(Photo: archives jdv)

Le jardinage urbain est dans l’air du temps dans les grandes villes du monde. De nombreux projets très novateurs permettent la culture des légumes, par exemple les jardins sur les toits, sur les murs ou en contenants, malgré la rareté des terrains.

Dans Ahuntsic-Cartierville, vous avez peut-être entendu parler des Fermes Lufa, qui gèrent d’immenses serres sur le toit de manufactures près du Marché Central, ou du jardin mural de fines herbes, que le resto Le Saint-Urbain a cultivé sur son mur extérieur donnant sur la rue St-Urbain.

Des contenants tout simples

À plus petite échelle, et sans entreprendre de grands travaux, il est possible de créer son propre petit potager, sur un balcon ou dans une cour, à l’aide de contenants. Pour certains, cela permettra d’avoir des légumes frais, à moindre coût, à portée de la main; pour d’autres, des légumes biologiques; et pour tous, en prime, d’enjoliver son balcon ou
sa cour par cette verdure.

Pour les mordus de jardinage qui ont déjà leur potager (j’en suis!), cela permet de cultiver plus de variétés sans augmenter la surface du potager lui-même… et de déplacer les contenants à notre guise pour maximiser la culture ou verdir un petit coin moins accessible. Il existe des contenants traditionnels dans les jardineries mais aussi des contenants innovateurs (par exemple les sacs Smart Pots, en géotextile, également disponibles par Internet).

Le défi de l’arrosage

Une découverte récente pour moi? Les bacs à réserve d’eau. Car le défi de la culture des plantes potagères en contenants, mis à part le type de terreau et la fertilisation, est l’arrosage. Les contenants nécessitent un arrosage fréquent et même quotidien pendant les périodes les plus chaudes. Les bacs à réserve d’eau permettent de ne pas arroser pendant deux à trois jours, selon les types de bacs, car la réserve d’eau alimente les plantes par capillarité.

Des jardinières alimentaires

Les contenants à réserve d’eau sont parfois disponibles en jardinerie mais aussi par Internet (par exemple les « trousses prêtes à pousser »). Mais si vous êtes un petit peu bricoleur ou débrouillard vous pouvez en confectionner à peu de frais et facilement avec des seaux, de vieux bouts de tuyaux (de plomberie ou de vieil aspirateur…)

Les précieux pollinisateurs

Ces contenants seront alors parfaits pour cultiver quelques plants de tomates, de laitue, et de fines herbes, bien sûr! N’hésitez pas à mélanger plantes potagères et fleurs (comestibles si vous le pouvez, pourquoi pas?!) car ces dernières sont importantes afin d’attirer les insectes pollinisateurs. Vous aurez ainsi un jardin pour la vue… et l’estomac!

(Article publié dans une édition ultérieure du magazine papier – avec la collaboration de Christiane Dupont pour les mise à jour en août 2017).

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Le JDV veut avoir votre avis!

Le JDV lance un sondage pour mieux connaître son lectorat. Répondez au…

Conseil d’arrondissement du 17 janvier: l’achat local à l’avant-scène

Le conseil d’arrondissement est retourné au format virtuel pour débuter l’année 2022,…

Brigade Neige, ou pelleter pour une bonne cause

Les premières neiges sont arrivées récemment, et elles ont servi d’avertissement à…

Le coin communautaire – Semaine du 29 avril 2022

Une bouteille (ou une cannette) à la mer! Les Scouts du 103e…