La musique résonne aux quatre coins d’Ahuntsic Cartierville depuis le 11 août, grâce aux Concerts Ahuntsic en Fugue (CAF), et à l’Orchestre des berges d’Ahuntsic-Cartierville (OBAC). Si les amateurs ont pu être rassasiés, les curieux ont pu découvrir des œuvres de tous horizons. Concerts Ahuntsic en Fugue termine bientôt sa tournée au sein de l’arrondissement. 

Concerts Ahuntsic en Fugue (CAF) avait, encore une fois cette année, une sélection de thématiques, d’artistes et de pièces musicales d’une grande beauté à offrir aux citoyens d’Ahuntsic-Cartierville, outre un pot-pourri de chansons popularisées par Charles Aznavour et une oeuvre spécialement créée pour le quatrième concert de CAF (D’espace et de temps) par le compositeur Julien Bilodeau, également directeur artistique de CAF cette année avec Clément Canac-Marquis.

Concert de l’OBAC au parc-nature de l’Île-de-la-Visitation (Photo: courtoisie CAF)

Pour une sixième année, CAF, fondé par Clément Canac-Marquis et Lucie Hamel (directrice générale), –deux citoyens du territoire–, a mis au programme toute une série de concerts entre les 11 et 24 août : deux concerts gratuits offerts aux résidants, et cinq concerts payants de musique de chambre.

L’OBAC

CAF avait donc organisé pour une deuxième année les concerts gratuits, avec l’Orchestre des berges d’Ahuntsic-Cartierville (OBAC), l’un le 11 août au parc-nature de l’Île-de-la-Visitation (notre photo), et l’autre le 15 août (la Classique du District Central) sur l’Esplanade Louvain.

Le coup d’envoi a donc été donné au parc-nature de l’Île-de-la-Visitation avec le premier concert gratuit de l’OBAC auquel ont assisté plusieurs environ 1000 personnes.

Par la suite, le 15 août, l’OBAC s’est transporté au district central. À cette occasion, la soirée  a semblé avoir attiré plus de mélomanes que de résidants et de commerçants du secteur. À main levée, plusieurs personnes présentes ont d’ailleurs souligné avoir déjà assisté aux représentations de l’OBAC, l’année dernière.

Le clarinettiste Jean-François Normand à l’oeuvre. (Photo: courtoisie CAE)

Durant près d’une heure et demi, sous la direction du chef d’orchestre Mathieu Gaudet, les musiciens, majoritairement titulaires d’instruments à cordes s’activaient à faire vibrer le public. Après l’interprétation de trois pièces,  l’orchestre s’est fait accompagner du clarinettiste soliste Jean-François Normand.

Vint ensuite un «pot pourri» des pièces d’Aznavour au cours duquel plusieurs chansons connues de l’artiste ont été interprétées.

Seule tache au spectacle: le passage répété des avions dans le ciel de l’arrondissement, seul élément qui empêchait de s’imprégner entièrement de la musique.

Le beau temps était toutefois au rendez-vous bien que certaines personnes s’étaient manifestement préparées pour une averse éventuelle.

Un public attentif

Si le bruit des avions venait perturber la sérénité de la soirée, les amateurs présents devant la scène semblaient grandement apprécier leur concert. Si certains relaxaient avec la musique, d’autre suivaient attentivement le mouvement des archets et le rythme de chacune des pièces interprétées en bougeant imperceptiblement.

Vint le moment du pot pourri des pièces d’Aznavour: le public attentif cherchait bien souvent à suivre la musique et à fredonner les paroles des chansons aisément reconnaissables.

Église Sourp Agop

Il y a eu un premier concert tarifé de CAF à l’église Saint-André-Apôtre, dimanche 18 août.

Puis, le deuxième concert de CAF s’est transporté à l’Église arménienne Sourp-Agop dans Bordeaux-Cartierville.

À cette occasion, les œuvres de plusieurs compositeurs d’origine arménienne ont été jouées par le Quatuor Rhapsodie, un délice pour le cœur et les oreilles, même pour des résidants qui s’y connaissaient à peine.

En outre, là également, les membres du quatuor (violons et violoncelle) de musique de chambre ont joué un pot pourri des pièces d’Aznavour, ainsi que la pièce «Pour toi, Arménie», composée par Aznavour, à la suite du tremblement de terre survenu en Arménie, en 1988. Trois jeunes ont accompagné les musiciennes en chantant les paroles, à la suite de quoi la salle a bruyamment manifesté son vif plaisir par des bravos et des applaudissements.

D’espace et de temps sur Chabanel

Jeudi 22 août, dans la Tour Nord du 433, Chabanel, avait lieu le troisième concert de musique de chambre intitulé «D’espace et de temps».

Sur le site de CAF, à propos de cette soirée, on peut lire le déroulement de la soirée:

«Dans un immense loft industriel, une scénographie mobile et un éclairage interactif joueront avec l’espace tout en traçant le rapport au temps qui avance pour finir avec la création d’une œuvre contemporaine du compositeur canadien Julien Bilodeau, commandée par Concerts Ahuntsic en fugue, inspirée de l’évolution du territoire du quartier Chabanel dans sa traversée du temps et dédiée aux couturières de l’industrie du vêtement. Ce concert est possible grâce à la collaboration de la SDC District Central.  Neuf musiciens serviront des œuvres du XVIIe au XXIe siècle pour une expérience unique. »

Le Quatuor Andara (cordes) et la Quintette à vent Choros ont fait vibrer les murs du loft envahi et transformé pour l’occasion. Des oeuvres de Vivaldi et Debussy étaient notamment à l’honneur. En outre, une oeuvre spécialement créée pour l’occasion par le compositeur canadien Julien Bilodeau.

La composition de Julien Bilodeau,«Promenade prolétaire», voulait notamment souligner la présence des femmes qui ont travaillé dans l’industrie du vêtement de ce quartier ouvrier, à l’époque.

Avant d’attaquer la pièce, le compositeur qui a conduit les 9 musiciens a d’abord dû patienter, le temps du passage d’un avion qui faisait un bruit d’enfer, le concert se donnant dans un loft de la rue Chabanel.

Puis, les musiciens ont «attaqué» la nouvelle oeuvre, résolument moderne de Bilodeau.  La soprano Andréanne Brisson-Paquin a accompagné les musiciens en chantant un extrait du poème de Clément Marchand, « Les prolétaires», dont s’est inspiré le compositeur.

Sa performance et celle des musiciens ont visiblement ravi les spectateurs qui ont réservé au compositeur, à l’orchestre, ainsi qu’à la chanteuse, une ovation à la toute fin.

Décidément, les organisateurs de CAF ne font rien de banal et ce sont d’abord les citoyens du territoire qui en profitent.

Les deux prochains concerts de CAF ont lieu, vendredi (Église de la Visitation)  et samedi (salle Marguerite-Bourgeoys du Collège Regina-Assumpta).

Avec la collaboration de Christiane Dupont.

 

 

Vous aimez ce que nous faisons? Pensez à devenir membre du journaldesvoisins.com ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer ces articles

La biblio Ahuntsic inaugure un nouveau système qui fera boule de neige à Montréal

Des dizaines de personnes, dont des représentants de divers groupes d’intérêt, des…

Budget participatif: un samedi matin avec des citoyens engagés

Autre étape du budget participatif: samedi 21 septembre, tôt, une cinquantaine de…

Avis publics – Semaine du 20 mars 2020

Cette chronique est publiée gratuitement par journaldesvoisins.com au bénéfice de ses lecteurs…

Tragédie à Beyrouth: Beaucoup de gens touchés dans Ahuntsic-Cartierville

Après une explosion d’une violence inouïe survenue hier dans le secteur du…