(Photo: Courtoisie Pollués de Montréal-Trudeau)
Assemblée général des Pollués de Montréal-Trudeau (Photo: Courtoisie Pollués de Montréal-Trudeau)
(Photo: Courtoisie Pollués de Montréal-Trudeau)
Assemblée générale des Pollués de Montréal-Trudeau (Photo: Courtoisie Pollués de Montréal-Trudeau)

Les membres du groupe de pression Les Pollués de Montréal-Trudeau ont donné un appui sans équivoque à leurs dirigeants afin qu’ils maintiennent la pression sur le gouvernement fédéral dans le but de faire diminuer le bruit provoqué par les avions au-dessus des têtes de la plupart des Montréalais et des Ahuntsicois.

Une cinquantaine de personnes étaient présentes dimanche dernier à la première assemblée officielle de l’association qui se tenait au Centre des loisirs Saint-Laurent, non loin de l’aéroport Montréal-Trudeau d’ailleurs.

Le président du groupe, Antoine Bécotte, s’est félicité de l’appui indéfectible des gens présents pour poursuivre le combat afin de permettre aux citoyens d’avoir une vie plus saine.

Dans ce dossier, le fait saillant de l’année 2016 aura certes été la décision du groupe de faire une demande pour pouvoir exercer un recours collectif, via la Cour supérieure. Il vise à la fois Aéroports de Montréal (ADM),  NAV-Canada (entité privée qui contrôle le trafic aérien au pays) et le ministère fédéral des Transports.

Ce que veut le groupe est simple : atténuer le bruit excessif généré par les avions qui passent au-dessus de nos têtes, notamment dans Ahuntsic.

Gérard Samet, avocat (Photo: Courtoisie Pollués de Montréal-Trudeau)
Gérard Samet, avocat (Photo: Courtoisie Pollués de Montréal-Trudeau)

Dimanche dernier, l’avocat Gérard Samet, est revenu sur le contenu de ce recours dans lequel on exige que corrections soient apportées à l’aéroport, comme le prévoit, selon lui, les lois du pays. Il a ajouté que la défense du groupe peut s’appuyer sur les expériences de plusieurs grands aéroports mondiaux – notamment en Europe – qui ont mis en place des approches progressives pour réduire le bruit des aéronefs.

Pour sa part, Antoine Bécotte s’attend à des développements pour 2017. « Une victoire permettrait par exemple des changements de trajectoires des aéronefs et le respect du couvre-feu prévu entre 23 h et 7 h », a indiqué le président des Pollués de Mtl-Trudeau à journaldesvoisins.com.

Démarche politique

Avec l’arrivée des libéraux au pouvoir, il y a plus d’un an maintenant, le groupe espérait voir des changements, d’autant plus que l’élue libérale dans Ahuntsic-Cartierville, Mélanie Joly, avait pris des engagements au sujet du bruit des avions.

Madame Joly a reconnu entre autres que lors de l’une de ses assemblées de cuisine, dans une résidence d’Ahuntsic Ouest, les gens ne pouvaient plus s’entendre pour cause de bruit provenant des avions. En campagne électorale, elle s’était engagée à ce que deux personnes de l’arrondissement siègent au conseil d’ADM. Cet engagement n’a toujours pas été tenu.

Récemment, à la suite de pressions, elle a demandé à son collègue Marc Garneau, ministre des Transports, les données sur le bruit des avions, enregistrées par ADM. On ignore si ces infos ont bel et bien été transmises. Un entretien des Pollués de Montréal-Trudeau avec M. Garneau était prévu à la fin de l’été. Mais il a été reporté à la dernière minute et aucun autre n’est prévu, dit-on.

« Si la députée et ministre veut parler d’un bilan positif après un an de pouvoir, il faudrait d’abord que l’on s’assure de pouvoir dormir la nuit dans Ahuntsic-Cartierville, a lancé Antoine Bécotte. Mais maintenant, à son bureau, on semble préférer garder le silence compte tenu de notre demande en recours collectif »  a-t-il ajouté. 

Changement de garde, changements à prévoir?

À la fin de 2017, James C. Cherry, président et chef de la direction d’Aéroports de Montréal tirera sa révérence après 15 ans à ce poste. Philippe Rainville, qui est arrivé à ADM il y a huit ans, le remplacera. En 2014, il était devenu vice-président à la planification, à l’ingénierie et à la construction.

Nul ne doute que les Pollués de Montréal-Trudeau espèrent un changement de cap, mais Antoine Bécotte ne se fait guère d’illusions. « Il est déjà dans le paysage d’ADM depuis plusieurs années. On craint qu’il gère à la saveur de M. Cherry. Je crois que ce sera pareil, avec la même ligne de conduite de celui qui quittera son poste de PDG à la fin de l’année. Il n’y aura pas de gros changements », prédit-il.

Et un autre débat est à prévoir, puisque le gouvernement fédéral jongle avec l’idée de privatiser les aéroports. « Déjà, a rappelé le président des Pollués, la dette d’ADM est importante alors qu’il n’y en avait pas il y a 25 ans. Allons-nous maintenant privatiser et relouer les installations? »

Bref, les Pollués de Montréal-Trudeau prévoient beaucoup d’action en 2017. Mais surtout, des mesures pour que l’on puisse bien dormir et s’entendre quand on se parle.

 

Vous aimez ce que nous faisons? Pensez à devenir membre du journaldesvoisins.com ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Des enjeux importants pour Kathy Laframboise, candidate du PCC

Nuisances sonores aériennes, immigration, pistes cyclables, qualité de l’air, et voies ferrées :…

Montréal propose un mode de gouvernance participatif inédit

C’est à l’Hôtel de Ville de Montréal qu’on annonçait ce matin un…

Feu vert pour pédaler l’hiver

Malgré les multiples contraintes qu’apportent les rudes températures hivernales, le vélo d’hiver…

Déneigement ardu : vous pouvez aider

Depuis la tempête qui a commencé dans la nuit du vendredi 7…