La venue d’un enfant est un événement important dans un couple. Imaginez quand des familles – et parfois des mères seules – arrivent de l’étranger et n’ont pas ou peu de ressources. Des organismes communautaires sont là pour les soutenir. (Photo de Tai’s Captures, courtoisie unsplash.com)

Les organismes communautaires Pause Famille et le Carrefour d’aide aux nouveaux arrivants (CANA) d’Ahuntsic-Cartierville lancent une campagne de sensibilisation aux enjeux que vivent les mères nouvellement arrivées: «Maman, quand est-ce qu’on arrive?» Elle sera clôturée par un grand shower de bébé organisé à la Tohu le samedi 16 septembre, avec 50 participantes. Le Journal des voisins vous explique tout.

Selon les chiffres de La Presse, le Programme régional d’accueil et d’intégration des demandeurs d’asile (PRAIDA) a pris en charge 749 femmes enceintes depuis mars 2022. Ce nombre démontre l’importance d’accompagner les mamans et futures mamans nouvellement arrivées sur notre territoire. Pour éveiller les consciences, une campagne de sensibilisation baptisée «Maman quand est-ce qu’on arrive?» a été lancée.

«Nous avons voulu vous parler des enjeux que vivent ces femmes fuyant leur pays en quête d’un meilleur avenir et de meilleures conditions de vie pour leurs enfants et leurs familles. Seules, parfois accompagnées, ces mamans ont traversé plusieurs frontières, parcourues des milliers de kilomètres tantôt à pied, tantôt en bus», expliquent les organisateurs. Pause Famille et le CANA reçoivent en effet un nombre croissant de demandes d’accompagnement.

Les mamans sont en majorité demandeuses d’asile et font face à des situations complexes en lien avec leur statut migratoire: difficultés à trouver un logement, impossibilité de travailler, isolement social… Autant d’éléments qui les rendent plus vulnérables.

Femme enceinte. (Photo: Hillary Disantos, courtoisie pexels.com)

Des parcours semés d’embûches

Gina, originaire d’Haïti, est arrivée au Québec en novembre dernier après avoir traversé une dizaine de pays, et attendu 4 ans pour traverser la frontière canadienne. Elle était enceinte de 6 mois.

«Lorsque j’ai ressenti plusieurs contractions, je me suis rendue à l’hôpital. Après avoir réalisé les premières vérifications, l’infirmière stagiaire m’a demandé de retourner chez moi. Je savais que j’étais sur le point d’accoucher; une autre infirmière est venue et je l’ai suppliée de voir un médecin… 40 minutes plus tard, j’ai accouché de mon fils», explique la mère qui aspirait à un accouchement plus serein après autant d’épreuves. Surtout que la suite n’a pas été plus aisée…

«Je n’ai pas reçu un suivi après mon accouchement. Je me suis sentie seule, dans un état de stress. Je mangeais peu car je n’avais pas assez d’argent. Ne connaissant personne, j’étais isolée et en dépression», confie Gina.

Pour Anubala, arrivée d’Inde en 2019, sa seconde grossesse était source d’angoisse. «Ne possédant pas de voiture, je n’ai malheureusement pas pu voir un docteur avant mes 5 mois de grossesse. Les déplacements pour les suivis de grossesse n’ont pas été faciles», témoigne-t-elle.

Elle est aujourd’hui accompagnée grâce au programme de la Fondation Olo qui offre un suivi aux femmes enceintes partout au Québec. Toutes reçoivent également le soutien essentiel de Pause Famille, un organisme d’Ahuntsic-Cartierville qui propose de nombreux projets aux familles du quartier. «J’aime me rendre chez Pause Famille, faire des activités et rencontrer d’autres mamans; nous rions et partageons des moments entre nous, nous discutons et répondons à nos questionnements», affirme Johane, Haïtienne arrivée en juillet dernier.

Une campagne de financement pour le grand shower de bébé

Le 16 septembre, la campagne sera clôturée par un grand shower de bébé à la TOHU à Montréal. Une cinquantaine de mères nouvellement arrivées et connues des organismes sont invitées à y participer. Elles repartiront chacune avec un coffret cadeau de naissance comprenant des produits essentiels pour accueillir leurs bébés.

Un événement symbolique dont Mélanie Joly, ministre des Affaires étrangères et députée fédérale d’Ahuntsic-Cartierville, est la marraine d’honneur.

«Je suis fière que le CANA et Pause Famille s’unissent pour venir en aide aux mamans nouvellement arrivées au pays. Je me joins à leur campagne de financement afin d’inviter les entreprises à donner des produits pour bébé et j’invite la population à faire un don monétaire afin de s’assurer que ces femmes et leurs nouveau-nés aient tout ce dont ils ont besoin», indique Mélanie Joly.

Les organismes comptent en effet sur la générosité de tous pour financer cette initiative et en faire une réussite. Il est ainsi possible de faire un don sur canamtl.com ou Pausefamille.org.

Affiche publicitaire pour la campagne «Maman, quand est-ce qu’on arrive?», orchestrée par le CANA et Pause Famille (août 2023).



Restez informé

en vous abonnant à notre infolettre


Vous appréciez cette publication du Journal des voisins? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journal des voisins donne droit à un reçu fiscal.

Nous recueillons des données pour alimenter nos bases de données. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à notre politique de confidentialité.

Tout commentaire sera le bienvenu et publié sous réserve de modération basée sur la Nétiquette du JDV.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Une murale en hommage aux femmes immigrantes de l’industrie textile

Une murale ornera bientôt le chalet du parc Saint-Simon-Apôtre, dans le district…

Ahuntsic-Cartierville, terre d’accueil

Personne ne sera surpris d’apprendre qu’Ahuntsic-Cartierville est un lieu d’immigration et même…
concertation femme

Un recueil de poésie pour la Journée internationale des droits des femmes

Lundi 11 mars 2024, l’organisme communautaire Concertation Femme, en présence de la…