Portrait d’Henri Bourassa pris vers 1920. (Photo: Fonds Dupras et Colas, BAnQ, photographe inconnu)

Henri Bourassa n’aurait pas reculé devant une discussion houleuse au sujet de la quasi-autoroute qui porte son nom aujourd’hui. Il ne craignait pas les polémiques. Ses écrits pouvaient susciter la controverse.

Ce texte de notre chroniqueur Jacques Lebleu, de la Société d’histoire d’Ahuntsic-Cartierville, a été publié dans la version imprimée du Journal des voisins, le Mag papier d’octobre-novembre 2023, à la page 13.

Homme politique et journaliste, Henri Bourassa est né le 1er septembre 1868 à Montréal et y est décédé le 31 août 1952. Il était d’abord un influent leader nationaliste canadien, qui souhaitait renforcer l’indépendance croissante du Canada par rapport à l’Empire britannique. Henri Bourassa était en même temps un défenseur des droits de la population canadienne-française au Canada.

Sa carrière politique fédérale débute à une époque où la plupart des Canadiens anglais se considèrent toujours fièrement comme étant sujets de l’Empire britannique. Au moment où la Grande-Bretagne entre en guerre en Afrique du Sud, la majorité du Canada anglais ressent le besoin de la soutenir. 

Henri Bourassa, jeune député libéral qui semble destiné à une carrière brillante, démissionne de son poste au mois d’octobre 1899, en opposition au soutien de son parti aux politiques impérialistes. Il dénonce la décision du gouvernement libéral de Wilfrid Laurier d’envoyer des troupes canadiennes volontaires au combat sans consulter le Parlement. 

D’Ottawa à Québec

Il se tourne par la suite vers la politique provinciale. Élu à l’Assemblée nationale du Québec en 1908, il y siège jusqu’en 1912. 

À Montréal, en 1910, il fonde, pendant ce mandat, le quotidien Le Devoir, un journal encore influent aujourd’hui. Il en est le rédacteur en chef jusqu’en 1932.

Au début de 1917, en pleine Première Guerre mondiale, le recrutement du Corps expéditionnaire canadien est au plus bas. Le premier ministre conservateur, Sir Robert Borden, annonce le 18 mai 1917 que le gouvernement imposera la conscription au Canada. Le 25 mai, il propose au chef libéral Sir Wilfrid Laurier de former un gouvernement de coalition où libéraux et conservateurs s’uniraient pour appliquer la mesure. Laurier rejette la proposition le 6 juin. 

Sir Borden tente alors de renforcer son gouvernement en y admettant certains libéraux. Influencés par la ferveur de la presse anglophone pour la conscription, plusieurs politiciens libéraux et indépendants acceptent l’invitation de Robert Borden. Il forme, le 12 octobre, un gouvernement d’union comprenant 12 conservateurs, 9 libéraux ou indépendants et 1 travailliste. 

Au déclenchement des élections, Wilfrid Laurier n’ose pas soutenir la conscription, conscient de la grande influence d’Henri Bourassa auprès des électeurs canadiens-français, qui y sont réfractaires. Robert Borden déclare que, si les libéraux sont élus à l’élection qui vient, Henri Bourassa sera leur véritable chef et qu’il retirera le Canada de la guerre. Les élections générales du 17 décembre 1917 donnent aux unionistes une forte majorité.

Hommage

Par la suite, bien qu’Henri Bourassa poursuive sa carrière politique, son influence devient moins significative. Il conserve une vision fédéraliste typique des libéraux. S’il souhaite que la culture canadienne-française résiste à l’assimilation et obtienne l’égalité des droits dans tout le pays, il demeure tout de même associé à la notion de biculturalisme.

Boulevard Henri-Bourassa, nommé en hommage à Henri Bourassa, homme politique et fondateur du quotidien Le Devoir. (Photo: Amine Esseghir, JDV)

Très peu de temps après son décès, la Ville de Montréal lui rend hommage en désignant boulevard Henri-Bourassa la plus grande infrastructure routière en construction au moment où l’automobile triomphe, au milieu des années 1950. Auparavant, les Irlandais du voisinage avaient nommé ce chemin de campagne Kelly Street.

En 1966, Henri Bourassa est honoré une nouvelle fois à l’ouverture de la station de métro qui porte son nom, à l’angle du boulevard Henri-Bourassa et de la rue Berri, dans l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville.



Restez informé

en vous abonnant à notre infolettre


Vous appréciez cette publication du Journal des voisins? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journal des voisins donne droit à un reçu fiscal.

Nous recueillons des données pour alimenter nos bases de données. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à notre politique de confidentialité.

Tout commentaire sera le bienvenu et publié sous réserve de modération basée sur la Nétiquette du JDV.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles
Chat

Urbanimaux – S’occuper d’un chat de la rue dans Ahuntsic-Cartierville

Est-ce une bonne idée de nourrir des chats de rue? Oui, si…

EspaceTrad au cœur d’un renouveau vital pour la musique trad

EspaceTrad est l’un des hauts lieux de la musique traditionnelle (ou trad)…

Rencontre avec Michel Stringer – Enseigner à en perdre le souffle

Michel Stringer, enseignant de français à l’école Sophie-Barat, s’est fait connaître en…

Les jardins de nos arrière-grands-mères

Quand j’étais petite et que nos parents nous amenaient visiter de la…