Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Faites connaissance avec...

Michèle Giroux, DG d’Ahuntsic-Cartierville

De solides connaissances en gestion urbaine... Et Ahuntsic-Cartierville en profite!

Publié le 28/01/2018
par Alain Martineau

La directrice générale d’Ahuntsic-Cartierville, Michèle Giroux, dans son bureau à l’arrondissement en 2016. (Photo: jdv Archives)

Après des années passées dans divers arrondissements et municipalités de l’île de Montréal, c’est dans Ahuntsic-Cartierville que Michèle Giroux voulait s’engager, question de relever un autre défi, quand elle a vu le poste ouvert à la direction de l’arrondissement à la suite du départ de Ronald Cyr, maintenant à la direction de la Société du parc Jean-Drapeau depuis avril 2015.

Pour sa part, au cours de sa carrière, Michèle Giroux, qui compte une trentaine d’années d’expérience surtout en gestion municipale, n’a pas eu froid aux yeux, compte tenu de la nature des fonctions qu’elle a occupées, surtout liées à des projets où il fallait constituer des équipes solides.

À chaque poste qu’elle a occupé, celle qui a une formation en architecture et en urbanisme a ajouté une corde à son arc dans ce qu’elle appelle « ses nouveaux laboratoires ».

Parcours varié

Dans Ville-Marie, au centre-ville, elle a travaillé aux modifications de 80 règlements en matière urbanistique. Du travail en gestion dans Mont-Royal et dans Saint-Léonard, des lieux différents. À la direction de l’aménagement urbain dans Hochelaga-Maisonneuve, elle a dû revamper la place Valois. Sans oublier le travail sur le projet Faubourg Contrecœur.

Suivra une incursion dans le créneau du développement économique comme gestionnaire de projets, dans l’ouest de la ville.

« C’était, dit Michèle Giroux, place Valois, mais multiplié par 25, alors qu’il fallait procéder à la mise en valeur de l’ancien Hippodrome de Montréal et du campus Outremont ».

Plus tard, ce sera du travail sur les plateaux sportifs, en aménagement paysager et une autre réorganisation à Verdun comme directrice en aménagement urbain et gestion de projets. Et finalement, le saut dans Ahuntsic-Cartierville.

De belles valeurs dans A.-C.

Une fois le poste ouvert ici avec le départ de Ronald Cyr, Michèle Giroux ne voulait certes pas rater si belle occasion dans un poste où l’on compte maintenant sept femmes comme directrice sur 19 arrondissements.

« J’ai toujours vu ce territoire comme une espèce de synthèse ville-campagne. Et pour moi, c’était un autre beau laboratoire » a-t-elle ajouté.

Mais comme partout ailleurs, le défi est toujours grand.

« Il y a des valeurs ici qui viennent me chercher, quand on parle d’intégrité, d’ouverture à la diversité, entre autres », a-t-elle précisé.

Gestion et politique

Mme Giroux occupe une fonction stratégique quand vient le temps de discuter avec les élus. Les relations sont excellentes avec le conseil d’arrondissement d’A.-C., même si les conseillers ne sont pas tous de l’équipe au pouvoir.

« Ce sont des élus qui ont des forces et des compétences complémentaires, nous dit la patronne de l’arrondissement. Tous sont orientés vers les services aux citoyens, avec le même but commun. Nous tenons des réunions statutaires tous les 15 jours; ils nous posent des questions, ils nous « challengent » et l’on répond », a-t-elle expliqué. C’est notre rôle de mettre en œuvre les décisions qui sont prises par les élus et aussi de les aider. Nous avons un rôle conseil, pas un rôle décisionnel (…) J’estime que c’est très bien organisé. Les conseillers ont une très bonne capacité d’analyse, de remise en question. Parfois, ils nous demandent, et avec raison, d’être plus créatifs. On est la machine qui appuie les décisions », a-t-elle déclaré.

Force des employés

Michèle Giroux juge primordiales les bonnes relations avec l’ensemble de son personnel.

« Ma force, ce sont mes employés, c’est ça qui fait que ça marche », dira-t-elle.

À l’automne 2016, elle comptait refaire une tournée des lieux de travail des employés, tournée qui pouvait être faite en compagnie des élus et directeurs de service.

Inauguration de la patinoire Bleu Blanc Bouge, en décembre, au parc De Mésy. On aperçoit Michèle Giroux (à l’extrême-droite) en compagnie des nouveaux élus. (Photo: jdv Archives)

Pour l’année 2017, ce personnel a été encore plus précieux avec les festivités marquant le 375e anniversaire de Montréal; neuf projets locaux devaient être réalisés ici. Parallèlement, d’autres se sont concrétisés, dont le projet de patinoire Bleu Blanc Rouge, au parc De Mésy, dans Cartierville. Récemment, dans le même secteur, l’arrondissement réalisait un bon coup en achetant des bâtiments appartenant aux Soeurs de la Providence.

« Nous travaillons à la planification d’un centre communautaire multifonctionnel et d’une bibliothèque (les deux existantes dans Cartierville seront regroupées). Les organismes communautaires, à l’étroit, auront un endroit plus propice. On doit aussi s’activer sur le projet de bibliothèque interarrondissement (avec Montréal-Nord), et sur la nouvelle cour de service sur Louvain Ouest » a-t-elle indiqué.

De gros projets privés en habitation font également partie de ses réalisations.

« La mise en œuvre du PPU Henri-Bourassa Ouest a été pour moi un processus qui est venu me chercher », dira Mme Giroux, tout comme sa « bible », le Plan de gestion stratégique. « C’est notre canevas de base, ce qui reste à développer, notre guide, notre base avec des projets qui touchent tout le monde », dira fièrement Michèle Giroux qui tient absolument à ce que notre population bénéficie d’une qualité de vie parmi les meilleurs dans la grande région de Montréal.

Cet article a été publié la première fois dans le magazine papier de journaldesvoisins.com de septembre 2016 et mis à jour par Christiane Dupont en janvier 2018.