La rue Millen, à l’angle de la rue Sauvé. (Photo: François Robert-Durand, JDV)

Et si on transformait des voies de circulation en parc linéaire? C’est l’idée que propose un groupe d’activistes écologistes d’Ahuntsic-Cartierville dans le cadre d’un concours d’idées pour réduire la place de la voiture en ville. Les citoyens ont jusqu’à la fin du mois d’août pour voter pour cette initiative et démontrer leur adhésion.

Ligne verte Millen serait le lieu d’une classe plein air (où les enfants feraient école à l’extérieur) qui deviendrait une place publique verdoyante quand elle n’est pas occupée par les élèves. Des voitures électriques, des vélos et des remorques partagés. Des bornes de recharges rapides et d’autres aménagements à proximité pour du jardinage urbain. Tout cela installé au milieu d’une zone végétalisée et deux miniforêts sur une rue qui mène directement au parc Ahuntsic.

Projet Ligne verte Millen
Le projet Ligne verte Millen du MEAC Nous proposons de transformer deux voies de rue minéralisées en couloir végétal aménagé en espace public, forêts et jardin communautaire. (Photo : courtoisie MEAC)

C’est le projet imaginé par un groupe de militants de Mobilisation environnement Ahuntsic-Cartierville (MEAC). L’idée est de ramener la verdure et la nature sur une portion de la rue Millen envahie par l’asphalte, entre la rue Sauvé et Fleury. L’aménagement devrait faciliter la connexion avec le réseau de transport actif et collectif. Le lieu est à proximité des pistes cyclables, REV et Sauriol, et situé entre deux stations de métro.

Relique du tramway

Tramway Millen
Le tramway ligne Millen en 1959. (Photo : archives STM)

Il faut savoir que la rue Millen est large, très large. Elle dispose de six voies pour les autos, quatre pour circuler dans les deux sens et une voie de stationnement. C’est carrément une autoroute, bordée de duplex et de triplex.

L’idée est de prendre deux voies sur les six et les réaménager. Cela représente 4000 m2 et ne devrait même pas déranger les résidants qui ont des autos, à entendre les membres du MEAC.

« Beaucoup de propriétaires disposent déjà de stationnements privés. Il resterait une voie de circulation dans chaque sens et une voie de stationnement, ce qui est nettement suffisant », mentionne Gisèle Comtois, une des porte-parole du MEAC et membre du groupe qui a développé ce projet.

Cette rue résidentielle est aussi large parce qu’elle était la route de passage du tramway quand il roulait encore à Montréal. Il emmenait ses voyageurs du boulevard Henri-Bourassa, près de l’actuelle station de métro, jusqu’au centre-ville.

« Le nom Ligne verte Millen a été proposée en référence à l’histoire de ce tramway qui, entre 1894 et 1959, circulait sur cette rue », indique Mme Comtois.

Maintenant que cette idée de verdir une portion de la rue se fait jour, il est tout de même intéressant de se demander pourquoi les autorités avaient décidé à l’époque de livrer les voies libérées aux automobiles. Cela est d’autant plus curieux que la rue n’est ni achalandée comme l’est le boulevard Henri-Bourassa ni empruntée pour servir de voie de transit.

« Je pense que c’est surtout par insouciance. Plus largement à cette époque, toutes les sociétés croyaient qu’elles pouvaient dévorer la planète à l’infini. En Amérique, nous avions tout l’espace désiré. Nous l’avons cédé sans aucun discernement en priorité à l’automobile et en fonction d’elle. Nous n’avions pas conscience des impacts de notre mode de vie. Notre avidité et notre inconscience nous ont conduits aujourd’hui à devoir faire face aux changements climatiques », relève la militante du MEAC.

Une projection

Le projet n’est pas dans les plans de la Ville ou de l’arrondissement. Il a été proposé dans le cadre du concours CASES (Convertir, Aménager, Substituer et faire Évoluer le Stationnement) organisé par le Conseil régional en environnement (CRE) de Montréal.

Le principe est de choisir des espaces de stationnement sur rue ou une aire de stationnement hors rue à Montréal et de proposer sa transformation.

« Le concours offre la possibilité de réfléchir à comment transformer les cases de stationnement qui sont en trop grand nombre pour en faire une ville plus résiliente, à échelle humaine », souligne Mme Comtois.

Selon le CRE de Montréal, la surface cumulée des espaces de stationnement dans la métropole dépasse les 37 km2.

Les projets sont soumis au vote des citoyens jusqu’au 30 août. La Ligne verte Millen fait partie des 16 projets soumis au concours; l’organisme ou le groupe gagnant qui totalisera le plus de votes remportera un prix de 1000 $.

Le MEAC a présenté Ligne verte Millen dans la catégorie Coup de cœur du public. Pour se donner des chances de remporter le concours, l’organisme prépare une large diffusion au marché public d’Ahuntsic le 13 août.

« On espère que le prix pourrait nous aider par la suite pour présenter le projet à la Ville », convient Mme Comtois.

Bien entendu les 1000 $ du concours sont bien insuffisants pour réaliser un tel aménagement, mais le concours servira aussi à donner de la visibilité au projet auprès des citoyens et des élus.

S'abonner
me prévenir de
guest
3 Commentaires
Les plus vieux d'abord
Nouveau d'Abord Avec le plus de votes
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
FOURNELLE, GILLES
FOURNELLE, GILLES
9 Jours

Wow! Lors de ma tournée de porte à porte en vue des prochaines élections provinciales, j’adore mentionner que des citoyens et des organismes bien implantés dans la communauté ont une multitude de solutions, propositions, idées pour mieux vivre dans son quartier, et je cite souvent la MEAC. Je me vois une fois de plus impressionné et en admiration de ces êtres créatifs! Un tel projet est motivant à promouvoir et surtout à réaliser, élu ou pas dans Maurice-Richard. C’est donc cliché de dire que la solution ne passe pas par les élus, mais bel et bien par les citoyens, et c’est notre devoir d’appuyer tous les projets qui unissent les gens dans un esprit bienveillant, naturel et respectueux de l’environnement.

Marie France Henri
Marie France Henri
9 Jours

Un projet de verdissement intelligent mené par une équipe formidable et responsable dans l’objectif de réduire ces grands îlots chaleur aux 6 voirs non justifiées sur une si petite rue. Tous les citoyens de la rue Millen y gagneront en terme de qualité de vie dans l’ere caniculaire bien installé dans toute la métropole. Nous devons faire face à cette situation irrévocable en collaborant à ce projet qui rendra ce secteur plus vivable et socialement plus intéressant, par ses attraits au service des résidents, pour mieux vivre en santé dans cette transition écologique urbaine nécessaire.
Merci aux initiateurs de ce projet qui y ont mis temps et optimisme pour le bien de la communauté ! 🤗

Martineau Alain
8 Jours

Je pense qu’on oublie que 50 nouveaux ménages vont s’installer en fin de 2022 Millen et Sauriol. Et que l’école Seguin accueille des élèves de partout à Montréal et que des parents n’ont pas le choix de venir déposer leurs enfants en auto.

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Conseil d’arrondissement du 17 janvier: l’achat local à l’avant-scène

Le conseil d’arrondissement est retourné au format virtuel pour débuter l’année 2022,…

Lettres ouvertes – Semaine du 27 mai 2022

Travaux de construction à Ahuntsic L’entrepreneur fait la loi avec la bénédiction…

Recyclage du verre: transparence des coûts au rendez-vous

L’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville est un pionnier en matière de recyclage du verre à…

La hausse des cas de COVID-19 se poursuit dans Ahuntsic-Cartierville

L’arrondissement, qui demeure encore et toujours parmi les plus touchés par la…