Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Des citoyens pour la mobilité durable

Le MEAC d’Ahuntsic-Cartierville remporte le Prix Guy-Chartrand

Publié le 22/11/2017
par Alizée Calza

Remise du Prix Guy-Chartrand au MEAC. De g. à dr.: Chloé Dodinot, membre du jury de sélection et directrice générale du Réseau québécois de Villes et Villages en santé ; Raphaëlle Dancette et Mélanie Busby, co-porte-paroles de la Coalition pour un boulevard Papineau et membre de Mobilisation environnement Ahuntsic-Cartierville ; et Étienne Grandmont, vice-président de Trajectoire Québec et directeur général et porte-parole d’Accès transports viables. (Photo: Muriel Leclerc)

Le 17 novembre 2017, l’organisme Trajectoire (anciennement Transport 2000) a remis le prix Guy-Chartrand au groupe-citoyen « Mobilisation environnementale Ahuntsic-Cartierville » (MEAC) pour leur projet de mobilisation sur l’aménagement du boulevard Papineau.

Le 21 septembre dernier, le MEAC a organisé une grande mobilisation pour protester contre l’annonce du prolongement de l’autoroute 19. À cette occasion, ils ont demandé aux élus de se positionner en faveur d’un boulevard urbain avec des voies de transport collectif et actif entre la rive-nord de Montréal et la métropole. Un boulevard qui passerait par le pont Papineau-Leblanc.

« On a appelé notre journée de mobilisation « pour un boulevard Papineau viable pour tous ». Viable parce qu’on est au 21e siècle et ce n’est plus le temps de faire des projets comme dans les années 50. On est à une époque où il y a un réchauffement climatique et les prolongements d’autoroute et la dépendance à l’automobile, il faut que ça s’arrête », explique Mélanie Busby, co-porte-parole pour la coalition pour le boulevard Papineau.

Bien que l’organisme Trajectoire ait invité le MEAC à participer au concours pour un autre dossier, les membres de ce groupe-citoyen ont décidé de présenter leur projet de boulevard « viable ». Grâce à leur victoire au prix Guy-Chartrand qui récompense ceux qui contribuent bénévolement ou professionnellement à développer la mobilité durable, leur projet bénéficiera d’une aide technique des professionnels de Trajectoire.

Vers un projet concret

« Le directeur, Philippe Cousineau Morin, va être avec nous pendant les prochains mois pour nous aider à clarifier nos demandes et élaborer une proposition intéressante. La prochaine étape, c’est de définir ce qu’on propose : un boulevard urbain. Je pense que l’assistance de Philippe Cousineau va nous aider à mieux élaborer nos demandes en transport collectif », affirme Mélanie Busby.

Soutien Alzheimer - Des fêtes pour tous : Info ici!

Publicité

Si le groupe a déjà une bonne idée de leur demande, ils veulent pouvoir la rendre concrète et possible.

« On a des groupes qui défendent les attentes des transports collectifs, des groupes qui défendent les droits des cyclistes et des piétons, des groupes environnementaux, on n’a pas d’urbanistes ni des gens qui planifient des rues, donc on en est à valider ces demandes-là et à les étoffer un peu plus. Nous on a une idée, mais des fois ça prend un ensemble de compétences pour faire un bon projet », explique Mélanie Busby.

Le MEAC

Le groupe-citoyen MEAC s’engage à mieux faire connaître le concept de mobilité durable en générale et a déjà remporté quelques succès. Fondé à l’été 2015, ses membres ont commencé par militer contre le projet de pipelines d’Energie Est. Bien que conscient de ne pas être les seuls acteurs de l’abandon du projet en octobre de cette année, le groupe a contribué à la motivation pour s’y opposer.

Parmi les autres succès, on peut compter la mobilisation du 21 septembre pour que la Caisse de Dépôt et Placement du Québec (CDPQ) n’investisse plus dans les hydrocarbures, ce qui a mené avec d’autres actions à la déclaration du 28 octobre où la CDPQ a affirmé qu’elle tiendrait compte de son empreinte carbone.

Dans les projets plus concrets, le groupe milite pour de nouvelles pistes cyclables dans l’arrondissement. Leur action a déjà permis d’en tracer une sur la rue Georges-Baril.

Si vous désirez en savoir plus sur Guy Chartrand, cliquez ici.

Ceux et celles qui désirent en savoir plus sur le MEAC pourront satisfaire leur curiosité en lisant la chronique Journaldesvoisins.com présente…, de notre collaborateur François Barbe, dans le mag papier de décembre.