De gauche à droite, Alexis Bellavance et Jonathan Villeneuve, aux Ateliers Belleville. (Photo : François Robert-Durand, JDV)

À terme, le nouvel espace des Ateliers Belleville sera exclusivement réservé à la diffusion, à la production et au soutien des arts et des artistes. Le Journaldesvoisins.com (JDV) a rencontré les deux entrepreneurs derrière ce projet unique.

Les Ateliers Belleville, pôle artistique et social, s’installent dans le District Central avec la récente acquisition d’un bâtiment de 55 000 pieds carrés pour la coquette somme de 6,2 millions de dollars.

L’organisme a pour mission de développer les activités de production et de diffusion pour les pratiques artistiques indépendantes, mais aussi d’établir des collaborations et partenariats entre intervenants de divers milieux, et enfin d’offrir des ateliers collectifs à coût raisonnable, ou des outils pour la création en partage.

« Ce qui est excitant, c’est l’acquisition. Ce n’est pas juste une gang d’artistes qui s’installent dans un local loué. C’est un développement à long terme : les projets commencent aujourd’hui et ils vont pouvoir s’étaler dans le temps comme jamais on n’a pu le faire », se réjouit Jonathan Villeneuve, codirecteur des Ateliers Belleville avec Alexis Bellavance.  

Fort de sa réputation et de sa bonne connaissance du marché, l’organisme a vu son projet se concrétiser grâce au soutien du Fonds immobilier de solidarité FTQ (sous forme d’hypothèque) et de la Ville de Montréal (sous forme de subvention à l’achat).

Enfin, ce projet novateur, qui reçoit une réponse extrêmement positive de la part du quartier Chabanel, a reçu le soutien du ministère de la Culture du Québec et du Conseil des arts de Montréal. Dans le cadre de cette démarche, le groupe de ressources techniques (GRT) Bâtir son quartier les a accompagnés durant quatre mois pour ce projet d’acquisition.

Rappelons que les GRT sont des entreprises d’économie sociale vouées au développement de l’habitation communautaire, accompagnant des organismes ou des groupes de citoyens dans le développement de projets immobiliers communautaires, par exemple les coopératives d’habitation, qui sont de l’immobilier collectif.

À terme, soit en 2025, la nouvelle adresse des Ateliers Belleville, située au 545, rue Legendre Ouest, accueillera de 100 à 150 artistes et artisans occupants ainsi que 200 membres externes. D’ici là, de gros travaux d’aménagement et de rénovation sont prévus.

Crise du logement

L’organisme existe depuis 2015 et était jusqu’à présent installé au 6572, rue Waverly, où il accueille encore aujourd’hui 30 artistes artisans locataires jusqu’à la fin de leur bail en 2025.

En 2018, il passait de 2000 à 6000 pieds carrés dans le bâtiment à valeur patrimoniale (un ancien dépôt à munition datant de 1911). Quatre mois plus tard, le bâtiment a été racheté par Canderel, un des plus gros promoteurs immobiliers du Canada.

Les Ateliers Belleville entament alors les discussions avec leur nouveau propriétaire et les élus, en vue d’acheter une partie du bâtiment, tandis que Canderel compte raser l’espace pour en faire une tour de bureaux (un projet avorté en raison de l’aspect patrimonial du lieu). Jonathan Villeneuve raconte sa frustration à l’entente de cette nouvelle : « On venait d’investir ! tonne-t-il. Et ils nous ont dit qu’on devait partir. »

Ce retournement de situation les lance alors dans le processus d’acquisition d’un bâtiment, soit au 545, rue Legendre Ouest, qui constitue leur quatrième offre. Leur atelier situé rue Waverly était par ailleurs l’un des seuls qui répondaient encore au mythique « 1 dollar au pied carré », un principe qui a presque complètement disparu du marché. Cette moyenne entendue était relativement réaliste quant aux moyens des artistes.

Le 545, rue Legendre Ouest, coin Meilleur, où se situeront les Ateliers Belleville. (Photo : François Robert-Durand, JDV)

Terre promise

La crise des ateliers commencée  il y a environ cinq ans touche encore la majorité des artisans : devoir quitter son espace de travail à répétition face à l’augmentation des loyers ou aux changements de propriétaires vient forcément freiner la production et ainsi la carrière de ces créatifs. Le Journaldesvoisins.com (JDV) abordait d’ailleurs récemment un autre projet d’ateliers collectifs au sein du District Central, le 9300, rue Meilleur.

Pour Alexis Bellavance, codirecteur des Ateliers Belleville, la demande de développement de ces espaces est constante. Leur récente acquisition garantit par ailleurs que leur investissement serve aux premiers concernés, les artistes : « Si tu viens ici, il n’y aura plus cette angoisse de perdre ta place, tu as l’assurance de pouvoir être là tant que tu veux », explique-t-il.

Les Ateliers Belleville promettent des espaces communs, mais aussi des espaces semi-ouverts de 250 à 500 pieds carrés. La particularité de l’organisme réside dans les établis de travail : des espaces de 5 pieds de large sur 2 pieds de profondeur (avec de nombreux rangements), à prix relativement bas pour favoriser l’usage par les étudiants ou les artistes aux faibles revenus.

Si vous êtes artiste et que le projet vous intéresse, il est possible d’écrire dès maintenant à Jonathan Villeneuve et Alexis Bellavance à l’adresse courriel ateliersbelleville.mtl@gmail.com. Les activités débutent dès mars 2023, bien que l’ouverture soit ponctuée par la rénovation et l’aménagement du bâtiment.

Vous avez apprécié cet article ? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information sur des faits avérés, qui soit vraie, vérifiable et d’intérêt public.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Appel à tous : quels sont les immeubles mal en point de votre quartier?

Le Journal des voisins prépare un dossier sur l’immobilier l’hiver prochain. Nous…
compte de taxes 2022

Le rôle d’évaluation foncière expliqué

Les évaluations foncières ont atteint des sommets après la flambée du prix…

La caserne de pompiers sera convertie en condos

Bonne nouvelle pour le quartier Bordeaux : la caserne de pompiers, située…

RPA vendues, aînés bousculés

Pour des locataires, c’est difficile de changer de propriétaire. Les risques d’augmentation…