Une démarche citoyenne entreprise pour plus d’accessibilité à la piscine du complexe sportif Claude-Robillard   a porté ses fruits : les demandes du groupe de trois résidants mené par Jean Laroche seront en partie accordées pour la saison d’automne.Depuis trois ans, le regroupement demandait plus d’heures de bain libre dans le bassin du deux mètres et l’embauche d’un sauveteur supplémentaire. 

Joint par téléphone, Hadrien Parizeau, conseiller de ville du district de Saint-Sulpice et conseiller associé en matière de jeunesse, de sports et de loisirs à Montréal, confirme une augmentation des heures pour le bain libre dans le bassin du 2 mètres qui sera accessible désormais de neuf à dix heures le matin.

« Nous travaillons présentement afin de pérenniser cette augmentation dans le budget municipal de décembre et pour les prochaines années», a précisé M. Parizeau.

Si le budget du complexe sportif ne permettait pas l’embauche d’un sauveteur supplémentaire, on aurait bonifié la rotation des quarts de travail du personnel déjà sur place.

Selon Hadrien Parizeau, une demande supplémentaire a toutefois été passée à cet effet dans le prochain budget.

«On parle de détails administratifs», explique le conseiller, qui ne peut se prononcer sur les détails de l’évaluation des coûts lui ayant été fournie.

La semaine dernière, M. Parizeau avait discuté de l’avancement des demandes avec le regroupement Il promet d’assurer le suivi dans les prochains jours.

Démarche citoyenne saluée

De son côté, Jean Laroche a accueilli l’annonce avec enthousiasme, soulignant par le fait même l’ouverture de M. Parizeau sur la question. Le professeur d’éducation physique estime que ses demandes avaient été placées depuis longtemps, dans le désir d’optimiser l’accès pour tous les citoyens actifs.

«Moi, je le fais surtout pour mes étudiants en technique policière qui ont besoin de s’entraîner», ajoute-t-il. «C’est un site qui est accessible et collé sur le collège Ahuntsic. »

Malgré la réponse positive aux demandes, M. Laroche souhaite rester partie prenante au dossier et promet d’assurer le suivi auprès des directeurs du complexe sportif.

«On souhaite continuer à travailler dans le même sens pour que la piscine soit utilisée par les citoyens. Le bain libre est de plus en plus populaire et on espère que ça soit pleinement apprécié. »

Le conseiller Parizeau a d’ailleurs souligné le rôle joué par le regroupement citoyen. D’ailleurs, en 2014, des heures de bain libre avaient été récupérées à la suite d’une pétition signée par 700 citoyens déposée à l’Hôtel de Ville. 

«L’un des aspects à souligner dans toute cette affaire c’est à quel point la démarche citoyenne est importante», indique M. Parizeau.

Pour sa part, Jean Laroche encourage les autres résidants à faire de même, malgré les délais et les difficultés. 

«Si les gens laissent aller les choses, on se fait enlever des services auxquels on a droit et que l’on paie, conclut-il. Il faut toujours être vigilant en tant que citoyen. »

Malgré cette victoire intéressante pour les nageurs, une mauvaise nouvelle puis une bonne nouvelle les attendaient à la rentrée. À cause d’un bris d’équipement, la piscine était fermée jusqu’à nouvel ordre.

Renseignements pris lundi 17 septembre, la piscine est désormais de nouveau ouverte depuis le week-end, les réparations ayant été effectuées.

Avec la collaboration de Christiane Dupont

 

 

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Le JDV veut avoir votre avis!

Le JDV lance un sondage pour mieux connaître son lectorat. Répondez au…

L’arrondissement met le paquet pour (essayer de) briser la glace

Une pluie verglaçante a créé une solide couche de glace sur le…

Chemin Neuf se défend d’être une secte

L’organisme Chemin Neuf, qui gère la résidence Ignace-Bourget et administre désormais des…
Deux plaques de protection en bois suite au double cambriolage Friperie Cartier Émilie Crédit Leila Fayet

Un mois avant Noël, alors que l’hiver se pointe : deux cambriolages à la friperie Cartier Émilie

« En deux nuits, deux cambriolages. C’est la première fois que ça…