Joe Grass lors de son spectacle à la Place des Festivals dans le cadre du Festival international de jazz de Montréal. (Photo: François Robert-Durand, JDV)

Joe Grass, auteur-compositeur-interprète, résident d’Ahuntsic, signe son quatrième album, Falcon’s Heart, chez Simone Records, présenté en primeur au Festival international de jazz de Montréal. Ce guitariste très recherché de la scène montréalaise reprend ainsi de plus belle sa carrière en solo. Son dernier album remonte à 2016.

Ce texte de la chronique Par ici, la culture! a été publié dans la version imprimée du Journal des voisinsle Mag papier d’août-septembre 2023, à la page 28.

«Mettre en harmonie des contrastes saisissants de la vie quotidienne, en jouant avec des couleurs et des sensations qui émergent spontanément sans trop d’effort de conceptualisation.» C’est la formule qu’a poursuivie cet insatiable artiste expérimentateur lors de la conception des morceaux de son nouvel album.

«J’ai essayé de faire ça sans filtre, j’ai simplement laissé aller mon imagination en m’inspirant des images fortes de la vie quotidienne», dit Joe Grass. Par son nouvel opus, il nous transporte avec une intimité feutrée et délicieusement nostalgique à travers les sources fondamentales des musiques country, folk, rock… Le tout enrobé de textures contemporaines.

Album composé durant la pandémie

Contemporain, ce recueil de dix chansons, il l’est résolument. D’abord, par le fait même qu’il a été composé pendant la période d’isolement durant la pandémie. Ce qui explique le besoin d’apaisement et de méditation qu’évoquent les chansons face aux hasards de la vie et ses ironies.

Le résultat, d’après de nombreuses critiques de la scène québécoise, annonce une suite de carrière prometteuse pour cet artiste originaire de Moncton, qui semble trouver dans l’effervescence de la scène montréalaise de quoi assouvir son désir «d’essayer toutes sortes d’affaires musicales».

Manifestement, il s’est enrichi merveilleusement de ses collaborations très appréciées avec de nombreux artistes, tels que Lhasa de Sela, Patrick Watson, Marie-Pierre Arthur et Elisapie, entre autres. «Je veux une musique contemporaine avec beaucoup de couleurs, qui jonglent avec un large spectre de sensations. Mais, garder les formes classiques me tient à cœur», confie-t-il au Journal des voisins.

Joe Grass lors de son spectacle à la Place des Festivals dans le cadre du Festival international de jazz de Montréal. (Photo: François Robert-Durand, JDV)

Modus operandi

«Quand je vois qu’une chanson peut être chantée toute seule sans instruments, juste la mélodie et les paroles, et que ça marche, je la garde», commente-t-il.

C’est le critère de sélection qu’il a poursuivi pour choisir, parmi une moisson d’une quarantaine de chansons, les dix morceaux du dernier album. «Beaucoup de chansons ont fini dans la poubelle», dit-il.

Pour Joe Grass, il s’agit surtout de «trouver le juste équilibre entre texte et musique». Pour cela, les séances d’impro dans différents styles (folk, country, rock, bluegrass, musique contemporaine, etc.) avec ses amis musiciens, notamment Robbie Kuster à la batterie, François Lafontaine aux claviers et Mishka Stein à la basse, ont été des «explorations spontanées et assidues de textures qui ont fini par donner des choses intéressantes».

Évoquant le choix de la chanson-titre de l’album, Joe Grass indique que la plupart de ses amis trouvaient que c’était la plus touchante. «Elle reflète parfaitement l’équilibre que je cherchais et traduit l’esprit de l’album», souligne celui qui cite notamment George Jones et John Prine parmi ses grandes sources d’inspirations.



Restez informé

en vous abonnant à notre infolettre


Vous appréciez cette publication du Journal des voisins? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journal des voisins donne droit à un reçu fiscal.

Nous recueillons des données pour alimenter nos bases de données. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à notre politique de confidentialité.

Tout commentaire sera le bienvenu et publié sous réserve de modération basée sur la Nétiquette du JDV.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Laboratoire Bergeron: à la découverte du savoir-faire d’un orthésiste

«Se sentir bien dans ses baskets» ou, au contraire, «être dans ses…

Les animaux de moins en moins acceptés dans les logements

Difficile de trouver un logement locatif abordable qui nous convienne de nos…

Luis Gini: cultiver l’appartenance et la solidarité

Installé à Ahuntsic-Cartierville par hasard en 1972, Luis Gini est revenu plus…

Le baseball local tatoué sur le cœur de la famille Vocino

Le baseball n’est pas qu’un loisir pour les Vocino. C’est une histoire…