Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Intersection Sauvé Ouest et L'Acadie

Projet de cinq tours résidentielles: de 6 à 26 étages

Publié le 07/10/2016
par Rabéa Kabbaj

À l’angle de Sauvé Ouest et du boulevard de l’Acadie, un projet immobilier prévoyant le remplacement d’un centre commercial semi-vacant par la construction d’un important complexe résidentiel de 5 tours pourrait bien aller de l’avant. 

D’après le sommaire décisionnel de l’arrondissement, ce projet vise la démolition du centre commercial situé au 1400 rue Sauvé Ouest, en vue d’y construire un projet résidentiel mixte, composé de cinq tours dont la hauteur varierait entre 6 et 26 étages.

On parle ainsi de près de 800 unités de logement, comprenant des copropriétés, des logements locatifs, 7450 mètres carrés de logements sociaux et environ 64 logements abordables.

Le projet comprend également la construction de bureaux, de commerces, d’une unité de stationnement intérieur par logement, de près de 170 unités de stationnement extérieures réservées aux commerces et aux visiteurs et d’un parc de 3077 mètres carrés.

Densité et hauteurs triplées

Si la conseillère d’Ahuntsic, Émilie Thuillier, dit s’opposer à l’entièreté du projet, elle explique que son désaccord est dû principalement à la densité et la hauteur demandées, trois fois supérieures à ce qui est déjà permis actuellement.

« Comme c’est un site qui est près d’une gare d’un train de banlieue [ndlr: la gare Ahuntsic du train de l’Est située sur L’Acadie], la densité permise est augmentée à 80 logements par hectare. Mais le projet propose de tripler cela pour faire 226 logements à l’hectare. Et, alors qu’on avait 8 étages de permis, là il y a 5 tours dont notamment une de 20 étages et une autre de 26 étages », fait valoir Mme Thuillier.

Pour l’élue, la proximité avec la gare Ahuntsic sur L’Acadie ne saurait donc justifier une augmentation de densité et de hauteur aussi importante, à celles déjà concédées.

De l’avis de la conseillère municipale d’Ahuntsic, de telles augmentations ne seraient compréhensibles que si d’autres arguments de poids pouvaient être avancés comme la préexistence de nombreuses infrastructures publiques à proximité du site choisi, ce qui n’est pas le cas ici.

« Une autre chose ça pourrait être qu’il y ait là un terrain exceptionnel, tellement beau et agréable qu’on se dise que l’on souhaiterait voir beaucoup de gens s’y installer. Sur trois des quatre côtés, il y a une voie ferrée, une bretelle d’autoroute, [et également dans ce secteur] l’emprise d’une ligne à haute tension d’Hydro-Québec. Ce n’est donc pas un site extraordinaire », a estimé Mme Thuillier.

Problèmes de transports

Tandis que ce projet est présenté comme s’inscrivant dans une approche TOD visant à promouvoir l’usage des transports collectifs et actifs, Émilie Thuillier estime que plusieurs éléments viendraient compliquer, dans les faits, le déplacement des futurs habitants et usagers.

Ainsi, si le projet de train électrique de la Caisse de dépôt et placement est adopté, le train de l’Est sera coupé avant d’entrer dans le tunnel du Mont-Royal, faisant de la gare Ahuntsic la dernière gare desservie par celui-ci.

« Il y aurait selon les plans une nouvelle gare qui serait construite entre l’arrondissement Saint-Laurent et l’autoroute 40, et qui serait une gare d’interconnexion. (…) Donc déjà que ce n’était pas évident que tout le monde serait enclin à prendre le train de l’Est pour aller au centre-ville, mais là, en plus, on leur dit que leur train ne se rendra pas jusqu’au bout et qu’ils devront changer de train », pointe Mme Thuillier en estimant que ce facteur serait probablement dissuasif pour bon nombre d’usagers.

En outre, alors que l’étude d’impact sur les déplacements de ce projet immobilier a fait ressortir que les conditions de circulation seraient peu altérées en raison du remplacement d’un centre commercial existant et de la desserte optimale par les transports en commun, Mme Thuillier rappelle que l’achalandage du centre commercial semi-vacant ne saurait être comparé aux déplacements qu’occasionneront 800 logements.

La conseillère municipale estime enfin que l’offre en transports en commun dans le secteur est plutôt limitée.

« Le train de l’Est, le matin, c’est seulement cinq départs. Sinon, il y a l’autobus 121, mais cela dépend de vers où les usagers cherchent à se rendre », a indiqué Mme Thuillier, en rappelant par ailleurs que la circulation sur l’intersection Acadie/ Sauvé est déjà très compliquée.

Projet bientôt adopté?

À moins de susciter une forte opposition citoyenne, ce projet immobilier devrait être adopté en seconde lecture lors de la séance du conseil d’arrondissement du mardi 11 octobre.

PartagezShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone