Dans notre récent article en ligne sur le Centre Scalabrini de Montréal pour réfugiés et immigrants, journaldesvoisins.com laissait entendre que le Centre qui accueille des immigrants fraîchement arrivés à Montréal, en plus d’offrir toute une panoplie de services, allait déménager ses pénates parce qu’il avait été vendu. Or, les informations qui ont été transmises à journaldesvoisins.com la semaine dernière n’étaient pas tout à fait exactes.

Journaldesvoisins.com n’avait pu parler au directeur général, Miguel Arevalo. Oui, les missionnaires scalabriniens ont bel et bien invité le Centre à déménager en lui proposant un autre lieu, et non le Centre n’a pas encore été vendu!

En fait, le bâtiment appartient aux missionnaires scalabriniens, de New-York, depuis 2002, année au cours de laquelle le Centre Scalabrini a été constitué, sous l’hospice des missionnaires, dans l’ancienne église Ste-Rita rachetée par la communauté, et géré par une équipe et un c.a. entourant Miguel Arevalo, qui y est directeur général depuis plusieurs années. Il y a donc 15 ans que le bâtiment a été vendu…aux missionnaires scalabriniens.

Depuis lors, le Centre Scalabrini (qui porte d’ailleurs le nom de la communauté qui l’héberge) avait une entente verbale avec la communauté.

Depuis 2002, le directeur général a confirmé à journaldesvoisins.com que si le Centre ne payait pas de loyer aux missionnaires qui ont aidé à créer l’entité à l’origine, le Centre a lui-même assuré l’entretien et les nombreuses réparations  depuis 15 ans. Selon Miguel Arevalo, l’entretien du bâtiment aurait nécessité plus de 500 000$ de frais depuis 15 ans, payé par le Centre lui-même, et non par la communauté.

Vendre à un promoteur immobilier?

Récemment, les missionnaires scalabriniens ont informé les administrateurs et le directeur général du Centre que ce dernier devait déménager au 30 juin, car ils veulent vendre le bâtiment. Il semblerait que la communauté veut vendre à un promoteur immobilier qui y construirait des condos. Pourtant, a confié Miguel Arevalo à journaldesvoisins.com, les administrateurs du Centre et l’équipe de gestion ont voulu à quelques reprises se porter acquéreurs du Centre, mais les missionnaires ont toujours refusé, selon lui.

Le site de remplacement proposé par les Pères ne convient pas aux besoins du Centre. Il s’agirait d’un retour en arrière, là où tout a commencé, à l’église Notre-Dame-de-Pompei, il y a de nombreuses années. Et les autorités du Centre ne disposent que de quelques mois pour trouver un autre lieu, ce qui est loin d’être facile dans l’arrondissement, surtout avec le manque de locaux et l’incertitude qui plane sur les OBNL d’Ahuntsic, à ce sujet.

« Je reconnais que les Pères nous ont aidés, dit M. Arevalo. mais nous sommes intégrés ici dans Ahuntsic-Cartierville depuis 15 ans, et au sein de la société québécoise, poursuit-il. Nous ne voulons pas recommencer tout ça ailleurs. »

Mise en garde des élus

Toutefois, il y a quelques jours, ayant été mis au fait de la situation, les élus de l’arrondissement ont fait parvenir une lettre aux missionnaires scalabriniens de New-York dans laquelle ils invoquent, notamment, le caractère patrimonial de l’édifice, et leur appui aux administrateurs et à l’équipe de gestion qui veut rester sur les lieux.

L’assemblée générale qui a eu lieu la semaine dernière s’est transformée en présentation de ce que les Pères proposent aux membres comme nouveau lieu. Quatre membres du c.a. ont démissionné dans la foulée de cette annonce qui en a estomaqué plus d’un.

Le conseil d’administration doit se réunir de nouveau la semaine prochaine pour décider des actions futures. À suivre.

 

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Plan vélo mollo dans Ahuntsic-Cartierville en 2022

La programmation cyclable 2022 a été dévoilée par la Ville de Montréal…

Montréal profitera de la bonification du Fonds de la taxe sur l’essence

En mars dernier, le gouvernement fédéral a annoncé une augmentation de 2,2…
Employés de la ville avec poteau indiquant la limite de la crue 2017. Rue Crevier lors des inondations 2019 dans Cartierville (Photo : jdv - Philippe Rachiele) Ahuntsic-Cartierville Montréal

Ouvrage de protection, rue Crevier : prévenir plutôt que guérir

L’eau aura le temps de couler sous les ponts avant que le…

La mobilité durable fait des adeptes dans Ahuntsic-Cartierville

À l’occasion de la Semaine de la mobilité durable, des organismes d’Ahuntsic-Cartierville…