urne vote neutre

Mot de l’éditeur

Droit, privilège, ou devoir?

Par Philippe Rachiele

Nous sommes en 1912. Pas dans Ahuntsic-Cartierville, mais quelque part en Angleterre. Les femmes n’ont pas le droit de vote.

Quelques-unes d’entre elles, issues notamment d’une classe sociale très modeste et vivant dans des conditions plutôt misérables, se battent aux côtés d’autres, mieux nanties, pour obtenir ce droit, et aussi celui de faire reconnaître leurs droits quant aux enfants qu’elles mettent au monde.

Voilà, en gros, l’histoire du film anglais « Les suffragettes », sorti en 2015.

L’une de ces femmes ira même jusqu’à mourir pour la cause, car le gouvernement de Londres fait la sourde oreille malgré de multiples démarches et représentations de la part de ces militantes convaincues, mais peu outillées pour convaincre.

Ce n’est pas de la fiction. Les suffragettes ont réellement existé.

Ici même au Québec, le droit de vote a été « consenti » aux femmes en avril 1940, durant la Deuxième Guerre mondiale, alors que le Canada avait déjà octroyé aux Canadiennes ce droit à la fin de la Première Guerre. Les Manitobaines avaient eu ce droit dès 1916. Le gouvernement canadien a d’ailleurs souligné cet anniversaire l’an dernier.

D’autres pays à travers le monde usurpent aussi le pouvoir des femmes en ne leur accordant pas le droit de vote. Il y en a encore.

Dans d’autres contrées, le droit de vote n’existe pas; que l’on soit un homme ou une femme.

D’après vous, le droit de vote est-il seulement un droit? Un droit que l’on peut « tasser » du revers de la main si on a mieux à faire? Ou ne serait-il pas un privilège, qui en ferait même, à la limite, un devoir?

Quand on « chiale » sur les actions posées par nos élus, ou a contrario quand on approuve cent fois les gestes qu’ils posent, pourquoi ne pas aller le leur signifier aux quatre ans? Cela demande peu d’efforts. Mais de cette démarche résultera une image particulièrement claire de la démocratie qui prévaut sur notre territoire.

Si on reste chez soi le jour des élections, n’ayons rien à dire pour la suite des choses!

Ne dit-on pas que les absents (et absentes) ont toujours tort?


Plateformes des partis politiques

Coalition Montréal: Giovanna Giancaspro (Facebook), Shant Karabajak (PDF),  Pierre Lachapelle (Facebook)

Équipe Denis Coderre pour Montréal

Projet Montréal – Équipe Valérie Plante (PDF)


Liste des candidats pour Ahuntsic-Cartierville


Site d’Élections Montréal 2017

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Mélanie Joly nommée ministre des Affaires étrangères

  Réélue lors des élections du 20 septembre, Mélanie Joly a été…

Élections municipales, les districts : les jeux sont faits dans le Saut-au-Récollet (Texte 3 de 4)

Le JDV vous propose, en vue des élections municipales de novembre, un…
Les trois candidates à la mairie d'Ahuntsic-Cartierville, Chantal Huot (à gauche), Émilie Thuillier (au centre) et Kassandre Chéry Théodat (à droite). (photomontage JDV)

[Vidéo] Quelle stratégie pour la relance post-pandémique?

Le JDV a demandé aux candidates à la mairie d’arrondissement de présenter…

Candidatures aux élections municipales : les jeux sont faits !

La liste des candidatures officielles aux élections municipales ayant été confirmée vendredi…