Une statue d’Ahuntsic. (Source: Wikipédia)

On s’interroge trop peu souvent à propos de l’étymologie des toponymes. Pourquoi est-ce qu’un lieu se nomme d’une façon plutôt que d’une autre? De quelle langue provient ce nom et que signifie-t-il?

Prenons l’exemple du quartier Ahuntsic. L’appellation Ahuntsic semble de prime abord exotique et pittoresque, mais elle est née d’un événement tragique. Elle signifierait«petit, vif et frétillant» en langue huronne.

Selon l’historien Odoric-Marie Jouve, Auhaitsique (devenu Ahuntsic) était un jeune Français qui voyageait avec le Père Récollet Nicolas Viel lorsque celui-ci entreprit un voyage vers la ville de Québec, en 1625. Alors qu’ils se trouvaient dans les rapides de la rivière des Prairies, en compagnie de Hurons, tous deux périrent noyés dans des circonstances troubles.

Pierre-François-Xavier de Charlevoix, un des premiers historiens québécois, donnait une description encore plus
détaillée des faits. Les Hurons auraient choisi de franchir les rapides en canot plutôt que de les éviter en faisant du
portage.

Puisque les autochtones survécurent et qu’ils s’approprièrent les effets personnels du père Nicolas Viel,
l’accident qui lui coûta la vie, ainsi que celle d’Ahuntsic, parut pour le moins suspect…

Les rapides furent renommés Sault-au-Récollet en l’honneur du religieux qui y périt. Événement malheureux ou meurtre commis par les indigènes?

Le mystère plane toujours.

(Article publié dans le magazine papier de septembre 2012– avec la collaboration de Christiane Dupont pour les mise à jour en août 2017).

S'abonner
me prévenir de
guest
1 Commentaire
Les plus vieux d'abord
Nouveau d'Abord Avec le plus de votes
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Jocelyn Duff
Jocelyn Duff
4 Années

Intéressant votre article. Les mystères aussi. Il arrivait souvent que les autochtones soient accusés… quand il n’y avait pas de témoins…

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Sœurs de la Providence : un rôle actif dans les pensionnats autochtones – Texte 2 de 3

Les Sœurs de la Providence sont généralement connues et reconnues pour leurs…

Sœurs de la Providence et pensionnats autochtones : une dette d’honneur à régler – Texte 3 de 3

Comme nombre de congrégations religieuses catholiques au Québec confrontées à la décroissance…
Pensionnat de Cranbrook

Écoles résidentielles autochtones : les Sœurs de la Providence face à leur passé – Premier texte de trois-

Les Soeurs de la Providence sont présentes dans Cartierville depuis 1926, où…