Les Actualités du 20 fevrier 2015

 


« L’état physique des établissements a un impact
sur le bien-être des élèves »
3,6 M$ en investissements pour les écoles de
l’AcadieLa ministre Christine
St-Pierre était de passage dans la circonscription, lundi dernier, à l’école
François-de-Laval, pour annoncer qu’un peu plus de 3,6 M$ en aide financière serait accordé à neuf écoles du territoire de l’Acadie.
Dans Ahuntsic-Cartierville, la commission scolaire recevra 3 185 000 $. La somme sera répartie, notamment, comme suit :

– École Eurêka : 2,25 millions pour la réfection des finis intérieurs et des murs extérieurs.
– École François-de-Laval : 400 000 $ pour le remplacement de l’entrée électrique.
– École Saint-Benoît : 55 000 $ pour l’installation de dispositifs antirefoulement.
– École Saint-Simon-Apôtre : 55 000 $ pour l’installation des dispositifs antirefoulement.

La Commission scolaire English-Montreal reçoit également 119 000 $, dont 69 000 $ pour l’école John Caboto pour le remplacement de l’entrée d’eau. De son côté, la commission scolaire Marguerite-Bourgeoys obtient une aide de 375 000 $.

Notons que ces sommes proviennent du programme provincial de Maintien des bâtiments, qui dispose d’une enveloppe budgétaire de 394,6M$ pour l’année 2014-2015.

« Remplacer des tuyaux, ce n’est pas sexy, mais c’est important! » a dit Sylvia Lo Bianco, commissaire pour la commission scolaire anglophone de Montréal, tout en remerciant la ministre pour cette aide.

La ministre a affirmé à quel point il est important que les enfants soient dans des locaux sécuritaires et accueillants. « Ça fait partie de la persévérance scolaire. Réparer les planchers, la ventilation, ça fait partie des travaux de base, comme l’entretien d’une maison », a précisé Christine St-Pierre.

Il s’agit toutefois d’une goutte d’eau dans un océan de bâtiments de la CSDM qui nécessitent d’importantes rénovations. La directrice de la commission scolaire de Montréal (CSDM), Catherine Harel-Bourdon, a rappelé qu’il faudra au moins 1,4 milliard de dollars pour faire la mise à niveau complète des infrastructures de la CSDM. Puisque l’âge moyen des bâtiments de la commission scolaire est de 65 ans, les « défis sont grands », précise-t-elle.

La directrice de l’école François-de-Laval a rappelé à quel point les infrastructures s’usent rapidement. « Quand on pense que nous avons huit toilettes pour les filles et huit pour les garçons et que nous avons 800 élèves, ça se détériore vite! », dit Gaétane Legault, qui a accueilli l’annonce ministérielle avec beaucoup d’enthousiasme.  « Les montants sont appréciés et appréciables », ajoute-t-elle.

Les écoles de Crémazie reçoivent également une aide

Une semaine plus tôt, le 9 février, la députée de Crémazie, Mme Marie Montpetit, annonçait pour sa part qu’une aide financière de 1 530 000 $ pour la réfection de onze écoles de la circonscription serait accordée par le gouvernement provincial.

Ainsi, les écoles Ahuntsic-Annexe, Atelier, Fernand-Séguin, La Visitation, Louis-Colin, Saint-Antoine-Marie-Claret, Saint-Isaac-Jogues, Saint-Paul-de-la-Croix, Saints-Martyrs-Canadiens, Sophie-Barat et Saint-Pius X Complex bénéficieront de ces sommes. Divers travaux sont prévus, tels le remplacement de fenêtres et l’installation de dispositifs de plomberie.

Par Mélanie Meloche-Holubowski (2015-02-20)


Photo

Sur la photo, on aperçoit la Ministre St-Pierre entourée d’intervenants d’écoles de la circonscription l’Acadie.

Campagne en vue de sauver les CDEC et CLD


Montréal invitée à faire davantage


Plusieurs groupes de pression espèrent encore sauver les Corporations de développement économique communautaire (CDEC) et les Centres locaux de développement (CLD), en pressant l’administration du maire Denis Coderre de s’impliquer financièrement.

Le pacte fiscal Montréal-Québec et les mesures prises par le gouvernement québécois
l’automne dernier se traduiront entre autres par une réduction des budgets des CDEC et CLD de l’ordre de 55%. En conséquence, les dirigeants, n’ayant que peu de choix devant eux, devront réorganiser les organisations.

Pourtant, à l’extérieur de Montréal, comme à Laval, les autorités ont mis la main à la
pâte pour sauver ces organismes qui épaulent tous les genres d’entreprises, dont celles liées à l’économie sociale et désireuses de créer de l’emploi et de la richesse.


Moins de CDEC et de CLD

Sur le territoire de Montréal, le nombre des CDEC et CLD devrait passer de 18 à 6,
ce qui amène une reconfiguration particulière alors que jusqu’ici, le territoire correspondait par exemple à un ou des arrondissements ou à une ville.

Maintenant, avec du financement en moins, un plan de match a été élaboré pour un
regroupement des bureaux. Ainsi, le bureau d’Ahuntsic-Cartierville se greffera à d’autres bureaux, ceux de la région appelée centre-ouest. Cela signifie probablement un bureau comprenant, outre notre CDEC, les centres de Saint-Laurent, de Mont-Royal, de Montréal-Ouest, d’Hampstead et de Côte-Saint-Luc.


Opposition

Des CDEC sont en campagne pour tenter de sauver les meubles et maintenir le statu
quo. Sur le portail CDEC, on invite entrepreneurs, partenaires et citoyens à s’impliquer
pour éviter de supprimer les mandats des deux entités qui veillent à la réalisation de projets structurants, impliquant divers partenaires.

Pour sa part, la CSN qui représente des employés dans six CDEC, dont celle
d’Ahuntsic-Cartierville (qui a ses bureaux sur Chabanel)  a invité Montréal à
refaire ses devoirs. On estime que la société civile perdra beaucoup de son influence sans oublier l’expertise qui sera moindre.

« Si le pacte fiscal est appliqué tel quel, cela signifierait la perte de plus de 50
% de près de 200 spécialistes du développement » a soutenu Lucie Dufour,
secrétaire générale  de la Fédération des professionnelles (FP-CSN).

Mme Dufour estime que l’administration Coderre-Desrochers  pourrait injecter les
fonds qui manquent puisque le pacte  fiscal est transitoire pour une année.
Québec coupe 5,5 M $ sur un budget de 13 M$.

« En injectant 5 M$, il y aurait facilement moyen de conserver l’expertise et dans un
an, de poursuivre Mme Dufour, il serait même possible de renégocier pour
récupérer certaines sommes de Québec », a-t-elle suggéré à l’administration
municipale.


Avenir immédiat

La crainte de plusieurs est de perdre une expertise ici même, à l’échelle locale.
Notre CDEC compte une quinzaine d’employés, dont une douzaine qui sont syndiqués,
connaissant fort bien ce qui se passe dans l’arrondissement.

La CDEC Ahuntsic-Cartierville répond à de multiples besoins. Elle compose avec un vaste territoire. De nombreux locaux sont disponibles et prêts à accueillir des investisseurs, notamment dans la Cité de la mode.

Encore hier, une séance d’information en démarrage d’entreprise était offerte aux gens de l’arrondissement. Une formation est aussi donnée (à faibles coûts) pour réaliser des vidéos promotionnelles à l’aide d’un cellulaire ou d’une tablette électronique.


Leader du développement local

Plusieurs projets émanant de gens du quartier ont bénéficié, au fil des années, des conseils de leur CDEC pour démarrer ou croître.

Depuis quelques années, pour développer de nouveaux chantiers, l’organisme mise sur
cinq grands axes soit les rues commerciales, l’industrie du design et de la mode, la culture, l’agroalimentaire et le développement des berges.

Si on réorganise tout, il faudra s’attendre à une belle facture en bout de piste en
tenant compte des baux qu’il faut respecter et des problèmes et coûts des
déménagements.

Pour l’instant, tout le monde est en attente…

Par
Alain Martineau (2015-02-20)


Ahuntsic-Cartierville veut permettre aux citoyens de se réapproprier les berges

Un arboretum, un pavillon d’accueil et une rue piétonnière pour le Parcours Gouin

Près d’une centaine de personnes ont assisté à la présentation de Parcours Gouin, un projet à la fois récréotouristique et environnemental qui permettra la construction d’un pavillon d’accueil, l’implantation d’un arboretum et l’essai d’une route entièrement dédiée aux piétons et aux cyclistes.

Photo« Montréal fête son 375e anniversaire en 2017. Ce projet est l’occasion de laisser un legs aux Ahuntsicois », a expliqué Ronald Cyr, directeur de l’arrondissement.Depuis quelques années, de nombreux citoyens et élus ont « rêvé leurs berges » lors de consultations publiques. Le constat qui en est ressorti est que l’arrondissement possède un joyau naturel en la Rivière-des-Prairies et ses berges, et que la population doit se les réapproprier. L’arrondissement a dévoilé à quoi ressemblerait le Parcours Gouin.

Rue piétonnière sur StanleyUne des premières initiatives sera la fermeture cet été (juin, juillet et août) de l’avenue Park Stanley, entre Basile-Routhier et Durham. Plus de bancs et de supports à vélos seront installés, et les gens pourront ainsi avoir accès à une plus grande superficie le long de l’eau.

L’arrondissement veut redonner plus de place aux piétons et ce projet sera en quelque sorte un laboratoire d’expérience. « Ça va permettre aux gens d’utiliser la rue autrement et de vivre en communauté », dit Marie-Hélène Armand, conseillère en aménagement à l’arrondissement. Une trentaine de places de stationnement seront toutefois perdues.


Photo

Un pavillon d’accueil vert

L’arrondissement prévoit aussi aménager un pavillon nature multifonctionnel sur l’avenue Basile-Routhier, près de l’avenue Park Stanley. Ce sera un endroit pour les cyclistes et citoyens qui pourront se ressourcer lorsqu’ils parcourront les 15 kilomètres de piste cyclable le long de la rivière. Mais, cette halte, d’une superficie de 350 mètres carrés et située tout près des transports en commun, sera également un point d’observation et un endroit d’interprétation et d’éducation. Le bâtiment sera le plus vert possible en utilisant notamment des panneaux solaires, de l’énergie géothermique et possiblement de petites éoliennes.

Les plans seront conçus en 2014 et 2015, la construction se fera en 2016 et la halte serait prête pour le 375e de Montréal, en mai 2017.

L’équipement et l’aménagement du site coûteront environ 3,82 millions de dollars. Les coûts d’entretien, d’animation et de surveillance du site une fois ouvert sont estimés entre 150 000 $ et 200 000 $. Pour l’instant, environ 2,8 millions de dollars en subventions seraient à la disposition de l’arrondissement pour absorber les coûts.

Un arboretum pour la biodiversité 

Enfin, l’arrondissement s’associe avec l’UQAM pour le projet Diversité des arbres en ville, en partenariat avec l’organisme IDENT (International Diversity Experiment Network with Trees) qui compte six sites de recherche dans le monde. Ahuntsic-Cartierville deviendra le premier site au cœur d’une ville. 

Un parcours en forme de spirale sera aménagé tout près du pavillon d’accueil et près d’une cinquantaine d’arbres de différentes espèces y seront plantés. Ce petit arboretum, d’une superficie d’environ 1300 mètres carrés, permettra aux chercheurs d’étudier l’impact des arbres sur la santé des écosystèmes urbains. Les citoyens pourront y découvrir différents arbres et mieux comprendre la biodiversité au sein d’une ville.

Avec l’effet dévastateur de l’agrile du frêne, il est d’autant plus important de bien étudier l’apport des arbres dans les villes, explique Alain Paquette de l’UQAM. Un montant de 174 000 dollars sera octroyé à ce projet. 

Pour célébrer le début de ce projet unique et innovateur, International TreeDivNET plantera son millionième arbre dans Ahuntsic-Cartierville ce printemps. 

Réaction positive 

La réaction dans la foule a été généralement positive. Même l’ancien conseiller municipal  d’Ahuntsic, et ex-candidat à la mairie de l’arrondissement pour Projet Montréal lors des dernières élections, Pierre Bastien, a chaudement félicité les élus et les personnes attitrés à ce projet pour leur travail collaboratif avec les citoyens.

Certaines personnes ont néanmoins soulevé quelques  inquiétudes quant au stationnement, à la sécurité et à la cohabitation entre piétons et cyclistes. L’arrondissement a tenu à spécifier que la rue piétonnière n’est qu’un essai et un bilan sera fait avec les citoyens à l’automne. « Si c’est une catastrophe, ça finit là. Sinon, on peut modifier certaines choses pour l’année prochaine », précise Ronald Cyr, qui ajoute qu’il est confiant que les citoyens seront très emballés par le fait qu’ils pourront être beaucoup plus près de l’eau. 

Vous avez d’autres idées pour bonifier le projet Parcours Gouin, l’arrondissement attend vos suggestions : parcoursgouin@ville.montreal.qc.ca

Par Mélanie Meloche-Holubowski (2015-02-20)



Picture

Projet de loi 10

Des conséquences à Ahuntsic-Cartierville

Adopté dans une
procédure au bâillon le 6 février dernier, le projet de loi 10 modifie
l’organisation et la gouvernance du réseau de la santé et des services sociaux
par l’abolition des agences régionales. Journaldesvoisins.com
s’est interrogé cette semaine sur les conséquences sur le territoire
d’Ahuntsic-Cartierville de ce projet de loi controversé.

« Pour l’instant, les points de service pour la communauté vont demeurer les mêmes, il n’y a pas
de changement. C’est à partir du 1er avril, quand la loi va être en œuvre, que
le ministère va déterminer les travaux à effectuer et aussi en spécifier la
nature, le déroulement et l’échéancier. Donc, c’est à partir de ce moment-là
qu’on sera capable d’informer la communauté des changements qui vont se
produire. Mais c’est sûr que chaque changement qui va avoir lieu, si
changement il y a, on va en informer [les citoyens] via nos différentes plateformes », a indiqué au journaldesvoisins.com, Mme Maude Hébert, conseillère au
service des communications à l’Hôpital du Sacré Coeur de Montréal.

Période de transition

Ainsi, à compter
du 1er avril prochain, les centres de santé de l’arrondissement
d’Ahuntsic-Cartierville feront partie d’un ensemble plus vaste qui englobera
le CSSS d’Ahuntsic et Montréal-Nord, le CSSS de Bordeaux-Cartierville
Saint-Laurent, le CSSS du Coeur-de-l’Île, l’Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal
et l’Hôpital Rivière-des-Prairies. La fusion de ces cinq établissements formera
le Centre intégré universitaire de
santé et de services sociaux (CIUSS) du Nord-de-l’Île-de-Montréal.

Compte tenu de la période de transition dans laquelle se trouvent les
directions des centres de santé, journaldesvoisins.com n’a pas été en mesure de
décrocher une entrevue ni avec la direction du CSSS d’Ahuntsic et
Montréal-Nord, ni avec celle de l’Hôpital du Sacré Coeur. Le CSSS de
Bordeaux-Cartierville-Saint-Laurent n’a quant à lui pas retourné nos appels.

« Présentement, il y a des directeurs généraux à la tête de
chacun des établissements et là, en fait, ils le sont tous de façon intérimaire
et le gouvernement va nommer à la tête de chacun des CIUSS, un PDG et un PDGA.
Donc, en ce moment, on ne sait pas qui va être à la tête du consortium. Donc, c’est vraiment quand le PDG va être en place avec le PDGA qu’on va être
capable de voir comment actualiser le projet de loi 10 », a fait valoir Mme Hébert.

« Les postes de directeurs généraux sont abolis et ça va être des
présidents directeurs généraux qui vont être nommés dans deux à trois semaines.
Alors on préférerait attendre le nouveau directeur général qui pourra faire
l’entrevue », a estimé pour sa part Mme Isabelle Gagné, conseillère-cadre
aux communications au CSSS Ahuntsic et Montréal-Nord.

Projet controversé

Certains acteurs du milieu de la santé s’inquiètent des répercussions de
la réorganisation engendrée par ce projet de loi. « Au
niveau des budgets, est-ce que l’hôpital Sacré-Coeur, à cause de sa vocation
universitaire, va devenir le gouffre
financier, en ce sens que c’est là que vont se ramasser tous les surplus? Au
niveau des déficits, est-ce que ça va être concentré là? Est-ce que l’hôpital Fleury va avoir un changement de vocation? Il y a beaucoup de corridors de
services qui sont en train de se créer présentement. (…) C’est tout le temps
en éternelle réorganisation, et c’est là qu’on a un peu de difficulté à suivre », a souligné Robert Poisson, président du syndicat CSN du CSSS
Ahuntsic-Montréal-Nord.

« On ne semble pas trouver la recette
magique, mais à toutes les fois qu’il y a des réorganisations, c’est en lien
avec des compressions. C’est simplement des exercices mathématiques et on ne
semble pas tenir compte des services qu’on a à donner. C’est
ça qui nous préoccupe , comme travailleurs et comme usagers du réseau. On le
voit s’effriter de plus en plus. L’enjeu est là », a ajouté M. Poisson, qui dit avoir du mal à trouver des points
positifs à ce projet de loi et s’inquiéter notamment du pouvoir de « nommer
les présidents de conseils d’administration, avoir un droit de regard au niveau
des directeurs » que le ministre
Barrette se donne à travers ce projet.

Dans un communiqué émis en octobre dernier, le Collège des médecins du
Québec exprimait quant à lui ses inquiétudes « sur les conséquences de la
création d’établissements de dimension régionale  quant à la qualité et à
l’accessibilité des services. »

« Nous sommes également préoccupés par la distance qui se créera entre le
directeur de l’établissement et les médecins sur le terrain ainsi que par la
fragmentation possible des services dans plusieurs lieux d’une même région,
rendant ainsi paradoxalement moins accessibles certains services », indiquait
notamment le Dr Yves Robert, secrétaire de l’ordre, dans ce même
communiqué.

Par
Rabéa Kabbaj (2015-02-20)



ÉLECTIONS FÉDÉRALES 2015
Parti libéral du Canada

Des candidats tiennent à une investiture ouverte dans Ahuntsic-Cartierville 
Sentant
probablement la soupe chaude, cinq personnes qui tentent d’obtenir l’investiture
libérale dans la  circonscription d’Ahuntsic-Cartierville en vue de la prochaine
élection fédérale, sont intervenues sur la place publique hier (jeudi) pour
rappeler aux hautes instances du Parti libéral du Canada (PLC) qu’elles doivent
respecter les règles de la formation, dont le maintien des investitures
ouvertes. Dans leur
courte missive, les cinq candidats disent réaffirmer individuellement leur
intention de poursuivre la course.Mais est-ce
que des candidats ont eu des informations à l’effet qu’il y aurait du sable dans
l’engrenage dans le processus des investitures ouvertes, comme on le dit au PLC?
Est-ce que certains ont été invités à passer leur tour ou à se tasser? Chose
certaine, ces personnes avaient pris connaissance des articles du
journaldesvoisins.com sur Mélanie Joly et de son intérêt pour le
fédéral.L’ombre de Mélanie JolyDepuis
plusieurs semaines, Mélanie Joly, celle qui a fini bonne deuxième lors de la
course à la mairie de Montréal, derrière Denis Coderre, ne nie pas qu’elle songe
à se porter candidate à l’élection fédérale. Elle a un attachement pour
Ahuntsic-Cartierville (elle a fait une partie de ses études, elle y compte
plusieurs amis et sa mère habite le quartier).

Mme Joly a
même signifié au journaldesvoisins.com, pas plus tard que la semaine dernière,
qu’elle est prête à se plier aux règlements du parti à cet effet. Donc, en
déduction, à participer à une investiture avec d’autres
candidats.

Pression sur les autres ?

Il faut dire
qu’une éventuelle candidature de prestige ici ferait de l’ombre sur les autres
candidats intéressés.

Mais hier,
même si rien n’a encore été confirmé du côté de Mme Joly, cinq candidats ont
pris la peine de s’entendre sur l’envoi d’un  communiqué aux médias avec comme
titre « Déclaration de
candidats qualifiés à l’investiture du Parti libéral du Canada dans
Ahuntsic-Cartierville ».

On voulait
dire haut et fort que le PLC a mis en place un processus clair sur la tenue de
congrès démocratique de mise en nomination des candidats dans chaque
circonscription électorale. Bref, on
tient mordicus à une assemblée. « Nous réaffirmons individuellement notre
intention de poursuivre la course à l’investiture et notre désir de ne pas nous
retirer », ont averti les candidats.

« Nous tenons
au respect du processus démocratique ainsi qu’à notre engagement envers les
milliers de citoyens membres du Parti libéral du Canada
d’Ahuntsic-Cartierville », a ajouté le groupe des cinq.

Les
candidats à l’investiture qui ont signé le communiqué (et qui ont même laissé
leur adresse courriel) sont Élie Kassissia, Viken Attarian, Grace Batchoun,
Anthony Di Carlo et Norair Serengulian, peu connus dans le « grand public »
d’Ahuntsic-Cartierville, sauf peut-être à l’intérieur de leur
communauté.


Interrogations

Officiellement, la haute direction du
PLC ne précise jamais le nombre de candidats en lice pour un congrès
d’investiture, compte tenu que plusieurs se retirent souvent avant la fin pour
diverses raisons. Il y en a au moins cinq, peut-être six ou
sept. Mais le nom
d’un autre candidat potentiel, Gérard Pierre, qui avait lancé sa campagne en
grande pompe sur la rue Fleury en 2014, n’est pas au bas du
communiqué.

Cet envoi
aussi ne fait pas du tout allusion à Mélanie Joly, qui a été l’une des trois
personnes qui conseillaient de près Justin Trudeau lors de la course à la
direction du PLC.

Au PLC, l’un
des porte-parole des communications a déjà indiqué au journaldesvoisins.com que
l’investiture est ouverte dans Ahuntsic-Cartierville, comme
ailleurs.

Par Alain
Martineau (2015-02-20)


Picture

Pompières victimes de harcèlement?

Pas de plainte déposée, dit le SIM

À la suite d’un
article paru au début du mois dans La
Presse
et dans lequel des
pompières du Service des Incendies de Montréal (SIM) avaient rapporté, sous
couvert de l’anonymat, des situations présumées de harcèlement et de sexisme à
leur endroit, journaldesvoisins.com, a cherché à savoir cette semaine si le SIM
avait déjà reçu des plaintes à ce sujet et si, le cas échéant, certaines
d’entre-elles avaient été déposées par des pompières des casernes d’Ahuntsic-Cartierville.

Le SIM n’a pas souhaité dévoiler le nombre de pompières en poste dans
les quatre casernes d’Ahuntsic-Cartierville. À l’échelle de Montréal, le SIM
compte 31 pompières dans ses rangs, comme l’a indiqué par courriel au
journaldesvoisins.com Mme Louise M. Tremblay, chef de division à la division
des communications du SIM.

Aucune plainte déposée

En réponse à nos
questions, Mme Tremblay nous a également transmis les déclarations fournies en
entrevues par M. François Massé, directeur du Service de sécurité incendie de
Montréal, depuis la publication du reportage de La Presse.

« Même si la
direction n’a eu aucun son de cloche à l’effet que certaines pompières vivaient
des situations difficiles, nous avons attrapé la balle au bond et enclenché des
démarches », soutient le directeur du Service de sécurité incendie de
Montréal, François Massé. Tel qu’il l’affirmait la semaine dernière, « aucune
plainte formelle n’avait été reçue à cet effet au service. Le pouls était même
plutôt positif quant à la cohabitation des pompiers/pompières en casernes,
jusqu’alors », peut-on lire dans les propos rapportés par Mme Tremblay.

SIM à l’écoute

« La direction du
service est toujours à l’écoute et prône une philosophie de gestion basée sur
l’ouverture. Le métier de pompier est unique et sans égal. Les relations entre
les individus y jouent un rôle primordial. François Massé demeure très fier des efforts réalisés par la majorité des pompiers et
pompières au cours des dernières décennies pour travailler en harmonie. « Il
est important de ne pas minimiser les propos rapportés dans les médias, mais je
sais pertinemment qu’il est aussi indispensable de ne pas généraliser la situation
», d’ajouter M. Massé.

Selon les
informations communiquées par Mme Tremblay, le mercredi 11 février dernier, « le
directeur déposait un plan d’action auprès du comité exécutif de la Ville de
Montréal. Le service s’est engagé notamment à mener des groupes de discussion
avec des pompières afin de leur permettre de s’exprimer librement sur le climat
de travail (déjà en marche). Un rapport sera remis avec des recommandations. »

Point de vue de l’APM

Jointe par le
journaldesvoisins.com, l’Association des pompiers de Montréal (APM) n’avait
pas, à l’heure où nous mettions sous presse jeudi, répondu à
notre courriel visant notamment à savoir si elle avait déjà reçu des
dénonciations de pompières se disant victimes de harcèlement.

Dans un communiqué
datant du 12 février dernier et disponible sur le site web de l’APM,
l’association avait notamment qualifié de « dérapage
injustifiable la chasse aux sorcières qui a été inutilement
engendrée au SSIM par la publication, en début de semaine, d’un dossier portant
sur les pompières, et dans lequel un des articles présentait à tort des
situations anecdotiques d’une autre époque, très lointaine de surcroît, comme
étant un quasi-état de fait de harcèlement au sein du Service de sécurité
incendie de Montréal. »

« Le président de
l’Association, Ronald Martin, dit très mal s’expliquer que l’administration
municipale et la direction du Service de Sécurité incendie de Montréal, le
SSIM, aient si promptement tenté de récupérer cette situation déplorable, à
raison de plus qu’aucune plainte formelle n’a été déposée auprès du
Service qui compte 31 pompières dans ses rangs », peut-on aussi lire dans ce
même communiqué.

Par Rabéa Kabbaj (2015-02-20)



La bibliothèque Ahuntsic

Budgets, services et
nombre d’abonnés nettement inférieurs aux moyennes canadienne et américaine…

Les bibliothèques du  Québec et du quartier traînent de la patte…

Même si de nombreux Québécois fréquentent régulièrement les
bibliothèques, la province se situe bien en-deçà de la moyenne en termes
d’achalandage et de services offerts, selon un rapport de l’Observatoire de la
culture et des communications du Québec. Et Ahuntsic-Cartierville ne fait pas
exception.

Environ 30 525 abonnés ahuntsicois fréquentent les trois
bibliothèques du quartier, soit 25% de la population. À l’opposé, 55,8% des Américains
étaient abonnés à une bibliothèque en 2012. En 2014, les Ahuntsicois ont emprunté 962 531 documents,
soit une moyenne de 7,5 prêts par habitant. Les Britanno-colombiens empruntent,
quant à eux, 12,6 documents par habitant.

Même avec un budget de 3,817 millions de dollars par année,
l’arrondissement se situe au bas de la liste dans Montréal, avec une moyenne de
29,51 $ dépensé par habitant. Lorsqu’on compare à la moyenne québécoise de 45 $
par habitant et à la moyenne ontarienne de 49 $ par habitant,
Ahuntsic-Cartierville a encore beaucoup de chemin à faire.

Pourquoi les
bibliothèques québécoises accusent-elles autant de retard ?

Sylvie Cantin, chef de section pour Ahuntsic-Cartierville
explique que le Québec essaie depuis très longtemps de se rattraper. Les
lacunes remontent en partie à l’ère où l’Église catholique régissait de façon
très serrée les documents qui entraient dans les bibliothèques. Dès lors, la province
a commencé à accuser un certain retard, explique-t-elle.

De plus, elle ajoute que fréquenter une bibliothèque est une
tradition « moins ancrée dans la culture francophone que chez les Anglo-Saxons.
Il fallait tout combattre ça. »

Mais les bibliothèques du Québec ont pris des bouchées doubles, depuis quelques années, et les efforts commencent à porter ses fruits. Même depuis 2012 (année de
référence du rapport), l’état des lieux a évolué, explique Sylvie Cantin.

En plus du projet d’une bibliothèque inter-arrondissement
avec Montréal-Nord, une nouvelle bibliothèque est à l’étude pour le quartier. Les heures d’ouverture sont de plus passées de 39 heures
hebdomadairement en 2002, à 53 en 2014. Une des conséquences positives a été le
doublement du nombre de prêts, passant de 460 000 en 2012 à 962 000 en
2014.

Le nombre de documents et de services disponibles a également
augmenté, mais les bibliothèques ont également misé sur leur rôle de
démocratisation, de socialisation et de démocratisation, dit Mme Cantin.
« Il faut toujours renouveler nos collections, mais il faut être à
l’écoute des gens », ajoute-t-elle. « Il faut dépoussiérer le concept
des bibliothèques. C’est un lieu animé, ce n’est pas qu’un entrepôt de
livres! »

Par exemple, une bibliothécaire est maintenant attitrée à la
médiation pour tisser les liens avec les organismes, les tables de concertation
et les écoles. « Elle amène la biblio à eux. »

Selon Mme Cantin, les bibliothèques sont un levier important
pour le développement social.  C’est un
endroit neutre, et tous y ont accès. Pour les nouveaux arrivants, c’est un
lieu de rencontre et de ressources; pour les ados, un endroit où socialiser
avec d’autres jeunes et pour les aînés, un lieu pour apprendre comment
utiliser les nouvelles technologies et briser l’isolement.

Toutefois, le virage numérique prend plus de temps
qu’escompté, admet Mme Cantin. L’offre de livres numériques en français est
encore très basse puisque le marché du livre francophone numérique est moins
foisonnant que celui des livres anglophones. « Les autres années, nous
avions des budgets pour les livres numériques qu’on ne dépensait pas au
complet, parce qu’il n’y avait pas suffisamment de livres numériques à
acheter! »

Enfin, avec seulement 8,5 bibliothécaires pour desservir les
129 000 résidents d’Ahuntsic-Cartierville, Mme Cantin espère recevoir plus de
financement pour pouvoir en engager davantage. Ces bibliothécaires pourront
aider transmettre la passion pour la lecture et, du coup, améliorer la position
des bibliothèques québécoises par rapport au reste du pays.

Par Mélanie Meloche-Holubowski (2015-02-20)



Le CSSS d’Ahuntsic-Montréal-Nord honoré

Un bon coup de pouce pour les jeunes en difficulté

La haute direction de l’Association québécoise d’établissements de santé et de services sociaux était de passage dans le nord de la ville, lundi dernier, afin de  souligner le travail exceptionnel accompli  par tous les employés derrière le projet Partenaires pour l’insertion professionnelle.

Depuis juin 2010, une équipe du CSSS est sur un projet d’insertion en emploi pour des jeunes souffrant notamment de maladies mentales, des jeunes dont le parcours est suivi de près par les conseillers en emploi du Carrefour jeunesse-emploi Bourassa-Sauvé.

La directrice générale de l’Association, Diane Lavallée, tenait à être présente pour relever publiquement ce beau travail dans le cadre de  l’Opération Bons Coups, dont le mandat est de faire connaître (partout au Québec)  les projets novateurs en matière de santé et de services sociaux.

Il va de soi qu’un encadrement particulier est nécessaire pour ces jeunes en difficulté, alors qu’ils doivent affronter le monde du travail, pas toujours rose.

L’équipe du CSSS travaille sur trois fronts. Le premier vise à épauler les conseillers du Carrefour jeunesse-emploi afin qu’ils soient bien outillés pour répondre aux jeunes quand surviennent des problèmes comme la dépression, ou des troubles de la personnalité ou d’apprentissage.

Un autre volet permet de donner un accès rapide aux jeunes qui veulent consulter en santé mentale. Enfin, un troisième axe concerne la tenue d’ateliers  pour les jeunes (et leurs conseillers en emploi) dans le cadre de leur programme de réinsertion.

Les conseillers du Carrefour affirment avoir noté des résultats très positifs à la suite de leur collaboration avec les professionnels du CSSS d’Ahuntsic et Montréal-Nord. Par exemple, il y a moins d’abandons dans les  programmes d’insertion, un bon score en terme de placement et plus de raccrocheurs scolaire.

Par Alain Martineau (2015-02-20)


Photo

Dans l’ordre habituel: Bouchra Klaoua, directrice générale du Centre jeunesse-emploi Bourassa-Sauvé, Agnès Boussion, directrice générale du CSSSAM-N, Diane Lavallée, directrice générale de l’AQESSS et Karine Senneville, chef de programme des services ambulatoires en santé mentale adulte 1re ligne au CSSSAM-N.

Chabanel en lumière

Lumières et musique en hiver devant le 125 Chabanel

Montréal en
lumière bat son plein depuis hier (jeudi), mais Ahuntsic-Cartierville vibrera à
sa façon, en marge du festival montréalais qui en est déjà à sa 12e
édition. Une portion
des rues Chabanel et L’Esplanade, devant l’immeuble revampé de la Fabrique 125,
baignera en effet dans la musique et les lumières mercredi prochain, le 25 février, de
18h à 21h.

Plusieurs
intervenants de l’arrondissement se sont unis pour commanditer ce spectacle
hivernal de soirée sur la rue du quartier de la mode. Les
organisateurs ont prévu un spectacle de jeux, lumière, et musique avec des projections
animées. Les
visiteurs auront aussi l’occasion de danser, car un orchestre sera sur place pour
l’animation musicale. Le secteur sera sécurisé pour l’occasion.

« Le but est
de mettre en valeur l’architecture et l’héritage industriel de ce quartier », a
indiqué Catherine Salvail, porte-parole de l’événement. Il faut rappeler
que l’immeuble du 125 Chabanel, dont le projet de loft-condos a été lancé en 2013, a
déjà mérité trois prix liés à l’habitation et au design.

« Le rassemblement
populaire permettra à plusieurs de constater ce qui a été fait au 125, un bel
exemple de transformation d’un bâtiment industriel en résidences, certifié
accès condos » a ajouté Mme Salvail. L’immeuble abrite plus de 190 lofts entièrement ouverts, de style new-yorkais, avec plafond de onze pieds.

Accès Condos
(www.accescondos.org/) est un programme d’accession à la propriété de la Société d’habitation
et de développement de Montréal (SHDM), l’un des commanditaires de l’événement.

Des activités pour tout le monde

Outre la
diffusion de lumière et de musique, les gens pourront profiter des
installations sur place, notamment  en
manipulant les projecteurs. Un groupe sera sur scène pour agrémenter la soirée
sur le plan musical.

Nul doute
que cette activité, loin de la Place des festivals au centre-ville, est à
l’avantage des résidants du quartier qui pourront profiter d’un événement hors
de l’ordinaire à deux pas de leur résidence.

On présume
que les températures devraient être certes plus confortables que celles que
l’on a connues ces dernières semaines.

Menu hivernal

Mais peu
importe la température, un menu spécial est prévu pour nous aider à combattre
le froid, comme du  chocolat chaud, du café
et du solide, grâce à la participation de l’équipe de cuisiniers du camion de
rue La boîte à fromages.

L’événement
est aussi parrainé par l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville, en partenariat
avec le Groupe Dayan et Humà Design, respectivement promoteur et architectes
(responsables de la signature artistique) du projet La Fabrique 125, avec la collaboration
des concepteurs urbains ATOMIC3.

Par Alain
Martineau (2015-02-20)



Dernière consultation le 18 mars?

Toute la documentation du Plan particulier d’urbanisme d’Henri-Bourassa Ouest disponible sur Internet

Le processus
visant à donner les grandes orientations aux futurs projets urbains (types
d’habitations, hauteur des immeubles, etc.) dans le nouveau quartier à venir au
sud des deux célèbres prisons (Bordeaux et Tanguay) et dans les environs est
sur le point de prendre fin.

La démarche
est importante, car ce nouveau secteur comptera à long terme plus de 2000
logements.

Depuis
vendredi dernier (13 février), il est possible de consulter (entre autres via le
site internet de l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville) toute la
documentation et les avis en lien avec ce qu’on appelle en terme urbanistique le
projet de Programme particulier d’urbanisme (PPU) d’Henri-Bourassa
Ouest.

Plusieurs
étapes ont eu lieu ces dernières années, dont des consultations avec le public
pour discuter des orientations et de planification à court, moyen et long
terme.


Une dernière consultation

Selon toute
vraisemblance, la dernière consultation aura lieu le soir du mercredi 18 mars à
la salle du conseil de l’arrondissement, au 555 de la rue Chabanel ouest, pour
discuter à nouveau du projet de PPU qui sera intégré éventuellement au plan
d’urbanisme de la ville.

La
planification détaillée du secteur Henri-Bourassa Ouest a été initiée il y a
deux ans par la Direction du développement du territoire de l’arrondissement
d’Ahuntsic-Cartierville.

On sait
qu’il y a beaucoup d’espaces disponibles dans le secteur au sud des deux
centres de détention jusqu’au stationnement du marché Loblaws, et de la voie du
Canadien Pacifique à l’ouest aux limites de la rue Tanguay à
l’est.

Voulant
éviter les trop nombreuses erreurs du passé, on s’assure maintenant d’une
planification « intelligente »  et « harmonieuse » de tout secteur à développer, ici
comme ailleurs.


Émilie Thuillier satisfaite

La
conseillère d’Ahuntsic, Émilie Thuillier, qui suit de très près ce dossier, a
invité les citoyens à consulter la documentation disponible via le portail de
l’arrondissement. « Les avis
ne sont pas unanimes sur le sujet et parfois, il y a des opinions complètement
opposées », a-t-elle indiqué, rappelant l’importance de voir le contenu avant la
consultation, question de se faire une idée.

« Habituellement, la norme voudrait
qu’il y ait une seule consultation, celle du 18 mars. C’est ça le processus, a
expliqué Mme Thuillier. Mais ici, on a eu la chance d’avoir un des premiers PPU
participatif à  Montréal (et peut-être même au Québec). Le processus est étalé
dans le temps, il faut saluer l’initiative. Il y a eu des ateliers, des
consultations, pour parler des hauteurs des immeubles, de la densité, entre
autres. On a abouti à un document satisfaisant, répondant en grande partie à ce
qui a été discuté. Cela ne fait pas l’unanimité, mais il y a consensus », s’est
félicitée la conseillère municipale.

Émilie
Thuillier a tenu à féliciter tous ceux et celles qui travaillent  sur ce
dossier, notamment au sein de l’arrondissement.


Logements à venir

Selon le
projet PPU, le type d’habitat devra convenir aux familles. On devrait aussi
penser au logement abordable et aux familles à faibles revenus, un point sur
lequel se bat la conseillère de Projet Montréal. Il faudra
aussi tenir compte de logements pour les personnes âgées ou les personnes à
mobilité réduite.

Pour les
gens friands de statistiques, notons que la densité minimale de 80 logis par
hectare est la norme, en vertu des politiques établies par le plan métropolitain
d’aménagement et de développement de la Ville de
Montréal.

Une école
primaire serait prévue quand le besoin se fera sentir, une opinion que partage
volontiers le MEMO. Elle serait localisée à côté du parc prévu au cœur du
nouveau quartier. Mais certains affirment qu’une telle école n’est pas
nécessaire.


Échéancier

Après la
séance du 18 mars, qui est un processus légal, le conseil d’arrondissement devra
à nouveau se pencher sur les avis et commentaires. « Il faudra
bien sûr du temps pour analyser. Et une fois le projet de PPU adopté par le
conseil, il faut prévoir une période pour procéder aux changements de zonage.
Puis, il faut s’attendre au dépôt de projets en tout temps » a ajouté Mme
Thuillier.

Des terrains
appartiennent à la ville, d’autres au gouvernement québécois ou au secteur
privé. Des échanges de terrains pourraient avoir lieu pour favoriser le
démarrage de projets. Parallèlement, il faut prévoir de
nouvelles améliorations sur le boulevard Henri-Bourassa, qui sera revampé avec
l’équivalent d’une voie en moins pendant plusieurs heures de la
journée.

« Moi, je
suis encore à l’écoute… C’est sûr que c’est complexe comme dossier. Mais je suis
heureuse de constater que les gens se sont appropriés de la démarche. On est en
démocratie faut prendre le temps pour avancer ensemble et discuter ensemble pour
se mettre sur la même longueur », a conclu Émilie
Thuillier.

Pour plus
d’informations sur le PPU:

 

Par
Alain Martineau (2015-02-20)


L’album de l’Ahuntsicoise Dominica Merola en prévente avant le lancement officiel

Dominica Merola lance le mois prochain son 3e album, « Bohémienne de cœur » déjà disponible en prévente. Le nouvel opus de Dominica, axé sur la musique du monde, comprend onze chansons. Elle a aussi signé la musique.

Photo

La
chanteuse, qui habite le quartier Ahuntsic (elle nous avait accordé une entrevue
dans la version papier du journaldesvoisins.com, édition de décembre 2014) avait
hâte que le public découvre finalement les chansons de cet album réalisé avec
Sylvain Michel. « L’album
sera en magasin dès le 17 mars prochain », nous a dit Mme Merola, « et je fais un
spectacle-lancement à Montréal, au Monument national, le samedi 28
mars ».Sur
le nouvel album, on entend la belle voix grave de  Dominica, également au piano
et flanquée de ses musiciens, sur des textes d’auteurs
québécois. Beaucoup
de passion sur cet album, qui donne aussi le goût de danser. Les onze titres
permettent de mieux saisir l’esprit animant les chansons. On
peut notamment entendre « Je chante les mots, la vie », « Ciao, Ciao »,  « Venise » ainsi que « Je reviendrai ».Outre
le lancement, qui la tiendra occupée pour plusieurs semaines,
promotion oblige, Dominica Merola fera une tournée à
l’étranger. « Après
la promotion ici, ce sera l’Europe ensuite. Je quitte vers la
troisième semaine d’avril et je reviendrai à la mi-mai » a-t-elle précisé.
Une prestation est prévue à Paris le 7 mai.Plus tôt,
Dominica avait lancé deux albums, « Les signes du désir », et
« Appassionata ».Pour le
nouvel album en pré-vente :

www.alinfini.ca/produits/prevente-bohemienne-de-coeur-dominica-merola-2/


(Par Alain
Martineau) (2015-02-20)



La 3e édition de Montréal Joue dans les bibliothèques d’Ahuntsic-Cartierville

À vos marques, prêts? Jouez!

La troisième édition du festival Montréal Joue se déroule du 21 février au 8 mars et une panoplie d’activités sont prévues pour l’occasion dans les bibliothèques d’Ahunstic-Cartierville.

Photo

Quelques 200 activités ludiques gratuites seront en effet offertes
partout à travers la Ville de Montréal durant la semaine de relâche. Seize grands évènements sont également organisés, dont la
nuit blanche des jeux, les jeux rétro au Musée McCord ou le rallye des 20 jeux
sur la ligne bleue. Il s’agit du plus important festival de jeux organisé par un
réseau de bibliothèques au monde.Ce sera une occasion pour découvrir les jeux disponibles
dans les bibliothèques montréalaises, rencontrer d’autres passionnés du jeu
et découvrir les activités de la joujouthèque du quartier. Par exemple, la
Caravane ludique s’arrêtera dans 18 bibliothèques, dont celles du quartier,
pour faire découvrir différents jeux.Les organisateurs veulent « faire progresser la cause
du jeu et sa reconnaissance auprès du grand public. Montréal joue représente
une occasion unique de favoriser l’établissement de liens sociaux et
professionnels entre les industries du jeu, les industries culturelles et
l’ensemble de la population de Montréal. »

Photo

Pourquoi le jeu en bibliothèque?

Sylvie Cantin, chef de section pour les bibliothèques de l’arrondissement, explique que le jeu a toujours fait partie des bibliothèques, mais que l’intérêt revient en force depuis quelques années. L’essor du jeu vidéo, avec la présence de nombreuses compagnies de jeux vidéo à Montréal, a eu un impact direct sur les bibliothèques. 

« On était un peu réticent à offrir des jeux vidéo au début », admet Mme Cantin. « Mais nous avons vite trouvé des jeux vidéo de qualité. » Les jeux vidéo peuvent aider à acquérir certaines connaissances de façon ludique : compter, lire, écrire, le travail d’équipe, la patience et l’écoute de consignes. 

Les activités ludiques sont aussi un excellent moyen d’attirer une clientèle plus jeune dans les bibliothèques et de les initier à la lecture, à l’histoire, à l’art. « On leur explique que des jeux comme Asssasin’s Creed sont basés sur la vraie histoire des guerres de Napoléon. On sort les livres, on leur montre. » Ainsi, la bibliothèque devient une porte d’entrée pour une clientèle qui n’y aurait peut-être jamais mis les pieds!

Pour la liste des activités dans Ahunstic :
programmation.montrealjoue.ca/?com=eventlist&lID=281 

Pour la liste des activités dans Cartierville :
programmation.montrealjoue.ca/?com=eventlist&lID=93

Par Mélanie Meloche-Holubowski (2015-02-20)



Les jardins communautaires d’Ahuntsic-Cartierville : règles et
fonctionnement
Par Patrick De BortoliComme chaque
année, l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville met à la disposition de ses
citoyens des parcelles de terre afin de pratiquer le jardinage. Voici un
rappel du fonctionnement et des règles de base de ces jardins communautaires.AccessibilitéPour les
jardiniers à qui on avait, déjà l’an dernier, attribué une parcelle de terre, une lettre
d’invitation de renouvellement et un formulaire d’inscription vous sera envoyé sous peu afin de vous permettre de réserver votre lot cette année encore. Ceux qui sont intéressés à participer et jouir d’une parcelle cette
année devront impérativement s’inscrire sur la liste d’attente. Sachez
qu’environ 15 % à 25 % des lots se libèrent chaque année, et qu’ils
sont réattribués selon l’ordre d’inscription sur la liste. Près de 1000
parcelles sont mises à la disposition des citoyens, annuellement, dans
l’arrondissement. La priorité est accordée aux résidents de l’arrondissement,
qui devront fournir une preuve d’adresse.

Droits et
devoirs

La responsabilité
de chaque jardin communautaire incombe au comité du jardin, dont les
représentants bénévoles sont élus par l’ensemble des participants. Chaque
jardinet, en revanche, est de la responsabilité du citoyen, qui se doit d’y
respecter les règles générales.

Les jardins
communautaires fournissent aux participants de la bonne terre, des outils de
jardinage et un espace de rangement (cabanon), ainsi qu’un point d’eau et de
l’infrastructure de parc, comme des tables et clôtures qui circonscrivent et
protègent le jardin. Les jardiniers, eux, doivent d’abord s’acquitter d’une
cotisation minime, qui peut varier de 5$ à 20$, et respecter les règles du
jardin.

Tout d’abord, au
niveau des pratiques culturales, il est à noter que pour faciliter le contrôle
des ravageurs et des maladies, chaque jardinier est tenu d’entretenir
soigneusement sa parcelle et les allées communes, en veillant au contrôle des
herbes indésirables. Une certaine uniformité des pratiques s’impose, de même
que ne sont permises que les méthodes de contrôle écologique. Rappelez-vous que
pour des raisons de sécurité, toute personne doit voir et être vue en tout
temps. Veillez à respecter les hauteurs maximales de vos plants et à bien les
tuteurer. Bien entendu, tout comportement ou propos récurrents jugés inadéquats
pourront être sanctionnés par le comité du jardin. Le non-respect de ces règlements
suscitera l’émission de deux avis (verbal et écrit) suivi d’un avis
d’expulsion.

Plaisirs et
privilèges

Il est certain,
avant tout et au-delà des règles à respecter, qu’avoir accès à un lopin de terre pour cultiver soi-même
des aliments sains à proximité de chez soi constitue un privilège. Cultiver la terre tout en
échangeant avec nos concitoyens est le gage d’une société plus forte et
sécuritaire.

Les jardins
communautaires ouvrent leurs portes le 1er mai et ferment le 1er
novembre. L’accès y est permis tous les jours, du lever au coucher du soleil.
Pour vous inscrire sur la liste d’attente, composez le
514-872-8077. Pour consulter les règlements précis des jardins communautaires
rendez-vous au :

ville.montreal.qc.ca/pls/portal/docs/page/arr_ahun_fr/media/documents/jardins_comm_reglement_2007.pdf


Comité citoyen sur le dialogue interculturel

Une vingtaine de citoyens âgés de 9 à 95 ans ont répondu dimanche dernier à l’invitation du Comité citoyen sur le dialogue interculturel (CCDI) en se rendant au YMCA de Cartierville afin de participer au premier atelier de la Caravane des dix mots.

Photo

Pour l’occasion, Myriame El Yamani Martineau, écrivaine et conteuse, avait demandé aux participants d’amener un objet qui leur tient à cœur et qui évoque leur pays d’origine ou d’adoption. Après avoir écouté avec « l’oreille du cœur » une histoire d’ailleurs racontée par l’artiste, les citoyens ont été initiés à l’art du conte en présentant tour à tour leur objet. 

« L’art est certainement la forme de dialogue la plus intéressante et efficace qui soit. Et le conte permet à des citoyens qui n’en ont pas l’habitude de prendre la parole en public tout en exerçant leur imaginaire », explique Ruba Ghazal, présidente du CCDI.


Photo

La Caravane des dix mots est un projet de création artistique et collective où des mots de la langue française sont le point de départ au dialogue et au partage entre des citoyens de diverses origines. Le thème de l’hospitalité est au cœur de cette démarche susceptible d’intéresser tous ceux qui ont à coeur les relations interculturelles harmonieuses dans leur quartier et leur ville. 

« Cet atelier n’est que l’amorce d’un processus qui se déroulera tout au long de l’hiver et du printemps où nous aurons la chance de revoir les participants d’aujourd’hui. Tout cela culminera à la Fête de la famille du 23 mai 2015 où les citoyens présenteront le fruit de leur œuvre artistique et collective », explique Daniel Leduc, membre du CCDI.



 

______________________________________________________________________

Neuf étudiants du Collège Ahuntsic parlementaires d’un jour à l’Assemblée nationale

Neuf étudiants des programmes de Sciences humaines du Collège Ahuntsic ont pris part à la 23e législature du Forum étudiant qui se tenait la semaine dernière à l’Assemblée nationale du Québec.

Tenu du 12 au 16 février, le Forum étudiant avait pour but de permettre aux jeunes cégépiens de partout au Québec d’approfondir leurs connaissances sur les institutions parlementaires et sur leur fonctionnement. Durant la semaine, les étudiants ont vécu des expériences en lien avec différents aspects de la politique québécoise, tels que le travail en caucus, l’adoption de projets de loi, la participation aux commissions parlementaires et aux divers travaux et les discours en chambre.

La délégation du Collège Ahuntsic était composée de Frédérique Daigle (leader parlementaire du gouvernement), Julien Trudel (ministre des affaires municipales), Mathieu Barthos (adjoint parlementaire aux affaires autochtones), Vincent Dubois (whip adjoint du gouvernement), Gabriel Lévesque (ministre de l’Éducation), Abir Baalbaki (vice-présidente du Forum étudiant), Mylène Poulin-Bellefleur (ministre de la Santé et des Services sociaux), Alexandra Godard-Lauzon (journaliste) et de Florence Valastro (journaliste).

À titre de membres de ce gouvernement d’un jour, les étudiants de cette délégation avaient pour mandat de représenter une idéologie « verte » lors des débats en chambre sur les trois projets de loi soumis à l’assemblée nationale. Cette année, l’électrification complète des transports, la création d’une assemblée régionale et l’instauration d’un cours de politique et d’économie obligatoire en secondaire V étaient au menu des travaux parlementaires.

Sébastien Paquin-Charbonneau et Lilian Wolfelsberger, enseignants en Sciences politiques au Collège Ahuntsic, et Jean Karam, enseignant retraité du Collège, ont accompagné les étudiants lors de leur expérience.

En espérant que nos politiciens « réguliers » étaient également à l’écoute des idées nouvelles !

(Source: Collège Ahuntsic)


Photo

La délégation du Collège Ahuntsic au Forum étudiant 2015
(Photo : Collection de l’Assemblée nationale du Québec)



Lettres ouvertes

Lettre ouverte de Vrai changement pour Montréal sur le statut de la métropole (par Lorraine Pagé)

Lettre ouverte sur l’Autoroute 19 : une vision passéiste (par Diane Duchesne)

Lettre ouverte sur le projet d’agrandissement de l’école Ahuntsic-Annexe (par Martine Valade)




BRÈVES…BRÈVES…BRÈVES…BRÈVES…BRÈVES…BRÈVES…

 

Séance ordinaire du conseil d’arrondissement, le 9 mars 2015. La séance du conseil a lieu à 19 h à la salle du conseil, au 555, rue Chabanel Ouest, 6e étage. Prière d’arriver à
18 h 30 si vous désirez poser des questions. L’ordre du jour sera disponible 48 heures à l’avance.

LE COIN COMMUNAUTAIRE

Vous êtes d’un organisme communautaire? Vous désirez faire part à nos lecteurs/lectrices des activités, des succès ou des questionnements de votre organisme? Écrivez-nous à journaldesvoisins@gmail.com. Prenez note que nos jour et heure de tombée sont désormais le mercredi de chaque semaine, à 17 heures. C’est avec plaisir que nous publierons vos infos. Faites en sorte qu’elles soient brèves. Indiquez-nous les deux semaines où vous voulez les voir publiées. Finalement, n’attendez pas un accusé de réception. Nous préférons garder notre temps pour bien gérer cette chronique et publier tout ce que nous recevons. Merci!

 

Semaine de relâche  Le CANA vous propose deux activités gratuites pour s’amuser et faire des rencontres durant la semaine de relâche. Le mercredi 4 mars nous irons voir une pièce de théâtre destinée aux enfants à la maison de la culture d’Ahuntsic. Le vendredi 6 mars nous irons patiner, débutants et confirmés sont les bienvenus. N’oubliez pas de vous inscrire, les places sont limitées. Pour renseignements : 514 382 0735 poste 225 ou www.cana-montreal.com
Conférence Dans le cadre de ses rendez-vous du mercredi, l’Alliance culturelle, propose une conférence de l’organiste Marc-André Doran sur Jean-Sébastien Bach, plus particulièrement sur son œuvre d’orgue. L’événement se tiendra e 25 février, de 13h30 à 15h30, à la salle de l’église Saint-Jude (10 120, rue d’Auteuil, métro Sauvé). Gratuit pour les membres, 8$ pour les non-membres. Pour info: 514 382-5716 ou www.allianceculturelle.qc.ca
Musée des Sœurs de Miséricorde Les 6 et 7 mars prochains, de 10h30 à 14h, le Musée des soeurs de la Miséricorde soulignera la Journée internationale de la Femme en donnant la parole aux pionnières de l’assistance aux « filles-mères » et leurs enfants. L’activité se déroulera au 12435, av. de la Miséricorde. Aucune réservation requise. Info : 514-332-0550 poste 1-393.

Naitre, être, persister… Exister Le collectif Les bâtisseurs unis, apprenantEs en alphabétisation populaire du Centre de ressources éducatives et communautaires pour adultes (CRÉCA), vous invite au vernissage de leur exposition Exister, rendue possible grâce au projet d’art communautaire militant ROUAGE de l’organisme Engrenage Noir. Rendez-vous le vendredi 27 février à 10h au Café de Da, situé au 545, rue Fleury Est au coin de la rue Lajeunesse. L’exposition se poursuivra jusqu’au 7 avril. Pour toutes informations, veuillez communiquer avec Line St-Germain, animatrice en alphabétisation du CRÉCA, au 514-596-7629alphapop@creca.net

Picture

Association des retraités d’Ahuntsic  Pour réveiller les émotions d’antan, Jocelyn St-Jean interprétera des chansons souvenirs en s’accompagnant à la guitare comme dans les boîtes à chansons d’autrefois. Voyage musical parmi les airs les plus aimés, auxquels les personnes présentes seront invitées à joindre leur voix. C’est une invitation de l’Association des retraités d’Ahuntsic à la salle communautaire de Présâges (1474 Fleury est, coin Hamel) le 24 février prochain à 13h30. Gratuit pour les membres; 3 $ pour les autres.

Picture

Ateliers d’éveil musical et au cirque. La Maison des parents de Bordeaux–Cartierville invite les parents du quartier et leurs enfants de 0 à 5 ans à
participer gratuitement à une série de quatre ateliers d’éveil musical et au cirque.
Rendez-vous les vendredis suivants, de 9 h 30 à 13 h 30 : le 27
février, et le 6 mars. Au 12 191, rue Lachapelle. Inscription :
514 745-1144. (Source : Maison des parents)

Picture

Conférence mensuelle de La
Parentrie
, organisme communautaire d’entraide et de répit aux familles en santé
mentale.  En première partie : Les
services de 1ère ligne en santé mentale du CSSS
Ahuntsic/Montréal-Nord. Pour nous en parler nous recevrons madame Carole
Lazure, spécialiste aux services cliniques du Centre de santé et des services
sociaux d’Ahuntsic Montréal-Nord (CSSS AM-N). En deuxième partie : Le
visionnement et discussion autour d’un documentaire sur une recherche : « L’exclusion
vécue par des personnes ayant un problème de santé mentale et de différents
intervenants travaillant dans le domaine de la santé mentale ». Le 25 février 2015 à 19 h, au Centre communautaire d’Ahuntsic, 10 780, rue Laverdure (entrée
et stationnement à l’arrière). Coût : 3 $.  Inscriptions : 514 385-6786

Cours de français gratuits à Ahuntsic! Cours de jour (débutant) et de soir (intermédiaire)
Halte-garderie pour les cours de jour. Évaluation obligatoire le 3 mars 2015 entre 16 h et 19 h au CANA.  Info : 514 382-0735 poste 226 (Source CANA)
Offres de bénévolat.  Vous
souhaitez participer activement à la vie dans le quartier et vous aimeriez avoir des
suggestions d’offres? Le Centre d’action bénévole de
Bordeaux-Cartierville a mis sur pied le Nota Bene: un envoi
mensuel d’offres de bénévolat. Pour vous inscrire et recevoir à tous les
mois les opportunités, merci de téléphoner à Stéphanie au (514) 856-3553 poste 4 ou en écrivant à agentliaison@cabbc.org (Source : CABBC)

Picture

Changement de lieu pour les dîners
communautaires
du mercredi offerts par le Service de nutrition et d’action
communautaire (SNAC). 
 Ils sont maintenant servis aux HLM Crémazie, 8750 Berri, tout juste à
côté du métro Crémazie, mais toujours de 12h00 à 13h00.
  Ouverts à tous, ils sont au coût de 3.00$
pour ceux qui sont à faible revenu et de 5.00$ pour les autres. (Source : SNAC)

Cours de cuisine à l’atelier culinaire du Loblaws Ahuntsic. Tous les
vendredis du mois de février, de midi à 13 h, 10 $ + taxes (payez
10 $, apprenez une recette avec le chef, et repartez avec une
carte-cadeau en magasin de 10 $).  Aussi le 25 février à 17 h. (Source : Loblaws Ahuntsic)

Picture

Les scouts vont fêter le 22 février prochain l’anniversaire du fondateur du scoutisme Lord Baden-Powell. Ce sera l’occasion de de célébrer les valeurs de solidarité, de partage et de dépassement de soi, véhiculées par le fondateur du mouvement.  Pour l’occasion, les scouts de St-André animeront la messe de 10 h 30 à l’église St-André-Apôtre  Tout le monde est le bienvenu. (Source : Scouts de St-André)

Picture

Café-rêves : Tous les dimanches de 10h à midi. C’est gratuit !
Vos rêves vous intriguent ? Vous vous posez des questions ? Vous cherchez des réponses.  Venez
nous rencontrer ! Autour d’un café, nous regarderons votre rêve et nous
trouverons ensemble des pistes de réponses à vos questions.  À L’Arc-en-ciel au 39-B, boul. Gouin Ouest. 514 335-0948     www.larcenciel.org

Picture

Ateliers d’information sur les hausses de loyer, destiné aux
locataires d’un logement. 
Durant
cet atelier, on offre les informations nécessaires pour vous défendre
devant une hausse de loyer :

– Est-ce
que mon propriétaire respecte les délais prescrits par la loi?
– Comment
calculer la hausse de loyer qui serait juste?

– Comment
refuser mon avis de hausse de loyer?- Comment
me défendre à la Régie du logement?
Horaire : les mercredis, 25 février à 18 h 30, 11 mars à 13 h 30,
25 mars à 18 h 30 et 22 avril à 13 h 30. Inscription : 514 331-1773. (Source : CLAC)


QUOI FAIRE….QUOI FAIRE…QUOI FAIRE…QUOI FAIRE…QUOI

Patinez sur l’une des 19 patinoires extérieures de l’arrondissement – Voir les conditions ici.
Jusqu’au 8 mars
Expo à la Tohu préparée par les jeunes de Regina Assumpta pour les cinq ans du séisme en Haïti. Les Casques noirs sont de jeunes créateurs âgés de 12 à 18 ans du quartier Jalousie de Port-au-Prince et du Collège Regina Assumpta à Montréal, qui font appel à leurs talents afin de modifier les espaces restreints de Jalousie. Information ici. (Source : TOHU)

Picture

Jusqu’au 13 mars
Exposition : Ployés et déployés. Sculptures de François Mathieu. Ces sculptures surprennent un peu. On sourit à la vue de ces bricolages qui nous montrent tout le travail à déployer pour qu’une idée fasse son chemin, pour qu’une image, toute simple, puisse se révéler devant nous. Dans ces objets surprenants, la résistance des matériaux et le poids des choses confèrent un sens poétique
à l’impossible. Entrée libre à la Maison de la culture. (Source : Arrondissement)

Picture

Jusqu’au 21 février
Exposition de Jacques Pinard pleine

« de transparence et de
textures » de cet artiste qui travaille le verre et le néon depuis 1983. À voir dans le nouvel atelier de verre de la Galerie Kaf Art au 9367, rue Lajeunesse. Inauguration le 6 février entre 18 h et 20 h. (Source : Kaf Art)


Picture

Le 20 février à 20 h
Musique de chambre avec les musiciens de l’OSM. Une occasion exceptionnelle d’entendre des musiciens de l’Orchestre symphonique de Montréal en formation intimiste est offerte au public. À la Maison de la culture. Laissez-passer disponibles dès maintenant. (Source : Arrondissement)

Picture

Le 20 février à 18 h
Reggiani,
Montant, Ferrat
– Par Pierrot
Fournier .  Reggiani,Montand,Ferrat :
trois grand noms de la chanson française dont tous connaisse les plus belles
chansons, connues ou moins connues… Venez les redécouvrir et laissez Pierrot
leur redonner un second souffle … Souper-Spectacle 44,95$ (Source : Le Rendez-vous du thé)

Le 20 février à 15 h 30
Ouf, c’est vendredi! Pour les jeunes de 10 à 14 ans, c’est le temps de lâcher son fou! Un vendredi par mois, la bibliothécaire t’accueille avec des consoles PS3 et XBOX 360, de quoi jouer à plein de jeux vidéo! À la bibliothèque de Cartierville. Inscription : 514 872-6989. (Source : Arrondissement)
Le 21 février, de 11 h à 14 h
Fête d’hiver familiale au parc J.-J.-Gagnier (rues Prieur et J.-J.-Gagnier), organisée par Projet Sault-au-Récollet et l’arrondissement. Venez jouer dehors, glisser, patiner, construire des forts et déguster un chocolat chaud. (Date originalement prévue le 1er février, puis changée par l’arrondissement le 28 janvier.) (Source : Arrondissement)
Le 21 février, à 13 h pour toute la famille à partir de 7 ans
Compétition Statue ludique Venez participer à la fabrication de la statue ludique et tentez de rafler la première place.  À la bibliothèque de Salaberry (Source : Arrondissement)

Picture

Le 21 février à 19 h
Cirque-Reset – Sortie chic en famille pour les jeunes de 7 ans et plus.  Musique live, jonglerie, médias interactifs, acrobaties, vidéos projections.  Par le biais du cirque contemporain, cinq artistes questionnent nos habitudes et notre dépendance face aux nouvelles technologies.  Reset n’est donc pas seulement un spectacle de cirque, c’est une prise de risque mis en scène par Alain Francoeur.  Le thème d’interaction avec le public met un élément de surprise pour les artistes.  À la maison de la culture.  Laissez-passer disponibles dès maintenant.  (Source : Maison de la culture)

Photo

Le 22 février de 11 h à 16 h
Exposition sur la Première Guerre mondiale
1914-1918 présentée par le collège Regina Assumpta  Cette exposition a vu le jour grâce à la contribution généreuse de la Fondation du Collège et à la précieuse collaboration des Fusiliers Mont-Royal, et fait suite à la commémoration du 100e anniversaire de ce terrible bouleversement, tel que souligné par la communauté internationale en août 2014. Les visiteurs pourront voir une tranchée militaire grandeur réelle, des projections, une chronologie des moments forts du conflit et des artefacts qui sont quelques-unes des découvertes de l’exposition. Ils pourront également explorer au-delà du champ de bataille les impacts de cette guerre sur les arts, la science, les colonies, l’aviation et le Canada. L’entrée est gratuite pour tous. (Source : Collège Régina Assumpta)

Picture

Le 21 février à 18 h
Brel, Brassens, Ferré – Par Pierrot
Fournier . Pierrot Fournier est depuis longtemps reconnu pour son
interprétation des classiques de Brel. Aujourd’hui, il met de l’avant son
répertoire considérable, et nous présente côte à côte au grand Jacques des
chansons de Ferré et de Brassens. Souper-Spectacle, 44.95$(Source : Le Rendez-vous du thé)

Photo

Le 22 février de 11 h à 16 h
Lancement du robot 2015 de l’équipe
de robotique Tech for Kids 3990 du
collège Regina Assumpta. Venez voir le
nouveau robot en action et peut-être même le piloter! À la cafétéria du Collège.  Le défi de l’édition
2015 consiste à construire, en six semaines, un robot capable de marquer des
points en empilant des bacs de rangement sur des plateformes de pointage, en posant
des bacs de recyclage sur le dessus de la pile et en plaçant des déchets, soit
des nouilles de piscine, aux emplacements prévus. Les 31
jeunes de l’équipe Tech for Kids 3990
du Collège se préparent à prendre part aux compétitions de FIRST Robotics à Oshawa en mars. (Source : Collège Régina Assumpta)

Picture

Le 22 février à 18 h
Soirée d’HumourPar Vanessa
M.Larose, Marie-Pier Simard, Isaac Bélanger Leboeuf, Alex Côté, Maude Chiasson,
Pepper Lil’s, Marc Pronovost, Dova Lewis et Sarah-Laurence Dallaire.
  Le Rendez-Vous du Thé vous offre un dimanche
à faire rire. Venez voir ces artistes œuvrant dans l’humour, le théâtre et la
musique et qui se rencontrent pour une soirée! Entrée Libre
(Source : Le Rendez-vous du thé)

Picture

Le 23 février
Invitation à la Journée des langues au Collège André-Grasset. Le
département des Langues modernes du Collège est heureux de vous inviter. 
Le
but de cette journée est de célébrer non seulement les langues
enseignées au Collège, mais toutes celles que nous utilisons à la maison
ou que nous souhaitons apprendre, ainsi que la culture derrière ces
langues.
Au menu, plusieurs activités diverses se déroulent tout au long de la journée.
8 h 30 à  9 h 30        Conférence de presse
10 h 00 à 11 h           Conférence de Marc Lavorato, auteur
11 h 30 à 13 h           Foire des langues
12 h 15 à 13 h           Lunch musical avec le groupe The Waves and friends
13 h 30 à 15 h            Film espagnol, avec sous-titres
16 h 00 à 18 h           4 à 6 des Langues modernes avec bouchées aux saveurs du monde
Inscriptions : 514 381-4293 poste 3334

Picture

Le 23 février à 18 h
Duo Sélim et Chawky – Par Sélim et
Chawky Bichara.  Deux frères en spectacle
Chawky et Sélim vous offrent un répertoire de chansons variées en langues et en
styles. Vous pourrez apprécier les chansons françaises, espagnoles, italiennes,
etc chantées soit en solo ou en duo. Aussi des clins d’œil aux chansons des
“crooners” et de jazz. Les deux frères se produisent en spectacle
régulièrement soit en duo ou en solo. Vos demandes spéciales seront les
bienvenues. L’ambiance sera chaleureuse, amusante et le plaisir sera de la
soirée. Entrée Libre(Source : Le
Rendez-vous du thé)

Picture

Le 24 février à 18 h
Eco Trio – Par Jean
Cyr, Raymond Grégoire et André Boisvert.
Du jazz en harmonie avec l’eau, l’air, la faune et la flore, le ciel, la
terre et les autres beautés du monde….À découvrir !! ENTREE LIBRE
(contribution volontaire) (Source :
Le Rendez-vous du thé)

Le 24 février à 19 h 30
L’harmoniciste québécois, Gilles Garand présentera un panorama des
joueurs d’harmonica qui ont marqué l’histoire de la musique
traditionnelle québécoise notamment Henri Lacroix et Louis Blanchette.
M. Garand offrira également des extraits du répertoire d’harmonicistes
montréalais tels que Gabriel Labbé, les frères Oscar et Aldor Morin et
Cyrice Dufour. Au café de Da (545 Fleury Est).  Inscription 514 872-0658.  (Source : Arrondissement)
Le 25 février, de 10 h à 12 h, pour les enfants de 0 à cinq ans et leurs parents
Bouger pour bien grandir Les jeux actifs contribuent au développement de votre enfant. Combinée à la lecture d’un conte, l’activité stimule le plein potentiel des tout-petits!  À la bibliothèque d’Ahuntsic (Source : Arrondissement)

Picture

Le 25 février à 18 h
Trio de Guitare Jazz – Par Mike
Gauthier, Jean Cyr et Maude Bastien. Au cours des deux dernières année, le
guitariste Mike Gauthier s’est concentré dans l’art du trio de guitare jazz
(guitare, basse & batterie), il décide d’exploiter cet art lors de sa
présentation au Rendez-Vous Du Thé. Afin de rendre sa soirée inoubliable, Mike
sera accompagné de Jean Cyr à la basse et Maude Bastien à la batterie. ENTRÉE
LIBRE (Source : Le Rendez-vous du
thé)

Picture

Le 25 février à 20 h 
Mozongi – Danse Porté par le rythme des tambours africains, Mozongi, signifiant « ceux qui reviennent », met en scène sept danseurs et deux musiciens.  Ici, le pas est poids et le poids est temps.  La chorégraphie s’articule sur les contrastes, tels le mouvement et l’immobilité, l’un est le multiple, afin de donner forme au conflit primordial, s’il en est un, du temps qui avale l’espace.  À la maison de la culture.  Laissez-passer disponibles dès maintenant.  (Source : Maison de la culture)

Picture

Le 25 février, 10 h
Conférence
sur le refus des soins et aide médicale à mourir
avec Me Hélène Guay de
l’AQDR (Association québécoise de défense des droits des personnes
retraitées et préretraitées) 
Au Café de Da (conférence au 545, rue Fleury Est) (inscription au 10 300 rue Lajeunesse ou au 514 872-0568) (Source : Arrondissement)

Le 25 février à 13 h 30
Scrabble duplicate.  Dans le cadre de « Montréal joue », la fédération québécoise des clubs de Scrable francophone vous propose de découvrir la variante « dupliocate » du jeu.  À la bibliothèque de Cartierville.  (Source : Arrondissement)

Picture

Le 25 février de 18 h à 21 h
Chabanel en lumière, un événement haut en lumière et en musique.  Une installation de lumière interactive sera installé pour l’événement.  Il y aura une prestation musicale en direct ainsi qu’un menu d’hiver, chocolat chaud et café proposé par le camion de rue La boite à fromage.  À la fabrique 125, rue Chabanel.  (Source : Arrondissement)

Picture

Le 26 février à 18 h
Léo du Lac – Par Pierrot
Fournier.  Le quotidien est fait de
rêves, de nostalgie, de rencontres, d’amour et d’amitié, mais aussi de
solitude, de deuils, de séparations, de souffrances. Ce sont tous ces thèmes
qui ont inspiré l’auteur qui a passé sa jeunesse au Lac St-Jean et qui ont
donné naissance à ces très belles chansons. Béatrice, Lucien, Léo du Lac, et
bien d’autres encore…. autant de personnages qui prennent vie sous sa plume
et qui nous font passer par toute la gamme des émotions. C’est avec beaucoup de
verve, de sensibilité et un certain humour parfois que Pierrot nous invite à
entrer dans leur intimité et à partager avec eux une expérience unique,
personnelle, originale et intense. ENTRÉE LIBRE (Source : Le Rendez-vous du thé)

Picture

Le 27 février à 15 h 30 pour les jeunes âgés de 10 à 14 ans
Les zombies de Cartierville.  Transforme -toi en mort-vivant grâce à Zombie Dice.  Sois plus malin que les chasseurs… À la bibliothèque de Cartierville (Source : Arrondissement)

Picture

Le 27 février à 18 h
Un Rendez-Vous Crooners – Par Jocelyn St-Jean.  Une soirée
où vous vous laisserez facilement emporter sur des airs qui vous sont
familiers. Les grands classiques de Perry Como, Dean Martin, Frank Sinatra,
Julio Iglesias, d’Engelbert Humperdincket de plusieurs autres vous seront
interprétés par Jocelyn St- Jean dans l’ambiance de détente et de cordialité
qu’offre le Rendez-Vous Du Thé. En fait, l’époque des crooners c’est aussi, un
peu, la nôtre! Une invitation à ne pas manquer. Souper-Spectacle, 42.95$ (Source : Le Rendez-vous du thé)

Le 28 février à 10 h 30 pour les enfants de 3 à 6 ans et leurs parents
Les aventuriers de la lecture jouent ensemble! Les biblothécaires te proposent des histoires ludiques suivies d’une séance de jeu. À la bibliothèque de Cartierville (Source : Arrondissement)

Picture

Le 28 février à 18 h
Hommage à Joe Dassin – Par Raphael
Torr. Doté d’une solide expérience de scène ainsi que d’une voix chaude et
grave naturellement semblable à celle de Joe Dassin, l’interprète, Raphaël
Torr, fait revivre les plus grands classiques de Dassin. De Salut les Amoureux
à l’Amérique, en passant par Les Champs-Élysées et L’été indien, c’est un
véritable voyage dans le temps qui vous attend. Le spectacle de celui qu’on
désigne comme ”le meilleur interprète de Joe” devient vite une véritable fête
à la mémoire de Dassin. Souper-Spectacle, 44.95$ (Source : Le Rendez-vous du thé)

Le 28 février, de 8 h à 12 h
Sortie ornithologique, au cimetière du Mont-Royal, avec le Club d’ornithologie d’Ahuntsic (COA). Au menu : Durbec des sapints, Jaseur Boréal et autres. Rendez-vous au chalet du parc de l’Île-de-la-Visitation. Sortie gratuite pour les membres, 3 $ pour les non-membres. Covoiturage disponible (5 $). Information : 438 338-4138. (Source : COA)

Le 1er mars, de 11 h à 16 h
Fête d’hiver familiale au parc De Mésy (12 120, rue Grenet), organisée par Bordeaux–Cartierville en fête et l’arrondissement. Venez jouer dehors, glisser, patiner, construire des forts et déguster un chocolat chaud. (Source : Arrondissement)

Picture

Le 2 mars de 14 h à 17 h
La retraite, c’est fait pour jouer.  Dans le cabre du festivale Montréa joue, découvrez de nouveaux jeux de société et faites l’essai d’une console de jeux vidéo munie d’un capteur de mouvement.  Pour l’occasion le Café de Da vous sera réservé et les bibliothécaires passionnés se feront un plaisir de vous faire expérimenter desjeux inspirants.  (Source : Arrondissement)

Picture

Les 3 et 4 mars de 12 h 30 à 17 h 30
Le Taz et Les Jeux de la Rue sont
heureux de vous présenter : ZU (Zone
Urbaine)

Un nouvel événement jeunesse
à Montréal sous le signe du sport et de la culture urbaine. En plein cœur
de la relâche, une tonne d’activités
seront offertes dans le Roulodôme du TAZ, et ce, gratuitement. De nombreux partenaires
animeront différentes stations d’activités dans un cadre d’initiation, de
compétition, de démonstration et/ou de pratique
libre. Les plus aguerris autant que les amateurs y trouveront leur compte. Des DJ et autres surprises agrémenteront ce grand
rassemblement festif où les adolescents pourront profiter d’une programmation
totalement éclatée. Le projet Jeux de la
rue profite de cette occasion pour présenter ses premières finales intérieures
où les meilleures équipes de chaque arrondissement se disputeront l’Or en
hockey cosom et basketball dans les catégories 12-14 et 15-17 ans. (Source : TAZ)

Picture

Le 4 mars à 13 h 30
Petite vérité inventée – Théâtre pour les enfants de 7 à 11 ans.  Bien accrochée à son divan rouge, Emma regarde son père quitter le cocon familial.  Et d’un coup, il se dédouble suis ses yeux.  Elle a maintenant deux papas : un à la maison et …un clone, parti faire sa vie ailleurs.  Loin d’être sombre, la pièce présente une femme jonglant avec ses souvenirs.  Avec humour, Emma raconte et papillonne, passant de l’adulte qu’elle est, à l’enfant qu’elle était. À la Maison de la culture.  Laissez-passer disponibles dès le 17 février. (Source : Maison de la culture)

Photo

Le 5 mars à 10 h 30 (enfants de 3 à 5 ans) et 13 h 30 (enfants de 6 à 8 ans)
Le retour de Kattam et ses Tam-Tams – Animation musicale Au son de la derbouka, du balafon, du gongoma, du djembé et de khol, Kattam éveille les enfants à la beauté de l’Afrique, du moyen-Orient et de l’Inde!  Ce spectacle participatif offre aux jeunes un voyage d’exploration de différentes contrées et leur fait découvrir, en dansant et en chantant, de fascinants instruments du monde.  Inspiré de la danse du désert, du rap de l’Afrique, du chant sufi et de la danse bollywoodienne! À la Maison de la culture.  Laissez-passer disponibles dès le 17 février. (Source : Maison de la culture)

Picture

Le 9 mars de 19 h à 20 h 30
Conférence sur la méditation par le Maître tibétain Guéshé Sangpo au Centre Chiropratique
Optimal d’ Ahuntsic (150 Fleury ouest).  Le coût est de 15 $ à la porte.
 Les places sont limitées, inscriptions: 514 433-0813 

Picture

Le 18 mars, 10 h
Conférence sur la Tutelle, curatelle et le curateur public avec Me Hélène Guay de l’AQDR (Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées)
Au Café de Da (conférence au 545, rue Fleury Est) (inscription au 10 300 rue Lajeunesse ou au 514 872-0568) (Source : Arrondissement)Le 18 mars, 13 h 30
Conférence sur la confidentialité des soins de santé avec Me Hélène Guay de l’AQDR (Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées)
Bibliothèque de Cartierville (inscription au 5 900, rue de Salaberry ou au 514 872-6989) (Source : Arrondissement)


Numéros de téléphones utiles:
Bibliothèque d’Ahuntsic : 514 872-0568
Bibliothèque de Cartierville : 514 872-6989
Bibliothèque de Salaberry : 514 872-1521
Café de Da : 514 872-5674
Le Rendez-vous du thé : 514 384-5695
Maison de la culture : 514 872-8749

* Les renseignements sur ce site web sont à titre indicatifs.  journaldesvoisins.com se fera un plaisir de corriger les coquilles ou erreurs, mais ne peut être tenu responsable d’erreurs ou d’omissions.


 

En 2015…
Améliorez la qualité de l’information en joignant les rangs de
la Société des amis du journaldesvoisins.com
ou
renouvelez votre adhésion comme nos 160 membres de 2014!

 

Photo

Faites comme 160 autres résidants d’Ahuntsic-Cartierville! Joignez les rangs de La Société des amis du journaldesvoisins.com.

Faites-le par la poste en envoyant votre chèque libellé à l’ordre de journaldesvoisins.com et vos coordonnées au : 10 369, rue Clark, Montréal, QC  H3L 2S3.
Vos coordonnées doivent inclure vos nom et prénom, votre adresse courriel (si vous en avez une) et votre adresse postale.

Cinq catégories de membres :

 

  • Membre ordinaire : 10 $
  • Membre bronze : 20 $
  • Membre argent : 30 $
  • Membre or : 40 $
  • Membre bienfaiteur : 50 $ et plus


Les noms des membres de la Société des amis du journaldesvoisins.com seront publiés sur nos Actualités en ligne le vendredi et dans notre bimestriel papier, à moins de mention contraire de votre part.

Joignez-vous aux quelque 160 autres membres qui ont compris que, avoir de l’information locale de qualité, c’est possible, pour peu qu’on mette la main à la pâte! (C.D.)

Pour devenir membre, cliquez ici.



Pour plus de nouvelles « Aimez-nous »
sur Facebook à
journaldesvoisins.com
Nous sommes également sur Twitter : @jdesvoisins



Vous avez manqué des Actualités?

Allez sur « Archives – Actualités » tout en haut à gauche et choisissez la date voulue.


Nous reconnaissons la contribution financière du ministère de la Culture et des Communications du Québec dans la réalisation de journaldesvoisins.com.

Nous reconnaissons la contribution financière du Fonds d’économie sociale de la Corporation de développement économique (CDEC) AhuntsicCartierville dans la réalisation de journaldesvoisins.com.

Journaldesvoisins.com :

  • Premier
    prix, catégorie Opinion, pour “Le bien des autres”, éditorial du
    bimestriel papier de décembre 2013, aux prix de l’AMECQ
  • Gagnant d’une bourse de 5000 $ au concours Entreprenez à Ahuntsic-Cartierville, édition 2014
  • Mention “Coup de coeur du jury” au Concours québécois en entrepreneuriat, CQE Est de Montréal, édition 2014
  • Participant
    à la finale régionale de Montréal au Concours québécois en
    entrepreneuriat, édition 2014, dans la catégorie “économie sociale”

Journaldesvoisins.com est
un journal communautaire d’information fait par des résidants et pour
les résidants d’Ahuntsic
Cartierville, et dont le siège social se trouve
à Ahuntsic. Notre journal est un bimestriel papier, mais surtout un journal en ligne qui, chaque vendredi, avec les Actualités hebdomadaires d’Ahuntsic
Cartierville, se consulte sur le Web, à www.journaldesvoisins.com.

Nous sommes membres de l’Association des médias écrits communautaires du Québec (AMECQ).
Courriel : journaldesvoisins@gmail.com.
Téléphone : 514 770-0858.
Les opinions émises dans ce journal n’engagent que leurs auteurs. Vous voulez nous aider? Écrivez-nous! Appelez-nous!
Conseil d’administration : Diane Viens, présidente; Pierre Foisy, vice-président;
Me Hugo Hamelin, secrétaire; Philippe Rachiele, trésorier; Douglas Long, administrateur; Christiane Dupont, secrétaire adjointe; Maryse Henri, administratrice (représentant
les OBNL); Yves Bonneau, administrateur (représentant les commerçants et les gens d’affaires), et Pascal Lapointe, administrateur.
Éditeur désigné : Philippe Rachiele
.
Représentants publicitaires : Philippe Rachiele, 514 770-0858; Pierre Latreille,
514 965-4812
.
Rédactrice en chef : Christiane Dupont.
Rédacteur en chef adjoint : Alain Martineau.
Rédacteurs en chef adjoints suppléants : François Barbe, Mélanie Meloche-Holubowski.
Journalistes, version Web : Christiane Dupont, Philippe Rachiele, Alain Martineau, Rabéa Kabbaj et Mélanie Meloche-Holubowski.
Journalistes, version papier : Christiane Dupont, Alain Martineau, François Barbe, Mélanie Meloche-Holubowski.
Collaborateurs à la rédaction et à la photographie : Élaine Bissonnette, Laetitia Cadusseau, Sandrine Dussart, Samuel Dupont-Foisy, Geneviève Poirier-Ghys, Julie Dupont, Patrick De Bortoli, Hélène Maillé, Nacer Mouterfi, Anne-Élyse Rocheleau.
Photos : Philippe Rachiele.
Mise en page : Philippe Rachiele, Christiane Dupont et François Barbe.
Illustrations originales : Claire Obscure.
Caricaturiste : Florence Tison.
Correction/révision, version Web : Christiane Dumont.
Correction/révision, version papier : Samuel Dupont-Foisy, Geneviève Chrétien.

Réseaux sociaux : Christiane Dupont, Mélanie Meloche-Holubowski, Philippe Rachiele.
Impression, version papier : Hebdo Litho inc.
Distribution, version papier : journaldesvoisins.com.
Dépôt légal, version papier : BNQ – ISSN1929-606.
Dépôt légal, version Web : BNQ – ISSN1929-607X
.


Photo

Christiane Dupont, rédactrice en chef,
membre AJIQ

Photo

Christiane Dupont, rédactrice en chef, membre FPJQ

Journaldesvoisins.com et ses artisans sont membres de :



Photo

34 000 exemplaires papier distribués

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires