Des masques de la couturière Marie-Yolène Giordani. (Photo: Archives jdv)

Après des semaines à préconiser le port du masque, le gouvernement provincial a finalement décidé qu’il fallait contraindre la population. Dès le samedi 18 juillet, toute personne âgée de 12 ans et plus devra porter le couvre-visage dans les lieux publics fermés. 

Déjà obligatoire dans les transports en commun, le fameux masque est recommandé par le gouvernement du Québec depuis le 24 avril. Certaines villes, dont Montréal, s’étaient positionnées en faveur de l’obligation de porter le masque en raison de sa capacité à bloquer les gouttelettes qui peuvent transmettre la COVID-19. 

En ce moment, la pandémie défraie moins les manchettes, mais les cas continuent d’augmenter progressivement à travers la province. 56 621 cas de COVID-19 ont été recensés depuis le début du mois de mars, et la transmission communautaire se poursuit, d’après le premier ministre François Legault. Selon lui, de plus en plus d’études prouvent que le risque de transmission est plus grand à l’intérieur qu’à l’extérieur. 

La responsabilité ira aux commerçants

Si un commerce offre des biens et services à un client qui ne porte pas de masque, ce n’est pas ce dernier qui paiera l’amende, a expliqué M. Legault. Les commerçants devront donc redoubler de vigilance, sans quoi une amende allant de 400 $ à 6 000 $ pourrait être imposée. 

« Nous appliquons déjà [le port obligatoire du masque], soutient Isabelle Hébert, de la clinique IZÉ Massothérapeutes. Par contre, je suis contre le fait de donner des amendes [aux commerçants]. »

À partir du 1er août, cependant, des amendes seront données aux individus ne respectant pas le règlement – bien que le premier ministre ait mentionné cet après-midi que l’objectif n’est pas de donner des amendes. Pour ce qui est de l’interdiction en tant que telle, cependant, les commerçants locaux semblent d’accord pour dire que c’est une bonne décision. 

« Nos employés le portent déjà et c’est un moyen supplémentaire de nous permettre de freiner l’épidémie et de reprendre un semblant de vie normale », explique Jean-Phillippe Lalonde, de la Brasserie Silo. « C’est aussi une bonne façon de se rappeler d’être vigilant pour éviter de devoir retourner en confinement. »

Certains commerces pourraient possiblement être tentés de vendre ou offrir des masques afin d’aider leurs clients à respecter les règles mises en place par le gouvernement. Cependant, les commerçants ayant exprimé leur opinion au jdv sont encore en train de réfléchir à la question. 

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Le mag de décembre, pour faire réfléchir un peu…

Finalement, la zone rouge dans laquelle nous sommes fait en sorte que…

« Ce n’est pas parce qu’on est vacciné qu’on peut relâcher !»

Malgré le lancement imminent de la campagne de vaccination de masse contre…

État d’alerte COVID-19 : Ahuntsic-Cartierville en mode prévention

Le nombre de cas était déjà en nette progression à Ahuntsic-Cartierville avant…

COVID-19 : Les cas toujours en forte augmentation à Ahuntsic-Cartierville

Alors que la région métropolitaine passe en état d’alerte maximale, plus de…