Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Les brèves – Semaine du 7 décembre

Publié le 02/12/2018
par Rédaction

Marche et rassemblement pour contrer les violences sexuelles

(Photo : Courtoisie – CFSE)

Plus d’une centaine de personnes se sont rassemblées au parc Saint-Paul-de-la-Croix en cette journée de commémoration des quatorze victimes de la tuerie à Polytechnique. Pour une troisième année consécutive, le Centre des femmes solidaires et engagées (CFSE), a organisé une marche en silence à la chandelle pour clôturer les douze jours d’action contre les violences faites aux femmes, ainsi que pour commémorer les femmes autochtones disparues et assassinées. Cette année, en partenariat avec L’Arrêt-Source, les militantes du comité Femmes en action du CFSE, ont choisi de déconstruire les mythes entourant les violences sexuelles.

Des mythes qui persistent

Malgré une société plus sensibilisée au lendemain du mouvement #MoiAussi, certains mythes entourant la violence sexuelle demeurent ancrés dans la pensée collective. « Par exemple, nous rencontrons encore des femmes qui ne reconnaissent pas l’agression sexuelle qu’elles vivent, même dans leur relation intime», explique Josie Iacono, intervenante sociale au Centre des femmes solidaires et engagées. « C’est pour ces raisons que les membres du comité ont tenu à faire une activité d’éducation populaire portant sur les mythes et les réalités entourant les violences sexuelles. Si nous n’éliminons pas ces mythes, les personnes qui commettent ces actes odieux continueront à le faire en toute impunité », s’indigne-t-elle.

Les femmes toujours les principales cibles, les hommes, principaux agresseurs

Au Canada, l’agression sexuelle est le seul crime qui n’est pas en déclin. Si les femmes représentaient 88 % des victimes d’agression sexuelle, les accusés étaient des hommes dans 97 % des cas, selon les statistiques policières de 2015. « Les centres de femmes sont de précieuses ressources disponibles aux femmes, nous les accompagnons dans leur démarche de reprise de pouvoir. Nous intervenons auprès d’elles de façon quotidienne. Malheureusement, nous n’obtenons toujours pas le nécessaire, ni en soutien financier, ni en terme de reconnaissance du gouvernement», explique Pina Di Pasquale, directrice du CFSE.

Flo Fest 2019

Publicité

Les centres de femmes sonnent l’alarme à travers le Québec

Les centres de femmes offrent des services de première ligne aux femmes victimes de toutes les formes de violence: « Les besoins sont criants, mais les ressources sont manquantes. Nous sommes débordées et implorons le gouvernement de prendre les mesures nécessaires pour soutenir les centres de femmes dans la province », fait remarquer la directrice du centre. Pour l’année 2017-2018, les problématiques liées à la violence entre partenaires intimes ont quadruplé par rapport à l’année précédente au CFSE. L’R des centres de femmes du Québec, regroupant près de 90 organismes à travers la province, lançait le 28 novembre dernier, un cri d’alarme similaire, appelant le gouvernement du Québec à hausser le financement des centres de femmes de 25 millions de dollars par année. (Source : CFSE)


Le Carrefour BLE célèbre la langue française

Participants du groupe-témoin, représentants d’institutions publiques et bailleurs de fonds, membres du comité consultatif, et membres du conseil d’administration et de l’équipe du Carrefour BLE (Photo : Courtoisie Carrefour BLE)

Le vendredi 30 novembre 2018, le Carrefour BLE de Bordeaux-Cartierville a souligné l’aboutissement du projet d’élaboration de son programme de cours de français professionnel lors d’une cérémonie rassemblant des participants du groupe-témoin, représentants d’institutions publiques et bailleurs de fonds, membres du comité consultatif, et membres du conseil d’administration et de l’équipe du Carrefour BLE. Les invités ont eu droit à une animation riche en information, en témoignages reconnaissants et en humour.

Soutenu par l’Office québécois de la langue française (OQLF), ce projet permet au Carrefour BLE d’enrichir ses formations Agrippez–vous! et Transformez-vous! qui aident les nouveaux arrivants spécialisés en agronomie et en transformation des aliments à mettre à niveau leurs compétences acquises à l’étranger. Les nouveaux modules de langue permettront aux participants d’améliorer leurs compétences linguistiques en situations professionnelles, de s’approprier la terminologie spécifique aux supports et outils de travail, et de se familiariser avec le « parler québécois ».

De profils, origines et expériences diversifiés, les participants du groupe-témoin ont suivi le cours dans sa nouvelle version du 24 septembre et 19 octobre derniers. Le Carrefour BLE est fier d’avoir soutenu plus de 1 000 professionnels au cours des 18 années de son existence dont 100 % ont bénéficié d’un stage et plus de 75 % ont été placés en emploi dans le domaine de leurs compétences. Pour en savoir plus sur le Carrefour BLE, visitez le site carrefourble.qc.ca. (Source : Carrefour BLE)


Présentations d’une cinquantaine d’étudiants de l’école secondaire Marie-Anne

Depuis plusieurs semaines, une cinquantaine d’étudiants de l’école secondaire Marie-Anne ont entrepris de nombreuses démarches pour préparer leur présentation orale de dix minutes autour d’un organisme communautaire de l’arrondissement. Ce projet s’inscrit dans le cadre du programme de français pour lequel son enseignant, Monsieur Emmanuel Charlebois, a souhaité apporter une nouvelle approche permettant aux jeunes de développer des compétences supplémentaires (recherches, entrevue, etc.) et de se familiariser avec des ressources du milieu qui pourraient leur être utiles tant pour eux que pour leur entourage.

Les étudiants répartis par groupe de 3, issus de deux classes différentes, ont pigé un organisme communautaire du territoire. Dès lors, ils avaient à faire des recherches sur ce dernier, à convenir d’un rendez-vous pour une entrevue, à structurer leur argumentaire pour démontrer, lors de leur exposé du 3 ou 4 décembre, que cet organisme était le meilleur pour répondre aux besoins de leur clientèle. Chaque groupe disposait donc de dix minutes pour faire leur présentation à l’aide de visuels et devant leurs camarades, les représentants des organismes et un jury. À la fin des exposés, les jeunes pouvaient échanger entre eux et discuter avec les acteurs du milieu présents.

Ce projet s’est réalisé en partenariat entre l’école Marie-Anne, le Centre d’action bénévole de Bordeaux-Cartierville (CABBC), le CIUSSS du Nord-de-l’île-de-Montréal et le Carrefour jeunesse-emploi Ahuntsic Bordeaux-Cartierville (Cje ABC). Devant le succès de ce projet, nul doute qu’il sera reconduit l’an prochain pour permettre à de nouveaux jeunes de vivre, à leur tour, cette expérience. (Source : CJE ABC)


 Nouvel horaire des collectes des CRD et encombrants

L’arrondissement informe la population que depuis le 3 décembre 2018, les résidus de construction, de rénovation et de démolition (CRD) et les encombrants non-valorisable seront ramassés avec la collecte des ordures ménagères. Quant aux CRD et encombrants valorisables, ils continueront d’être collectés les mercredis, et ce, pour tout le territoire de l’arrondissement.

Les CRD valorisables
Ces résidus proviennent de la construction ou de la démolition de bâtiments résidentiels. On retrouve, entre autres, dans la liste des résidus de construction, de rénovation et de démolition :

  • le bois, le gypse, les métaux ferreux et non-ferreux;
  • les bardeaux d’asphalte;
  • les agrégats constitués de brique, de mortier, de résidus de pierre, de terre,d’asphalte et de béton;
  • les matériaux de revêtements;
  • les textiles, le verre et les plastiques.

Les encombrants valorisables
Il s’agit de mobilier fait de bois, de métal ou de tout autre matériau recyclable comme les bureaux, tables, chaises, commodes, bibliothèques, armoires, classeurs, électroménagers et autres.

Les CRD non-valorisables
Ce sont, entre autres, les tapis, la laine minérale, la styromousse, les carreaux d’insonorisation (tuile acoustique), jouets, lampes, boyaux d’arrosage et les matières goudronneuses provenant de toits plats.

Les encombrants non-valorisables
Tout mobilier dont la structure est rembourrée ou recouverte de tissu, de cuir ou de tout autre matériel de recouvrement comme les sofas, les fauteuils, les chaises, les sommiers, les matelas et autres.

Les ordures ménagères attirent les animaux sauvages
Afin d’éviter d’attirer des animaux sauvages (notamment les rongeurs, ratons ou coyotes), il est fortement recommandé de ranger ses ordures ménagères dans un contenant fermé par un couvercle. (Source : Arrondissement)


La brigade de propreté de retour l’an prochain

À la suite du succès du projet-pilote des brigades de propreté alternées réalisé cet été dans cinq arrondissements dont Ahuntsic-Cartierville, la Ville de Montréal a annoncé le 5 décembre 2018  qu’elle étendra le projet à toute la Ville. Ainsi, les brigades alternées viendront s’ajouter aux brigades intensives déjà présentes dans quatre arrondissements afin d’assurer la propreté sur les artères les plus achalandées. Les brigadiers seront à l’œuvre du 1er juin au 31 octobre, à raison de une à trois interventions de trois heures par semaine.

« Le travail des brigadiers est très apprécié partout où il est effectué. Il permet de renforcer le travail déjà fait par nos équipes des travaux publics afin de profiter d’artères propres en tout temps.  Ce genre d’initiative améliore considérablement la qualité de vies des résidents et des travailleurs, et contribue à augmenter l’attractivité de notre ville pour les touristes », a mentionné la mairesse, Valérie Plante.

« Les résultats du projet-pilote réalisé cet été démontre bien à quel point les brigades propreté font un travail essentiel. Je suis très heureux de pourvoir étendre leurs services à l’ensemble des arrondissements afin que toutes les Montréalaises et tous les Montréalais puissent en bénéficier », a ajouté Jean-François Parenteau, responsable des services aux citoyens, du développement durable, de l’approvisionnement, de l’environnement et du matériel roulant.

Les brigadiers s’ajoutent aux employés réguliers de la Ville de façon temporaire afin d’améliorer la propreté dans les secteurs très achalandés ou difficiles d’accès pour les appareils de nettoyage mécanisés. Ils se consacrent à l’enlèvement des déchets et des graffitis sur le domaine public, au balayage des trottoirs, au nettoyage et à la remise en état du mobilier urbain, à l’enlèvement des mauvaises herbes et à la collecte des mégots de cigarettes des cendriers de la Ville. Dorénavant, tous les arrondissements qui ne sont pas desservis par la brigade « classique » qui intervient 7 jours sur 7 (Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, Le Plateau–Mont-Royal, Le Sud-Ouest et Ville-Marie), pourront donc bénéficier des services de la brigade alternée. Pour voir notre texte précédent sur la brigade de propreté dans Ahuntsic-Cartierville, cliquez ici. (Source : Ville de Montréal)


Les machines de colmatage de nids-de-poule sont au travail

La Ville de Montréal a entrepris cette semaine une opération mécanisée de colmatage afin de réparer les nids-de-poule qui sont apparus récemment en raison des conditions météorologiques, en cette période de l’année.

« Les opérations de colmatage de nids-de-poule doivent se faire dans des conditions météorologiques spécifiques. Il ne doit pas faire trop froid et la chaussée doit être assez sèche. Nous profiterons de chaque occasion d’ici le mois de juin pour faire les réparations nécessaires afin d’assurer la sécurité et la mobilité sur le réseau », a mentionné Sylvain Ouellet, responsable de l’eau et des infrastructures de l’eau, des infrastructures et de la Commission des services électriques au comité exécutif de la ville.

Les travaux sont planifiés sur les différents axes de circulation, autant de jour que de nuit, de façon à limiter les entraves à la circulation, particulièrement au centre-ville. Les parcours des appareils spécialisés sont déterminés en fonction de l’état des chaussées et ajustés selon les travaux réalisés annuellement de façon à optimiser leur utilisation. Chaque année, près de 200 000 nids-de-poule sont colmatés. Dès 2019, deux appareils supplémentaires seront disponibles. Au total, quatorze machines spécialisées sillonneront le réseau routier artériel des dix-neuf arrondissements de Montréal. Ces efforts s’ajoutent aux opérations de colmatage d’urgence réalisées manuellement par les arrondissements depuis le début de l’hiver.

Les citoyens sont invités à communiquer avec le 311 ou utiliser l’application Montréal Service aux citoyens pour signaler des nids-de-poule et ainsi aider la Ville à mener à bien son opération. (Source : Ville de Montréal)


Montréal accessible pour toutes et tous

Près de 200 invités se sont réunis ce soir à l’hôtel de ville le 3 décembre dernier  afin de souligner la Journée internationale des personnes handicapées. Ce fut l’occasion pour la mairesse de Montréal, Valérie Plante, de rappeler à l’auditoire l’importance de redoubler d’ardeur pour rendre Montréal accessible pour tous ses citoyens, incluant les personnes avec limitation fonctionnelle, tout en valorisant les avancées et les bons coups.

Rappelons qu’outre les aménagements réalisés dans les édifices municipaux et les espaces publics, notamment en ce qui a trait à l’urbanisme, l’architecture et les aménagements urbains grâce à des investissements de 18 M$, la Ville de Montréal a récemment mis sur pied un projet pilote visant à intégrer dans les processus décisionnels une clause d’analyse différenciée et intersectionnelle, l’ADS+, afin de prévenir les discriminations systémiques. Cette clause permettra de tenir compte des besoins des personnes avec limitation fonctionnelle dès le départ.

Rappelons que les plans d’action de la Ville en accessibilité universelle découlent de la Politique municipale d’accessibilité universelle de la Ville de Montréal. Le futur plan sera élaboré en tenant compte des besoins de la population, des réalités municipales ainsi que des spécificités des 19 arrondissements. La Ville de Montréal reconnaît que toute personne, à tout âge, est susceptible de connaître des limitations temporaires ou permanentes aux plans moteur, visuel, auditif ou cognitif. À Montréal, une part importante de la population connait une limitation fonctionnelle. (Source : Ville de Montréal)


Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes

À l’approche de la Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, invite la population montréalaise à se recueillir le jeudi 6 décembre à 17 h en mémoire des 14 femmes tombées sous les tirs à pareille date, il y a 29 ans, à l’École Polytechnique.

À la même heure, 14 faisceaux illumineront le ciel au-dessus du mont Royal dans le cadre d’un moment de recueillement qui se tiendra sur le belvédère Kondiaronk face au chalet du Mont-Royal, en présence de la mairesse de Montréal, Valérie Plante, de plusieurs élus ainsi que des familles et proches des victimes. Pour une cinquième année, la création lumineuse de Moment Factory illuminera le ciel de la métropole québécoise, entre 17 h et 22 h. Les faisceaux seront allumés un à la fois, à quelques secondes d’intervalle, à l’appel du nom des 14 victimes.

Rappelons que, le 6 décembre 1989, 14 jeunes femmes de l’École Polytechnique voyaient leur vie fauchée par un tireur, tout simplement parce que la plupart d’entre elles étudiaient dans un domaine réservé traditionnellement aux hommes. Cet acte de violence sans précédent a marqué pour toujours les familles et les proches des victimes ainsi que la mémoire du Québec entier.

Organisée par le Comité Mémoire, en collaboration avec la Ville de Montréal et Polytechnique Montréal, la commémoration sur le mont Royal est également l’occasion de rappeler l’importance de dénoncer toute forme de violence à l’endroit des femmes et de réaffirmer les valeurs fondamentales d’égalité de notre société.

En signe de solidarité et pour marquer leur engagement collectif envers une société sans violence faite aux femmes, les élus et élues de la Ville de Montréal seront invités à porter le ruban blanc le 6 décembre. (Source : Cabinet de la mairesse)


Plan d’action en matière d’immigration et d’intégration des nouveaux arrivants

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, accompagnée de Magda Popeanu, vice-présidente et responsable de l’habitation, de la gestion et planification immobilière, et de la diversité montréalaise au comité exécutif de la Ville de Montréal, a dévoilé le 5 décembre 2018 le premier plan d’action 2018-2021 visant l’intégration des nouveaux arrivants à  Montréal.

« J’en suis convaincue : l’immigration enrichit la métropole en élargissant ses horizons et en créant des milieux de vie dynamiques à l’échelle de tous les arrondissements. Avec la mise en œuvre de ce plan, l’administration municipale réunit les conditions gagnantes qui permettront d’accélérer le processus d’intégration des nouveaux arrivants afin de maximiser leur pleine participation à la vie montréalaise », a déclaré la mairesse de Montréal.

Innovant et mobilisateur
Intitulé Montréal inclusive, le plan d’action triennal est le fruit de consultations avec les acteurs du milieu de l’immigration et des personnes immigrantes, tout en s’inspirant des meilleures pratiques de partout dans le monde. On y retrouve une trentaine d’actions regroupées sous quatre grands axes. Le premier axe vise à rendre l’administration municipale exemplaire en étant ouverte, sécuritaire et inclusive. Le deuxième axe porte sur une offre de service intégrée et accessible alors que le troisième s’adresse aux acteurs de l’emploi et à la société civile afin de bonifier leurs capacités d’accueil et d’inclusion. Le dernier axe vise à assurer la protection et l’accès à des services aux migrants sans statut ou à statut précaire. À terme, l’administration municipale souhaite augmenter la participation des nouveaux immigrants à la vie économique, assurer le respect de leurs droits, réduire l’écart entre leur taux de chômage et celui des natifs et améliorer leur accès à des logements de qualité et abordables.

« Nous avons pris la décision de ne plus parler de Montréal en termes de ville sanctuaire, mais plutôt parler de ville responsable et engagée en mettant l’emphase sur des actions sur le terrain pour protéger l’ensemble de la population montréalaise, quel que soit le statut, sans peur », a expliqué Mme Popeanu.

« Montréal a l’ambition d’agir de façon exemplaire et mobilisatrice. Avec ce tout nouveau plan d’action, nous déploierons les meilleures initiatives et les outils les mieux adaptés pour que tous les immigrants et immigrantes puissent pleinement s’épanouir et recevoir l’accueil dont ils ont rêvé à leur arrivée dans notre belle et grande ville », a ajouté la mairesse Plante.

Des interventions de proximité
Depuis plus de 25 ans, Montréal a mis en place des orientations, des politiques et des pratiques pour assurer l’intégration et la participation des citoyens et citoyennes de diverses origines à toutes les sphères de la vie municipale. Le plan d’action Montréal inclusive 2018-2021 s’inscrit en conformité avec l’attribution du statut de métropole, qui reconnaît le rôle-clé de Montréal en matière d’immigration, d’inclusion et d’intégration ainsi que sa capacité d’intervention de proximité. (Source : Cabinet de la mairesse)


Rappel et conditions de publication

S’il-vous-plait, prenez note que nous publierons avec plaisir vos communiqués si vous nous les faites parvenir en texte dans votre courriel  à  journaldesvoisins@gmail.com avant le mercredi, 17 h, pour publication le vendredi qui suit. Nous ferons peut-être un copier/coller pour éviter les erreurs. SVP noter le format des communiqués ci-dessus (Un titre, pas de gras, pas de majuscules, limiter les paragraphes, indiquer (Source : xxx) à la fin, etc). Par respect pour nos annonceurs qui paient pour annoncer et qui nous font vivre, nous publions affiches avec entente de paiement seulement.  Pour plus de visibilité, réservez un emplacement publicitaire.  Les tarifs Web, sont ici. Pour un tarif spécial OBNL, appelez-nous au 514 770-0858.

Compte tenu du volume élevé de communiqués que nous recevons et de notre petite équipe, nous ne publions les communiqués qu’une semaine et nous n’avons pas le temps d’envoyer d’accusé-réception. Notez également que nous ne publions pas nécessairement les photos.  Aidez-nous: relisez-vous avant d’expédier votre courriel ; n’envoyez pas plusieurs versions ! Autant que faire se peut, le texte doit être lisible, intéressant, d’une longueur raisonnable, et sans faute. Nous nous réservons le droit de raccourcir les textes trop longs. (La rédaction)

Si ce n’est pas déjà fait, pour aussi peu que 3 cents par jour (10$ par année), aidez votre journal communautaire. Devenez membre ici!

Prenez note que cette chronique sera interrompue pour la période des Fêtes, soit du 21 décembre 2018 au 11 janvier 2019, inclusivement. La dernière chronique, en 2018, « Les Brèves », sera donc publiée le 14 décembre. Nous reprendrons sa publication le 18 janvier prochain. Merci de votre compréhension.