste terrain de Louvain ouest.

Interrogée par journaldes voisins.com sur ce dossier qui semble traîner en longueur (dans les cartons de la ville depuis de nombreuses années), la mairesse de l’arrondissement, Émilie Thuillier, a promis l’établissement d’une cour en phase avec la modernité, plaidant qu’il faut prendre le temps de bien faire les choses et d’innover.

Mme Thuillier, qui est aussi membre du c.a. de la SDC, a reconnu d’emblée que l’on doit tirer «le plein potentiel du terrain» de 650 000 pieds carrés [ndlr: on pourrait même y construire un stade de baseball].

« Nous sommes proactifs et souhaitons travailler de concert avec nos partenaires, a rappelé la mairesse de l’arrondissement. La Ville veut ramener trois cours de voirie à cet endroit, on s’est entendu pour dire que c’est trop gros et trop beau pour faire faire juste une cour de voirie à aire ouverte. On parlait aussi, lors de l’achat du terrain en 2013, de transférer 650 employés municipaux dans des nouveaux bâtiments. Le terrain, c’est cinq pâtés de maisons, donc il y aura une cour de voirie multiservices digne du 21e siècle », a-t-elle précisé, tentant visiblement de calmer le jeu.

Capacité de payer-contribuables

Parlant de nouveaux complexes, on sait que le futur édifice Crémazie, un centre d’entretien majeur d’autobus de la Société de transport de Montréal en mode reconstruction avec réparations au sous-sol pour les wagons de métro et en surface pour les autobus, sera complété d’ici deux ans.

De plus, le nouveau centre de transport Bellechasse (le premier centre de transport en Amérique du Nord à être complètement souterrain et doté d’équipements pour les autobus électriques, à l’ouest du métro Rosemont) sera construit prochainement avec une architecture audacieuse.

« Oui, c’est un projet intéressant (Bellechasse) avec garage souterrain et un parc au-dessus, des bureaux. C’est un beau modèle. Nous avons aussi deux nouveaux garages pour le service d’entretien (dans Mercier et Outremont) dans lesquels beaucoup d’activités sont à l’intérieur. Ici, on aime ça innover et prendre plus de temps pour bien réfléchir. Le processus doit être créatif. On partage plusieurs préoccupations de la SDC. Mais il faut aussi un projet qui se tient et que les contribuables soient capables de payer » a-t-elle conclu.

Mémoire percutant

La SDC District Central avait décidé de créer un comité d’aménagement du territoire il y a un an pour analyser l’impact de la venue d’activités de la ville sur le terrain maintenant en friche.

Le comité composé de gens d’affaires (dont d’influents propriétaires immobiliers) et de résidants a estimé de façon unanime que la venue d’activités de voirie au 50-150 Louvain Ouest n’est tout simplement pas souhaitable.

Mais en même temps, face à la volonté «claire» de la Ville de foncer avec ce projet, le comité d’aménagement du territoire de la SDC plaide pour que le projet soit intégré à un ensemble d’usages mixtes et porteurs pour l’avenir du quartier des affaires qui compte 1800 chefs d’entreprise de taille variée.

Pour l’aider à pondre son mémoire, le groupe a fait appel à une firme d’urbanistes qui est arrivée avec des projets «inspirants» réalisés ailleurs sur la planète.

« La conclusion, a indiqué en entrevue au jdv Hélène Veilleux, la directrice générale de la SDC District Central, est que l’arrondissement et la ville doivent avoir une vision 2035 et arriver avec un plan ‘’au goût du jour’’, alors que l’on a un potentiel économique énorme. L’arrondissement  a fait des efforts sur Chabanel mais ce n’est pas fini compte tenu de notre potentiel économique. On a organisé des rencontres entre Mme Thuillier et les chefs entreprises, dont la jeunesse entrepreneuriale. Nous avons entre autres une entreprise de 600 employés dont la moyenne d’âge est de 29 ans seulement», a-t-elle relevé.

Petits camions, oui; gros, non

Allée donnant accès au terrain de stationnement de Postes Canada à l’arrière d’un édifice, rue Chabanel Ouest (Photo: jdv P. Rachiele)

Le comité, dans sa synthèse, plaide pour que les activités de voirie soient tout simplement couvertes.

« Il faut éviter les nuisances sonores et visuelles », a soutenu à grands traits la dg de la SDC.

Mais déjà, on notera qu’il y a beaucoup de circulation de Postes Canada avec l’ouverture récente d’une succursale et de nombreux camions de livraison de la société d’état qui sont garés dans un grand stationnement à l’arrière de l’édifice de la Société, sur Chabanel.

À ce sujet, Mme Veilleux a défendu l’arrivée de la Société avec ses 600 employés.

« Oui, mais c’est une industrie légère, des camions petits faits pour la ville, ce ne sont pas des camions de 53 pieds de long. Nous sommes fiers d’avoir Postes Canada, car nous comptons beaucoup d’importateurs et d’exportateurs comme membres de la SDC District central ».

Propositions de la SDC

Le comité de la SDC y est allé de six recommandations pour le site dont favoriser une mixité des usages et l’aménagement d’espaces verts.

« Il faut que nos entrepreneurs sortent le midi et prennent un sandwich dans un environnement agréable», a suggéré la dg de la SDC.

On parle aussi de l’importance d’arriver avec un projet intégré dans la communauté, de saisir tout le potentiel économique et social du terrain, et d’avoir une architecture audacieuse et de qualité.

Les membres du comité souhaitent être partie prenante des discussions quant au développement du site.

Bref, participer à une démarche participative similaire à celle mise en place pour redévelopper le vaste terrain municipal aussi du côté de Louvain Est (on veut y développer des projets de 800 logis et offrir une gamme de services dont CPE, école, biblio, etc. d’ici une dizaine d’années probablement).

Mais présentement tout est sur la touche, comme nous l’a confirmé Émilie Thuillier, dont l’échéancier.

Mais peu importe le plan de match futur, la SDC tient à être aux premières loges dans les nouvelles consultations à venir dans ce dossier, souhaitant que l’arrondissement soit pleinement transparent.

En termes de pollution sonore, rappelons que le secteur est survolé régulièrement par les avions allant atterrir ou décollant de l’aéroport Dorval-Trudeau.

Pour prendre connaissance du mémoire de la SDC, c’est ici.