Le Site des Moulins fêtera ses 300 ans en 2024. (Photo: François Robert-Durand, JDV)

Peu après le départ des Autochtones de la Mission d’évangélisation du fort Lorette au Sault-au-Récollet vers celle de Deux-Montagnes, les Sulpiciens engagent Simon Sicard, membre d’une importante lignée de meuniers qui se transmettent ce métier de génération en génération. 

Ce texte de la chronique Page d’histoire a été publié dans la version imprimée du Journal des voisinsle Mag papier d’août-septembre 2023, à la page 37.

En 1724, Simon Sicard entreprend la construction d’une digue au-dessus de la rivière des Prairies, entre l’île de Montréal et l’île de la Visitation, dénommée à cette époque l’île Branchereau. Cet ouvrage est destiné à diriger l’eau vers des roues de moulin. 

Michel Graveline, animateur et comédien, à la Soirée des Moulins au Site des Moulins du Sault-au-Récollet au parc-nature de l’Île-de-la-Visitation le 18 août 2023. Il interprétait Simon Sicard, premier meunier du Site des Moulins. (Photo: Anne Marie Parent, JDV)

Dès 1726, un premier moulin est mis en marche sur cette digue, du côté de l’île de la Visitation. Il s’agit d’un moulin à scier le bois en planches, pour que les nouveaux habitants puissent se loger rapidement. Dès l’année suivante, un second moulin, pour moudre le blé, est érigé du côté de l’île de Montréal. La farine de blé est, à l’époque, un élément capital de l’alimentation des colons français. 

À la fine pointe

Il est facile aujourd’hui de considérer que le mot «technologie» désigne des procédés transformatifs qui nous projettent vers le futur. Cependant, le dictionnaire Quillet Flammarion de 1958 lui donne comme première signification «Qui a rapport aux arts industriels». L’emploi du mot arts par ses auteurs nous renvoie à une longue tradition: les métiers artisanaux. Le titre du livre Traité pratique et analytique de l’art de la meunerie (P. Chamgarnier, 1844) nomme un de ces arts qui est au cœur de notre histoire locale, celui du meunier. 

À cette époque, tout se fait par le travail des hommes et la force animale. La meunerie est un métier exigeant. Il faut maîtriser les arts de la charpenterie et de la maçonnerie, et comprendre aussi bien qu’un ingénieur le fonctionnement de mécanismes complexes permettant à des engrenages de transformer la force du courant de la rivière en énergie motrice.

Un autre moulin

Du vivant de Simon Sicard, un second moulin à farine est ajouté au centre de la digue. Pendant plus d’une centaine d’années, d’autres meuniers, dont Didier Joubert, lui succèdent. Vers 1840, les usages de la digue changent progressivement. Des fabriques de clous, puis de papiers cartonnés s’y installent. Ces ateliers utilisent la machinerie de l’époque industrielle. 

Dès 1900, on entrevoit la possibilité de produire de l’électricité à partir de l’eau de la rivière. Au cours du 20siècle, l’accélération du rythme des changements technologiques est évidente. À la fermeture de son usine en 1977, la Milmont Fiberboard Ltd était la dernière entreprise active sur le Site des Moulins. 

Site des Moulins en 1976
Vue aérienne du Site des Moulins en 1976. La photo est prise quelques années avant l’expropriation des usines désaffectées et la création du parc-nature de l’Île-de-la-Visitation.
(Photo: courtoisie de la Société d’histoire d’Ahuntsic-Cartierville, tirée de son site Web lashac.com)

La Société d’histoire d’Ahuntsic-Cartierville (SHAC) a eu l’honneur de se voir confier, par Musées numériques Canada, la réalisation d’un site Web sur ce lieu important de l’histoire de Montréal. Hébergé dans la collection Histoires de chez nous, il constitue une véritable exposition virtuelle intitulée Les moulins de l’île de la Visitation au Sault-au-Récollet

La priorité de la SHAC, pour les prochains mois, sera de regrouper des représentants des instances municipales, provinciales, d’Hydro-Québec et de la société civile en vue de mettre sur pied un comité ad hoc pour l’organisation des célébrations du 300anniversaire de l’ouverture du premier moulin, en 2026. Avis aux intéressés!

Panneau d’information sur la Révolution industrielle au Site des Moulins du Sault-au-Récollet au parc-nature de l’Île-de-la-Visitation. (Photo: Anne Marie Parent, JDV)



Restez informé

en vous abonnant à notre infolettre


Vous appréciez cette publication du Journal des voisins? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journal des voisins donne droit à un reçu fiscal.

Nous recueillons des données pour alimenter nos bases de données. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à notre politique de confidentialité.

Tout commentaire sera le bienvenu et publié sous réserve de modération basée sur la Nétiquette du JDV.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Le coin des p’tits voisins – Comptine: C’est l’Halloween!

La dernière soirée du mois d’octobre sera consacrée à la fête de…

Roberto López, la curiosité artistique sans frontières

En 2010, l’auteur-compositeur-interprète Roberto López, résident d’Ahuntsic, recevait le prix Révélation Radio-Canada…

L’être humain et sa dépendance aux écrans 

Il y a quelques mois, plus précisément le 5 avril, un événement…

Une page d’histoire – Henri Bourassa n’était pas n’importe qui

Henri Bourassa n’aurait pas reculé devant une discussion houleuse au sujet de…