En cette journée très chaude pour la saison, un couple profite de l’air du soir devant le coucher de soleil du parc Ahuntsic. (Photo: archives jdv)

Alors qu’une première vague de chaleur s’installe pour le reste de la semaine, les établissements du réseau de la santé sont sur un pied de guerre : tout faire pour lutter contre cet autre «ennemi»;, les désagréments avec des températures dépassant les 30 degrés, et ce,  tant pour les bénéficiaires que pour le personnel soignant.

Dans l’île de Montréal, c’est environ 30% des chambres des CHSLD qui sont climatisées, mais plus de 50%  ici, dans les établissements du Centre intégré universitaire de santé et services sociaux du Nord-de-l’Île-de-Montréal (CIUSSS-NIM) ; 97% ont des espaces communautaires peuvent  offrir de l’air frais face à la canicule, mais il n’est pas question de rassemblement en ces temps de COVID.

« Déjà, nos employés sont à pied-d‘œuvre pour soulager et rafraîchir les patients de la chaleur à l’aide de débarbouillettes fraîches et humides, d’hydratation, de ventilateurs, d’eau froide, etc.», a indiqué Marie-Hélène Giguère, du bureau des relations médias de notre CIUSSS.

Une note sera diffusée auprès des équipes cliniques pour augmenter leur niveau de vigilance sur les signes et symptômes de déshydratation.

«Actuellement, tous nos CHSLD dispose d’aires communes et de corridors où la température est rafraîchie et déshumidifiée. Mais la difficulté aujourd’hui est que pour éviter la propagation du virus, nous ne sommes pas en mesure d’y déplacer les résidents », a-t-elle signalé.

Autres problèmes : les autorités ont reconnu que la première canicule arrive plus tôt que prévu, que des installations de ventilateurs ou climatiseurs n’ont pas encore été faites et que l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a revu (tard lundi) son avis sur l’utilisation des ventilateurs en transférant le dossier aux gestionnaires, avec du cas par cas. Ils doivent ainsi peser le pour et le contre au sujet de l’utilisation des appareils, afin de donner les autorisations.

« Après concertation avec notre service de prévention et contrôle des infections et les directives du ministère de la Santé, on commencera dès cette semaine à installer des airs climatisés dans les fenêtres des résidents, en débutant par la clientèle la plus vulnérable. Par la suite, les installations d’unités se poursuivront, selon les demandes reçues et les capacités électriques du bâtiment, bien sûr en fonction de la capacité électrique de nos installations. Les appareils seront réglés de sorte à ce que l’air qui en sort soit diffusé sur les murs ou les plafonds des chambres à l’aide de déflecteur plutôt que directement sur les personnes ou dans la pièce », a ajouté Mme Giguère.

Selon le CIUSSS, d’autres travaux sont prévus pour l’ensemble des établissements en juin et en juillet afin de tempérer/déshumidifier les corridors des CHSLD et des hôpitaux n’ayant pas la «clim».

Avant le début de la pandémie, Québec travaillait sur un plan de 30 millions $ pour ajouter des appareils et renforcer la puissance des tableaux électriques. Le programme sera en mode «accéléré» a promis la ministre de la Santé, Danielle McCann.

Aussi, il est question d’ajouter des génératrices à l’extérieur du bâtiment (pour ajouter de la puissance en électricité et maintenir le service en cas de panne).

 Manifestations d’employées en santé

Les employés suent à grosses gouttes alors qu’il faut obligatoirement porter jaquette, masque et gants.

(Photo: archives jdv)

Il y a de bonnes chances que des employées dénoncent cet  état de situation mercredi midi alors qu’il y aura manifestation devant le CHSLD Notre-Dame-de-la-Merci.

À ce sujet, la direction du CIUSSS a dit avoir aussi pris des mesures.

« Bien sûr, nous sommes aussi préoccupés par le bien-être de notre personnel qui travaille dans ce contexte de pandémie et de chaleur, a déclaré Mme Giguère. Les employés pourront ainsi prendre des pauses plus fréquentes, selon le niveau d’alerte, et pourront se rafraîchir dans certains postes de travail qui sont ventilés, déshumidifiés ou climatisés. Ils sont également encouragés à remplir leur bouteille d’eau sur place afin de s’hydrater convenablement. La prise de repas plus légers est aussi conseillée. La climatisation des postes fait partie de notre plan général de climatisation » a-t-elle conclu.

Mais la manifestation «en intersyndicale» (la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec–FIQ et l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux – APTS)  est d’abord prévue pour réclamer les vacances.

« C’est pour dénoncer le fait que nous ne pourrons pas prendre les vacances prévues au contrat de travail », a expliqué Kathleen Bertrand, présidente  du Syndicat des Professionnelles en soins du CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal.

Mais la ministre McCann a rappelé récemment que tout serait fait pour permettre des vacances.

Lundi, plus d’une centaine de travailleuses professionnelles en soins avaient manifesté devant la Résidence Angelica, sur le boulevard Gouin, un peu à l’est du boulevard St-Michel.

À cet endroit, le nombre de personnes infestées a dépassé la centaine et au moins 59 personnes sont décédées.

De plus, parmi les employés, plus d’une centaine ont été infectés, dont au moins 20 professionnelles en soins.

Les syndicats ont vivement dénoncé «la piètre gestion de la pandémie au sein de ce CHSLD privé conventionné».

« La gestion de la pandémie à la Résidence Angelica devrait être l’exemple à ne pas suivre en matière de prévention des infections. La majorité des consignes de la Santé publique n’ont pas été appliquées. Et c’est finalement avec un retard frisant la négligence que certaines l’ont été. Résultat, la COVID-19 s’est propagée comme une traînée de poudre», a déclaré Josée Fréchette, représentante nationale de l’APTS à la Résidence Angelica.

Une équipe d’inspection de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) sera envoyée sur place afin de faire enquête.

Manif à Bordeaux

(Photo: archives jdv)

D’autre part, de l’autre côté de la rue, une manifestation a eu lieu dimanche dernier devant la prison de Bordeaux.

Un mémorial a été érigé à la mémoire de Robert Langevin, 72 ans, première victime de la COVID-19 à l’intérieur du centre de détention montréalais. Une enquête du coroner a été ouverte pour faire la lumière sur ce triste événement.

Le docteur  Ted Rutland du Groupe Anti-carcéral et Elisabeth Dupuis de la Ligue des droits et libertés étaient présents, lors de la cérémonie.

L’ami d’un détenu a indiqué au journaldesvoisins. com qu’un message «touchant» de la part des deux sœurs de M. Langevin a été livré.

« On ne vous oublie pas ; vous êtes des humains », a indiqué l’une d’elles alors que l’autre a plaidé pour que ce genre de mort ne survienne plus derrière les murs.

Selon Jean-Louis Nguyen, ami de M. Langevin, les manifestants ont ensuite pu échanger des messages d’espoir avec les détenus, que l’on pouvait entendre crier de l’autre côté des murs.

Voici une vidéo produite lors de la manifestation. 

Tests de dépistage

En raison du temps chaud jusqu’à vendredi, les heures de cliniques mobiles (dans un autobus de la STM) sont écourtées.

La clinique qui sera dans à Saint-Laurent se tiendra entre 10 h et 14 h.

Voici les coordonnées:

  • Mercredi 27 mai et jeudi 28 mai 2020 entre 10 h et 14 h (heures réduites en raison de la canicule annoncée) au parc Painter (sud du boul. Deguire et est du boul. Jules-Poitras), au  260, rue Marcotte.
  • Vendredi 29 mai et samedi 30 mai entre 10 h et 16 h, au Centre des loisirs de Saint-Laurent (coin Tassé), au  1375, rue Grenet. [Consulter les critères auxquels vous devez répondre pour vous faire dépister sur le site de Santé Montréal].
  • Clinique de dépistage sur rendez-vous: planifiez un rendez-vous à la clinique de dépistage Maurice-Duplessis, au 7071, boulevard Perras (à l’arrière de l’Hôpital Rivière-des-Prairies). La clinique est ouverte 7 jours par semaine.
Cas et décès par arrondissement ou villes liées à Montréal (26 mai 2020). Source : Santé Montréal/Population https://santemontreal.qc.ca/population/coronavirus-covid-19/

Situation mardi

En ce mardi 26 mai, la Santé publique du Québec note 614 cas supplémentaires de personnes atteintes de la COVID-19.

Maintenant, 48 598 Québécois ont ou ont dû composer avec la maladie à coronavirus.

Le nombre de décès a encore grimpé. Le nombre de morts atteint  4139, soit une hausse de 70 en 24 heures.

Mais le nombre de personnes confinées à l’hôpital a diminué de 22; et deux de moins aux soins intensifs.

 

Vous aimez ce que nous faisons? Pensez à devenir membre du journaldesvoisins.com ICI

Vous pourriez aussi aimer ces articles

COVID-19 : Points de presse, 28 mars – 2498 cas confirmés – Québec ferme l’accès à huit régions; Montréal, aux parcs à chiens

Alors que le Québec attend avec impatience l’aplanissement de la courbe de…

Points de presse du 6 mai – 34 327 cas confirmés- 2510 décès — Axé sur la santé mentale

Le bilan du Québec continue de s’aggraver avec plus de 910 cas…

Noël dans nos quartiers

Au nom de toute l’équipe du Journaldesvoisins.com, nous vous souhaitons un Joyeux …

Le coin des commerçants – Semaine du 24 avril 2020

La Promenade Fleury Ouvert, fermé, livraisons, pour emporter ? Voici l’offre de…