Travaux à Sophie-Barat. (Photo: Philippe Rachiele, JDV)

Les premiers travaux de consolidation de l’aile A de l’école secondaire Sophie-Barat – celle qui a failli s’effondrer sur les têtes des élèves en 2020 – seront lancés dans quelques semaines. En attendant, des élèves iront encore à l’école St. Dorothy à Saint-Michel l’année prochaine. Si tout se passe comme prévu, leur école transitoire coin Saint-Laurent et Sauvé sera en chantier cette année.

C’est l’essentiel de ce qui a été mis à l’ordre du jour du point de situation présenté aux parents lors d’une rencontre le 18 avril tenue dans le gymnase l’école Sophie-Barat.

Les détails de la réunion devraient être rendus publics plus tard, probablement la semaine prochaine. Le service des communications du Centre de services scolaire de Montréal (CSSDM) a indiqué qu’une présentation PowerPoint sera disponible sur le site web de l’école. Elle énumère notamment les étapes des travaux à venir et les mesures de sécurité mises en place durant le chantier.

Pour rappel, à quelques jours de la rentrée scolaire 2020-2021, le Journal des voisins rapportait qu’on a dû fermer en urgence la moitié du bâtiment de la maison-mère sur le boulevard Gouin Est. Les murs de l’aile A, datant de plus d’un siècle, étaient dans un tel mauvais état qu’ils ne retenaient quasiment plus le toit qui risquait de s’effondrer.

Depuis, les élèves de secondaire 1 et 2 régulier suivent leurs cours à St. Dorothy, une ancienne école primaire anglophone inutilisée, à Saint-Michel. Pour au moins la prochaine rentrée scolaire, la situation demeure identique. La Commission scolaire English-Montreal a autorisé la prolongation du bail du CSSDM pour la location de cet établissement.

Toutefois, pour les années à venir, les élèves de Sophie-Barat devraient rester dans leur quartier, comme le revendiquent les parents depuis trois ans.

Annoncé en 2020, le projet de plus de 35 millions $ pour la construction d’une école transitoire sur le terrain de l’école Marie-Anne, à l’angle du boulevard Saint-Laurent et de la rue Sauvé Est, devrait être lancé cette année. L’ouverture des offres aura lieu à la fin de ce mois.

École transitoire Marie-Anne
L’école transitoire Marie-Anne pourra accueillir les élèves de Sophie-Barat durant les travaux de rénovation. (Photo: courtoisie, CSSDM)

Le bâtiment «complètement neuf et moderne» comprendra 25 classes, dont trois locaux de science et quatre salles pour les arts, ainsi qu’une cafétéria et un gymnase. Il pourrait accueillir plus de 600 élèves, mais aucun échéancier n’est avancé.

Une fois les travaux terminés à Sophie-Barat, cet édifice servira d’école primaire de quartier.

Il faut savoir que le chantier pour rénover l’aile A risque de durer au moins huit ans.

L’automne passé on apprenait que les entreprises STGM architecture, NFOE et EVOQ Architecture avaient été sélectionnées pour les travaux à Sophie-Barat.

Dans un premier temps, seront menés les travaux pour stabiliser et rénover l’enveloppe extérieure du Bloc A. Puis, en 2026, les travaux majeurs seront lancés. La réception devrait se faire en 2030. Il s’agit d’un projet de grande ampleur dont la facture s’élèverait à plus de 100 millions $.



Restez informé

en vous abonnant à notre infolettre


Vous appréciez cette publication du Journal des voisins? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journal des voisins donne droit à un reçu fiscal.

Nous recueillons des données pour alimenter nos bases de données. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à notre politique de confidentialité.

Tout commentaire sera le bienvenu et publié sous réserve de modération basée sur la Nétiquette du JDV.

S'abonner
me prévenir de
guest
1 Commentaire
Les plus vieux d'abord
Nouveau d'Abord Avec le plus de votes
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Pierre Lachapelle
Pierre Lachapelle
1 Année

Il est à espérer que le CSSDM demandera aux architectes d’améliorer l’aspect extérieur de cette école dite temporaire ou de remplacement de Sophie-Barat.Je vois une masse sans caractère, une implantation immédiatement à côté du trottoir, ou avec très peu de recul, qui permettrait de planter arbustes ou mieux des arbres entre le trottoir et la nouvelle école. On se croirait à Moscou sous Joseph Staline, ou au 18e siècle sur les bord du Canal Lachine. Je paie avec fierté des taxes scolaires, j’espère des projets de qualité avec cet argent public, mais quelle image horrible que ce projet, pour les élèves et la population d’Ahuntsic-Cartierville.

Dernière modification 1 Année par Pierre Lachapelle
Vous pourriez aussi aimer ces articles

L’École arménienne Sourp Hagop a 50 ans!

En 1974, la communauté arménienne de Montréal, dont une bonne partie s’était…

La rue-école Saint-Benoît est de retour

L’école Saint-Benoît a officiellement lancé sa deuxième édition de la rue-école en…

L’école secondaire La Dauversière s’agrandit et accueillera 625 nouveaux élèves

Un nouveau pavillon scolaire viendra compléter l’école secondaire La Dauversière, à Bordeaux-Cartierville.…

Quand les élèves s’approprient l’espace public jouxtant l’école Saint-Benoît

Au cours d’une visite organisée le 26 avril, les partenaires du projet…