L’heureuse nouvelle de l’augmentation d’environ 50% de leur subvention, accordée par le ministère de l’Éducation, après plus de huit ans d’attente, n’a pu dissiper l’inquiétude grandissante chez les organismes communautaires en alphabétisation quant à leur survie, après la décision de la Commission scolaire de Montréal (CSDM) d’augmenter substantiellement les loyers.

Interrogée par journaldesvoisins.com, Claude Ampleman, directrice du Centre de ressources éducatives et communautaires pour adultes (CRÉCA), membre du Regroupement des groupes populaires en alphabétisation du Québec (RGPAQ), se réjouit de cette bonification de près de 48 000$ accordée par l’entremise du Programme d’action communautaire sur le terrain de l’éducation (PACTE) pour l’année 2016-2017.

« On est très contents de cette belle augmentation qui  servira notamment au renforcement de notre présence dans le milieu au niveau de la sensibilisation à l’analphabétisme, du développement de la capacité de référencement des divers intervenants et la mise en place d’ateliers », dit-elle.

Pour la suite, le CRÉCA espère que le ministère ira de l’avant avec une demande répétée depuis la création du PACTE en 2003-2004, soit l’indexation annuelle des subventions à la mission de chaque organisme reconnu et accrédité au programme.

« Afin que la bonification reçue cette année puisse avoir l’effet escompté à long terme, l’indexation régulière au coût de la vie est absolument nécessaire », affirme Mme Ampleman.

Elle ne cache pas son inquiétude quant à l’avenir des organismes communautaires notamment après la décision de la CSDM d’augmenter les loyers de ses immeubles qui sont occupés en grande partie par les organismes communautaires.

« On est très inquiets ! »

Après une augmentation de 10%, ces deux dernières années, la CSDM vient de décider une augmentation de l’ordre de 42%.

« C’est énorme ! s’étonne-t-elle, heureusement, on a eu le soutien de l’arrondissement qui nous a accordé une subvention pour payer cette hausse du loyer qui représente 33% de l’augmentation accordée par le ministère. »

Elle espère que la compensation attribuée par la Ville sera reconduite pour les prochaines années. Autrement, « si on doit payer des loyers équivalant à ceux en vigueur dans le secteur privé et s’il n’y a pas d’aide compensatoire  de la part du gouvernement, alors, tout simplement, il n’y aura plus d’organismes communautaires !» En tout cas, les organismes tel que le CRÉCA sont dans l’urgence de trouver une solution durable à cette question cruciale.

« On se sent toujours comme ayant un pied dans la porte. On est très inquiets !», soupire Claude Ampleman.

Elle indique des signes annonciateurs de lendemains « pas très réjouissants », notamment l’annonce de la reprise par la CSDM de locaux occupés par des organismes communautaires, comme celui du Centre de loisirs communautaires Lajeunesse à Villeray.

Rappelons que qu’environ 150 représentants de plusieurs organismes communautaires et CPE avaient organisé récemment une manifestation pour protester contre les nouvelles mesures de la CSDM.

 

 

 

 

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles
Réal Migneault devant une planche de kale

La Ferme de Rue mise sur le long terme et les nouveaux projets

Après avoir été considérée comme un projet expérimental depuis quatre ans, la…

La Maison de naissance verra bientôt le jour

Après des années d’attente, s’il n’y a pas d’imprévu, on promet une…

COVID-19 : les cas explosent dans les écoles d’Ahuntsic-Cartierville

Le nombre de cas et d’éclosions de COVID-19 dans les écoles de…

Élections municipales, les districts : les jeux sont faits dans Saint-Sulpice (Texte 4 de 4)

En vue des élections municipales de novembre, le JDV vous propose un…