Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Qualité de l’air : les écoles d’ici s’en sortent bien

Publié le 24/01/2019
par Jean-Louis Aubut

Exemple de détecteur de monoxyde de carbone (CO). (Source: Service d’incendie de Montréal)

« Je suis triste pour ceux qui ont vécu ce drame la semaine dernière, raconte Séverine LePage, mère de famille. C’est un cas isolé, je ne pense pas que ce soit la norme. Depuis des années, [dans Ahuntsic-Cartierville], on a des systèmes de chauffage identiques. Quand il y a des cas semblables, la vigilance est accrue, il y a plus d’inspections. Je pense que tout cela est bien géré par les services d’entretien. Ça ne m’inquiète pas du tout.»

Celle qui s’exprime ainsi est mère de quatre jeunes garçons, résidante d’Ahuntsic-Cartierville, dont trois fréquentent des écoles publiques de la CSDM. Mme LePage fait référence aux intoxications dues à une défaillance du système de chauffage survenu à l’école des Découvreurs de La Salle, de la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys, le 14 janvier dernier.

Cet incident –qui a indisposé plusieurs élèves au point où certains ont dû être hospitalisés–,  a conduit le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, à exiger que tous les dirigeants des établissements d’enseignement confirment la présence de détecteurs de gaz, et ce rapidement.

CSDM sur le qui-vive

Il faut savoir que le monoxyde de carbone est un gaz incolore, inodore et non irritant qui est produit lorsque des combustibles comme de l’essence, du gaz, du bois ou du mazout sont brûlés dans un appareil ou un véhicule.

Journaldesvoisins.com a vérifié auprès de la Commission scolaire de Montréal (CSDM) l’état actuel de ses installations de chauffage et de ses détecteurs de monoxyde de carbone (CO), le cas échéant, dans les 20 écoles primaires [incluant les annexes] et les quatre écoles secondaires du territoire d’Ahuntsic-Cartierville. La CSDM a pris des mesures pour que cette situation ne se produise pas dans les écoles d’Ahuntsic-Cartierville, notamment.

Action/réaction

Selon Alain Perron, responsable des relations avec les médias de la CSDM, les démarches réglementaires ont été effectuées dans l’ensemble des écoles d’Ahuntsic-Cartierville en ce qui concerne les détecteurs de CO, comme cela a été demandé par le ministre Roberge.

 « Nous nous conformons aux exigences et 2000 détecteurs seront installés dans toutes nos écoles cette semaine, a déclaré Alain Perron. De plus, poursuit-il, les détecteurs seront inspectés et calibrés deux fois par année par une firme spécialisée. »

Le nombre de détecteurs par école dépend de la configuration des lieux, signale M. Perron.

«  Nous installons un détecteur à l’intérieur de chaque chaufferie et un deuxième à proximité de cette dernière [ndlr: la chaufferie], audible par les occupants, ainsi qu’à tous les endroits où on trouve des équipements à combustion comme les cuisinières au gaz, les chauffe-eau au gaz, les unités de ventilation chauffées au gaz, etc. », a-t-il ajouté.

Surveillance du SIM

En outre, les écoles du territoire d’Ahuntsic-Cartierville sont sous la loupe du Service de sécurité incendie de Montréal (SIM), comme celles des autres établissements scolaires de Montréal.

La porte-parole du SIM, Mélanie Gagné en a informé journaldesvoisins.com par courriel :

« En vertu du règlement 12-005, lors de ses inspections dans les établissements scolaires, le SIM a la responsabilité de s’assurer d’inspecter les locaux de chauffage, l’éclairage d’urgence ainsi que les extincteurs afin d’assurer la sécurité des occupants de l’immeuble.»

Par ailleurs, le responsable des relations médias de la CSDM a rappelé le travail fait en amont pour la vérification des équipements de chauffage dans les établissements scolaires relevant de la CSDM.

« Une mise au point annuelle incluant un test de combustion sur tous les équipements au gaz et au mazout est effectuée par une firme spécialisée dans tous les bâtiments du parc immobilier de la CSDM, a-t-il fait valoir.

Règlement à modifier?

D’après la Régie du bâtiment du Québec (RBQ), les détecteurs de CO ne sont pas obligatoires dans les écoles parce que ce ne sont pas des lieux de sommeil. Mais, elle recommande leurs installations dans tous les bâtiments publics où un combustible solide, liquide ou gazeux est utilisé. Il s’agit d’un geste responsable et efficace, facile et peu couteux.

« Les comités nationaux et d’experts qui se penchent sur les évolutions de la réglementation ont l’habitude d’introduire des modifications et d’en faire une exigence au moment où il y a des révisions périodiques, a déclaré Sylvain Lamothe, porte-parole de la Régie du bâtiment, en entrevue avec le jdv. Donc, les spécialistes sont attentifs à ce qui se passe au Québec », a-t-il conclu, laissant sous-entendre que la règlementation pourrait être modifiée au cours des prochains mois.

[ndlr: Journaldesvoisins.com apprenait que, par pure coincidence, le système de chauffage du pavillon Julie-Payette de l’école Fernand-Séguin est tombé en panne ce vendredi 25 janvier. Pour cette raison, les écoliers et le personnel ont été évacués. Comme le précisait le directeur de l’école, Alain Rouillard, dans un courriel adressé aux parents, ce bris du système de chauffage n’a aucun lien avec des problèmes dus au monoxyde de carbone. M. Rouillard précisait, par ailleurs, que des détecteurs de monoxyde de carbone avaient été installés dans la chaufferie et en des endroits stratégiques de l’école, en début de semaine.]