(Photo: archives JDV)

À chaque semaine, les résidants d’Ahuntsic-Cartierville jettent une grande quantité de déchets dans leur bac de matières compostables. Des restes de table, du carton souillé, des mouchoirs, coquilles d’œufs, pelures de légumes ou de fruits, tout y passe! Mais par la suite, savez-vous ce qu’il advient de ces déchets? 

Le compost a pris de l’ampleur partout au Québec en raison de la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles, qui interdit l’enfouissement de matières organiques depuis l’an dernier. Dans Ahuntsic-Cartierville, la collecte des résidus alimentaires se fait depuis 2016, uniquement pour les immeubles résidentiels de huit logements et moins. 

La Ville-centre souhaite étendre cette pratique à l’ensemble de son territoire d’ici 2025 afin de réaliser son objectif de devenir une ville zéro déchet en 2030. La Ville de Montréal se dotera également de centres de traitement des matières organiques (CTMO), prochainement. 

« En 2019, à l’échelle de la Ville de Montréal, nous avons collecté et traité 50 000 tonnes de résidus alimentaires et de matières organiques approximativement, mentionne Marlène Ouellet, chargée de communication pour l’arrondissement. À court terme, les deux CTMO pourront donc recevoir une partie importante des matières récoltées sur l’île. »

Toutefois, actuellement, les résidus alimentaires des Montréalais sont envoyés exclusivement à la compagnie EBI, et c’est elle qui est responsable du compostage. 

Pour des compagnies ou des agriculteurs

François Boivin, directeur d’EBI Environnement, a expliqué en détail au JDV ce qu’il advient des déchets des bacs de compost des résidants d’Ahuntsic-Cartierville. 

« Toutes ces matières sont amenées à notre site de compostage de Berthierville, explique-t-il. Ensuite, nous vendons le compost, principalement à des pépinières et à des cultivateurs. »

Une partie des résidus alimentaires est aussi utilisée pour la production d’énergie, principalement l’hiver, car il y a moins de risques de retrouver des résidus verts égarés à travers les déchets de table. 

« On a une cellule de biométhanisation dédiée à la production de gaz naturel, souligne M. Boivin. C’est un projet pilote du gouvernement pour voir le potentiel méthanogène des résidus alimentaires… et c’est d’ailleurs pourquoi la Ville de Montréal va construire des centres de biométhanisation [NDLR : Les CTMO évoqués plus tôt]. »

Le contrat d’EBI Environnement avec Montréal est valide jusqu’à la fin de l’année 2022. 

Du compost pour les citoyens

En temps normal, la Ville de Montréal offre du compost gratuit. Or, celui-ci provient exclusivement de la collecte des résidus verts.

Malheureusement, la COVID-19 a causé l’annulation de la distribution du compost aux citoyens en 2020. Toutefois, l’année précédente, 5000 Montréalais ont pu obtenir du compost pour leur jardin ou leur pelouse. 

Comme quoi les déchets des uns sont les trésors des autres*, comme le dit le proverbe dans la langue de Shakespeare!*

*(One man’s trash is another man’s treasure)

S'abonner
me prévenir de
guest
2 Commentaires
Les plus vieux d'abord
Nouveau d'Abord Avec le plus de votes
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Élaine Bissonnette
Élaine Bissonnette
1 Année

Ebi a-t-elle acheté le droit de transformer nos déchets de table ? Parce qu’ils vendent la e compost ? Mon composte ? Où va cet argent ?

Jacques Lebleu
1 Année

L’idée de base derrière la pratique du compost c’est d’éviter que les déchets organiques enfouis produise du méthane. Maintenant, je dois comprendre que notre compost va servir à produire du méthane? Ça ne vas pas?

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Le coin communautaire – Semaine du 3 juin 2022

Des nouvelles du SNAC Assemblée générale annuelle du SNAC Vous êtes invités…

COVID-19: Baisse marquée du nombre de cas, mais…

Durant la dernière semaine, environ 80 nouveaux cas de COVID-19 ont été…
Travaux parc Ahuntsic

Ce qui vous attend au parc Ahuntsic

L’étang en fin de chantier, le skatepark et le stade Gary-Carter en…
Sirène d'alerte - Courtoisie Ville de Montréal (FB)

Brève : test de sirènes d’alerte le 23 septembre

Le 23 septembre, entre 16 h et 20 h, la Ville de…