Niche dans un arbre(Photo : Jean Poitras, JDV)
Mâle – photo: J. Poitras

(Tree Swallow)   (Tachycineta bicolor)

La première arrivée des hirondelles, on peut l’observer au printemps dès le début d’avril. C’est aussi une des plus répandue sur le territoire québécois.

D’un bleu-vert lustré sur le dos qui contraste avec le blanc presque pur de sa poitrine et de son ventre, elle brille de tout son éclat au soleil.

En effet, contrairement au rouge et au jaune qui sont pigmentaires, le bleu et le vert chez les oiseaux est un produit de la diffraction de la lumière sur les plumes que l’on nomme iridescence. C’est pourquoi l’éclat et la coloration de cette hirondelle varie en fonction de sa position par rapport au soleil.

La femelle est légèrement plus terne que le mâle, tirant plutôt sur le gris ou le gris-bleu.

Le chant est une espèce de gazouillis de « toui-ti-ti-toui-titi-ti-ti » surtout audible en début de saison.

Cette hirondelle préfère nicher près de l’eau dans la cavité d’un arbre mort 1 , mais s’accommode très bien d’un nichoir s’il est placé dans un environnement favorable.

À l’assaut des intrus de même espèce!

Le couple a tendance à défendre agressivement les environs immédiats du site de nidification contre d’autres membres de son espèce, mais se montre généralement plus tolérant pour les autres espèces.

Cette particularité est exploitée par ceux qui gèrent un programme de nichoirs pour Merles bleus; un couple de bicolores empêchera tout autre couple de ses congénères de s’établir à un autre nichoir à proximité mais pourrait laisser les merles bleus y établir leurs pénates.

Femelle – photo: J. Poitras

L’Hirondelle bicolore, comme les autres espèces d’hirondelles, s’alimente en capturant des insectes au vol. C’est pour cela qu’elle préfère établir son territoire de nidification tout près d’un endroit découvert comme un lac, un étang, une rivière ou un champ. Un couple nourrissant une nichée (de quatre à six oisillons) effectue un va et vient incessant durant le jour pour ramener au nid les centaines d’insectes nécessaires pour satisfaire l’appétit des petits gloutons.

Ménage quotidien

Pour en assurer la propreté, le mâle et la femelle transportent les sacs fécaux des oisillons hors du nid pour les laissent choir plus loin.

Au cours de la nidification, tant les mâles que les femelles défendront leur territoire contre tout intrus en survolant et

Niche dans un arbre – photo: J. Poitras

plongeant vers celui-ci tout en émettant des cris d’alarme. Même les humains peuvent goûter à cette médecine, alors l’utilisation de jumelles et de téléobjectifs sont de mise pour les observer à cette période.

Le territoire de nidification couvre tout l’Amérique du Nord, de la limite des arbres au nord,  jusqu’au  sud des États-Unis, sauf les états qui sont plutôt désertiques. L’hiver, la migration les mène au sud de la Floride, au Mexique, et en Amérique Centrale. Celle-ci a lieu en septembre mais certains individus sont parfois observés au Québec en octobre ou en novembre.

  1. D’où le nom anglais Tree Swallow.

Ou au nichoir – photo: J. Poitras



Restez informé

en vous abonnant à notre infolettre


Vous appréciez cette publication du Journal des voisins? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journal des voisins donne droit à un reçu fiscal.

Nous recueillons des données pour alimenter nos bases de données. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à notre politique de confidentialité.

Tout commentaire sera le bienvenu et publié sous réserve de modération basée sur la Nétiquette du JDV.

S'abonner
me prévenir de
guest
8 Commentaires
Les plus vieux d'abord
Nouveau d'Abord Avec le plus de votes
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Yégor Krasnov
Yégor Krasnov
4 Années

J’ai aperçu une hirondelle bicolore mâle mercredi dernier, 29 janvier 20, à la résidence pour aînés de ma mère: elle picorait des araignées mortes au plafond du balcon. La résidence est bordée par la forêt de Saraguay.
Cette hirondelle serait-elle revenue du Sud, ou serait-elle restée au Québec (ce qui me semble improbable)?
Merci de tout cœur de propager votre science!

Jean
Jean
3 Années

Bonjour,
y a t-il encore des hirondelles bicolores à Montréal et si oui ou?

Louisette Giroux
Louisette Giroux
1 Année
Répondre à  Jean

J ai des hirondelles bicolore chaque annee depuis 7ans dans ma cour a mon grand bonheur,,,,j observe chaque jour leurs aller retour ,,,,

Dominique Rioux
Dominique Rioux
3 Années

Ce site ma beaucoup aider et plu pour ma recherche sur l’hirondelle bicolore, mais je me demandais si vous aviez plus d’information sur la reproduction? J’aimerais bien en savoir un peu plus à ce sujet.

Jutras, Michelle
Jutras, Michelle
2 Années

Nous avons 2 nichoirs où se sont installées des hirondelles il y a plusieurs semaines.
Par contre, depuis plus d’une semaine, c’est le calme plat. Plus aucun mouvement.
Une voisine a aussi un nichoir et de son côté, tout continue de bouger normalement.
pouvez-vous me donner une idée de ce qui peut être arrivé?

Merci

LUCETTE DALLAIRE
LUCETTE DALLAIRE
2 Années
Répondre à  Jutras, Michelle

allo ,moi j ai une cabane a oiseau sur ma cloture et les hirondeles sont venues y faire un nid mais depuis hier il n y a plus aucuns mouvements ,j esperais qu elles y resteraient au oins encore un mois mais elles sont parties aussi

Jalbert Lise
Jalbert Lise
1 Année

Un couple d’hirondelle a habité un nichoir dans notre cour jusqu’à la fin juillet. fin juillet: plus personne. Elles sont parties . Tard à l’automne, nous avons ouvert leur nichoir pour voir: 4 œufs y étaient. Pourquoi n’ont-ils pas éclos ? Merci pour votre aide. Je ne trouve pas de réponse à mes questionnements !

Rédaction
Editeur
1 Année
Répondre à  Jalbert Lise

Bonjour,
Nous vous remercions de l’intérêt que vous portez au journaldesvoisins.com.
Votre question a été transmise à Monsieur Poitras, l’auteur de l’article.
La Rédaction

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Une pétition pour ralentir la circulation sur la rue Lachapelle

Les gens d’affaires de Cartierville se sont mobilisés pour demander la réduction…

Chronique ornithologique: le Petit Garrot

Notre chroniqueur ornithologue présente le Petit Garrot, un oiseau migrateur qui reviendra…

Un nouveau collectif d’achats alimentaires dans Youville

Un projet novateur est maintenant en place dans Youville pour permettre aux…

Un vestiaire mixte et inclusif à Claude-Robillard

Le complexe sportif Claude-Robillard, dont les travaux sont menés jusqu’à 2027, accueillera…