Des nouvelles de l’arrondissement! Canada Goose rapatrie ses activités dans Chabanel (Illustration: Camille Vanderschelden)

Le fabricant de manteaux Canada Goose fermera bientôt son usine de Boisbriand (Basses-Laurentides) et rapatriera une partie de ses activités dans ses installations du 333, rue Chabanel.

Cette fermeture entraînera le licenciement de 180 de ses 330 employés, rapportaient plusieurs médias le 3 avril. Plusieurs seront transférés à ses ateliers de la rue Chabanel.

L’entreprise, inscrite aux Bourses de New York et de Toronto, explique cette fermeture par la fin de son bail, en juillet prochain, ce qui l’incite à consolider ses activités rue Chabanel. Selon les dirigeants de l’entreprise, le quartier Chabanel présente de nombreux avantages, notamment l’accès à un meilleur transport en commun qu’à Boisbriand et une concentration de talents dans l’industrie de la mode.

La présence de Canada Goose sur Chabanel remonte à 2019. L’entreprise, fondée à Toronto en 1957, y emploie plus de 600 personnes. Ses effectifs totaux sont de plus de 4000 employés. Elle a comme modèle d’affaires de fabriquer ses manteaux au pays plutôt qu’en Asie, même s’ils se vendent plus cher au détail. Environ 15 % de la production est réalisée au Québec.

Usine Canada Goose de la rue Chabanel, dans le District Central. (Photo: François Robert-Durand, JDV)

Toutefois, elle fait face à des vents contraires depuis plusieurs mois, malgré une marque bien établie. Elle a beaucoup pâti de la COVID-19 et ses ventes Chinoises se sont effondrées en 2020. Sur fond de récession, l’action a perdu 20 % de sa valeur depuis trois mois. De nombreux investisseurs ont même pris des options sur le titre de l’entreprise, pariant sur d’éventuels mauvais résultats à cause de la récession et des ventes anticipées décevantes en Chine, un marché clé.

En février, l’entreprise annonçait vouloir générer des ventes de 3 milliards de dollars d’ici cinq ans. Elle a son propre réseau de 45 magasins et de fortes ventes en ligne (70 % du chiffre d’affaires). Environ 30 % du chiffre d’affaires est généré en Europe et au Moyen-Orient.

En 2021, l’entreprise a annoncé l’abandon de l’utilisation de la fourrure, après avoir été la cible d’activistes pour la protection des animaux.

Canada Goose a aussi annoncé qu’elle voulait se diversifier dans les accessoires, les bagages, la lunetterie de luxe et la mode féminine. Elle s’attend à une croissance annuelle moyenne de ses ventes de 20 % d’ici 2028.

Le titre (GOOS) se négociait à un peu plus de 25 $ en fin de journée mardi (4 avril), et valait 2,7 milliards de dollars à la Bourse de Toronto.



Restez informé

en vous abonnant à notre infolettre


Vous appréciez cette publication du Journal des voisins? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journal des voisins donne droit à un reçu fiscal.

Nous recueillons des données pour alimenter nos bases de données. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à notre politique de confidentialité.

Tout commentaire sera le bienvenu et publié sous réserve de modération basée sur la Nétiquette du JDV.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Dossier Technologie – PixMob, fleuron techno d’Ahuntsic-Cartierville

Installée rue Louvain Ouest, dans le District Central, PixMob est désormais une…

Le remboursement du prêt obtenu durant la COVID menace de nombreuses PME

De nombreuses PME risquent de fermer parce qu’elles n’auront pas les moyens…
Brouhaha

Malgré les moments difficiles, Brouhaha investit dans l’avenir

Devenue une véritable institution dans le quartier, le Brouhaha broue pub subit…

Le futur est en 3D

Née dans les années 1980, l’impression 3D n’est pas nouvelle, mais elle…