Les Actualités du 26 septembre 2014

Ouverture des audiences du BAPE – pour 500 à 600 M de $
Le prolongement de l’A-19 fait sortir les Ahuntsicois
. Surprise! On pourra consulter les documents à la biblio Ahuntsic


Photo

La présidente des audiences sur l’A-19, Anne-Marie Parent, et le commissaire Pierre André à l’ouverture de la consultation. (Crédit-photo: jdv P. Rachiele)
On se serait cru en pays de connaissance, au Centre Embassy Plaza, de Chomedey, lundi 22 septembre, alors que s’ouvraient les audiences du Bureau d’audiences publiques en environnement (BAPE) concernant les travaux de prolongement de l’Autoroute 19 (Pont Papineau-Leblanc) qui sont évalués entre 500 et 600 millions de dollars, et ce, en temps de compressions majeures. Plusieurs des personnes présentes étaient des…Ahuntsicois!

Outre la présence des députées Maria Mourani et Marie Montpetit, de la conseillère du district du Sault-au-Récollet, qui représentait également son parti Vrai changement pour Montréal, Lorraine Pagé, on notait notamment la présence du directeur général de Solidarité Ahuntsic, Azzedine Achour, du comité veille Papineau, et de plusieurs résidants, dont Daniel Vinet, d’Ahuntsic, résolument engagé dans nombre de débats sociaux dans le quartier.

De nombreux fonctionnaires de l’arrondissement
étaient également présents pour agir à titre de personnes-ressources au même
titre que d’autres représentants d’organismes divers, tels que la ville de
Laval, la STL, l’AMT, et autres. L’absence des élus de Projet Montréal avait de
quoi surprendre, d’autant qu’ils font partie de la liste des requérants, mais
la conseillère du district d’Ahuntsic était, quant à elle, présente à la
consultation pour l’accroissement des vols internationaux à l’Hôtel de ville de
Montréal et avait déjà les mains pleines.

Du
monde!


Environ 200 personnes ont convergé
vers cet hôtel éloigné de Montréal, et du centre de Laval, loin du transport en
commun qui aurait facilité les choses à ceux et celles qui désiraient
participer lors de cette soirée.

Cette première rencontre consistait
pour le BAPE à asseoir la problématique, faire part des règles du jeu des
audiences, demander aux requérants de venir expliquer brièvement pourquoi ils
avaient fait une demande d’audiences au ministre de l’Environnement, du Développement
durable, et de la Lutte contre les changements climatiques, David Heurtel, et
demander au promoteur, en l’occurrence le ministère des Transports du Québec
(MTQ), de présenter leur projet. Certains requérants (comme Projet Montréal) n’y
étaient pas mais n’en pensent pas moins.

Suivre
les règles


La présidente, Anne-Marie Parent,
membre du BAPE depuis 2009, ancienne conseillère municipale à la ville de
Beaconsfield, et ancienne mairesse par intérim de l’arrondissement de
Beaconsfield-Baie d’Urfé, a ouvert la séance, aux côtés du commissaire Pierre
André, membre à temps partiel du BAPE depuis 2002, également professeur agrégé
en environnement humain au Département de géographie de l’Université de
Montréal.

En deuxième partie, la présidente a
invité les gens qui s’étaient inscrits au registre des questions, à la pause, à
se présenter au micro pour faire part de leurs interrogations, non pas de leurs
opinions. « Ces dernières vont être présentées lors du dépôt des mémoires »,
a rappelé Mme Parent.

La
biblio Ahuntsic, pas oubliée…


Alors que la documentation remise par
le BAPE faisait état des endroits où les résidants et personnes intéressées
pouvaient prendre connaissance de la volumineuse documentation ayant trait au
projet du MTQ, soit à Laval et à Bois-des-Filions, la présidente a fait une
annonce surprenante lors de la soirée : toute la documentation était
également disponible à la bibliothèque Ahuntsic, sur la rue Lajeunesse, pour
les résidants qui désireraient la consulter. Renseignements pris auprès de l’organisme,
dès ce jeudi, la documentation devait être sur place.

Et
la suite


À compter du 20 octobre prochain, au
même endroit, la Commission recueillera l’opinion et les suggestions du public.
Elle entendra alors toute personne, tout organisme, tout groupe ou toute
municipalité qui désire s’exprimer sur le projet, que ce soit sous forme de
mémoire ou de présentation verbale.

Par la suite, la Commission dispose d’un
délai maximal de quatre mois pour accomplir son mandat : son rapport doit
être remis au plus tard le 14 janvier prochain au ministre Heurtel, qui lui,
disposera de 60 jours pour rendre le rapport public.

Pour les groupes et résidants requérants, il sera important de soumettre leur mémoire à temps, soit avant le 16 octobre, à 16 heures; s’être inscrits au préalable au moyen du formulaire disponible sur le site, avant le 6 octobre; et être présents lors des prochaines audiences en octobre afin de présenter leurs mémoires s’ils le désirent.
(Par Christiane Dupont) (Photos: Philippe Rachiele) (2014-09-26)



Photo

Un résidant d’Ahuntsic au micro. (Crédit-photo: jdv P. Rachiele)

Photo

Et voilà la congestion majeure à la sortie du pont Papineau, et plus au sud sur la rue Papineau, mardi matin, au lendemain du début de la consultation. (Crédit-photo: jdv P. Rachiele)
Pour prendre connaissance du déroulement, des règles et des dates à connaître, cliquez ici

Pour voir d’autres photos de la soirée, cliquez ici.
_______________________________________________________________________________


Consultation publique sur l’accroissement de vols internationaux

Interventions contre le bruit des aéronefs au début


Photo(Crédit-photo: archives jdv)

La pollution sonore causée par les avions
décollant ou se posant à l’aéroport international Montréal-Trudeau (autrefois
appelé tout simplement Dorval) a été abordée lors du début de la consultation publique de la Commission
sur le développement économique et urbain et l’habitation de la Ville de
Montréal qui se penche sur l’avenir et l’essor de cette  infrastructure
majeure.


Cette commission ne cache pas qu’il faut trouver
des moyens pour favoriser l’accroissement des vols directs internationaux afin d’épauler la métropole québécoise en matière de développement économique. À la
rencontre d’information, lundi dernier à l’hôtel de ville, un dossier a été
piloté  par la direction du Service du développement économique de la ville. 
Il y avait 70 personnes dont bon nombre de représentants de la communauté
chinoise qui souhaite des liens directs Montréal-Pékin.

Mais des opposants comme le groupe de pression Les Pollués de Montréal-Trudeau,
qui plaident pour atténuer les effets sonores du passage des avions au-dessus
des quartiers résidentiels, avaient des représentants sur place, sans oublier
la conseillère de ville du district d’Ahuntsic, Emilie Thuillier, également
préoccupée par la question du bruit venant du ciel et qui, au sein de son
parti, Projet Montréal, est responsable des dossiers reliés à l’Aéroport de
Montréal (ADM).

Manque de leadership

Émilie Thuillier est intervenue pour sensibiliser les élus (l’organisme
compte 11 membres, des conseillers de Montréal et des villes de la banlieue,
dont le maire d’Ahuntsic-Cartierville, Pierre Gagnier).

« J’ai fait
valoir auprès des élus qui forment la commission que la Ville de Montréal doit
exercer un plus grand leadership auprès d’ADM en ce qui concerne la gestion des
nuisances », a indiqué la conseillère municipale.

Mme Thuillier s’interroge entre autres sur les problèmes de bruit au cours
de la nuit. Il y a certes un couvre-feu mais il y aussi des exceptions qui
deviennent presqu’une norme. « Nos concitoyens, a-t-elle martelé,
souhaitent qu’un réel couvre-feu nocturne soit appliqué comme c’est le cas dans
de nombreuses villes du monde, même de celles qui comptent de grands aéroports
internationaux comme Montréal. »

Elle a aussi fait allusion aux mesures mises en place en certains
 endroits en Europe, en faveur d’isolation acoustique des maisons autour
des aéroports.

Autres interventions

Des membres du groupe des Pollués de Montréal Trudeau ont fait sentir
leur présence. Ainsi, l’ex-conseiller
municipal Pierre Lachapelle était du nombre et a bien apprécié les
interventions de ses collègues comme Alan Khazan, qui habite Ville Mont-Royal,
qui a notamment posé la question de la cohabitation harmonieuse entre Aéroports
de Montréal et la communauté en fonction du bruit des avions.

Pour sa part,  M. Bauer, un citoyen d’Ahuntsic, a été catégorique.
Il refuse catégoriquement l’ajout de vols au-dessus de Montréal, en soulignant
que les avions empoisonnent la vie des personnes et en plaidant le retour de
l’activité aérienne civile à Mirabel.

Daniel Lalonde, un citoyen de Ville Saint-Laurent,   a demandé
si la Ville pouvait imposer, selon un échéancier progressif, l’obligation du
recours aux avions plus silencieux pour Dorval.

D’autre part, Pierre Lachapelle a posé des questions sur les vols
en direction de pays francophones et il s’est interrogé sur les pouvoirs réels qu’ont
des élus montréalais auprès de divers comités ayant trait à l’aéroport (comme
sur les comités décisionnels d’ADM).

M. Lachapelle a aussi fait une suggestion aux membres de la commission,
à savoir entendre le bilan du dossier aéroportuaire que fait Jacques Roy,
professeur de l’École des HEC, spécialiste de la gestion du transport et de l’optimisation
des réseaux de transport. Le professeur Roy avait présenté une  conférence
en mai dernier devant l’Association des gens d’affaires d’Ahuntsic et Les
Pollués de Montréal-Trudeau.

Plus de vols directs

Un  citoyen d’Ahuntsic, Luc Dupont a, quant à lui, livré un
plaidoyer pour l’ajout de vols directs vers les États-Unis. Il a fait état des
difficultés qu’il a à organiser un congrès majeur à Montréal, parce que ses
participants en provenance des États-Unis ne trouvent pas de vols directs vers
Montréal.

Pour leur
part, les membres de la communauté chinoise ont plaidé en faveur d’une liaison
directe entre Montréal et Pékin ou toute autre grande ville chinoise.

Dossier incomplet

Pierre Lachapelle s’est félicité des interventions des gens présents
mais il n’a pas lancé de fleurs à la Commission sur le développement économique
et urbain et l’habitation. « Le conseiller Richard Deschamps de La Salle a
d’ailleurs gentiment exposé toutes les lacunes en information factuelle de la
présentation du Service », a soutenu M. Lachapelle. Ce dernier a
aussi relevé que certains fonctionnaires ne semblaient pas entièrement préparés
pour traiter des aspects environnementaux.

Mémoires à venir

Dans la semaine du 20 octobre, la Commission recevra les mémoires de
divers groupes sur la question des vols et l’essor économique de Montréal et
sur d’autres questions comme la pollution sonore.

Les Pollués de Montréal-Trudeau et Mme Thuillier doivent déposer un
mémoire sur leurs observations et suggestions devant la Commission. À ce sujet,
la conseillère d’Ahuntsic, Émilie Thuillier,  lance un appel à tous et à
toutes qui souhaitent commenter cette problématique typiquement urbaine,
sachant qu’il y  a un aéroport près de chez vous. Vous pouvez communiquer
avec Mme Thuillier en cliquant ici.

Le public peut assister à l’assemblée lors du dépôt des mémoires de
divers intervenants les 21 et 22 octobre à l’hôtel de ville.Les personnes qui
veulent en savoir davantage sur la consultation peuvent communiquer  avec
le Service du greffe au numéro 514
872-3000
ou par courriel à commissions@ville.montreal.qc.ca. (Par Alain Martineau) (2014-09-26)

 

Pour en savoir plus sur cette consultation, cliquez ici

___________________________________________________________________________


___________________________________________________________________________

Rencontre de suivi à la Maison des Açores
La paix revient dans le secteur Meunier-Tolhurst
. Présence remarquée du chef du SPVM, Marc Parent

Mardi soir, à la
Maison des Açores sur Fleury Ouest, le nombre de policiers et d’intervenants
était pratiquement le double du nombre de citoyens présents pour une réunion
sur le sentiment de sécurité dans le secteur Meunier-Tolhurst. Organisée par
Solidarité Ahuntsic, la rencontre rassemblait différents intervenants, et même
le chef de la police de Montréal, Marc Parent..


 Lors des dernières
rencontres, les citoyens avaient noté plusieurs problèmes de sécurité;
cette fois, les citoyens ont plutôt noté une nette amélioration.

 Et si l’été 2013 a
été difficile quant à la cohabitation, des problèmes de bruit, de drogue
et de vitesse; cet été a été beaucoup plus agréable, ont noté les résidants. On
est bien loin du « Bronx de Montréal » qui avait été dépeint par
certains médias en 2013.

 « Je n’osais pas
envoyer mes enfants jouer dans le parc l’été dernier. Mais pas de problèmes
cette année », a dit une résidente.

 Une autre dame,
nouvelle dans le quartier, a été surprise d’entendre qu’il y avait déjà eu des
problèmes dans ce secteur. « C’est vous qui m’apprenez qu’il y avait un
problème! La seule chose qui m’inquiète, c’est la vitesse », a-t-elle
signalé.

Plus de patrouilles

 Le chef de police,
Benoit Amyote du PDQ 27 a précisé que plus de policiers, en civil, en auto-patrouilles
et à vélo, ont été déployés à des heures ciblées. De plus, il ajoute que les
résidants du secteur, ayant des numéros et contacts directs avec les postes de
quartiers, ainsi que les divers intervenants, ont pu aviser les bonnes
personnes pour régler les problèmes plus rapidement.

 La présidente de
l’HLM Meunier-Tolhurst a d’ailleurs tenu à souligner le travail de policiers. « Les
patrouilles aident beaucoup. C’est amical et c’est une meilleure approche. »

Les intervenants ont
rappelé qu’il y a eu également un travail fait dans l’ombre avec l’aide de
plusieurs organismes du quartier, dont les intervenants du HLM, RAP jeunesse et
Solidarité Ahuntsic.

De bons jeunes

 Plusieurs jeunes du HLM
Meunier-Tolhurst étaient présents et ont tenu à rappeler qu’ils ne sont pas
tous des truands ou des vendeurs de drogue.

 « Ça fait 14 ans
que j’habite aux habitations Tolhurst », a dit un jeune homme. « Le
fait que je sois habillé avec un capuchon, ça ne veut pas dire que je suis
méchant! C’est dommage que les gens nous regardent de loin et ne viennent pas
nous voir. C’est dommage qu’on nous juge », a-t-il ajouté.

Manon Cossette,
chargée de prévention à l’Office municipal d’habitation, rappelle que les
habitations Tolhurst constituent « 307 personnes dans 114 logements. Ça
fait beaucoup de monde sur ce petit territoire. Mais les gens réussissent à
trouver des valeurs communes ».

Intervention du chef Parent

 D’ailleurs, le chef
Marc Parent a tenu à rappeler que des réunions de quartier sont importantes
pour démythifier les préjugés et augmenter le sentiment de sécurité. « La
peur vient de l’inconnu et cette peur est souvent basée sur des perceptions.
Certains voient un attroupement de jeunes et pensent que c’est un gang de rue. Parfois, on a des appels
(au 911) et ce sont des jeunes sans histoire. Ils sont attroupés, mais ça ne
fait pas d’eux des criminels! »

Enfin, une résidante
a suggéré d’organiser des activités entre les résidants des habitations
Tolhurst et le voisinage pour briser les préjugés et assurer le maintien de la
quiétude retrouvée cet été dans le secteur. (Par
Mélanie Meloche-Holubowski) (Photos: jdv Philippe Rachiele) (2014-09-26)



Photo

Un potager aux habitations Meunier-Tolhurst

Photo

Cour intérieure des habitations Meunier-Tolhurst

 

__________________________________________________________________________

Inquiétudes aux parcs Ahuntsic et Nicolas-Viel
Des parents du quartier sonnent l’alarme face à un individu louche, potentiellement pédophile



Photo

Module de jeux au parc Ahuntsic (Crédit photo : P. Rachiele)

Les
réseaux sociaux, parfois dénoncés, sont souvent très utiles pour partager des
informations pertinentes. Sur Facebook, une maman de notre arrondissement a
lancé un groupe pour s’entraider. Les pères sont bien sûr admis au sein de
Parents d’Ahuntsic. Les membres partagent les multiples expériences avec leurs
enfants. Divers sujets sont abordés comme la nutrition,  les maladies, les
jouets,  les accessoires de bébé ou l’éducation. On peut aussi lancer des
avertissements comme ce fut le cas tout récemment quand une maman invitait les
parents qui fréquentent le parc d’Ahuntsic, et une autre le parc Nicolas-Viel,
à faire montre de prudence, entre autres les fins de semaine. 


Les deux
mères ont raconté deux situations fort désagréables qui sont survenues à
quelques heures d’intervalle, samedi dernier, le matin au parc Ahuntsic et l’après-midi
au parc Nicolas-Viel, près des modules de jeux pour les tout-petits. Dans le
premier cas, au parc Ahuntsic, un homme âgé dans la cinquantaine, à vélo, s’est
arrêté pour regarder le fiston de la première maman, lequel était  en train d’utiliser une glissoire. Il
semblerait qu’il s’agisse du même individu.

Situation troublante

« Il
cherchait à tout prix à l’examiner, a mentionné la mère, et il essayait de se
déplacer pour avoir une vue sur lui. Lorsque nous lui avons demandé ce qu’il y
avait, il  s’est mis à nous insulter, nous traitant d’hypocrites », a
vivement déploré la mère.

Un 
message à ne pas oublier, est celui de contacter la police sur le champ. « Si
cela vous arrive, téléphonez tout de suite au 911. Nous avons rapporté
l’incident à la police mais ils n’ont pas eu le temps de l’intercepter »’,
a-t-elle déploré.

Elle a
ajouté que l’homme en question s’attarde aussi près des poubelles à proximité
des modules pour les tout-petits avant de s’avancer sur le petit sentier qui le
traverse.

Description
du suspect


« Il
porte des lunettes de vue, a les cheveux gris, coupés courts. Il est habillé en
foncé. Il parle français. Il est assez grand mais pas corpulent », de
préciser la jeune mère.

Peu de
temps après, une autre mère intervenait sur le site Parents d’Ahuntsic pour
signaler qu’il y avait plusieurs lieux de réinsertion dans le quartier alors
que c’est l’un des quartiers ayant le plus d’écoles dans son secteur.

Pour ce
parent connaissant bien le réseau social, il y a « mauvaise planification »
pour des maisons de réinsertion, souvent trop près des endroits où l’on
retrouve beaucoup d’enfants.

« Les
prédateurs sexuels et autres déviants sont trop près de masses d’enfants »,
selon elle, qui s’interroge sur ceux qui prennent les décisions.

Vérification
faite, Ahuntsic compte au moins deux types de maison pour d’ex-détenus, qui ont
le droit à une réinsertion sociale. Une, à l’est, est localisée dans le secteur
Lajeunesse-Sauvé, alors que l’autre est dans le secteur Saint-Laurent-Fleury.

Maison de
réinsertion


Ces
maisons servent en quelque sorte de pied-à-terre pour des hommes et femmes
judiciarisés en démarche d’intégration ou de réintégration sociale.

« Ils
sont inscrits dans un processus de libération graduelle. Les résidants peuvent
avoir été référés directement par la Cour pour tenter de stabiliser une
situation problématique ou encore provenir de la détention’ », dit
l’organisme québécois qui chapeaute ces maisons.

Les
maisons de transition permettent aux gens de combler leurs besoins de base,
notamment pour l’hébergement et la nourriture. Parallèlement, les anciens
détenus peuvent partir à la recherche d’emploi, par exemple.

Des
programmes sont aussi offerts pour eux afin de les aider dans des domaines
comme la toxicomanie ou la délinquance sexuelle.

Réaction
du PDQ


Au poste
de police 27 (intersection Papineau et Fleury), on insiste pour nous dire qu’il
faut en tout temps appeler la police (911) pour ce genre de cas. Il s’agit
d’une urgence. Les parents sont aussi invités à faire de la prévention.

Mais il
faut aussi se poser la question. Est-ce qu’une personne ayant ce genre de comportement
vient automatiquement d’une maison de transition?

Aujourd’hui,
il y a des cas, dont font état les médias, mais il faut dire que bon nombre des
méfaits ont aujourd’hui un lien avec Internet. La Sûreté du Québec publicise
les cas, entre autres par l’envoi de communiqués de presse via CNW. (Par Alain Martineau) (2014-09-26)

___________________________________________________________________________

Ahuntsic- San Francisco à vélo!
Le voyage qui a changé Vincent René-Lortie


Photo

Victoire! Arrivée sur le Golden Gate. (Crédit-photo: Vincent René-Lortie)

Après plus de 90
jours, Vincent René-Lortie, étudiant, et résidant d’Ahuntsic-Cartierville, est de retour de son périple à vélo à travers les
États-Unis. Quinze états et plus de 9000 km plus tard, il est revenu,
transformé.


Journaldesvoisins.com avait interviewé
Vincent René-Lortie en juin dernier, alors qu’il venait de quitter Ahunstic-Cartierville
pour entreprendre son long voyage. Ce fut une expérience de vie inoubliable
pour ce jeune homme, qui n’avait jamais fait beaucoup de vélo avant son départ.
S’il a pensé à abandonner les premiers jours, il a continué sa route, même si
elle a été parsemée d’embûches.

« Après Chicago,
j’ai arrêté de m’inquiéter quant à la réussite ou la défaite de mon voyage.
J’étais convaincu que j’y arriverais », dit-il.

Mais, son endurance a
été rapidement mise à l’épreuve. Traverser le Dakota du Nord a été ardu; des
vents extrêmes l’ont notamment forcé à faire du pouce un jour.

Rencontres et mésaventures

Sur sa route, le
cycliste ahuntsicois a rencontré d’autres cyclistes : une New Yorkaise, un
Suisse et un Allemand. Ensemble, ils ont parcouru le Montana, dont le Glacier
National Park. Heureusement qu’il avait du soutien, dit-il, puisque la route
était longue et la chaleur, intense.

De plus, les
automobilistes étaient particulièrement agressifs envers les cyclistes. « J’ai
eu beaucoup de doigts d’honneur, les gens me “collaient” avec leur
voiture. Des personnes se sont même arrêtées pour me dire que je ne devrais pas
emprunter cette route. »

En chemin, le vélo de
Vincent René-Lortie a subi quelques crevaisons. Un de ses tubes a explosé
lorsqu’il tentait de réparer une crevaison. « Je suis devenu sourd
quelques minutes », dit-il.

Puis, au moment où il
devait entreprendre la route « Going in the sun », un de ses pneus a
décidé de rendre l’âme et le magasin le plus proche était situé de l’autre côté
de la montagne. Par chance! Le cycliste allemand a préféré prendre le bus pour
cette partie et a gracieusement offert son vélo à Vincent.

Dame Nature en verve

Les paysages
époustouflants du Dakota du Nord et les ravages causés par d’énormes feux de
forêt près de Washington resteront à jamais gravés dans sa mémoire. « Il y
avait encore de la fumée qui sortait des arbres, c’était chaud, il y avait de
la braise. C’était un paysage désolant. J’avais un mélange d’émotions et je me
disais qu’il fallait que ça se passe bien pour que j’arrive à la fin. »

 De plus, il
n’oubliera jamais la générosité d’une famille visiblement pauvre, qui lui a
permis de camper sur son terrain et lui a offert à manger. « Ils m’ont témoigné
une générosité sans pareille même s’ils n’avaient pas les moyens. » Il n’oubliera
pas non plus l’accueil chaleureux des moines à Richardton, dans le Dakota du
Nord, qui lui ont offert une chambre et des repas dans leur monastère avec une
vue prenante des plaines.

Danger!

Pour la dernière
partie de son voyage, Vincent René-Lortie a dû rouler en moyenne 110 km
quotidiennement pendant quelques jours pour arriver à San Francisco à temps afin
de rentrer à Montréal pour la rentrée scolaire.

La fatigue a pris le
dessus, raconte-t-il, et deux jours avant la fin, lui et son compagnon de
voyage à cette étape, Josh, un Australien, ont durement chuté. « Je
suis tombé dans un fossé. J’ai eu peur pour ma vie. Nous étions tous les deux
 sous le choc. »

San Francisco, nous voici!

Il est finalement arrivé
sur le Golden Gate bridge, le 23 août, une journée ensoleillée. Son compagnon
de voyage avait même caché une bouteille de champagne dans son sac pour
célébrer l’exploit que Vincent René-Lortie venait d’accomplir.

Il croit que ce
périple l’a profondément changé. « Je ne suis pas la même personne. J’ai
mûri mentalement. Avant de partir, j’étais stressé avec l’école, des histoires
d’amour. J’ai appris à me calmer, à vivre dans ma saleté, à manger du beurre de
pinotte tous les jours » Le fait d’avoir été seul une bonne partie
de son voyage, lui a appris à être bien, malgré la solitude.

Dur retour à la
réalité


 Mais, il avoue que
son retour à Montréal a été difficile. Après avoir fait du vélo dans certaines
villes très procyclistes, il a immédiatement remarqué la piètre qualité des
routes et la mauvaise cohabitation entre cyclistes et automobilistes. Le
jeune cycliste aimerait bien voir Montréal améliorer ses infrastructures et profiter
des bienfaits environnementaux et économiques d’une augmentation du nombre de
cyclistes.

« Portland avait
des autoroutes de pistes cyclables. Tout le monde fait du vélo et toutes les
grandes artères de la ville ont des pistes cyclables », raconte-t-il. « C’est
bien marqué, c’est bien aménagé. »

Il a repris ses
études en cinéma à Concordia et rêve déjà de traverser le Canada en vélo ou
même de faire à pied le Sentier des Appalaches (3500 km) et reprendre son vélo
à partir de la Géorgie pour se rendre jusqu’en Argentine. (Par Mélanie Meloche-Holubowski) (2014-09-26)

Pour lire les aventures de
Vincent sur son blogue, cliquez ici


Photo

En route! (Crédit-photo: Vincent René-Lortie)

Photo

Repos et réflexion (Crédit-photo: Vincent René-Lortie)
_____________________________________________________
__________________________________________________________________________

BON À SAVOIR
Dernier bilan d’Ahuntsic-Cartierville
Des inspections pour prévenir refoulement d’égout et inondation


Photo

Détail d’un dépliant de la ville de Montréal sur le refoulement d’égout

Depuis 2011, la Ville
de Montréal a adopté un règlement sur la protection des bâtiments contre les
refoulements d’égouts. Lors de la dernière réunion du conseil
d’Ahunstic-Cartierville, les élus ont déposé leur dernier bilan à ce sujet et
le nombre de réclamations est à la baisse.


Entre 1996 et 2004,
la Ville a reçu 1514 réclamations pour refoulement ou inondation. Entre 2005 et 2013,
la Ville a reçu plus de 17 0000 réclamations.

Pour leur part, les
Ahuntsicois ont déposé 375 réclamations entre 2008 et 2013 et 65 % d’entre
elles sont liées aux fortes pluies de 2009 et de 2010 (plus de 200 réclamations
pour ces deux années). En 2013, 19 bâtiments ont été affectés, 26 en 2012 et 63
en 2011. De janvier à juin 2014, seulement 11 bâtiments ont subi une inondation.


Êtes-vous à risque?

En 2010, en plus des
rénovations des infrastructures municipales, l’arrondissement a mis en place un
service d’aide direct et gratuit aux citoyens pour les aider à détecter si leur
bâtiment est à risque d’être inondé. Ainsi, l’arrondissement a réussi à réduire
le nombre de réclamations et a aidé plusieurs citoyens à prévenir des dégâts.

D’ailleurs, à la
suite des fortes pluies de 2009 et 2010, l’inspecteur a reçu le mot d’ordre de
vérifier systématiquement tous les bâtiments qui avaient été affectés par les
refoulements et les inondations depuis l’entrée en vigueur du règlement en
2011.

 En 2013,
l’arrondissement a procédé à 47 inspections, tandis que près de 50 inspections
ont été complétées en 2011 et moins de 50, en 2012. En 2013, près de 95% (18
des 19) des bâtiments aux adresses qui avaient déjà fait une réclamation ont
été inspectés. Parmi les bâtiments qui doivent être inspectés, il en reste 9
qui avaient été affectés en 2012 et 3 qui avaient été affectés en 2011.

Toutes ces
inspections ont dévoilé certaines déficiences et des éléments non conformes. Dans
94 % des cas, les clapets étaient manquants ou déficients, dans 73% des cas, la
pente du terrain n’était pas adéquate ou la fondation n’était pas étanche et
dans 57% des cas, les bâtiments n’avaient pas de pompe de renvoi et/ou de fosse
intérieure.

 L’inspecteur donne
environ un an aux propriétaires pour faire les rénovations avant de venir faire
une autre inspection.

 Et vous?

Mais ce ne sont pas
que les résidants qui ont été inondés qui ont accès au service d’un inspecteur.
Une collaboratrice du journaldesvoisins.com
a d’ailleurs fait appel aux services de l’inspecteur, services offerts par
l’arrondissement lorsqu’elle a rénové sa maison. L’inspecteur a décelé
certaines vulnérabilités et a, par la suite, proposé plusieurs mesures de
mitigation. Il a offert un rapport détaillé pour l’aider dans les travaux, ce
qui a été très apprécié. (Par
Mélanie Meloche-Holubowski) (2014-09-26)

__________________________________________________________________________


______________________________________________________

De la visite au parc Ahuntsic !
Des bernaches en migration y ont fait une pause mardi dernier !


Photo

Crédit photo : P. Rachiele
___________________________________________________________________________
___________________________________________________________________________

Plantation de 200 arbres au boisé de St-Sulpice
Une quarantaine d’employés de la TD répondent à l’appel


Photo

La Fondation TD des amis de l’environnement (FAE TD) a lancé la cinquième édition annuelle des Journées des arbres TD au Canada. Pour cette occasion, une plantation est organisée par la FAE TD en collaboration avec la Fondation Écologique du Grand Montréal au parc du boisé-de-St-Sulpice à Ahuntsic, et ce, pour une cinquième année consécutive. (Source : TD) (Crédit photo : Philippe Rachiele)
(2014-09-26) 




______________________________________________________
Le bien-nommé Parc Simone-Bourdon
En l’honneur de la cofondatrice d’Entraide Ahuntsic-Nord


Photo

De gauche à droite, Émilie Thuillier (conseillère), Guy Nadeau (prés. Fondation Simone-Bourdon), Francine St-Aubin (prés. Entraide Ahuntsic-Nord), Pierre Gagnier (maire de l’arrondissement), Rachel Sigouin (ancienne présidente d’Entraide Ahuntsic-Nord et Lorraine Pagé (conseillère) (Crédit photo : Arrondissement)


PhotoSimone Bourdon (Crédit-photo: Entraide Ahuntsic-Nord)

Jeudi 25 septembre, accompagné des élues de l’arrondissement, Lorraine Pagé et Émilie Thuillier, et de certains dignitaires, le maire Pierre Gagnier, a rendu un hommage posthume à Simone Bourdon, cofondatrice d’Entraide Ahuntsic-Nord, lors d’une cérémonie de dénomination d’un parc à son nom dans le district du Sault-au-Récollet. 

En 1981, Simone Bourdon a cofondé Entraide Ahuntsic-Nord pour venir en aide aux personnes âgées en perte d’autonomie et demeurant à leur domicile. Ce faisant, elle a changé la vie de nombreuses personnes âgées de l’arrondissement. Entraide Ahuntsic-Nord poursuit aujourd’hui les mêmes objectifs.

Avant même de fonder cet organisme, Mme Bourdon a œuvré de nombreuses années comme bénévole au sein de comités et de fondations dans l’arrondissement. Mme Bourdon est décédée en 2007.

Le président de la fondation Simone-Bourdon, Guy Nadeau, est fier de souligner l’engagement de madame Bourdon dans la communauté ahuntsicoise : « Désormais, le parc Simone-Bourdon sera un autre joyau de l’héritage collectif de la communauté d’Ahuntsic ».

Le parc Simone-Boudon se trouve à la jonction de l’avenue Christophe-Colomb et du boulevard Gouin Est. Récemment, on y a aménagé des bancs de parc pour permettre aux gens d’admirer le paysage enchanteur du secteur. Avant cette nouvelle dénomination, le parc était connu sous le nom « parc Gouin et Christophe-Colomb » (Par Christiane Dupont) (Source : Arrondissement) (2014-09-26)
__________________________________________________________________________


Chronique Jardins et potagers de Patrick
Ce bel et éternel recommencement…

Par Patrick De Bortoli


PhotoTrompettes des anges (Brugmansia Candida) qui doivent être entrés pour l’hiver chez Angelo Tinore – (Crédit photo : P. Rachiele)

Chers lecteurs, chères lectrices,

 J’écris aujourd’hui ma dernière chronique horticole de la saison (sur la
version Web du
journalesvoisins.com). Une expérience des plus agréables et des
plus enrichissantes pour moi, qui cherchais, après tout, (au travers de mon
potager de façade de maison) une façon de tisser davantage de liens avec et
entre mes voisins et concitoyens ; une voie que
journaldesvoisins.com m’a
permis d’exploiter plus à fond, avec cette chronique hebdomadaire.


Je me dois de remercier la rédactrice en chef, Christiane
Dupont, que vous connaissez tous pour son abondant talent et sa déconcertante
générosité, et l’éditeur du journal, Philippe Rachiele, un homme sage, de peu de
mots, mais d’une si éloquente présence (!), de m’avoir proposé cette chance
unique de vous parler ! De vous parler de ce qui me passionne, et
que je n’ai de cesse de découvrir et redécouvrir, par mes recherches et
échanges avec vous : l’horticulture.

Une somme, un
dialogue


L’horticulture, certes, mais j’espère, tout autant, au
travers elle, l’exemple de la force de l’échange et du dialogue. De l’échange,
du partage de connaissances et de visions, qui souvent, par leurs différences
et divergences contribuent à leur enrichissement mutuel, pour créer quelque
chose de nouveau, qui n’est ni le premier, ni le second, et qui est plus que
l’un et l’autre ! Car c’est bien un dialogue que j’entretiens avec vous,
par le biais de vos questions et commentaires, tant en rapport à ma chronique,
qu’au passage, dans ces petits moments délicieux, où vous vous arrêtez devant
mon potager, pour voir, toucher, goûter ou jaser avec moi !

L’espoir aussi, d’avoir réussi, à partager, à tort ou à
raison, ma vision, laquelle m’est chère, de l’horticulture, de notre
rapport à la Terre et à notre environnement, et du comment on peut
soudainement, prestement, volontairement, commencer à faire les choses
autrement, différemment, juste comme ça ! 


Un sommeil en
préparation


Cette chronique se termine, comme elle a commencé. À
l’image de la nature, du temps, de la vie, dans ce cycle sans fin de perpétuel
renouvellement. À cette période du cycle, alors que la flore prépare
discrètement son long et profond sommeil hivernal, le fourmillement du
printemps s’entame, tout à la fois. La vie et la mort étant les deux revers
d’une même pièce. Il est temps (comme il en sera question dans ma prochaine
chronique, version papier), de redonner au sol ce qu’il nous a offert en
récolte et en beauté, et de rentrer ces plantes non rustiques qui ont profité
de l’été pour s’épanouir et nous épater.

Je vous suggère quelques trucs au passage, avant de se
laisser pour la saison prochaine.

Un p’tit tour à l’intérieur !

Comme à la hâte intempestive du printemps d’ouvrir les
fenêtres et de sortir nos plantes d’intérieur préférées pour les faire profiter
et s’embellir, il faut prendre l’habitude, à l’automne aussi, alors qu’on veut
les prémunir des intempéries plus indomptables, de ralentir un peu nos ardeurs,
pour tranquillement acclimater nos amies, à leur nouvel environnement.

Au printemps, quand les nuits commencent à être moins
froides (10-12 degrés), il est recommandé de progressivement sortir nos plantes
d’intérieur, le jour, à l’ombre, à l’abri des vents, pour ensuite les rentrer
la nuit, sur une période 7 à 10 jours. Tranquillement, la plante s’adapte, et
on peut la mettre davantage au soleil et lui laisser passer la nuit à la belle
étoile.

Prendre le temps

Et bien, à l’automne, il en va de même. Rappelez-vous ce
moment au Biodôme de Montréal, quand on passe de la forêt tropicale à la forêt
laurentienne  et vice versa! Wah ! Le contraste est brusque dans un
sens comme dans l’autre. Il en va de même pour les plantes. Si vous voulez
éviter les chocs (qui fragilisent la plante, donc les risques de maladies et
autres) et les pertes drastiques de feuilles, prenez le temps d’acclimater vos
plantes.

Faites-leur profiter des quelques belles journées
tempérées que le début de l’automne nous offre encore et rentrez-les la nuit.
Si possible, gardez-les au garage ou dans le vestibule, toutes ensembles, afin
d’éviter que certains intrus non désirés commencent à coloniser vos autres
plantes d’intérieurs !

Pas d’intrus,
ouste !


Une fois les 10 jours passés, douchez vos plantes,
littéralement, à l’eau tiède, pour déloger les insectes qui s’y cachent et qui
cherchent, eux aussi, à prolonger leur saison à l’intérieur ! Mieux
encore, baignez-les ! Trempez la plante (soit la profondeur du pot, soit
toute la plante, si vous avez l’espace) dans une solution d’eau savonneuse,
pour quelques minutes, et ainsi vous réduirez considérablement vos chances de
faire migrer ces insectes vers l’intérieur.

Vérifiez bien le dessus et surtout le dessous des
feuilles, les tiges, les aisselles (espace entre la tige et le pétiole de la
feuille) et l’intérieur des gaines qui peuvent envelopper la base du pétiole.
Exercez votre œil à chercher et trouver : des aleurodes (petites mouches
blanches qui s’envolent comme des grains de poussière et leurs larves verdâtres
transparentes), des pucerons sous les feuilles (généralement verts, mais pas
nécessairement et qui vivent en groupe), des tétranyques (ces petites araignées
rouges minuscules qui trahissent leur présence avec de petites toiles ou fils
de soie), des thrips qui affectionnent particulièrement les plantes à fleurs
(et laissent des striures argentées sur les feuilles) et des cochenilles sur la
tige et les aisselles (brunes ou blanches).

Ces dernières nécessiteront
peut-être que vous les écrasiez manuellement ou bien, pour ceux qui préfèrent
se garder une petite gêne d’avec ces adorables bestioles, vous pouvez les
induire d’alcool à l’aide d’un coton-tige. Isolez les plantes atteintes et
taillez les parties affectées. De fin octobre à mars, de façon générale,
réduisez les arrosages et cessez la fertilisation. 

Autres
précautions


Si vous empotez des plantes qui étaient en pleine terre
ou devez rempoter, prenez soin de désinfecter vos pots dans une solution d’une
partie d’eau de Javel pour 9 parties d’eau, que vous laisserez tremper une
dizaine de minutes. Profitez-en pour tailler toutes les feuilles jaunies ou
malades, ainsi que les racines mortes ou spiralisées, en vous rappelant de
garder un ratio équivalent feuilles/racines et de choisir un terreau approprié.

C’est tout pour l’instant.

Suivez-moi, cet
automne et cet hiver, dans la version papier du journal et sur ma page
Facebook, Fermier Ahuntsic.

 D’ici-là, en espérant faire votre connaissance dans un
potager (ou un congère!) près de chez nous !

Votre jardinier
urbain,

Patrick

NDLR: La semaine prochaine, nous ferons le tirage parmi toutes les questions reçues au cours de l’été. Le gagnant ou la gagnante méritera un certificat-cadeau de 50$, offert par Provigo Michel Ricard, du boulevard Saint-Laurent.


___________________________________________________________________________


Lettres ouvertes reçues cette semaine

Un arrondissement propre? (Christiane Gervais)

Pourquoi les bénévoles de FLO veulent-ils une SDC ?
(Jean Gauthier, résidant, et président de l’Association des gens d’affaires de Fleury Ouest)


Cliquez ici pour lire les « Lettres ouvertes » 


___________________________________________________________________________

Belvédère communication
Une coopérative de services s’installe dans le quartier Chabanel


Photo

L’équipe de la Coopérative de solidarité Belvédère communication ; Olivier Gélinas-Richard ; Aude Thérézo ; Benjamin Smith ; Mathieu Morin Alexandre Banville ; Wendy Moran ; Léa Laure Bergeron-Dennie (Source : CDEC)

La nouvelle entreprise, Coopérative de solidarité Belvédère Communication, a démarré dans l’arrondissement avec le soutien financier de la CDEC  Elle est une coopérative de services professionnels « clé en main » en
communications et marketing.   

« Nous n’aurions sans doute jamais démarré
sans l’appui de la CDEC », explique Mathieu, l’un des fondateurs.
« Le soutien financier octroyé (un prêt de 20 000$ et une bourse
Jeune entrepreneur de 5000$) nous a permis de passer à travers les trois
premiers mois d’existence. Sans la CDEC, nous aurions probablement perdu des
contrats », précise-t-il. 

En
fondant une coop,  le but des membres fondateurs était
d’offrir une alternative au modèle d’entrepreneuriat traditionnel. “Nous avons
un conseil d’administration où les membres travailleurs et utilisateurs se
côtoient, ce qui amène une belle dynamique », précise Mathieu.

« Nous
souhaitions aussi éviter d’avoir recours à la sous-traitance et à des pigistes,
ce qui est monnaie courante dans le domaine des communications. De plus, nous
désirions offrir aux employés des conditions d’emploi stables. 

La
nouvelle coop compte déjà 26 membres utilisateurs, dont plusieurs syndicats
(créneau ciblé) et sept membres travailleurs. 

« En
seulement cinq mois, nous avons dépassé nos objectifs annuels de vente. Nous
atteindrons le million de chiffres d’affaires cette année! », mentionne
fièrement Mathieu.

La coopérative de communication s’est implantée dans le quartier Chabanel car ses membres fondateurs ont « d’abord eu une
excellente collaboration des gens de la CDEC. “De plus, la présence du
siège social de la FTQ dans l’arrondissement est pour nous un avantage,
car beaucoup de nos membres y ont leur place d’affaires », explique
Mathieu. « Le coût des loyers a également pesé lourd dans la balance. Sur Chabanel, le loyer nous coûte la moitié de ce que coûte le même bureau au centre-ville!
Chabanel est un quartier en expansion, dynamique, bien situé. Plusieurs de nos
employés viennent travailler en vélo. Le quartier Chabanel était pour nous une
option drôlement intéressante !» conclut Mathieu Morin.  (Source : CDEC)
_______________________________________________________________________________

C’est la fin de la vieille école !
De nouveaux condos verront le jour


Photo

Crédit photo : P. Rachiele
La vielle école plus que centenaire au coin de la rue Laverdure et du boulevard Henri-Bourassa va faire place à de nouveaux condos en bordure du boulevard Henri-Bourasssa et à des maisons de villes en bordure de la rue Laverdure. Le bâtiment était inoccupé depuis plusieurs années.

La démolition qui s’est jouée cette semaine à la pelle mécanique, et de façon plus ou moins sécuritaire, alors que des résidants attendaient l’autobus devant les clôtures sans que nul ne les prévienne du danger, a de quoi rendre nostalgiques les amants du patrimoine du quartier.  Une page de l’histoire d’Ahuntsic qui vient d’être tournée.  (Par Philippe Rachiele et Christiane Dupont) (2014-09-26)
___________________________________________________________________________

À la Maison de la culture
Vernissage de l’artiste Hassane Amraoui


Photo

Lors du vernissage, vendredi 19 septembre dernier, à la Maison de la culture, l’artiste Hassane Amraoui a invité les résidants à « voyager dans son atmosphère ». L’exposition se prolonge jusqu’au 11 octobre.(Crédit photo : P. Rachiele)

______________________________________________________

BRÈVES…BRÈVES…BRÈVES…BRÈVES…BRÈVES…BRÈVES…


PhotoUne puce, Juanito?…

Inscription ici en ligne pour le micropuçage de votre animal de compagnie. Se fait dès maintenant et jusqu’au vendredi 17 octobre; il y a 200 places disponibles. Le coût est de 25 $ par animal; ce prix inclut l’installation de la micropuce sous la supervision de deux vétérinaires, Dre Odette Girard et Dre Isabel Martinez. La Ville de Montréal, en collaboration avec des vétérinaires et l’Association des techniciens en santé animale du Québec (ATSAQ) organise ce projet pilote de cliniques de micropuçage dans cinq arrondissements, dont celui d’Ahuntsic-Cartierville. La clinique aura lieu le dimanche 26 octobre, de 9 h à 16 h, au Centre communautaire de Bordeaux-Cartierville (1405, Henri-Bourassa Ouest). (Source : Arrondissement)


Picture

Apprenez à
organiser la comptabilité
et la
gestion de votre entreprise ! Vous souhaitez comprendre et appliquer les
notions fondamentales de la tenue de vos livres comptables ? La CDEC
Ahuntsic-Cartierville vous propose une formation de 36 heures, en collaboration
avec le Centre de ressources éducatives et pédagogiques de la Commission
scolaire de Montréal.  Les mardis, de 9 h à 12 h, à partir du 7
octobre 2014, 50$ pour les membres de la CDEC, 70 $ pour les non
membres. Inscriptions 514 858-1018 (Source : CDEC)



Picture

Programmation des activités d’automne
L’arrondissement Ahuntsic Cartierville a publié l’édition Automne 2014 de sa Programmation culturelle, de même que l’édition Automne 2014/Hiver 2015 de son Répertoire des activités de loisirs. Pour consulter ou télécharger le tout, cliquez sur Programmation ou sur Répertoire. (Source : Arrondissement)


Picture

Collecte de bouteilles le 27-28 septembre au profit des jeunes de l’école Sophie-Barat pour leur campagne de ski dans l’ouest Canadien.  La collecte aura lieu dans les rues avoisinant l’école.  (Source : F. Audet enseignant)


Picture

Conférence : Commotions cérébrales dans le sport : une épidémie silencieuse. La conférence par le docteur Dave Ellemberg, neuropsychologue et professeur agrégé au Département de kinésiologie de l’Université de Montréal, a été prononcée au Collège Ahuntsic le jeudi 18 septembre dernier.
M. Ellemberg a expliqué en quoi les commotions cérébrales pouvaient avoir de lourdes conséquences sur la santé. Bien souvent, les jeunes sportifs ne prennent pas le temps de récupérer après une commotion cérébrale et recommencent à pratiquer leur sport prématurément. Malheureusement, plusieurs d’entre eux sont alors incapables de tolérer l’écran d’un ordinateur ou d’une télévision et ne parviennent plus à se concentrer en classe ou à faire leurs travaux. (Source : Collège Ahuntsic)


Photo

Virage santé à la Cafétéria et au Bistro du Collège de Bois‐de‐Boulogne. À l’initiative du chef Brian Vickers, la Cafétéria et le Bistro Saint‐Paul du Collège de Bois‐de‐Boulogne, des divisions de la Coop BdeB, proposent des repas santé préparés sur place par une équipe de cuisiniers passionnés. Les produits biologiques et locaux occupent une place de choix sur l’ardoise, le plus souvent possible, mais jamais au détriment de la qualité. Le menu, qui se distingue des cafétérias conventionnelles, évolue en fonction des arrivages du marché et offre des plats équilibrés et savoureux. Rappelons qu’en mai dernier, à l’occasion du gala COOPSCO 2014, la Coop s’est distinguée de belle façon en remportant deux prix, « Meilleur projet de développement » et un deuxième prix pour la meilleure recette.


Photo

Le Collège Ahuntsic accueille quatre stagiaires allemands de la Salzmannschule Schnepfenthal de Thuringe dans le cadre d’un stage linguistique, du 19 septembre au 17 octobre. Il s’agit de Chantal Hohe, Nina Krause, Friederike Losch et Thomas Pfeifer (À droite sur la photo). Du 22 au 26 septembre, ils partiront à la découverte de Montréal afin de préparer un blogue pour leur école et à compter du mercredi 24 septembre, ils assisteront à certains cours au Collège et ils réaliseront également des projets avec les  étudiants du programme d’allemand du Collège Ahuntsic (entrevues filmées, etc.) (Source : Collège Ahuntsic) Wilkommen in Ahuntsic !

Plusieurs étudiantes en médecine nucléaire du Collège Ahuntsic ont reçu des bourses cet été ; Marie-Ève Jobin-Verrette (2000 $) ; Marie-Claude Lapointe (1500 $) ;  Fanny Valcourt (500 $ et 250 $) ; Imane Bennani (500 $) ainsi que Audrey Tellier (250 $).  Félicitation aux lauréates !  (Source : Collège Ahuntsic)
Séance ordinaire du conseil d’arrondissement, le mardi  14 octobre, à 19 heures, à la salle du conseil, au 555, rue Chabanel Ouest, 6e étage. Prière d’arriver à 18 h 30 si vous désirez poser des questions.
__________________________________________________

LE COIN COMMUNAUTAIRE

Vous êtes d’un organisme communautaire? Vous désirez faire part à nos lecteurs/lectrices des activités, succès ou questionnements de votre organisme? Écrivez-nous à journaldesvoisins@gmail.com, ou appelez-nous au 514 770-0858. Prenez note que nos jour et heure de tombée sont désormais le mercredi de chaque semaine, à 17 heures.


Picture

Sortie aux pommes, au coût de 10 $ pour une famille composée de 2 adultes et 3 enfants (rajouter 3 $ pour chaque enfant supplémentaire). Le prix comprend le transport en bus ainsi que le sac de pomme de 8 lb. Départ le matin du 27 septembre à 9h30 du CANA et retour en fin d’après midi à 15h30. Inscriptions : 514 382 0735 poste 225.  (Source CANA)



Picture

Jeunes de 16 à 30 ans recherchés pour travail non spécialisé.  Doivent souhaiter  acquérir de l’expérience professionnelle. Ils devront
porter de l’intérêt au travail manuel et au travail en équipe.  Le Projet  M.A.R.C (Mouvement vers des
alternatives rémunérées et constructives) est un projet en pré-employabilité. Paie
: 12 $/h comptant pour 21 heures de travail maximum/mois.  Inscription et information : 438 495-6272


Journée porte ouverte au CFSE– Centre des Femmes Solidaires et Engagées.  Dans le cadre de la 12e Journée nationale des Centres de femmes du Québec 2014, votre Centre de femmes vous invite : Le mardi 7 octobre de 13h à 16H. Venez découvrir qu’est-ce qu’un Centre de femmes ! Ouvert à toutes les femmes, on vous attend au 1586 Fleury Est bur. 100. 
Téléphone : 514-388-0980 Courriel : info@cfse.ca.  Suivez-nous sur Facebook! (Source : CFSE)

Conférence avec M.
Louis-Paul Allard
, avocat, journaliste, animateur, environnementaliste et
humoriste en un seul homme! M. Allard mène une vie active malgré son diabète et
il viendra en témoigner le 30 septembre à 19 h 30 à l’hôpital Sacré-Cœur, salle
J. Organisé par les Diabétiques du Nord de Montréal.  Renseignements 438 828-3565.


Picture

Formation – Initiation à la recherche sur internet :
Bibliothèque Ahuntsic le 4 octobre de 11 h à 12 h 30. Inscriptions : 514 872-0568.
Formation – Initiation à l’Internet
Bibliothèque Ahuntsic le 27 septembre de 11 h à 12 h 30. Inscriptions : 514 872-0568.
Bibliothèque de Cartierville le 10 octobre à 13 h 30. Inscriptions : 514 872-6989.



Picture

Marche au 1000 parapluies. Le jeudi 2 octobre  afin de lancer la campagne de Centraide, qui a pour mission d’aider financièrement des organismes communautaires.  Le CANA désire participer à cette marche et votre présence à nos côtés serait la bienvenue.  Nous partirons jeudi à 11h15 du CANA pour nous diriger ensemble vers le quartier des spectacles. Une fois la marche terminée nous prendrons le temps de manger ensemble avant d’aller visiter le musée de l’histoire de Montréal. Une riche après-midi en perspective. Inscriptions : 514 382-0735, poste 225 (Source : CANA)


Picture

Les Haltes maraichères Ahuntsic se poursuivent cet automne!Sur place, découvrez des démonstrations culinaires et
dégustations de recettes faciles, originales et colorées mettant en vedette les
produits du jardin et les fruits et légumes frais à faible cout du Marché
Mobile. L’équipe d’animation de Ville en vert vous proposera également des
conseils horticoles pour vous appuyer dans vos projets d’agriculture urbaine.

Horaire d’octobre
• Les mercredis à l’école de la Visitation de 15 h à 16 h 30
• Les jeudis au Collège Ahuntsic (dans le stationnement
derrière le collège, accès par la rue Émile-Journault) de 12 h à 14 h
• Les jeudis à l’école Saint-Simon-Apôtre de 15 h à 16 h 30
• Les vendredis à l’école Saints-Martyrs-Canadiens de 15 h à
16 h 30
Information :  514 447-6229 (Source : Ville en vert)



Picture

L’événement Troc-tes-Trucs est de retour. Videz vos armoires et venez faire des échanges à la Maison des Jeunes de Bordeaux-Cartierville, 12120, rue Grenet, le dimanche 28 septembre. Le principe est simple, venez à 13h échanger tous types d’objets ou de vêtements que vous avez chez vous mais dont vous ne vous servez plus. Mais attention nous ne reprendrons pas les vêtements sales ou troués, ou des objets abîmés, alors faites un bon tri. Ces objets seront ensuite échangés contre des points que vous pourrez utiliser pour troquer de nouveaux objets. Nous vous attendons donc à 13h pour les échanges d’objets et à 14h pour l’ouverture de la salle de troc. De 13h à 14h vous pourrez patienter en participant à un atelier sur les semences. (Source : Ville en vert)


Le Centre des femmes solidaires et engagées
situé sur la Promenade Fleury (1586 Fleury E. porte 100) offre
aux femmes du quartier une clinique d’information juridique. Dès le 17
septembre, une avocate sera sur place les mercredis (aux 2 semaines) de 13 h à
15 h pour répondre à vos questions concernant vos droits et recours. Veuillez prendre
rendez-vous au 514-388-0980. Une contribution de 5$ est suggérée. (Source :
CFSE)


Picture

Plus de 300 jeunes d’Ahuntsic-Cartierville font partie des Scouts, le plus grand mouvement
de jeunes de la planète qui existe depuis 1907.  C’est pour les jeunes
de 7 à 18 ans qui veulent vivre plus près de la nature en petits groupes
et améliorer leur santé, leur caractère, leur sens des autres, leur
débrouillardise et leur sens spirituel. 
Les jeunes apprennent par le jeu selon leur groupe d’âge selon une certaine thématique.  Des adultes bénévoles encadrent les activités.  Pour trouver lequel des 7 groupes scouts de l’arrondissement est le plus proche voyez la carte ici ou appelez au 514 849-9208.

____________________________________________________

LE COIN DES COMMERÇANTS

Fleury Ouest

Le dimanche 5 octobre prochain, les commerçants, gens d’affaires et professionnels de la rue Fleury Ouest, décideront lors d’un référendum organisé par l’arrondissement, s’ils auront une société de développement commercial comme celle de La Promenade Fleury. À suivre.

La Promenade Fleury


Picture

Le budget 2015 de la SDC La Promenade Fleury, a été entériné lors
de l’assemblée générale de budget le 23 septembre dernier au restaurant L’Alexia.  Il y a eu présentation de la direction
générale des activités passées et à venir. 
Durant la soirée, la conseillère Lorraine Pagé a dévoilé les conclusions
de l’analyse de l’éclairage urbain réalisée cet été par l’arrondissement ainsi
que le déploiement de la phase test du projet Par-ci, Par-là, réalisé par l’AMETAC.

Lors de la soirée, les membres ont fait valoir leurs
différents points de vue quant aux orientations que doit prendre La Promenade
Fleury.  Le directeur de la Promenade
Fleury, François Morin a mentionné « Nous avons eu de belles discussions et l’intérêt
des membres pour le futur de La Promenade est bien réel.  Je suis très heureux de pouvoir compter sur
un membership aussi dynamique ».  (Source : Promenade Fleury)


Autres commerces

Traiteur Le goût des autres, un nouveau traiteur et de prêt à manger au 634 de la rue Sauvé Est (à l’ancienne emplacement de la boîte à bulle).  Fanny Rivest et Kévin Gréard vous attendent à partir du 1er octobre.  Renseignements : 438 392-0703.
________________________________________________________________________________

QUOI FAIRE….QUOI FAIRE…QUOI FAIRE…QUOI FAIRE…QUOI


Picture

___________________________
LES JOURNÉES DE LA CULTURE DES TROIS MUSÉES D’AHUNTSIC-CARTIERVILLE

Visite au M
usée des Sœurs de Miséricorde
2014 marque le 165e anniversaire de la graduation de la première cohorte de sœurs sages-femmes, un métier autrefois pratiqué par les sœurs de Miséricorde. Découvrez ce pan méconnu de l’histoire à travers une capsule historique. La visite régulière du musée sera aussi offerte à cette occasion. Pour les 13 ans et plus. Cet événement s’inscrit dans le cadre du 150e anniversaire du décès de Rosalie Cadron-Jetté, fondatrice de cette communauté et sage-femme. Information : 514-332-0550 p. 1-393 ou www.museemisericorde.org
Les Sœurs de Miséricorde et les sages-femmes : 26-27 sept. : Exposition, capsule historique intégrée à la visite guidée régulière, départs de visites : 10 h, 13 h et 15 h.
Les Sœurs de Miséricorde et les « filles-mères » : 26-27 sept. : Exposition, visites guidées : 14 h. Adresse : 12435, av. de la Miséricorde (Source : Musée des Soeurs de la Miséricorde)

Cité historia vous propose une visite à travers le patrimoine modifié ou disparu de l’ancien village du Sault-au-Récollet. Un bon prétexte pour réfléchir à la protection et à l’évolution des vestiges et des bâtiments de ce secteur nommé site du patrimoine par la Ville de Montréal. Pour réservation : 514-850-4222. Adresse : 10865, rue du Pressoir
Le patrimoine en évolution, patrimoine disparu : 28 sept. : Visite extérieure à pied, départ à 14 h de la maison du Pressoir, réservation requise, durée 90 min. (Source : Cité Historia)

Le Musée des Sœurs de la Providence est fier de participer à la 18e édition des Journées de la culture. Pour cette occasion, en plus des visites de l’exposition thématique, Libérez le Trésor, la documentariste Hélène Choquette présentera son tout dernier documentaire, Les discrètes, sur les Sœurs de la Providence. Pour plus de détails : 514-334-9090 poste 223.
Libérez le trésor : 26 sept. : Exposition, visites guidées : 10 h, 12 h, et 15 h │ 27 sept. : Exposition, visites guidées : 10 h et 12 h. 
« Les discrètes », projection en partenariat avec Hélène Choquette, documentariste : 26 sept. : Documentaire, 13 h 30; durée : 70 min │ 27 sept. : Documentaire, projection avec la documentariste, 13 h 30; durée : 70 min. Adresse : 12055, rue Grenet (Source : Musée de soeurs de la Providence)
_________________________


Picture

Le Marché des Saveurs de
Bordeaux-Cartierville
aura lieu le 27 septembre prochain, de 11h00 à 16 h 00
au Parc Louisbourg. Ce sera l’occasion pour les familles du quartier de
venir rencontrer des maraîchers locaux et de s’approvisionner en fruits et
légumes frais. Tout au long de la journée, les jeunes pourront participer à des
ateliers culinaires et de bricolage. Au chapitre des nouveautés cette année,
les petits et les grands feront la découverte du Monde des poneys, un nouveau jeu, le Bubble football, le dévoilement officiel de la murale du Parc Louisbourg et plus
encore ! Dans une ambiance festive, nous invitons la population à célébrer
l’importance des saines habitudes de vie à travers l’alimentation, mais aussi
l’activité physique en participant aux diverses animations sportives et
ludiques. En début d’après-midi, l’incontournable épluchette de blé d’Inde fera
le bonheur des participants qui pourront manger tout en assistant au spectacle
concocté par des jeunes du quartier. (Source : CLIC)



Picture

Le « ciel du mois d’octobre », présenté par La Société d’Astronomie de Montréal (SAM) samedi 4 octobre à 20 h 00, au chalet du Parc-nature de l’Île-de-la-Visitation. Cette soirée est gratuite et s’adresse à toute la famille.  Après la conférence, des télescopes et jumelles seront mis à votre disposition. Apprenez à reconnaître les constellations et venez observer la Lune, les planètes et les objets du ciel profond. Note : L’observation à l’aide de télescopes n’aura pas lieu si le ciel est couvert. (Source SAM)

Bazar annuel du cercle de fermières Ahuntsic, le vendredi 3 octobre de 12 h à 20 h, ainsi que le samedi 4 octobre de 10 h à 16 h.  Vaisselle, livres, DVD, laines, tissus, vêtements, etc… au 2574 Fleury Est.  Information : 514 387-1264.


Picture

Concert Le Bruit court dans la Ville Avec trois légendes du milieu folk québécois. Lisa Ornstein, André Marchand et Normand Miron qui partagent les complaintes envoûtantes, les chansons à répondre entraînantes et les musiques de danse trépidantes issues du répertoires québécois et acadien. Marqué par la complicité et l’amitié longuement mûries, le trio offre avec chaleur, sensibilité et finesse, une musique tout en nuances et énergie. Présenté par la Société pour la promotion de la danse traditionnelle québécoise (SPDTQ/EspaceTrad). Dimanche 12 octobre 2014 14 h 00 Pavillon du parc Ahuntsic 10555, rue Lajeunesse (au nord de la rue Prieur) admission générale: 20$ membre SPDTQ/étudiant-e/aîné-e: 15$ (taxes comprises)   info, réservations: info@espacetrad.org 514-273-0880 (Source : Espace Trad)

Afrikespoir est un OBNL pour venir en aide aux enfants pauvres de Guinée en leur donnant la possibilité de s’éduquer, de se soigner, de s’abriter et de se vêtir convenablement et enfin de manger deux repas par jour. Leur dernière action était d’envoyer du matériel pédagogique  (une valeur de 8500 $ can), dans une des écoles de la préfecture de Labé (deuxième ville en importance de la Guinée). Ils sont à la recherche d’un ou deux bénévoles qui sont intéressés par notre mission et voudrait se joindre à nous : c’est-à-dire, intégrer notre conseil d’administartion (CA) Coordonnées Mario De Luca ou Hadiatou Baldé Renseignements : 514-759-1899 (Source Afrikespoir)
Le Répertoire des activités offertes dans l’arrondissement est disponible! Pour tout connaître sur les activités culturelles, de sports et de loisirs offertes cet automne dans l’arrondissement!  Version imprimée disponible aux endroits suivants en cliquant ici. (Source : Arrondissement)
Le Cercle de Fermières Ahuntsic profite des Journées de la Culture pour tenir leur Porte-ouverte.  Profitez de cet évènement pour nous connaître et découvrir les ateliers de tricot, crochet, broderie et tissage.  Il est temps de vous inscrire à ces ateliers et au cours de peinture donné par un professeur reconnu.  Le 28 septembre de 11 h à 16 h, au 2574 Fleury, est.  Inf: 514-387-1264 (Source : Fermières)


Picture

La P’tite Pasto – Activité parent-enfant – 5 ans et
moins 

Jeux, chants,
contes et bricolages pour explorer, dans le plaisir, différents thèmes de la
vie des tout-petits : sa famille, ses amis, ses talents, le partage, Noël et
découvrir les grandes valeurs chrétiennes. Activité animée par des parents. Sous-sol
de l’église St-André : tous les jeudis à partir du 9 octobre ainsi que les samedis 25 octobre et
29 novembre. Informations: 514-334-5521. (Source : Petite Pasto)



Picture

Un accordéon qui fait bouger.  Paul
Gaudet ne se contente pas de jouer de l’accordéon; il fait chanter et danser
les participants. Les membres de l’Association des retraités d’Ahuntsic l’ont
trouvé tellement sympathique qu’il revient encore une autre fois présenter son tour
de chant. Ne manquez pas le prochain mardi de l’ARA, le 30 septembre à 13 h 30 à la salle
communautaire de Présâges (1474 Fleury Est). C’est gratuit pour les membres et
3 $ pour les autres.  (Source : ARA)


Ouf! C’est vendredi! Des activités pour les 10-14 ans tout l’automne à la bibliothèque de Cartierville.   C’est le début de la fin de semaine et c’est le temps de lâcher un peu son fou! Une fois par mois, la bibliothèque t’attend avec une panoplie de jeux vidéo pour tous les goûts! Des consoles PS3 et XBOX 360 seront à ta disposition afin de faire des mini-tournois et d’essayer des nouveaux jeux vidéo. Ouf! C’est vendredi! se déroule les vendredis suivants :
17 octobre à 15 h 30, 14 novembre à 15 h 30, 12 décembre à 15 h 30. Les places sont limitées. Pour y participer, il faut réserver en téléphonant au 514 872-6989 ou en se présentant directement au 5900, rue De Salaberry.


Picture

Journées de la culture – Session de musiques : Apportez vos instruments!  La maison de la culture vous invite à venir participer à une grande session de musique et de dans traditionnelles québécoises sur la scène de la maison avec la Société pour la promotion de la danse traditionnelle québécoise (SPDTQ).  Apportez votre instrument : violon, cuillères, accordéon, banjo, guitare, vos chansons et vos souliers de danse.  Ça va «swinguer» pour la rentrée! Le 28 septembre de 13 h à 17 h à la maison de la culture.(Source : Maison de la culture)


Picture

Journées de la culture – Peinture en direct avec Hassane Amraoui.  Natif des Aurès en Algérie, cet artiste est depuis 20 ans engagé dans la promotion du langage pictural ancestral des arts premiers jaillis de la culture berbère.  Il présente ses œuvres, son approche, ses histoires, ses symboles, etc.  Le 27 septembre de 14 h à 17 h à la maison de la culture. (Source : Maison de la culture)

Journées de la culture – Pour les jeunes
De 5 à 12 ans – La peinture en papier recyclé à la bibliothèque de Salaberry le 27 septembre à 10 h 30.
Pour tous à partir de 7 ans – Atelier de danse kathakali à la bibliothèque de Cartierville le 27 septembre à 14 h.
Pour tous à partir de 7 ans – Lecture de J’épouserai le Petit Prince et rencontre avec Karim Akouche, poète, dramaturge et romancier, à la bibliothèque d’Ahuntsic le 27 septembre à 14 h.
De 5 à 12 ans – Les mini-ruches d’art faites à partir de matériaux recyclés! À la bibliothèque d’Ahuntsic le 28 septembre à 14 h.

Pour toute la famille – Il était une voix dans l’WestDevant la bibliothèque d’Ahuntsic (sur la rue Lajeunesse, au coin de
Fleury) De 12 h à 17 h –  La
bibliothèque d’Ahuntsic? Un Westfalia? Mais qu​el est ce drôle de concept?
C’est tout simplement « Il était une voix dans l’West… », qui fait prendre la
route à la littérature et un peu d’air aux livres, embarquant à son bord une
voix et des écrits, pour vous offrir la lecture en partage! (Source : Arrondissement)


Picture

Les journées de la culture chez nos voisins de la TOHU.  Au programme de la journée : deux représentations du spectacle en cours de création, Circo Minimo, de Veronica Melis suivi d’un atelier de jeu clownesque, une dernière occasion de visiter de l’exposition Trésors de cirque du Fonds Jacob-William, un atelier de création d’une mosaïque géante, des prestations de danses improvisées par la compagnie La Marche du Crabe, des visites guidées du Complexe environnemental de Saint-Michel, conception d’une murale sous l’autoroute 40 par MU Montréal et plus encore!  Renseignements ici  (Source : TOHU)


Picture

Sello – Flamenco progressif, contemporain – Concert au bout du monde  Caroline Planté, propose un voyage en 10 pièces / 10 cartes postales issues d’une étroite collaboration avec la chorégraphe et danseuse Rae Bowhay et le percussionniste pluridisciplinaire Miguel Medina, ainsi que deux autres musiciens. Le 3 octobre à 20 h à la maison de la culture.  Laissez-passer disponibles dès maintenant.  (Source : Maison de la culture)


Picture

Jacques Lebleu, artiste Ahuntsicois, expose jusqu’au 11 octobre à la galerie Popop, au 372 rue Ste-Catherine Ouest.  Vernissage le 27 septembre à 14 h.  Du mardi au samedi de 11 h 30 à 17 h 30 (mardi 17 h et mercredi 19 h) Information : 438 396-2975 (Source : Jacques Lebleu)


Picture

José Maria Gianelli, pianiste-compositeur, et Flavia Garcia, interprète et parolière, livreront une prestation musicale intitulée Échos de Buenos Aires et de Montréal à la salle de l’église Saint-Jude (10 120, d’Auteuil).  Présenté par l’Alliance culturelle pour les 50 ans et plus, le mercredi le 1er octobre à 13h30. Gratuit pour les membres, 8$ pour les autres. Pour plus d’information, s’adresser au 514 382-5716 ou à www.allianceculturelle.qc.ca (Source : Alliance culturelle)



Picture

Marionnettes, théâtre d’ombre pour les 5 ans et plus – Les routes ignorées.  D’après le conte traditionnel russe Ivan Tsarévitch, l’Oiseau-de-feu et le Loup-gris, ce spectacle est une véritable ode au pouvoir créateur du conte.  Le 5 octobre à 14 h à la maison de la culture.  Laissez-passer disponibles dès maintenant.  (Source : Maison de la culture)


Picture

Exposition d’huiles sur toiles d’Hassane Amraoui à la maison de la culture. Natif de Aurès en Algérie, Hassane Amraooui est un peintre d’origine berbère dont l’art est fait de traits interminables et de fils entrelacés, et ses couleurs prennent des nuances chaleureuses de terre.  Il peint le désert, les Aurès, la montagne, les nomades, les hommes bleus, les femmes antiques, les premiers dessins à même la pierre… Hassane Amraooui crée et expose en Afrique du Nord (Algérie et Tunisie surtout), en France et est présent sur la scène culturelle montréalaise depuis quelques années. Entrée libre.  (Source : Maison de la culture)

_____________________________________________________

Journaldesvoisins.com papier, numéro de septembre
Si vous avez manqué ou n’avez pas reçu notre bimestriel papier de la rentrée, cliquez ici pour en faire la lecture.
Vous pourrez y lire notre dossier “Transports menaçants”, particulièrement d’actualité alors que s’est tenu, récemment à Montréal, le Sommet du rail du Canada; alors que le BAPE a entrepris ses audiences publiques sur le prolongement de l’A-19; et, finalement, alors même que la Commission
sur le développement économique et urbain et l’habitation de la Ville de Montréal commençait ses consultations sur l’accroissement de vols internationaux à Montréal. ______________________________________________________

Si vous voulez contribuer à une meilleure information locale
Devenez membre!

Dix dollars, c’est peu payé pour de la bonne info!


Photo

Vous désirez devenir membre du jdv? Ou vous voulez faire un don, quel que soit le montant, car vous croyez que l’information est un enjeu majeur de notre société?

Faites-le par la poste en envoyant votre chèque et vos coordonnées au : 10369, rue Clark, Montréal QC  H3L 2S3. 

Nous recevons des dons de différents montants et chacun d’entre eux est précieux! Il démontre que les résidants ont à coeur la qualité de l’information locale.

Par ailleurs, l
a carte de membre coûte 10 $ (moins de 3 cents par jour) et elle est valable pour l’année 2014.

Vos coordonnées doivent inclure vos nom et prénom, votre adresse courriel (si vous en avez une), et votre adresse postale.


Joignez-vous aux quelques 140 autres membres!
(C.D.)

______________________________________________________

Pour plus de nouvelles «Aimez-nous»
sur Facebook à journaldesvoisins.com

__________________________________________________________________
Vous avez manqué des Actualités?

Allez sur « Archives – Actualités » tout en haut à gauche et choisissez la date voulue.

__________________________________________________________________________

Nous reconnaissons la contribution financière du ministère de la Culture et des Communications du Québec dans la réalisation de journaldesvoisins.com

Nous reconnaissons la contribution financière du Fonds d’économie sociale de la Corporation de développement économique (CDEC) Ahuntsic-Cartierville dans la réalisation de journaldesvoisins.com

Journaldesvoisins.com :

  • Premier prix, catégorie Opinion, pour “Le bien des autres”, éditorial du bimestriel papier de décembre 2013, aux prix de l’AMECQ
  • Gagnant d’une bourse de 5 000 $ au concours Entreprenez à Ahuntsic-Cartierville, édition 2014
  • Mention “Coup de coeur du jury” au Concours québécois en entrepreneuriat, CQE Est de Montréal, édition 2014
  • Participant à la finale régionale de Montréal au Concours québécois en entrepreneuriat, édition 2014, dans la catégorie “économie sociale”


Journaldesvoisins.com
est un journal communautaire d’information fait par des résidants et pour les résidants d’Ahuntsic-Cartierville, et dont le siège social se trouve à Ahuntsic. Notre journal est un bimestriel papier, mais surtout un journal en ligne, chaque vendredi, avec les Actualités hebdomadaires d’Ahuntsic-Cartierville qui se consultent sur le Web à: www.journaldesvoisins.com

Nous sommes membres de l’Association des médias écrits communautaires du Québec (AMECQ).
Coordonnées: journaldesvoisins@gmail.com Téléphone: 514 770-0858
Les opinions émises dans ce journal n’engagent que leurs auteurs. Vous voulez nous aider? Écrivez-nous! Appelez-nous!
Conseil d’administration: Diane Viens, présidente; Pierre Foisy, vice-président; Me Hugo Hamelin, secrétaire; Philippe Rachiele, trésorier; Douglas Long, administrateur; Christiane Dupont, secrétaire adjointe; Maryse Henri, administratrice (représentant les OBNL); Yves Bonneau, administrateur (représentant les commerçants et gens d’affaires), et Pascal Lapointe, administrateur.
Éditeur désigné : Philippe Rachiele
Représentant publicitaire
: Pierre Latreille
Rédactrice en chef: Christiane Dupont
Rédacteur en chef adjoint: Alain Martineau
Rédacteurs en chef adjoint suppléants: François Barbe, Mélanie Meloche-Holubowski
Journalistes, version Web: Christiane Dupont, Philippe Rachiele, Alain Martineau, Mélanie Meloche-Holubowski et François Barbe
Journalistes, version papier: Christiane Dupont, Alain Martineau, Élizabeth Forget-Le François, François Barbe, Mélanie Meloche-Holubowski.
Collaborateurs à la rédaction et à la photographie: Élaine Bissonnette, Laetitia Cadusseau, Sandrine Dussart, Samuel Dupont-Foisy, Geneviève Poirier-Ghys, Julie Dupont,  Laetitia Cadusseau, Viviane Poirier, Patrick De Bortoli.
Photos: Philippe Rachiele
Mise en page: Philippe Rachiele, Christiane Dupont, et François Barbe
Illustrations originales: Claire Obscure
Caricaturiste: Fanie Grégoire
Correction/révision, version Web: Christiane Gervais
Correction/révision, version papier: Samuel Dupont-Foisy, Geneviève Chrétien
Réseaux sociaux: Christiane Dupont, Mélanie Meloche-Holubowski, Philippe Rachiele
Impression, version papier: Hebdo Litho inc.
Distribution, version papier: journaldesvoisins.com
Dépôt légal, version papier: BNQ – ISSN1929-6061
Dépôt légal, version Web: BNQ – ISSN1929-607X

_________________________________________________________

Photo

Christiane Dupont, rédactrice en chef,
membre AJIQ

Photo

Christiane Dupont, rédactrice en chef, membre FPJQ

Journaldesvoisins.com et ses artisans sont membres de:

________________________________________________________________________

Photo

32 000 exemplaires papier distribués

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires