optilab-043
(Photo: Philippe Rachiele)

Des employés des laboratoires de l’Hôpital Sacré-Coeur ont manifesté devant l’établissement le 3 novembre pour sensibiliser les citoyens au projet Optilab qui centraliserait au CHUM l’analyse en laboratoire des échantillons sanguins et autres échantillons dit «non urgents».

Les employés de l’hôpital membres de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) s’inquiètent des délais d’attente de diagnostic plus longs pour les bénéficiaires, du risque de perte des échantillons transportés jusqu’au CHUM, ainsi que de la réorganisation du travail pour les employés.

« Récemment, un prélèvement non urgent effectué le matin a été analysé et à 9  h 15 a révélé un taux de globules blancs de 195 (plutôt que de 4 à 12).  L’hématologue a pu prendre le patient en charge en quelques minutes et son hospitalisation a eu lieu durant la même journée pour une leucémie aiguë.  Avec la centralisation, il y aura un délai de transport des échantillons jusqu’au CHUM. L’analyse pourrait même  avoir lieu le soir et la nuit et retarder d’autant la prise en charge des malades » a expliqué Guillaume Chouinard, présidents de l’APTS de l’hôpital du Sacré Coeur.

M. Chouinard cite également le cas de la pathologie (analyse des tissus prélevés) qui pourraient occasionner des délais de plusieurs jours, voire des semaines, selon les analyses demandées par les pathologistes qui, dans certains cas, sur réception des premiers résultats, veulent faire effectuer d’autres analyses plus poussées, lesquelles occasionnent d’autant de délais de plus avant que le pathologiste n’en arrive à un diagnostic précis. Ce ballet aller-retour d’échantillons et de demandes supplémentaires d’analyses deviennent problématiques, selon M. Chouinard, puisqu’il s’additionne de plus de délais, compte tenu que les analyses seront faites à l’extérieur de l’hôpital.

Selon Guillaume Chouinard, le transfert des opérations vers Optilab a été annoncé pour avril 2017 mais il trouve que le tout est précipité. « Ils ne sont même pas allés en appel d’offres pour le logiciel qui va permettre à ce système de parler à tous les intervenants ».  En outre, selon lui, les locaux du CHUM ne sont pas prêts pour loger Optilab car à l’origine, ils n’ont pas été conçus ainsi. « À cause du modèle de partenariat public privé (PPP), il y a interdiction de faire d’autres travaux (NDLR: pour Optilab) avant un an », ajoute-t-il.

Le Ministre Barette a mentionné à l’Assemblée nationale qu’il y a déjà eu centralisation des analyses dans la grande région de Québec, que cela avait occasionné des économies de plusieurs millions de dollars et que personne n’avait été lésé.

Pour lire notre article précédent sur ce sujet, cliquez ici, et rendez-vous au troisième article.

 


Vous avez apprécié cet article? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journaldesvoisins.com donne droit à un reçu fiscal.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

2 millions $ pour les journaux locaux

La Ville de Montréal vient d’octroyer une aide ponctuelle de 2 M$…

Les enjeux dans Saint-Laurent

Le JDV vous présente les enjeux principaux pour le secteur de Cartierville…

Maurice-Richard, des enjeux sociaux persistants

Pression sur les écoles, prise en charge des personnes âgées, demande en…

Des résidants d’Ahuntsic-Cartierville touchés de près par la guerre en Ukraine

Écrire que Lyubov Semenyuk est inquiète serait un euphémisme. La jeune femme…