L’équipe du journal Le Point G, du Collège André-Grasset. (Photo : Michelle Larocque)
L’équipe du journal étudiant Le Point G du Collège André-Grasset (Photo : Michelle Larocque)

Alors que la presse étudiante universitaire fait face à d’importants problèmes financiers au Québec, les journaux étudiants des établissements collégiaux sont confrontés à un problème de recrutement. À Ahuntsic-Cartierville, ce défi de renouveler constamment l’équipe de production est bel et bien présent, mais certains cégeps parviennent davantage à le surmonter que d’autres.

« Ce qui influence la qualité du journal, ce n’est pas tant le budget, mais plutôt l’intérêt des étudiants et leur désir de participer chaque année », soutient la conseillère en communication du Collège André-Grasset, Élizabeth Forget-Le François. Au niveau collégial, la majorité des étudiants fréquente un établissement d’enseignement pendant deux ou trois ans.

Malgré ce roulement, le journal étudiant est une tradition bien établie au Collège André-Grasset, et ce, depuis plusieurs années. « Le journal est vraiment important pour les étudiants. Il y a toujours une équipe qui le prend en main et le met un peu à sa sauce », souligne la rédactrice en chef du journal Le Point G, Camille Rochon.

Cette année, une trentaine d’étudiants prennent part au projet. Chacun occupe un rôle bien défini, tel que chef de pupitre, journaliste ou réviseur. « On a décidé d’opter pour un équilibre entre des articles humoristiques et des articles de fond », explique Camille Rochon. Elle précise qu’un journal d’environ 35 pages est distribué aux étudiants deux fois par session, en format papier.

Comme Camille Rochon termine prochainement ses études collégiales, elle doit penser à la relève. « C’est notre trésorière qui prendra en main le journal », mentionne-t-elle, ajoutant que l’équipe de rédaction lui a déjà donné plus de responsabilités afin qu’elle gagne de l’expérience.

Outre la formation de la relève dans les postes clés, l’équipe du Point G doit fréquemment recruter de nouveaux participants, en plus de maintenir la motivation de ses membres.

Deuxième vie

Le journal étudiant L’Infomane du Collège Bois-de-Boulogne (Photo : Facebook InfomaneBdeB)

Au Collège Bois-de-Boulogne, le journal L’Infomane a repris vie en 2015, après avoir été inactif pendant quelques années, en raison d’importants travaux de rénovation dans le collège. Ces travaux avaient démotivé les étudiants à s’impliquer dans les différents comités proposés par l’association étudiante.

« Quand je suis arrivé à Bois-de-Boulogne, je trouvais ça dommage qu’il n’y ait pas de journal pour que les étudiants puissent s’exprimer », confie le rédacteur en chef de L’Infomane, Mathieu Bergeron, qui a décidé de reprendre en main le journal.

Après de nombreuses démarches, L’Infomane se porte bien. Une quinzaine de personnes participent, chaque semaine, à la création d’un petit journal papier, composé d’un à trois textes. « Le contenu dépend de ce que les gens apportent comme contribution », explique Mathieu Bergeron, précisant que le journal présente principalement des sujets d’actualité.

Le recrutement de participants est aussi un défi pour l’équipe de L’Infomane, qui arrive malgré tout à rejoindre des étudiants de différents programmes d’études. « À Bois-de-Boulogne, les gens ne sont pas là pour la vie étudiante, ils sont là pour étudier, affirme Mathieu Bergeron. C’est assez difficile d’aller chercher des étudiants et c’est pourquoi on fait constamment du recrutement. »

Manque d’intérêt

Au Collège Ahuntsic, un journal nommé L’Attribut existe depuis 1978. Toutefois, il n’est présentement pas actif, faute d’étudiants intéressés à le prendre en charge. « Depuis 2005, ça fait plusieurs fois que l’association étudiante essaie de le repartir. Il y a eu une tentative l’an passé, mais les étudiants qui participaient au projet ont perdu l’intérêt », indique un ancien étudiant du collège, bien informé de la situation.

Celui-ci confirme que ce n’est pas un manque de financement qui nuit au journal, mais plutôt un manque d’intérêt des étudiants. En effet, comme au Collège André-Grasset et au Collège Bois-de-Boulogne, c’est l’association étudiante qui accorde un budget au journal étudiant pour que celui-ci puisse poursuivre ses activités. L’Association étudiante du Collège Ahuntsic tentera à nouveau l’an prochain de redonner vie à L’Attribut, en espérant que des étudiants seront intéressés à s’y impliquer.

Malgré les défis que comportent la création d’un journal, Camille Rochon du Point G et Mathieu Bergeron de L’Infomane croient en l’importance de la presse étudiante. Pour eux, il est essentiel que les étudiants puissent s’exprimer et partager leurs opinions.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

COVID-19 : Ahuntsic-Cartier-ville parmi les secteurs plus touchés… au Québec!

Bien qu’un recul du nombre de nouveaux cas ait été enregistré cette…

Le coin des commerçants – Semaine du 4 mars 2021

SDC Quartier Fleury Ouest Se sucrer le bec sur FLO! La Cabane…

Le coin communautaire – Semaine du 19 novembre 2021

Une réouverture attendue! La boutique de l’Association des bénévoles de l’Hôpital du…

COVID-19 : pas de congé de transmission pendant les fêtes dans Ahuntsic-Cartierville

En augmentation constante depuis la fin novembre, le nombre de nouveaux cas…