Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Hadrien Parizeau vise aussi la sécurité pour les cyclistes et le dynamisme commercial

Cueillette des ordures: première mesure sur Lajeunesse

Publié le 22/12/2017
par Alain Martineau

(Photo: jdv A. Martineau)

Le conseiller de ville du district de Saint-Sulpice, Hadrien Parizeau, entend mettre les bouchées doubles en 2018 pour satisfaire les demandes de bon nombre de résidants de son secteur (au sud de l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville), ceux et celles qui se trouvent dans le sous-secteur Youville, qui comprend notamment les rues Berri et Lajeunesse.

Déjà, une première mesure a été implantée afin de tenter de rendre la rue plus propre; la cueillette des ordures le lundi matin sur Lajeunesse se fait dorénavant après 10 heures le matin.

Hadrien Parizeau (Photo: jdv P. Rachiele)

« Nous avons reçu de nombreuses plaintes au sujet de la propreté sur la rue Lajeunesse, a indiqué le conseiller du Nord de Montréal. Des avis ont été signifiés. Le problème venait du fait que des commerçants (fermés le dimanche ou le week-end) déposaient leur déchets le vendredi soir ou samedi afin qu’ils soient ramassés le lundi matin vers 8 heures alors qu’eux arrivent plus tard, pour l’ouverture de leur commerce », a-t-il précisé.

Cela devrait porter fruit.

La question de la piste cyclable sur laquelle le parti au pouvoir et l’Opposition s’entendent devrait permettre un dénouement rapide, mais attention; il faudra aller plus haut…

« Les gens se déplacent notamment en vélo pour aller vers les commerces, entre autres, a indiqué celui qui est responsable du dossier mobilité pour son parti, Mouvement Montréal (autrefois Équipe Denis Coderre). Il faut sécuriser la piste cyclable sur Lajeunesse et aussi celle sur Berri. La circulation est rapide. Or, c’est un peu plus complexe, sur Lajeunesse, qui est aussi une « route provinciale ». Il faut donc négocier avec le gouvernement du Québec une baisse de la limite de la vitesse; certains roulent à 70 km/heure sur cet axe » a-t-il noté.

Une SDC ?

La rue Lajeunesse a besoin d’amour. Et M. Parizeau a pris des notes quand il a rencontré à quelques occasions (en campagne électorale, notamment) des membres du Facebook Youville qui souhaitent rien de moins qu’une revitalisation de leur quadrilatère qui va de Crémazie à la voie ferrée du Canadien National (au nord de la rue Louvain) et de St-Laurent à St-Hubert, où se trouve le collège Ahuntsic qu’il a lui-même fréquenté.

Lors de sa première intervention au conseil d’arrondissement après sa victoire, M. Parizeau a fait de Lajeunesse l’une de ses priorités. Il s’était même dit disposé à prendre le café avec les résidants qui veulent des changements.

Les automobilistes d’Ahuntsic et Cartierville passent souvent par Lajeunesse, une rue autrefois reconnue pour ses commerces de vente de voitures d’occasion. Même le père de l’ex-chef du Parti québécois, André Boisclair, avait un commerce de vente de véhicules d’occasion sur cette rue qui prend sa source à la rue Jean-Talon. Mais l’arrivée de gros joueurs dans l’usagé (comme Encan H. Grégoire) ont accéléré le départ de ce genre de commerce sur cette rue; et certains avec de grands terrains ont été achetés pour faire place à des condos.

On a remarqué que bon nombre de commerces variés ont fermé boutique, dont deux magasins d’articles de sport.

D’autres vivotent alors que plusieurs locaux sont à louer. Les condos prennent de plus en plus de place alors que des commerces de proximité sont essentiels pour la vitalité d’une rue. Que se passe-t-il?

Est-ce qu’une Société de développement commercial (comme sur la Promenade Fleury ou Fleury Ouest) pourrait donner un second souffle à l’artère qui a déjà connu  des heures de gloire?

« Des citoyens de Youville plaident pour des changements, une revitalisation de la rue commerciale, a rappelé Hadrien Parizeau. C’est un bon départ. Mais la création d’une SDC, c’est sûrement prématuré, bien que l’on voit apparaitre de nouveaux petits commerces (en alimentation) et il y a des gens qui se parlent de plus en plus », a-t-il relevé, laissant penser que c’est de bon augure.

Plusieurs souhaitent un plan d’action pour donner un nouveau souffle à cette rue.

Mais outre diverses améliorations (mobilier urbain, piste cyclable mieux pensée, identification claire du secteur, etc.) le secteur privé doit aussi bouger, avec l’aide de PME Montréal entre autres.

 

PartagezShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone