Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Capsule ornithologique

Matinée d’hiver; le déneigement agréable…

Publié le 03/02/2019
par Jean Poitras

Sitelle à poitrine blanche – photo: J. Poitras (Et photo de la une: Sizerins flammés; photo: J. Poitras)

Les bulletins météo nous annonçaient cette bordée de neige parfois avec un ton quasi-apocalyptique dans la voix.  Le matin venu, vers 7 h, les flocons se firent de plus en plus insistants. Bon, il va encore falloir jouer de la pelle…

Rien de tel qu’un peu de philatélie pour retarder le plus possible le moment où il faudra aller dégager l’auto en prévision de l’utilisation prévue pour cet après-midi. D’autant plus que série « Pro Juventute » 1968 de Suisse est illustrée de jolis oiseaux. (ndlr: vous aurez compris que notre chroniqueur ornithologue est également phitaléliste amateur et collectionneur).

Pic flamboyant sous la neige – photo: J. Poitras

«Hé, regarde à la mangeoire!», s’exclame ma conjointe.

Hé, oui! Pour la deuxième fois cette semaine, le Pic flamboyant est à s’en mettre plein le bec au bloc de suif. Et c’est qu’il y va avec ardeur.

Nous sommes le 29 janvier et ce me semble être le même individu mâle que j’ai observé il y a quelques jours et aussi en décembre.

Force est de constater que ce n’est plus un cas de migration tardive. L’oiseau a bel et bien décidé de passer l’hiver avec nous. Il est sûrement venu à d’autres reprises lorsque nous n’étions pas là pour l’y voir.

«T’en fais pas l’ami, je vais veiller à ce que le panier à bloc de suif soit toujours bien garni. Il faudra aussi le partager avec lesSitelles, Mésanges et Pics mineurs qui en raffolent autant que toi, mais il y en aura pour tous!»

La neige s’est calmée, plus d’excuses pour ne pas reprendre du service à la pelle.

J’avais à peine commencé à déblayer l’entrée de garage, qu’un « tsii-tsii-tsiiitt » attire mon attention vers l’arbre du voisin.

Sizerins flammés – photo: J. Poitras

Une petite troupe de Sizerins flammés vient alors se poser à quelques mètres de moi. Ils se mettent à picorer les graines des tiges mortes de rudbeckies de la plate-bande du voisin.  N’en fallait pas plus pour que je m’arrête pour contempler ce joyeux groupe.

Je retourne à la maison pour aviser Micheline de regarder par la fenêtre et pour saisir ma caméra. Le «click-click» de l’appareil ne semble pas déranger les sizerins outre mesure, ni même le fait que je m’approche un peu pour une meilleure prise de vue.

Tout au plus certains viennent-ils se percher sur des branches pour observer de plus près ce drôle de moineau avec un gros œil et un « kanuk » bleu…

Une Sitelle à poitrine blanche vient se joindre au groupe.

«Ne vous en faites pas les sizerins, il est gentil! C’est lui qui remplit les mangeoires de bien bonnes choses.»

Je reprends donc la session de pelletage et les Sizerins leur picorage. Il y en a plus que la demi-douzaine qui me tient compagnie, car j’entends leurs cris caractéristiques venant de la cour arrière et j’en aperçois plusieurs autres voletant ici et là.

Un éclair rouge me signale le passage d’un Cardinal.

Cardinal mâle – photo J. Poitras

«Pourquoi es-tu si pressé? Tu aurais pu t’arrêter un peu pour me dire bonjour, non? Bon, bien à la prochaine peut-être!»

Le croassement lointain d’une corneille rythme mes coups de pelle.

Des « chicadii-dii-dii » me signalent que c’est au tour de Mésanges à tête noire de venir se régaler de tournesol. C’est

Mésange à tête noire – photo: J. Poitras

curieux comment on a l’impression que c’est pour vous faire la conversation qu’elles viennent se poser sur les branches à proximité.

Soudain le groupe de sizerins s’envole pour mieux revenir quelques minutes plus tard. «Plutôt frisquet dans le grand nord en janvier, n’est-ce pas?»

Les moineaux se chamaillent comme toujours, comme s’il n’y avait pas assez de graines pour tous ou que journaldesvoisins.com venait d’annoncer une pénurie de tournesol ou que la fin du monde est pour demain.

–«Eh! Faites attention, vous en répandez tout un lot par terre!»

–«C’est pas grave, les écureuils s’en chargeront.»

Tout compte fait, le déneigement se passe beaucoup plus agréablement en compagnie d’amis à plumes!