Rue Sauvé/Saint-Laurent
(Photo : Goggle earth)
(Photo : Goggle earth)

Les résidants d’Ahuntsic ne sont pas sans savoir que la circulation de transit nuit considérablement à la quiétude et à la sécurité des rues à proximité du boulevard Saint-Laurent durant les heures de pointe. La situation inquiète encore et toujours des résidants du secteur.

En clair, la circulation de transit se produit lorsque des automobilistes court-circuitent la circulation des grandes artères en empruntant plutôt des rues résidentielles parallèles. Les automobilistes des banlieues évitent ainsi les longues files d’attente à l’approche ou à la sortie des ponts entre la Rive-Nord et Montréal.

Résultat : la densité de la circulation dans les zones résidentielles augmente et les limites de vitesse sont souvent excédées, ce qui n’incite pas les résidants à employer le transport actif dans leurs déplacements quotidiens.

Une étude d’avril 2017 préparée par Vélo-Québec pour Le Comité santé et bien-être Ahuntsic (CSBE), qui concerne les déplacements actifs autour des écoles du quartier Ahuntsic, est sans équivoque : « plus le nombre de véhicules motorisés est grand et plus la vitesse de ces derniers est élevée, moins il y a de gens qui opteront pour la marche ou le vélo dans leurs déplacements. »

Ce constat est partagé par Richard Williams, qui réside sur la rue Legendre, à proximité du parc Henri-Julien. Selon lui, la circulation de transit met en péril la sécurité des enfants, des piétons et des cyclistes, c’est-à-dire tous ceux qui optent pour le transport actif.

À l’heure du retour à la maison, souligne M. Williams, les automobilistes désertent en grand nombre la grande artère qu’est le boulevard Saint-Laurent et se faufilent dans les rues résidentielles. Ils roulent à grande vitesse pour emprunter les ponts Pie-IX et Viau, explique le résidant.

« Pour économiser trois ou quatre minutes, les automobilistes quittent le boulevard Saint-Laurent et tournent sur les rues Sauvé ou Legendre pour emprunter Lajeunesse Nord et se rendre à Laval. Et l’inverse se fait aussi le matin », s’inquiète M. Williams.

M Williams explique que les automobilistes qui arrivent ou se dirigent vers Laval sont « pressés », et que leur comportement crée un achalandage « assez important ».

Depuis les trois ou quatre dernières années, le résidant a constaté une nette augmentation de l’achalandage des voitures, à tel point que « les gens ferment leurs fenêtres durant l’été, étant donné le bruit et la pollution », précise-t-il.

Il a écrit au maire Gagnier à ce sujet le 13 avril dernier. Sa missive a été transférée le jour même au conseiller du district St-Sulpice, Pierre Desrochers, également président du comité exécutif de Montréal.

Enjeu commun à d’autres artères

En 2015, le projet de parachèvement de l’autoroute 19 avait également fait monter aux barricades les résidants d’Ahuntsic qui redoutaient une augmentation de la circulation de transit.

« Ahuntsic-Cartierville est l’un des arrondissements de Montréal où il y a le plus d’accidents entre piétons et automobilistes. Un arrondissement où la sécurité des piétons est quotidiennement menacée. Cet ajout de voies rapides [sur l’autoroute 19], que ne manqueront pas d’utiliser les banlieusards, n’améliorera pas la sécurité des résidants de l’arrondissement », était-il écrit dans un éditorial du journaldesvoisins.com dans le magazine de février 2015.

Entre décembre et mars 2015, une pétition lancée par la Fondation David Suzuki et le Conseil régional de l’environnement de Montréal pour s’opposer au projet de parachèvement de l’autoroute 19 avait recueilli plus de 13 500 signatures.

Des solutions envisagées

Richard Williams propose de bonifier la surveillance policière et d’installer des compteurs chargés de calculer le nombre de voitures qui dérivent du boulevard Saint-Laurent aux heures de pointe pour emprunter les rues Sauvé, Chabanel, Legendre ou Émile-Journault.

Le Comité santé et bien-être Ahuntsic, en concertation avec Vélo Québec, propose également des mesures de modération de la circulation. Les avantages seraient non négligeables : limitation de la vitesse à 30 km/h, meilleur partage de la route entre piétons, cyclistes et automobilistes et réduction de la circulation de transit. Journaldesvoisins.com s’intéressera de plus près aux démarches du Comité au cours des prochaines semaines.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

A-19, le coup d’envoi est donné : plus de circulation à prévoir dans le Sault

Le ministre des Transports du Québec, François Bonnardel, s’est récemment réjoui de…

Jeu-questionnaire : connaissez vous votre JDV?

Chargement…
Employés de la ville avec poteau indiquant la limite de la crue 2017. Rue Crevier lors des inondations 2019 dans Cartierville (Photo : jdv - Philippe Rachiele) Ahuntsic-Cartierville Montréal

Ouvrage de protection, rue Crevier : prévenir plutôt que guérir

L’eau aura le temps de couler sous les ponts avant que le…

Julie Roy : « Les vrais experts, c’est les citoyens »

La nouvelle élue de Saint-Sulpice, Julie Roy, a livré ses premières impressions…