Coalition Montréal porte bien son nom. Ce parti, réputé pour être un rassembleur centriste d’acteurs de diverses sensibilités politiques, présente dans les districts d’Ahuntsic, du Sault-au-Récollet et de Bordeaux-Cartierville trois candidatures représentant trois différentes générations de politiciens, confirmant ainsi l’aversion de cette formation pour les polarisations partisanes : Pierre Lachapelle, Giovanna Giancaspro et Shant Karabajak.

Pierre Lachapelle : « Contre le déni! »
Il est de retour en politique municipale après avoir été conseiller municipal du district de Fleury de 1986 à 1994. Cet ancien président de la Commission de l’aménagement et de l’habitation de la Ville de Montréal affirme qu’il a encore beaucoup d’énergie pour « porter la voix des citoyens d’Ahuntsic », notamment dans les dossiers qui lui tiennent à cœur : l’aménagement du territoire, l’environnement et la mobilité durable.

Connu pour son engagement communautaire au sein des Pollués de Montréal-Trudeau, dont il est membre fondateur, Pierre Lachapelle, s’engage à porter à bras-le-corps le dossier de la pollution aéroportuaire. Déplorant l’indifférence des autorités aéroportuaires de Montréal face aux plaintes des citoyens, il préconise notamment un couvre-feu de 23 h à 7 h à l’aéroport Pierre-Elliot-Trudeau et l’implantation d’un réseau de stations de mesure du bruit. Il exprime son opposition à la vente des aéroports de Montréal, compte tenu, dit-il, de la gestion ancienne des nuisances par Aéroports de Montréal (ADM) et du déni manifesté face aux problèmes subis par le voisinage.

Un autre dossier cher à Pierre Lachapelle : celui qu’il appelle « la grande oubliée de la décennie : la rivière des Prairies ». À ce sujet, il entend déployer ses efforts pour préserver la qualité de l’eau et assurer un accès permettant les usages récréatifs sécuritaires de ce cours d’eau. « Peut-on évaluer la possibilité de s’y baigner à nouveau, comme cela fut le cas avant les années 60? », se demande-t-il.
Cet adepte du transport actif affirme aussi son engagement en faveur de la promotion du transport public. « J’appuie l’action des citoyens en faveur d’un prolongement en boulevard urbain de l’autoroute 19 », indique-t-il, plaidant pour « une place sur le pont Papineau-Leblanc pour les piétons et les cyclistes. »
Abordant la question du réaménagement du fameux site Louvain, ce diplômé en gestion de projets préfère que le débat porte sur plusieurs propositions de plans, « une discussion plus fertile ». Aussi, il privilégie l’option pour une diversité de types de logements. « Il faut se méfier des ghettos », avertit-il.

Giovanna Giancaspro : « Contre la surtaxation et la surtarification abusives! »
Elle est connue pour sa combativité contre les injustices tarifaires et fiscales qui rendent la vie dure aux commerçants et à leurs clients, les citoyens. On la connaît également pour ses idées originales visant à rendre attrayante la vie du quartier, telle que la murale consacrée au Rocket, Maurice Richard, qui a pris vie sur le mur de son restaurant La Molisana, sur La Promenade Fleury.
Cette candidate de Coalition Montréal dans le district du Sault-au-Récollet met en avant son engagement dans la vie communautaire du quartier et son activité au sein de la SDC-Promenade Fleury pour mener à bien sa deuxième expérience électorale.

Giovanna Giancaspro se montre encore plus déterminée à poursuivre ses actions dans les dossiers qui lui tiennent à cœur, à commencer par le changement de la réglementation sur les parcomètres. Elle avait fait sensation en décidant de déverser des pièces de 25 cents dans des parcomètres aux alentours de son restaurant pour éviter des contraventions aux clients et à d’autres automobilistes.
La porte-parole du mouvement Assez, c’est assez!, réunissant plusieurs marchands des rues commerciales de la ville contre la hausse des tarifs des parcomètres avait notamment lancé une pétition demandant la réduction des tarifs des parcomètres et l’instauration de la gratuité les trois premiers soirs de la semaine et toute la journée de dimanche. Cette dernière proposition avait recueilli environ 30 000 signatures, selon elle. Sur ce dossier, elle défend le système du paiement par plaque (NDLR : d’immatriculation) en vigueur dans plusieurs villes canadiennes.
Le mauvais éclairage de la promenade Fleury et la nécessaire réduction de la vitesse des voitures sur cette artère, l’amélioration des trottoirs, notamment pour avoir des terrasses plus attrayantes, les complications administratives pour l’attribution des permis de terrasses, et la surtaxe payée pour celles-ci… sont autant de sujets de préoccupation pour Mme Giancaspro.

Abordant le patrimoine du Sault-au-Récollet, elle met en garde contre les retombées négatives de la vente et de la dénaturation des éléments du patrimoine historique du quartier et reproche à l’administration de la ville de « se concentrer beaucoup sur le centre-ville ». Après la réalisation de la murale grandeur nature en hommage au joueur de hockey émérite et fils du quartier, Maurice Richard, elle veut faire de même pour l’astronaute Julie Payette, nouvelle gouverneure générale, également fille talentueuse du quartier.

Par ailleurs, Giovanna Giancaspro préconise le développement de projets destinés à améliorer la qualité de vie des aînés et s’engage à soutenir une collaboration plus étroite avec les associations pour personnes âgées.

Elle souligne le manque d’animation artistique et culturelle dans le quartier, notamment l’organisation de festivals qui permettent aux citoyens de profiter de la gratuité de spectacles, et en premier lieu au parc Ahuntsic. Ce dernier doit, à son avis, servir principalement à l’organisation d’événements artistiques et culturels qui permettent à la créativité et aux talents des jeunes du quartier de s’exprimer. « Il faut déployer tous les efforts nécessaires pour garder nos jeunes dans notre cher quartier », insiste-t-elle.

Shant Karabajak : « Contre l’apathie politique! »
De sensibilité centre-gauche, Shant Karabajak en est à sa première candidature. Estimant que le moment est venu pour qu’il fasse ses preuves en politique municipale, Shant Karabajak se porte candidat pour représenter les citoyens de Bordeaux-Cartierville en s’appuyant sur sa participation comme bénévole lors de nombreux rendez-vous électoraux, à différents paliers.

Il avait l’intention de se présenter comme indépendant, avant d’être approché par la direction de Coalition Montréal et de se rendre compte qu’il partage beaucoup de points de vue de ce parti qui a « une vision décentralisée de la pratique démocratique » et n’a pas de « de ligne directrice stricte », pour reprendre le terme de ce jeune représentant de la relève politique, qui déplore « le fait qu’en politique municipale, l’accent est mis un peu trop souvent sur les lignes de partis ».
Ce diplômé en philosophie souligne l’importance de la lutte contre ce qu’il appelle « l’apathie politique » pour inciter la communauté à participer davantage aux décisions et aux projets qui la concernent. Selon lui, il est très important que les gens veuillent participer et qu’ils sentent que leurs voix comptent.

M. Karabajak exprime sa préférence pour « les projets portés par la communauté» et croit au bien-fondé d’allouer des budgets pour le développement de ces « projets solidaires et rassembleurs ». Il est convaincu que « les organisations locales peuvent répondre aussi bien sinon encore mieux que la municipalité aux besoins des citoyens ».

Ce représentant de la génération des milléniaux veut instaurer « un fonds de l’innovation ». Il veut aussi organiser un concours afin de reconnaître et de récompenser les citoyens qui développeront des façons de faire ou des technologies destinées à améliorer l’efficacité de nos procédés et infrastructures municipales.
Il relève également le « manque flagrant d’infrastructures publiques de transport actif ». Il s’engage à déployer des efforts pour amener dans Bordeaux-Cartierville le service public de location ​de ​bicyclettes Bixi, et rendre les pistes cyclables plus sécuritaires, notamment par une meilleure signalisation. JDV

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Conseil d’arrondissement du 17 janvier: l’achat local à l’avant-scène

Le conseil d’arrondissement est retourné au format virtuel pour débuter l’année 2022,…
Les trois candidates à la mairie d'Ahuntsic-Cartierville, Chantal Huot (à gauche), Émilie Thuillier (au centre) et Kassandre Chéry Théodat (à droite). (photomontage JDV)

[Vidéo 3] Qu’est-ce qui a poussé les candidates à la mairie à se lancer dans la course?

Dans le cadre de sa série d’entrevues avec les candidates à la…

Julie Roy : « Les vrais experts, c’est les citoyens »

La nouvelle élue de Saint-Sulpice, Julie Roy, a livré ses premières impressions…

Questionnaire électoral : Kassandre Chéry Théodat répond à nos questions

Les trois candidates à la mairie d’Ahuntsic-Cartierville aux élections du 7 novembre…