Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Boulevard Henri-Bourassa Est

Nouvelle glissière de sécurité demandée

Glissière de sécurité en piteux état sur Henri-Bourassa Est, entre Chambord et Sacré-Coeur (Photo: jdv P. Rachiele)

La glissière de sécurité installée boulevard Henri-Bourassa Est, entre Chambord et Sacré-Cœur, est en piteux état et devait être changée l’automne dernier. Ce qui n’a pas été le cas. Citoyen de longue date du quartier et ex-conseiller municipal dans Ahuntsic, Pierre E. Lachapelle interpelle donc les nouveaux élus à ce sujet.

C’est lui-même qui, à titre de conseiller, avait fait installer cette glissière de sécurité dans les années 1990.

« J’ai vécu 26 ans à proximité de ce secteur, alors que j’avais une vue privilégiée sur cette artère », rappelle-t-il.

Avec sa courbe et sa dénivellation, ce tronçon est particulièrement propice aux accidents, a constaté Pierre E. Lachapelle.

« Disons que j’y ai observé beaucoup de dérapages et de pertes de contrôle ! »

À l’époque, l’ancien élu avait donc fait installer une glissière de sécurité, en plus de modifier le marquage au sol et de diminuer la vitesse permise dans ce secteur du boulevard Henri-Bourassa Est, trop souvent le théâtre d’accrochages en tout genre.

Cette structure n’est pas tellement haute, mais elle permet surtout aux voitures de glisser dessus et ainsi d’éviter par exemple, de se retrouver propulsé en voie inverse, ajoute- Pierre Lachapelle. C’est aussi ce genre de dispositifs qu’on retrouve parfois en bordure d’autoroute, poursuit-il.

« Je me rappelle qu’une fois, c’est carrément un autobus de Société de transport de Laval, avant la construction du métro, qui avait foncé dans la glissière. »

Mais depuis, petit à petit, le garde-fou a perdu des morceaux.

Bref, après plus de vingt ans, seulement un tiers de la structure existante est encore en place, estime Pierre E. Lachapelle. Et le reste du garde-fou tient de peur.

« De plus, alors qu’on avait installé des lignes continues dans ce secteur pour éviter les changements de voie, une partie a été oubliée en cours de route et repeinte en pointillés », précise-t-il.

Le citoyen avait discuté de cet enjeu avec l’ancienne conseillère de Sault-au-Récollet, Lorraine Pagé, qui lui avait promis que ce devait être réglé l’automne dernier.

« J’ai laissé le temps à Jérôme Normand, le nouvel élu, d’arriver. Je l’ai donc contacté au début du mois de mars à ce sujet. »

Effectivement, le nouveau conseiller du Sault-au-Récollet confirme avoir été mis au fait de la situation par le résidant.

«On me confirme que la réparation de la glissière sera réalisée en 2018. Nos services travaillent à ce que cela soit fait le plus rapidement possible, probablement à l’été 2018 », affirme M. Normand.

Peu importe, Pierre E. Lachapelle souhaite que ce dossier, qui dure depuis un bon moment, soit réglé rapidement ce printemps.

« C’est une question de sécurité publique. Et cet élément de sécurité, qui a prouvé son utilité, doit être refait à neuf rapidement, car il est arrivé à la fin de sa vie utile depuis plusieurs années », plaide-t-il.