Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Appel à tous pour lancer de nouveaux projets durables

Budget de 250 000$ d’Ahuntsic-Cartierville pour l’innovation sociale

Publié le 06/05/2019
par Alain Martineau

Vous avez une bonne idée concernant un projet de développement durable? Si c’est le cas,  l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville vous donnera l’occasion de formuler un projet qui vous tient à cœur à l’occasion de rencontres dites «participatives» qui se tiendront en juin dans chacun des districts de l’arrondissement.

Lors du conseil du 6 mai, la mairesse Émilie Thuillier a donné les grandes lignes de cette initiative citoyenne appelée «budget participatif 2019» (qui s’approche de l’innovation sociale) dont elle avait parlé en primeur lors du premier Rendez-vous citoyens, avec Dominic Champagne, le mois dernier, à la Maison de la culture Ahuntsic, un événement organisé par journaldesvoisins.com.

Ainsi, une somme de 250 000$, puisée à même  la réserve financière de l’arrondissement, sera injectée pour faire démarrer entre quatre et six projets, pouvant devenir grands. Mais tout projet devra être nouveau à l’échelle du nord de la ville. Donc, si vous avez une idée à mettre de l’avant, l’occasion sera donnée en participant à des ateliers organisés dans votre secteur dans quelques semaines (voir date plus bas).

Émilie Thuillier, mairesse d’Ahuntsic-Cartierville (Photo: archives jdv)

« Ça fait longtemps qu’on en parle, a indiqué Émilie Thuillier, visiblement fière de son annonce en début de mandat. Il y a eu  plusieurs essais (Lachine ou Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles). Ici nous avons maintenant un projet et une responsable du dossier a été désignée pour le suivi. Nous voulons faire plus et mieux », a-t-elle indiqué.

Déjà, l’arrondissement a mis la main à la pâte   avec la création d’un comité de pilotage formé de tables de quartier, d’organismes et d’une citoyenne bien au fait des enjeux. Mais la mairesse de l’arrondissement a insisté sur l’importance d’attirer des gens qui, en général, ne se mouillent pas beaucoup dans les dossiers relevant du municipal.

« On s’est posée la question. Comment on pourrait faire pour faire participer des jeunes et des membres de la diversité. J’ai demandé au comité de pilotage de réfléchir pour voir comment on peut s’organiser pour avoir plus de participation de ces personnes qui sont éloignées des institutions. En les attirant, par la suite tu viens au conseil d’arrondissement, aux consultations publiques, c’est de l’empowerment (autonomisation). Et le processus mis en place est autant important que le résultat. Les projets, une fois choisis, on veut les faire rapidement », a-t-elle plaidé.

La mairesse a toutefois été très claire. Ces projets ne doivent pas venir remplacer ce qui existe. Mais attention, on ne pourra pas suggérer n’importe quoi. Ainsi, inutile de se pointer avec un projet de service déjà fourni par la Ville, l’arrondissement ou un organisme de quartier par exemple. Oublions une suggestion de recette miracle visant à boucher à vie les nids-de-poule….

« On ouvre la porte à de projets citoyens. Il n’est pas question de parler d’asphaltage ou de déneigement, ou de collecte des ordures, a indiqué Mme Thuillier. Ça existe déjà, mais on pourrait avoir du compostage communautaire pour éviter la collecte devant chaque porte ou encore une personne qui déneige à la pelle des résidences pour ainés ou personnes handicapées. On a vraiment hâte d’avoir les propositions pour aller plus loin, pour faire autre chose », a-t-elle poursuivi

Démarche-charte

Les citoyens de l’arrondissement seront invités à soumettre leurs idées et même à voter pour les projets les plus intéressants, question d’améliorer la vie de leurs concitoyens.

Une charte du processus a été créée afin que les gens respectent les exigences des autorités et les étapes d’ici la fin de l’année.

« La charte (qui compte six pages) comprend les règles du jeu, a précisé la fonctionnaire municipale responsable, Liane Morin (conseillère en planification, consultations citoyennes intégrées à la Direction du développement du territoire) avec entre autres l’encadrement, les critères d’admissibilité et autre informations pertinentes. Les projets devront viser l’intérêt collectif bien qu’ils puissent aussi servir un public cible ».

Le processus de budget participatif a été concocté par un comité de pilotage formé d’élus, des deux tables de quartier, de groupes locaux et de fonctionnaires. Toutes les informations sur le processus et la charte se retrouvent sur ce site, ont précisé Émilie Thuillier et Liane Morin.

La première étape sera d’accueillir les idées du public à l’occasion de rencontres dans chaque district de l’arrondissement. Voici les coordonnées.

[Mise à jour, 2019-05-15, 11 h 17]

LES RENDEZ-VOUS 

Les rendez-vous ne sont pas offert seulement aux citoyens d’un district selon le district où vous habitez. Autrement dit, un citoyen du district Saint-Sulpice qui n’est pas disponible le 30 mai, peut se rendre à une autre rencontre, une autre journée, et vice-versa.

Jeudi 30 mai, de 13 h 30 à 15 h 30, Centre Henri-Julien, 9300 rue Saint-Denis 
Lundi 3 juin, de 18 h 30 à 20 h 30, Pavillon d’accueil du Parcours Gouin, 10905, rue Basile-Routhier 
Jeudi 6 juin, de 18 h 30 à 20 h 30, Collège Mont-Saint-Louis, 1700 boulevard Henri-Bourassa Est 
Mardi 11 juin, de 18 h 30 à 20 h 30, futur centre culturel et communautaire de Cartierville, 12225 rue Grenet

Pour les inscriptions aux activités et tous les détails sur la démarche : www.realisonsmtl.ca/budgetparticipatifAC

Plusieurs étapes

Après cette cueillette d’idées, l’arrondissement effectuera un premier déblayage au cours de l’été afin de valider les suggestions. On devra notamment s’assurer que les projets soumis  respectent les critères de la charte du budget participatif.

En septembre, les projets «en nomination» (20 à 30, prévoit Émilie Thuillier) seront scrutés de plus près à l’occasion d’un forum participatif. Les citoyens seront invités à préciser ce qui pourrait être fait concrètement.

Le mois suivant, des projets réalisables seront retenus mais en bout de piste, l’arrondissement et le comité de pilotage détermineront la faisabilité technique (et financière) des projets qui seront soumis à un grand vote.

« On devrait avoir trois, quatre ou cinq projets retenus après avoir travaillé sur environ une vingtaine ou trentaine de projets, a prédit la mairesse. On a déjà fait une simulation en groupe. On a maintenant hâte de voir les projets et comment on va travailler ensemble ».

Donc, un budget d’un quart de million de dollars sera disponible pour la première année, somme qui vient de la réserve de l’arrondissement et qui n’inclut pas le travail des fonctionnaires.

On aura la liste finale des projets quelque part en novembre ou décembre prochains. Les citoyens de l’arrondissement seront alors invités à voter pour ces projets. Le vote devrait se faire  en ligne mais on pourrait aussi se déplacer probablement à l’arrondissement, pour voter. Le vote se tiendrait sur plusieurs journées.

Enfin, on compte réaliser les projets retenus sur une période d’une année chevauchant les années 2020 et 2021.

« Les résidants vont voir les projets se concrétiser, ce sera un geste fort pour contribuer à l’amélioration de leur milieu de vie », a soutenu Mme Morin.

« Les projets retenus pour l’année seront réalisés par l’arrondissement ou un organisme sans but lucratif du quartier (ou un nouvel bien qu’il y a beaucoup d’OSBL ici) a signalé la mairesse Thuillier. On se garde une flexibilité. Faut cependant éviter que ce soit le projet de l’organisme. Et dans le processus, il ne faut pas oublier qu’il y aura une reddition de comptes », a-t-elle conclu.