Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

La Coalition pour un boulevard Papineau se lève

Une journée de mobilisation pour un boulevard urbain

(Photo: archives jdv)

C’est demain jeudi 21 septembre — officiellement la «Journée en ville sans ma voiture»– qu’aura lieu l’importante mobilisation pour demander aux élus des différents paliers de gouvernement de se positionner en faveur d’un boulevard urbain avec voies de transport collectif et actif entre la rive-nord de Montréal et la métropole, par le pont Papineau-Leblanc. Organisée par la Coalition pour un boulevard Papineau*, la mobilisation vise à interpeller les candidats sur le parachèvement de l’autoroute 19 à l’aube des élections municipales qui auront lieu dans quelques semaines.

C’est depuis sa fondation en septembre dernier que la Coalition réfléchissait à l’idée d’organiser une activité de mobilisation pour demander l’aménagement d’un boulevard urbain viable pour tous. Le regroupement a estimé qu’une mobilisation était absolument nécessaire compte tenu de l’importance du projet et ses impacts sur la vie des Ahuntsicois.

« Pour nous, c’est vraiment le projet le plus important actuellement dans l’arrondissement », affirme Mélanie Busby, porte-parole de la Coalition pour un boulevard Papineau.

De 6 h à 15 h 30

La journée de mobilisation débutera à 6 h par le déploiement d’une bannière sur le viaduc Gouin/Papineau suivi par le dépôt d’une pétition au bureau de la députée de Crémazie, Marie Montpetit. À 15 h30, un rassemblement à l’intersection de l’avenue Papineau et du boulevard Henri-Bourassa auquel se joindra Amir Khadir, député de Mercier pour Québec solidaire, clôturera cette journée de mobilisation.

Moins de circulation

Au cœur des revendications, la Coalition demande au gouvernement de réfléchir à la possibilité de construire un boulevard urbain adapté au transport actif et sécuritaire pour les résidants du secteur. La diminution de la circulation automobile est l’autre fer-de-lance de la coalition qui est déçue que l’option d’un boulevard urbain soit passée sous le silence et n’ait pas été abordée par les élus.

« Malheureusement, le scénario d’un boulevard urbain ne semble pas avoir été développé par les élus. Nous n’avons pas vu de plan de ce que pourrait être un boulevard urbain, ce qui est dommage », déplore Raphaëlle Dancette, co-porte-parole de la coalition.

Joint par journaldesvoisins.com, Amir Khadir soutient que vouloir construire une autoroute n’est pas viable à long terme, et que ce n’est qu’une question de temps avant que le secteur revienne au niveau de congestion initiale.

« Je suis étonné de constater qu’on puisse reproduire les mêmes erreurs qu’hier. Au sud de Montréal, on répare les erreurs commises il y a 50 ans avec l’autoroute Bonaventure. On tente actuellement de réduire les impacts négatifs de l’autoroute et de désengorger la circulation en cherchant à développer des transports durables. On a ainsi détruit toute une section de l’autoroute pour construire un boulevard urbain. On s’apprête maintenant à faire la même chose dans le nord de Montréal », explique-t-il.

Un problème auquel Mme Busby est particulièrement sensible.

« Les études le montrent de manière très claire. Le prolongement de l’autoroute crée de l’étalement urbain, mais en plus, c’est démontré qu’à l’intérieur d’une période de sept à dix ans, l’on retourne au niveau de congestion initiale. Globalement, c’est un gaspillage de fonds publics de 600 millions de dollars pour une solution qui n’est que temporaire », dit-t-elle.

Des enjeux de sécurité

Si nombres de citoyens de la Rive-nord attendent avec impatience que soit enfin construite l’autoroute 19, estimant qu’elle leur est due, plusieurs résidants d’Ahuntsic ne le voit pas du même œil.

En plus des impacts négatifs sur l’environnement, la Coalition évoque les répercussions de l’étalement urbain sur la sécurité des résidants.

« Le fait de mettre une autoroute crée une enclave et rend plus difficile le recours aux transports actifs. Il faut dire que le secteur est l’un de ceux qui comptent le plus d’accidents sur l’île de Montréal. Augmenter le trafic routier, c’est du même coup accroître les risques d’accidents », soutient Mme Dancette.

La coalition pour le parachèvement de l’autoroute 19 estime quant à elle que le projet traîne depuis trop longtemps et reconnaît l’importance d’aménager des voies pour le transport collectif. D’où l’urgence, affirme M Khadir, de trouver une solution qui puisse satisfaire tous les partis.

« À Montréal comme sur la Rive-nord, tout le monde est d’accord avec le fait qu’il faut faire une meilleure utilisation des fonds publics. Il faut penser en termes de mobilité durable, de transport public et surtout, prévoir un tronçon qui puisse intégrer ces différents éléments ».

À l’assemblée nationale, mardi

À la période des questions lors de la reprise des Travaux parlementaires de l’Assemblée nationale, mardi, le ministre des Transports, Laurent Lessard, a affirmé que, concernant la 19, le gouvernement irait de l’avant pour un boulevard urbain.

Sur les réseaux sociaux, mardi, la députée de Crémazie, Marie Montpetit, s’est réjouie de cette décision à laquelle elle a mentionné avoir contribué par les discussions qu’elle a eues avec le ministre Lessard. En outre, dans un communiqué expédié aux médias, Mme Montpetit déclarait:

« Depuis mon arrivée en poste en 2014, je n’ai eu de cesse de faire en sorte que les préoccupations des citoyens de Crémazie dans le dossier du parachèvement de l’autoroute 19 soient entendues et prises en compte afin de préserver la qualité de vie du quartier. Le fait que le ministre des Transports privilégie l’option d’un boulevard urbain plutôt que celle d’un projet d’autoroute démontre hors de tout doute que notre travail a porté ses fruits.»

Boulevard urbain/aménagements de type autoroutier

Dans une lettre adressée le même jour à Mme Montpetit, le ministre Lessard précisait:

« Je tiens également donc à vous informer, à titre de ministre des Transports, de la mobilité durable et de l’électrification des transports, que je privilégie l’option d’un boulevard urbain avec aménagements de type autoroutier, et que je m’assure qu’elle est analysée adéquatement dans le processus en cours.»

Au chapitre des aménagements de type autoroutier, le porte-paroles de la députée de Crémazie, Jonathan Boursier, a précisé mercredi à journaldesvoisins.com de quoi il s’agissait.

«Comme il y a beaucoup de terres agricoles de part et d’autres de cette route, ce seront de petits viaducs un peu comme ceux que l’on a en ville qui devront être construits pour laisser passer la machinerie agricole au-dessus du boulevard urbain.»

Maintien de la Journée de mobilisation

La Coalition pour un boulevard Papineau maintient toutefois sa journée de mobilisation jeudi.

Rappelons que plus de 10 000 personnes ont signé une pétition adressée au ministre Lessard par l’entremise du site Web de la Fondation David-Suzuki contre le prolongement de l’autoroute 19.

*La Coalition pour un boulevard Papineau est composée de la Fondation David-Suzuki, Piétons Québec, Conseil régional de l’environnement (CRE) de Montréal, Conseil régional de l’environnement (CRE) Laval, Trajectoire Québec, Mobilisation Environnement Ahuntsic-Cartierville (MEAC), Ahuncycle, Vélo Québec, et Solidarité Ahuntsic. 

Avec la collaboration de Christiane Dupont

PartagezShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone